ALLÔ  WASHINGTON ?
NOUS AVONS UN PROBLÈME !

.;
Damien Regnard (*)
Sénateur
;

Face à la pandémie, le président Donald Trump avait, en mars 2020, mis en place un « travel ban », c’est-à-dire une interdiction de voyager. Il était défendu aux voyageurs, entre autres aux ressortissants de l’espace Schengen et du Royaume-Uni, de se rendre aux Etats-Unis.  En janvier 2021, juste avant la transition avec l’administration Biden, le Président Trump a levé ce travel ban pour l’Europe…avant qu’il soit rétabli quelques jours plus tard par le Président Biden !
;

epuis le 9 juin, la France puis les autres pays de l’espace Schengen ont rouvert la porte. Les américains vaccinés peuvent venir en France sans être mis en quarantaine. Côté américain en revanche, la porte reste fermée. Le groupe de travail mis en place par la nouvelle administration reste sourd aux demandes des européens. Si l’on peut s’attendre à ce genre de comportement de la part d’Etats autoritaires, cela a de quoi surprendre lorsqu’il s’agit des États-Unis d’Amérique !

Il n’y a pas d’ambassadeur américain en France depuis janvier et il n’y en aura pas avant plusieurs mois. Aucune date n’est annoncée pour la levée du travel ban. Aucun critère sanitaire sélectif n’a été mis en place par les autorités américaines.  

Depuis deux mois, je surveille l’évolution de la situation de manière quotidienne, et j’ai entrepris toutes les démarches imaginables : courriels et échanges téléphoniques avec les Conseillers des Français des États-Unis, échanges réguliers avec plusieurs chambres de commerce franco-américaines et le Président des CCEF aux États-Unis, réunion de travail à l’Élysée avec le conseiller du Président Macron, rencontre avec le Consul général des États-Unis en France, rencontre avec le Premier conseiller de l’ambassade des États-Unis en France, informations auprès de plusieurs médias américains, contacts réguliers avec les différents services de l’ambassade de France à Washington (y compris un échange avec l’ambassadeur Philippe Etienne, particulièrement mobilisé sur ce dossier), envoi d’un courrier personnalisé aux 100 sénateurs fédéraux américains pour les alerter et les sensibiliser sur cette question…

Il existe des solutions et des options pour permettre une réouverture progressive tout en préservant la sécurité sanitaire, qui est bien sûr indispensable.

Les rencontres entre le Président Biden et les dirigeants européens mi-juin, ou encore la visite du secrétaire d’Etat Anthony Blinken à Paris, n’ont rien changé, ni laissé entrevoir aucune perspective d’évolution positive. Si le secrétaire d’Etat Anthony Blinken parle de relation historique et privilégiée avec notre pays, on peut s’interroger sur l’absence d’ambassadeur américain à Paris… ce qui ne facilite pas les échanges.

Conséquences multiples

.
Les Français et les européens qui vivent et travaillent aux États-Unis avec un visa non immigrants peuvent quitter le pays, mais ne peuvent y retourner, au risque de laisser derrière eux leur emploi, leur maison, leur famille… sauf à séjourner pendant 14 jours à leurs frais hors Schengen, dans des pays où parfois la pandémie est très mal contrôlée.

Les Français en partance pour les États-Unis pour y travailler ou y investir, pour les entrepreneurs implantés dans le pays, la délivrance des visas n’est pas assurée ou doit passer par des procédures administratives, très lourdes et très longues, sans aucune garantie de résultat ! Même les critères de délivrance des NIE (National Interest Exemption) sont évolutifs.

Aujourd’hui ce sont plus de 80 000 Français, sans compter tous les européens, qui sont, de fait, « coincés » sur le sol américain depuis mars 2020 !

Pour les États-Unis, l’impact économique est considérable. Le ministre du Travail estime à plusieurs millions le nombre d’emplois non pourvus par les étrangers, les investissements sont décalés et les créations d’entreprises reportées. Au-delà des conséquences économiques directes sur l’industrie du tourisme aux États-Unis, cette situation pénalise fortement la reprise économique du pays.

