LA GRANDE GUERRE AU PROCHE-ORIENT

par Julien Godfryd,
jeune diplômé de l’IRIS (*)

 

L’armistice du 11 novembre 1918 rétablit la paix en Europe après une guerre qui traumatisa durablement les peuples du continent. Les commémorations du centenaire de l’armistice signée entre la France et l’Allemagne ont invité la nation française à renouer avec l’Histoire européenne du siècle dernier et à réfléchir collectivement sur le projet politique européen à porter aujourd’hui. La plupart des affrontements et des pertes humaines de la Première Guerre mondiale ont bien sûr eu lieu sur les terres et dans les mers d’Europe. Mais, alors dominé par les Turcs ottomans, le Proche-Orient a également été entrainé dans les affres de ce conflit particulièrement meurtrier, charriant son lot de drames et de traumatismes collectifs, qu’il est indispensable d’associer au conflit européen. Renouer avec cette partie de l’Histoire offre une perspective indispensable à la compréhension des crises orientales du reste du XXe siècle, et de l’implication britannique et française dans cette région.

 

LES ORIGINES DE LA GUERRE

Nationalisme et industrie.

La Première Guerre mondiale est au début du XXe siècle le conflit le plus meurtrier de l’Histoire de l’Europe, avec 20 millions de morts au lendemain de l’armistice de 1918. Bien que d’envergure mondiale, la Grande guerre est avant tout d’origine européenne et témoigne de l’entrée de la « Modernité » à la fois dans la vie politique et dans les industries de guerre du Vieux continent. Dès le XIXe siècle, l’Europe post-napoléonienne se constitue en États nations, avec des institutions modernes et une industrialisation croissante. Le concept de nation s’impose comme incontournable dans la réflexion politique de l’époque, en France, mais également dans l’Empire prussien de l’époque, qui font de leurs langues le socle de leurs États. En France, le nationalisme puise largement dans la concurrence avec la Grande-Bretagne puis dans la germanophobie à partir des années 1870, les Français voulant avec force la reconquête de l’Alsace et de la Moselle, aux mains de l’Allemagne depuis lors. Dans le domaine militaire, la modernité implique d’abord la conscription de masse et la naissance d’une industrie de guerre performante. Et alors que toutes les forces du pays, en France comme en Allemagne, sont consacrées à soutenir l’effort de guerre, c’est la naissance de la « guerre totale ». Les usines d’armement améliorent considérablement la portée et la puissance de feu de l’artillerie, développent des armes chimiques tels que le gaz moutarde, et généralisent l’usage des armes automatiques telles que la mitrailleuse, bien que l’infanterie à pied et la cavalerie à cheval restent, pour l’heure, le standard pour de nombreuses armées. Cette guerre sonnera le glas des combats à l’arme blanche et des grandes charges de cavalerie qui appartiendront dès lors au passé. La pétrochimie permet l’utilisation de nouveaux moteurs capables de propulser des avions légers et des chars d’assaut blindés durant la guerre, véritables révolutions sur le champ de bataille. Pour l’heure, les avions de la Grande guerre ne sont pas encore capables d’effectuer des bombardements très efficaces et agissent principalement en tant qu’unités de reconnaissance au profit de l’artillerie. L’art de la guerre est bel et bien entré dans une nouvelle ère.

Blocs diplomatiques et système d’alliances.

