;
La poudrière alimentaire
?

.
Alexandre Mirlicourtois (*)
Directeur de la conjoncture et de la prévision, Xerfi

 ?

C’est l’un des effets collatéraux de la guerre entre la Russie et l’Ukraine : les prix des produits agricoles flambent, ceux des céréales et du blé plus particulièrement. Ce n’est pas un hasard. Sur ce marché, la situation peut très vite dégénérer car le blé, céréale majeure de la sécurité alimentaire mondiale, est irremplaçable.
.

Le blé est un marché étroit et concentré. Il n’y a guère qu’une dizaine de pays réellement capables d’en produire assez pour exporter. Si bien que les 5 premiers fournisseurs mondiaux assurent à eux seuls près des trois quarts des échanges. Cela limite les possibilités de substitutions si l’une des sources vient à se tarir, que ce soient pour des raisons climatiques, d’embargo, de logistique ou simplement de possibilités de moissonner ou de mettre les terres en culture. Or, parmi les plus grands exportateurs de blé de la planète, la Russie et l’Ukraine représentent près de 3 tonnes exportées sur 10.

Un terreau fertile à la spéculation

.
Autres caractéristiques du marché du blé, l’offre est rigide à court terme, à moins de puiser dans les réserves. Mais en toile de fond, une opacité concerne le niveau des stocks, considéré par exemple comme secret d’État par la Chine. C’est donc un terreau fertile à la spéculation, aux rumeurs et autres manipulations, d’autant plus dans le contexte géopolitique actuel.

S’il est impossible de définir les contributions de ces différents éléments à l’envolée des cours, tous y participent. C’est bien pourquoi le prix du blé dur (qui sert notamment à la fabrication des pâtes et de la semoule), qui avait commencé à s’élever à partir de l’été 2020, a flambé avec le conflit ukrainien pour passer de 200 à plus de 500 dollars la tonne en à peine deux ans. La hausse est encore plus spectaculaire concernant le blé tendre qui sert à la fabrication de la farine : + 225 % sur la même période.

Plus qu’une pénurie généralisée, ce sont ces tarifs prohibitifs qui augmentent les risques d’une crise alimentaire ; D’autant qu’il n’y a pas que le blé qui est concerné, mais l’ensemble des matières premières agricoles. Or, les dépenses alimentaires c’est entre 40 et 50% du budget des ménages dans les pays pauvres, 25% dans les pays émergents contre moins de 15% pour les pays riches.

Le prix du blé dur est passé de 200 à 500 dollars la tonne.
Photo Pixabay

Si les gouvernements n’interviennent pas et laissent filer les prix, alors des émeutes de la faim peuvent éclater, avec tout le risque de déstabilisation que cela comporte. Les effets peuvent être dévastateurs ; les conséquences incontrôlées :

Qui s’en souvient ? Les événements de la place Tian’anmen, qui se sont déroulés entre avril et juin 1989, étaient précédés d’une accélération folle de l’inflation chinoise, à la suite de la flambée des prix alimentaires. Alors que les salaires, majoritairement réglementés par l’État, ne suivaient pas. Bien sûr, l’aspiration à plus de liberté était le moteur de ce mouvement, mais il s’est d’abord nourri d’hyperinflation alimentaire.

Il ne faut pas se tromper non plus sur les printemps arabes, dont le catalyseur a été l’envolée des prix alimentaires. Il suffit d’observer l’évolution des prix mondiaux des céréales qui doublent en quelques mois et de caler certains événements. Début 2011, des affrontements ont lieu en Tunisie et Ben Ali quitte le pouvoir quelque temps après. L’onde de choc gagne l’Égypte dès le 25 janvier et pousse Moubarak à abandonner le pouvoir en février. Plus récemment, en avril 2019, au Soudan, le dictateur Omar el-Bechir a été renversé à la suite de 4 mois de manifestations nées du triplement du prix du pain.