La situation est tellement ubuesque qu’aujourd’hui un Mexicain ou un Turc ou les citoyens de nombreux pays Africain peuvent se rendre aux États-Unis, alors que cela est impossible pour un Français ou un Allemand vacciné !

Je me suis rendu à Washington au même moment que notre ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. De nombreux rendez-vous étaient prévus avec des parlementaires américains, des médias, des entrepreneurs français directement touchées par ce travel ban, ou encore l’ambassadeur de l’Union Européenne aux États-Unis. Mais, hélas, le dossier n’a pas beaucoup avancé.

Il est grand temps de mettre fin à cette situation kafkaïenne qui pénalise non seulement nos compatriotes établis sur le sol américain, mais aussi la reprise économique américaine et les relations transatlantiques !

***

Cet article vous a intéressé ? Vous avez une remarque à nous faire ? Vous souhaitez nous le faire savoir ? Cliquer ICI.

(*) Damien Regnard, après plusieurs années dans différentes entreprises en France et au Canada, s’est installé à La Nouvelle-Orléans en 1996. Arrivé en Louisiane pour lancer une filiale d’un groupe français, il y est finalement resté en lançant sa propre entreprise de service au commerce international. Président de la chambre de commerce franco-américaine à la Nouvelle-Orléans, membre du conseil d’administration de l’Alliance Française, il a entamé une carrière politique dans les organismes représentant les français de l’étranger. Elu et réélu en 2015 à l’Assemblée des Français de l’étranger (AFE) pour les États-Unis, il est également conseiller consulaire élu pour la 3e circonscription des États-Unis (Texas, Louisiane, Arkansas et Oklahoma) depuis 2014, et élu au Conseil d’administration de la Caisse des Français de l’étranger (CFE) depuis 2015. Le 27 juillet 2018, il devient sénateur pour les Français établis hors de France, il siège au sein du groupe LR.


Bonne lecture et rendez-vous le 23 août 2021
avec le n°171
D’ici là, pour une bonne santé, prenez soin de vous.

RESPECTEZ LES CONSIGNES :
Distanciation, port du masque  …

espritcors@ire ne reçoit aucune subvention, il n’est financé que par ses membres et les lecteurs d’ESPRITSURCOUF.

Si vous aimez notre site, si vous voulez l’aider à s’améliorer, adhérez ou faites un don à espritcors@ire, association reconnue d’intérêt général, qui l’édite.

Etre adhérent, vous permet d'être informé en premier et de recevoir la Lettre hebdomadaire d’actualité, réservée à nos membres.

 

ADHÉSION 2021 :

- Cotisation : 50€ net fiscal 17€,

- Bienfaiteur : 100€ net fiscal 34€,

- Soutien : 150€ net fiscal 57€.

 

DON : Pour tout autre montant ou pour IFI

 

VERSEMENT :

- par chèque, à l'ordre d'espritcors@ire (7, rue Rosa Bonheur, 75015 Paris)

- par Paypal ou par Carte bancaire, cliquez su"Cotisation, défiscalisation" ou sur "Don-IFI"

- par virement demander notre RIB à contact@espritsurcouf.fr

           

Chers lecteurs d’ESPRITSURCOUF,

Vous avez apprécié cet article Vous pouvez le retransmettre à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou l’adresse du site ESPRITSURCOUF (https://espritsurcouf.fr/).

Merci pour votre action au service du rayonnement de notre "Observatoire de Géopolitique, Économie, Défense et Sécurité".

Suivez-nous sur Facebook , Twitter , LinkedIn , Instagram , YouTube .

Sur les réseaux sociaux, donner votre avis, indiquer que vous aimez notre site, inciter vos amis à "liker" ESPRITSURCOUF.

Si vous souhaitez intégrer les réseaux sociaux d’ESPRITSURCOUF, merci de nous indiquer le libellé exact du nom de chacun de vos comptes Facebook, LinkedIn , Twitter … à contact@espritsurcouf.fr