Au plan diplomatique, la carte de l’Europe est en 1914 divisée en deux camps, avec malgré tout quelques États neutres. Au XIXe siècle, la France et le Royaume-Uni ont constitué deux vastes empires coloniaux concurrents : en Afrique et dans le sud-est asiatique pour la France ; en Afrique, dans le sous-continent indien, en Egypte et en Océanie pour le Royaume-Uni. L’Italie et l’Allemagne, ayant constitué leurs États nation tardivement, ne sont pas parvenues à constituer d’empires coloniaux vastes et riches en matières premières ou fournissant de positions géographiques stratégiques. C’est pourquoi l’Allemagne de Bismarck, pour contrebalancer le poids économique et géopolitique des empires coloniaux ultramarins français et britanniques, recherche une solide assise continentale. Cela l’amène à s’allier militairement et commercialement avec un maximum de puissances européennes et du Proche-Orient. Berlin s’entoure alors de l’Italie, de l’Empire d’Autriche-Hongrie, et du vaste Empire ottoman. Ce dernier n’est cependant pas lié à l’Allemagne par un traité d’alliance militaire et maintient des relations diplomatiques actives avec Paris et Londres. De son côté, la France, parallèlement à la constitution de ce bloc pro allemand, s’allie avec son adversaire de toujours qu’est le Royaume-Uni, la Russie tsariste et le Royaume de Serbie proche de Moscou. En 1914, toutes les grandes puissances d’Europe sont ainsi engagées dans un système de blocs d’alliances militaires. ­­

Déclenchement de la guerre.

L’événement déclencheur de la conflagration européenne est l’assassinat en juin 1914 de l’archiduc François-Ferdinand de Habsbourg-Este, héritier du trône d’Autriche-Hongrie. Alors que cet empire affaibli est en proie à de multiples séparatismes locaux depuis des décennies, son dirigeant, l’empereur François-Joseph, voit dans cet assassinat la main du jeune État serbe qui a des velléités d’expansion sur son territoire. L’auteur de l’acte est appréhendé, interrogé et se révèle être un nationaliste serbe. Il n’en faut pas davantage à l’empereur François-Joseph pour déclarer la guerre à la Serbie. L’escalade diplomatique au niveau mondial est extrêmement rapide : les déclarations de guerres se succèdent. En quelques jours, deux blocs adverses sont constitués et entrent officiellement en guerre l’un contre l’autre : d’un côté, les pays de la Triple-Entente, avec principalement la France et ses colonies, l’Empire britannique, la Russie, la Serbie, le Japon et la Belgique ; de l’autre, la Triple-Alliance — dite Triplice — ou bloc des Empires centraux, constituée de l’Allemagne, de l’Autriche-Hongrie, de l’Empire ottoman, l’Italie faisant partie de l’alliance s’étant d’abord déclarée neutre avant de finalement rejoindre la Triple-Entente en 1915.

 

UNE GUERRE AUX FRONTS MULTIPLES

Front Ouest : la guerre de mouvement et la Bataille de l’Atlantique.

L’armée allemande passe rapidement à l’offensive à l’ouest. Elle attaque la France en passant par la Belgique et tente de la prendre de vitesse, jusqu’à former un front qui à l’hiver 1914 s’étend sur des centaines de kilomètres jusqu’à la Manche. Le conflit s’enlise dans une guerre de tranchées, aucun des deux camps ne parvenant à obtenir l’avantage sur le sol français, et les pertes s’accroissent rapidement de part et d’autre. Dès 1914, la guerre implique les marines des belligérants. Dirigée par Winston Churchill, la Royal Navy britannique, alors la plus puissante du monde avec ses imposants cuirassés, escompte détruire son homologue allemande en une unique bataille, et infliger un blocus maritime destiné à interdire le commerce maritime allemand. Consciente de son infériorité navale, la marine allemande se replie dans ses ports et mise tout sur une arme récente : le sous-marin. L’état-major allemand décide de frapper le ravitaillement ennemi, en faisant fi du droit international de la mer et de la guerre. Les U-Boot allemands coulent de nombreux cuirassés sans sommation, de même que des navires transportant des civils.

La géopolitique de l’Empire ottoman.

