LES ENTREPRISE TRICOLORES SONT TRÈS PRÉSENTES À L’INTERNATIONAL.

L’internationalisation passe par des implantations de filiales à l’étranger et par les exportations. Les premières sont plus développées que les secondes.

Christel Colin
Directrice des statistiques d’entreprises de l’INSEE

Les entreprises françaises sont largement présentes à l’international, que ce soit par leurs exportations ou par leurs implantations à l’étranger. Les firmes multinationales françaises*, hors secteur bancaire, contrôlent 37.000 filiales à l’étranger, dans plus de 190 pays. Plus de la moitié de leur chiffre d’affaires total (54 %, soit 1.248 milliards d’euros) est réalisé à l’étranger. De même, 56 % de leurs effectifs se trouvent à l’étranger. Au total, ces filiales étrangères emploient 5,5 millions de salariés. Plus les firmes sont grandes, plus la part de leur activité à l’étranger est élevée. Elles sont implantées principalement en Europe.

Multiplié par deux

Pour les groupes non bancaires, 38 % de leurs effectifs à l’étranger travaillent dans l’Union européenne, dont la moitié dans trois pays : le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Espagne. Hors d’Europe, ces firmes sont implantées surtout aux Etats-Unis, au Brésil et en Chine.

Les groupes bancaires français, eux, sont également largement implantés à l’étranger. Ils contrôlent 1.800 filiales, qui emploient 39 % de leurs effectifs totaux et réalisent 35 % de leur produit net bancaire total. La moitié des salariés de ces filiales étrangères travaillent dans l’Union européenne, notamment en Italie, en Belgique, en Allemagne, en Pologne, au Royaume-Uni. Hors d’Europe, c’est aux Etats-Unis et en Russie que les filiales des groupes bancaires emploient le plus de salariés. Le développement de ces firmes multinationales s’appuie sur d’importants investissements directs étrangers. Le stock d’investissement direct français à l’étranger représente 44 % du PIB de la France. Depuis 2005, il a été quasi multiplié par deux, témoignant du gonflement du prix des actifs financiers et du développement à l’étranger des firmes multinationales sous contrôle français. Par rapport à la taille de l’économie française, les multinationales françaises investissent fortement à l’étranger : parmi les grandes économies, seuls le Royaume-Uni et le Canada présentent des ratios « stock d’investissements directs à l’étranger/PIB » plus élevés… mais aussi via les exportations des entreprises implantées en France. Si les implantations à l’étranger ont pris une grande importance dans l’internationalisation des entreprises, le développement à l’international continue de passer aussi par les exportations. Dans un contexte d’intensification des échanges extérieurs au niveau mondial, les exportations de biens et de services aux entreprises représentent en France 28 % du PIB en 2015, contre environ 20 % au début des années 1990 (30 %, contre 20 % pour les importations).

Les services y tiennent une place croissante, mais qui reste minoritaire. Ces exportations sont très concentrées : en France, seule une entreprise des secteurs marchands non agricoles sur dix exporte. Et une part importante des entreprises exportatrices affiche un chiffre d’affaires à l’exportation relativement faible.

 

Les entreprises tricolores sont très présentes à l’international

1 % pour 80 %

Ainsi, 1 % des entreprises exportatrices concentrent près de 80 % du chiffre d’affaires à l’exportation. Plus les entreprises sont de grande taille, plus elles ont tendance à exporter. En outre, près de 90 % des exportations depuis la France sont réalisées par des firmes multinationales, dont 58 % par les multinationales françaises. Les entreprises indépendantes et les groupes franco-français ne réalisent ensemble que 11 % des exportations. L’industrie et le commerce concentrent 80 % des exportations, devant les transports et entreposage et les services aux entreprises. Au sein du commerce, 88 % des exportations sont portées par le commerce de gros. Le commerce de détail et le commerce de réparation d’automobiles et de motocycles exportent peu. Au sein des groupes, des filiales sont souvent dédiées aux exportations qui, dès lors, vendent en gros.

Au total, pour les entreprises implantées en France qui exportent, le chiffre d’affaires à l’exportation atteint 28 % du chiffre d’affaires total. Selon les pays, la part relative des exportations et des implantations de filiales à l’étranger varie, témoignant de stratégies d’internationalisation différentes.

L’internationalisation de l’économie française se traduit davantage par l’implantation de filiales à l’étranger que par les exportations. Il en va de même pour le Royaume-Uni. En revanche, l’Allemagne allie une forte présence de filiales à l’étranger à des exportations élevées. La situation de l’Espagne est également assez équilibrée, mais son développement à l’international est moindre, en termes d’exportations comme de ventes depuis les filiales étrangères.

(extrait d’ INVESTIR  du 17juillet 2017)

* Sources :  Insee focus n° 85, Insee références, novembre 2016 ; Insee première n° 1558, disponibles sur www.insee.fr, et les statistiques sur les implantations bancaires à l’étranger, disponibles sur www.banque-france.fr.

 


Si vous appréciez les articles d'ESPRITSURCOUF.fr
Soutenez espritcors@ire
Cotisation : 50€, soit 17€ net fiscal.

Cliquez ici

 

Pour aider de jeunes corsaires et développer ESPRITSURCOUF.fr Votre contribution est indispensable en 2019 DONS pour réduire votre IFI ADHÉSION à "espritcors@ire" : Membre : 50€ soit 17€ net fiscal

Contribution par chèque à l'ordre d'espritcors@ire, par Paypal ou carte bancaire Cliquez sur DON ou ADHESION

Chers lecteurs, Vous avez apprécié cet article, vous pouvez le retransmettre à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou du site ESPRITSURCOUF.fr Nous vous remercions pour votre action au service du rayonnement de notre "Observatoire de la Défense et de la Sécurité" N'hésitez pas à nous suivre sur Facebook et Twitter