Plus proche encore, c’est le Tchad qui déclare « l’urgence alimentaire » le 2 juin dernier. Pour être sans équivoque, le gouvernement fait appel aux partenaires internationaux pour venir en aide à sa population. Et pour cause, selon l’ONU, un Tchadien sur trois avait déjà besoin d’une aide « humanitaire d’urgence » en 2021. Un tiers des habitants des pays arabes serait dans l’insécurité alimentaire. Le Proche-Orient, le Moyen-Orient, l’Afrique du Nord, sont des zones très dépendantes des marchés internationaux et l’on ne compte plus les gouvernements qui tentent, par tous les moyens, de limiter l’impact de la hausse des prix sur leur population. En mars, c’est l’Égypte qui impose un tarif fixe pour le pain, au Liban c’est près de 14 millions d’euros débloqués pour aider les importateurs à acheter du blé.


Alors, soit le pays dispose d’une rente capable de financer un système d’aides pour le protéger de l’inflation alimentaire, c’est le cas de l’Algérie avec ses hydrocarbures. Soit le pays n’en dispose pas, et dans ce cas tous les choix mènent dans le mur. Laisser filer les prix et c’est une révolte sociale assurée. Fixer les prix domestiques, c’est appauvrir les agriculteurs locaux qui subissent la hausse du coût de leurs entrants (des engrais principalement), c’est les dissuader de produire plus donc d’accentuer le problème. Subventionner les ménages pour compenser les pertes de pouvoir d’achat, c’est creuser le déficit public de pays déjà en délicatesse avec leurs finances publiques, sans compter tous les risques de solvabilité que cela soulève.


Le monde est assis sur la poudrière alimentaire.

 

Vous pouvez aussi suivre la vidéo

https://www.xerficanal.com/economie/emission/Alexandre-Mirlicourtois-La-poudriere-alimentaire-et-ses-risques-geopolitiques_3750790.html
Pour accéder au site XERFI Canal , cliquez ICI
XERFI Canal est répertorié dans la rubrique Think Tank de la communauté Géopolitique, Économie, Défense et Sécurité d’ESPRITSURCOUF
.

***
Cet article vous a intéressé ? Vous avez une remarque à nous faire ?
Vous souhaitez nous le faire savoir ?
  Cliquer ICI

(*) Alexandre Mirlicourtois , Economiste.Directeur de la conjoncture et de la prévision du groupe Xerfi depuis 2006, en charge de la direction économique et quantitative des études sectorielles et responsable des scénarios macro-économiques. Il est également responsable de la lettre de conjoncture Xerfi-Previsis.


Bonne lecture et bonnes vacances
Rendez-vous le 9 août prochain pour le N°195.
D’ici là, pour une bonne santé, prenez soin de vous.
RESPECTEZ LES CONSIGNES :
Distanciation, port du masque  …

NOUS AVONS BESOIN DE VOUS !

Soutenez-nous !

     

Nous ne recevons aucune subvention, nous ne sommes financés que par les lecteurs d’ESPRITSURCOUF. Adhérez ou faites un don défiscalisé à Espritcors@ire , association reconnue d’intérêt général qui l’édite.

Ainsi vous serez informé en priorité et recevrez le SEMAPHORE Lettre d’actualité, réservée à nos membres.

 

ADHÉSION 2022 :

  • Cotisation: 50€ net fiscal 17€,
  • Bienfaiteur: 100€ net fiscal 34€,
  • Soutien: 150€ net fiscal 57€.

VERSEMENT :

  •  par chèque, à l'ordre d'Espritcors@ire (7, rue Rosa Bonheur, 75015 Paris
  • par Paypal ou par Carte bancaire, cliquez sur"Cotisation, défiscalisation" ou sur "Don-IFI"
  • par virement demander notre RIB à secretariat@espritscorsaire.fr

ESPRITSURCOUF

« UN AUTRE REGARD SUR LE MONDE »

 

Vous appréciez cet article, transmettez-le à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou l’adresse du site ESPRITSURCOUF

Merci pour votre action au service du rayonnement de notre "Observatoire de Géopolitique, Économie, Défense et Sécurité"

Suivez-nous sur FacebookTwitter, LinkedIn, Instagram et YouTube

Sur les réseaux sociaux, donnez votre avis, indiquez  que vous aimez notre site, incitez vos amis à "liker" ESPRITSURCOUF

Si vous souhaitez intégrer les réseaux sociaux d’ESPRITSURCOUF, merci de nous indiquer le libellé exact du nom de chacun de vos comptes Facebook, LinkedIn, Twitter … à contact@espritsurcouf.fr