L’Empire ottoman a dans son histoire connu deux constantes géopolitiques : un fort antagonisme avec la Russie et la conclusion d’alliances de revers de conjoncture avec certaines puissances européennes afin de développer et contrer les ennemis à ses frontières. Alliée à la France de François 1er contre l’Autriche-Hongrie des Habsbourg au XVIe siècle, la Sublime Porte repousse l’assaut de Napoléon en Egypte et en Palestine en se rapprochant de l’armée de Wellington. Plus tard, au cours du XIXe siècle, l’Empire ottoman déclinant noue des accords diplomatiques nombreux avec Paris, Londres et Berlin, notamment dans les domaines des construction d’infrastructures sur son territoire, du droit religieux, de la modernisation militaire. Mais l’enjeu diplomatique majeur pour Français et Britanniques, c’est la liberté de circulation maritime par l’isthme de Suez et le détroit des Dardanelles, le premier reliant l’Asie, le Pacifique et l’Océanie à la Méditerranée et l’Europe du nord, le second reliant l’espace méditerranéen à la Mer Noire et donc aux ports russes de Crimée. Ce droit de circulation fut acté dans différents traités de droit international.

La Sublime Porte entre dans la Grande Guerre.

De plus en plus dominé par le soft power de la France et du Royaume-Uni, l’Empire ottoman opère un rapprochement avec l’Allemagne dans le dernier tiers du XIXe siècle tout en maintenant d’importantes relations diplomatiques avec Paris et Londres. Neutre au début du conflit mondial, le sultan ottoman pousse son empire dans la guerre, dans sa quête de suprématie navale face à la Russie en Mer Noire. La Sublime Porte a en effet commandé aux chantiers navals britanniques deux navires de guerre modernes, mais le déclenchement de la guerre avec l’Allemagne mène Londres à suspendre leur livraison et à les incorporer sur le champ à la Royal Navy, quitte à froisser le sultan. Quelques jours plus tard, en août 1914 deux navires de guerre allemands sont pris en chasse en Méditerranée, par 21 navires de la marine britannique. Plus rapides que leurs poursuivants, les vaisseaux allemands sont néanmoins condamnés à la défaite du fait de la supériorité britannique dans cet espace clos : Londres verrouille Suez. L’Empire ottoman s’est engagé par traité à ne pas autoriser le passage de navires militaires par le détroit du Bosphore. Le sultan en fait fi et accorde le refuge idéal aux marins allemands, à présent en sécurité derrière les défenses de Constantinople. Les diplomates de Paris et Londres sont furieux et posent un ultimatum au sultan pour la remise des navires : sans succès. Et pour clore cette course poursuite, l’empereur allemand offre les deux vaisseaux aux Ottomans, en remplacement de la livraison britannique annulée, moyennant une entrée en guerre à ses côtés. Les Ottomans acceptent et incorporent intégralement ces bateaux et leurs équipages à leur propre flotte — dont l’un est un croiseur puissant et ultramoderne opéré par 1 000 marins — et nomment Commandant en chef de la flotte impériale son commandant. Fort du regain de puissance de sa marine, le sultan ottoman saisit l’opportunité de porter un coup fatal à la Russie : il envoie alors sa flotte bombarder la Crimée russe le 29 octobre 1914 et appelle au jihad les musulmans à combattre Russes, Français et Britanniques— pour la plus grande satisfaction de Guillaume ii, grand promoteur d’un panislamisme anticolonial. L’Empire ottoman gagne en quelques jours la supériorité navale en Mer Noire face à son adversaire de toujours mais s’engage de la même occasion dans un conflit qui lui sera fatal.

 

LA TRIPLE-ENTENTE A L’OFFENSIVE EN ORIENT

L’empire britannique veut sa contre-attaque.

Les jours suivant l’attaque navale ottomane, l’armée russe lance une offensive terrestre dans le Caucase ottoman contre les troupes du sultan, et, malgré des débuts difficiles, obtient une franche victoire. La Russie et l’Amirauté britannique de Churchill montent une opération navale destinée à forcer l’ouverture du Bosphore et ainsi rétablir les communications maritimes en Mer Noire. Ils convainquent la France de participer à une opération de débarquement dans le détroit des Dardanelles. Car contrôler ce dernier et y installer une puissante armée permettrait l’encerclement complet des empires centraux, prélude à leur capitulation, tout en déposant le sultan. Hélas, les préparatifs de l’opération laissent le temps aux troupes ottomanes, dirigées sur place par le général allemand Liman von Sanders, de se positionner. L’expédition d’avril à août 1915 dans les Dardanelles est un cuisant échec. Côté allié, les pertes s’élèvent à 46 000 morts et 86 000 blessés, auxquels il convient d’ajouter 258 000 morts de maladie sur les côtes turques. Les troupes coloniales britanniques d’Océanie paient un lourd tribut, avec 7 594 Australiens et 2 431 Néo-Zélandais tués dans la bataille. La France persuade Churchill de renoncer à prendre Constantinople et à changer son fusil d’épaule. Le corps expéditionnaire franco-britannique se replie en Grèce en janvier 1916. Leur camp retranché de Salonique reçoit des renforts serbes, italiens et russes, en attendant l’entrée en guerre de la Roumanie de l’autre côté des Balkans.

Diplomates et militaires de l’Entente regardent vers la Syrie et la Palestine.

Devant l’échec du débarquement dans les Dardanelles, Britanniques et Français cherchent un autre angle d’attaque contre l’Empire ottoman. La diplomatie française s’alarme de la radicalisation des mesures prises par les Ottomans contre la présence française au Liban et les chrétiens maronites, dont les chefs sont déportés à Jérusalem en mars 1915. Les forces britanniques stationnées en Egypte s’inquiètent du renforcement ottoman en Palestine et en Mésopotamie, d’où ils menacent les champs de pétrole de Perse qui alimentent les moteurs de leurs marines et aviations de guerre, et leur liberté de circulation en Mer Rouge. Londres envoie un corps expéditionnaire indo-britannique en Irak, qui se fait encercler par les Ottomans en décembre 1915 et finit par se rendre fin avril 1916. La « question » de Palestine va à nouveau aiguiser les intérêts des puissances alliées, dont l’implication diplomatique en matière religieuse y est particulièrement forte depuis près d’un siècle. Les diplomates de chaque nation alliée formulent leur position à l’égard du Proche-Orient : œuvrer à son démantèlement ou à son maintien dans l’Empire ottoman, réclamer ou prendre le contrôle direct d’une partie de la région, proposer un statut international pour les villes saintes de la chrétienté ? Au Proche-Orient, la répression ottomane et la famine qui sévissent poussent la France à se prépositionner militairement en Méditerranée orientale en installant une base en août 1915 sur une île au large de Tartous en Syrie. Les autorités françaises veulent ouvrir un front dans la zone mais s’opposent entre elles sur la répartition et le statut de leurs futures conquêtes avec les Britanniques. Car il ne fait guère de doute à Paris que ce sont les hommes d’Allenby et non des soldats français qui conquerront le Proche-Orient : tout l’effort de guerre français est concentré en métropole, alors que la British Army est parvenue à lever de nombreuses troupes dans ses colonies et est capable de les mener aux portes de l’Empire ottoman.

 

BRITANNIQUES ET ARABES A LA CONQUETE DE DAMAS

Les services de renseignement britanniques à la manœuvre en Arabie.

Avant-guerre déjà, des hauts gradés de l’armée de Sa Majesté réfléchissaient à l’opportunité de fomenter un soulèvement armé auprès des populations arabes de l’Empire ottoman en cas de guerre avec celui-ci. C’est notamment le cas de Lord Kitchener, devenu entre-temps ministre de la Guerre outre-Manche. Dès 1912, celui-ci rencontre Abdullah, le fils du chérif de la Mecque Hussein ibn Ali qui gouverne l’ouest de l’Arabie sous la tutelle des Ottomans : Kitchener et l’administration militaire du Caire voient en Hussein un possible remplaçant à l’actuel sultan. Dès le début de la guerre, Kitchener ordonne aux services militaires du Caire de reprendre les négociations avec Abdullah. C’est ici qu’un officier de renseignement britannique basé en Egypte sous les ordres du général Allenby entre en scène. Cet officier se nomme Thomas Edward Lawrence et sera bientôt mondialement connu comme Lawrence d’Arabie. Ce dernier est parvenu à prendre contact et à gagner l’oreille d’Abdullah et de Hussein, et finalement à rallier plusieurs tribus arabes à sa cause et à les rassembler non sans peine dans une coalition militaire arabe. Soumises à la poigne de fer des Ottomans et notamment des Turcs (qui ne sont pas arabes), Lawrence parvient à mobiliser les tribus d’Arabie autour d’un idéal commun : créer un État dominé ethniquement par les arabes et indépendant des Turcs ottomans, qui comprendrait les provinces ottomanes arabes avec pour capitale Damas. Lawrence obtient donc leur union politique et militaire et les fait passer à l’attaque bien que peu armées et disciplinées.

Le Proche-Orient ottoman tombe.

Les Britanniques cherchent à prendre le contrôle du territoire ottoman par le sud et s’en donnent les moyens à partir de 1916. Fin 1916, les troupes du général Allenby font tomber le verrou de El-Arish dans le Sinaï puis remportent une autre victoire contre les Ottomans à El Magruntein en Palestine en janvier 1917. Dès lors s’ensuit une longue phase d’enlisement de la campagne en Palestine, qui trouve son dénouement en juillet 1917 grâce à l’action audacieuse des tribus menées par Lawrence contre le port d’Aqaba, situé à la pointe sud de l’actuelle Jordanie. La campagne peut alors reprendre. Les Britanniques fondent sur Beersheba en octobre 1917, prennent Jérusalem en décembre 1917, véritable cadeau de noël aux troupes et civils du Royaume-Uni voulu par le Premier ministre Lloyd George, puis Jéricho en février 1918, Haïfa et Nazareth en septembre de la même année, et enfin Beyrouth et Damas les 1er et 2 octobre 1918. Le commandement britannique offre la gloire de la prise de Damas aux tribus arabes, en les laissant entrer en premier dans la ville. Hussein et son entourage s’installent dans ce qu’ils considèrent comme la capitale de leur futur État arabe. À la fin du mois d’octobre 1918, ce qui reste de l’Empire ottoman capitule officiellement devant les Britanniques et les alliées de l’Entente. Le 11 novembre, c’est l’Europe de l’ouest qui fait taire les canons : l’Allemagne signe l’armistice. Les grandes puissances ont cessé de s’affronter, mais la paix est loin d’être acquise au Proche-Orient.


(*) Analyste en affaires stratégiques, Julien Godfryd est spécialiste de la géopolitique du Proche-Orient et diplômé de l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS). Après avoir travaillé aux ministères de Affaires étrangères et de la Défense, il a collaboré avec différents magazines et a rejoint une grande société de conseil en nouvelles technologies.



Vous jugez ESPRITSURCOUF intéressant et utile
En 2019 pour rester indépendant et sans subvention,
votre contribution est indispensable :
Cotisations "espritcors@ire" : 50€,soit 17€ net fiscal
Jeune professionnel : 20€ soit 6,80€ net fiscal
Etudiant : 10€
Contribution par chèque à l'ordre d'espritcors@ire, par Paypal ou carte bancaire 
en cliquant ICI 

 

 

 

Pour aider de jeunes corsaires et développer ESPRITSURCOUF.fr Votre contribution est indispensable : - ADHÉSION à « espritcorsaire » : Membre 50€ soit 17€ net fiscal - DONS pour réduire votre IFI

Contribution par chèque à l'ordre d'espritcors@ire, par Paypal ou carte bancaire Cliquez sur DON ou ADHESION

Chers lecteurs,

Vous avez apprécié cet article. Vous pouvez le retransmettre à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou du site ESPRITSURCOUF.fr Merci pour votre action au service du rayonnement de notre "Observatoire de la Défense et de la Sécurité"

Suivez-nous sur Facebook et Twitter