EFFONDREMENTS ET
GÉOPOLITIQUE DU COVID-19

Alain Juillet (*)
Ancien Haut Responsable de l’Intelligence Économique

?

La collapsologie a été conçue par l’américain Jared Diamond en 2005. Il s’agit de comprendre les mécanismes et les enchainements qui amènent à l’effondrement des pays, des empires et des civilisations, à travers cinq critères de base : financier, commercial, politique, social et culturel. Face à la première vague de Covid 19 et à son impact sur les pays occidentaux, il est apparu intéressant à l’auteur et à ses amis  Pierre Fournié et Henri Dou d’appliquer cette méthode d’analyse à la France. Ils voulaient voir si on pouvait en tirer des enseignements utiles pour des futurs possibles. Leur constat est accablant.
.

Après la première, une deuxième vague de l’épidémie a secoué le pays, et nous sommes aujourd’hui au cœur d’une troisième vague. Sous le choc, un certain nombre de réalités sont devenues des évidences, qui seraient restées cachées sans la crise sanitaire.

On a constaté la faillite de notre système de santé et de notre recherche médicale, que l’on croyait parmi les meilleurs au monde, mais dont on avait réduit le financement de 10,6 milliards d’euros en 10 ans.

Beaucoup ont découvert notre inquiétante désindustrialisation et la baisse de notre capacité innovante, qui est à la base d’un déficit commercial de 107,6 milliards d’euros, le plus élevé de toute l’Union Européenne.

Sans en tirer les conséquences, on a dû reconnaître la faiblesse de notre enseignement qui n’est plus le moteur de la réussite sociale ou de l’intégration, et nous positionne en mathématique 27eme sur 28 en Europe, alors qu’auparavant nous collectionnions les médailles Field.

Sur le plan commercial, l’arrêt des activités et les ruptures d’approvisionnement dues aux délocalisations ont montré combien celles-ci aggravaient la situation générale.

Sur le plan politique, la perte d’écoute et d’impact des élus, sous la pression des médias et des minorités agissantes, s’est amplifiée. Cela dans un État qui privilégie les comités de citoyens pour combler le fossé existant entre les élites et la société civile, et qui fait appel aux comités d’experts pour décider à sa place, au nom du principe de précaution et du refus de la prise de risque.

Durant la deuxième vague, les restrictions de liberté, d’abord subies par une population apeurée, ont été progressivement rejetées, suite au doute sur leur efficacité. D’autant qu’elles ont été aggravées par les interdictions culturelles, allant de la suppression des spectacles à la fermeture des lieux de restauration. Le métro-boulot dodo n’a jamais créé l’espérance et la motivation.

La troisième vague a confirmé les enseignements des deux premières sur l’incapacité de l’État à gérer une crise de cette ampleur et à se remettre en cause avec une vision claire de l’avenir. Pour le moment seuls ont tenus le domaine social, grâce au chômage à temps partiel et le soutien des PME/TP, ainsi que le domaine financier, par la création d’une dette considérable qu’il faudra rembourser.

Chaque vague a fait émerger le même type de difficultés, montrant qu’il s’agit bien de problèmes structurels graves, en dépit des dénis des administrations concernées et des justifications des politiques. À l’absence de masques, a succédé l’absence de tests et la continuation des querelles d’experts. Sur fonds de défense des intérêts catégoriels des hôpitaux publics, on a rejeté les possibilités offertes par la médecine privée, les cliniques et les vétérinaires. Devant l’incapacité d’organiser la vaccination sur le plan logistique, en dépit des effectifs de la santé publique et des capacités disponibles chez les logisticiens, on a engagé à prix d’or un grand cabinet de conseil américain. Confondant les personnels opérationnels au contact des malades et leurs pendants administratifs, on a donné une prime à tout le monde.

Dans l’éducation nationale, on a découvert qu’un pourcentage significatif de professeurs n’avait plus donné signe de vie durant toute la crise, tandis que d’autres innovaient pour assurer le contact et la formation des élèves par visioconférence. Plus généralement, les événements médiatiques sociétaux ont montré la difficulté de faire appliquer les lois par une partie de nos concitoyens, et de les faire respecter par une police systématiquement mise en cause par des minorités agissantes, qui ont pour caractéristique commune une remise en cause de l’État de droit sous toutes ses formes.

Un élève de Jared Diamond, Dmitry Orlov, ingénieur russe vivant aux États-Unis, a mis en pratique la collapsologie en étudiant, après l’avoir vécu, la chute de l’Union soviétique. L’analyse des effondrements d’Orlov montrent que le processus se construit, domaine par domaine, jusqu’au moment où les dits effondrements interagissent et en multiplient les impacts. Chez nous, cela risque d’être le cas cette année, où le social va entrer en crise du fait des multiples faillites de petites et moyennes entreprises qui assurent la plus grande partie de l’emploi.

Quand la petite bourgeoisie bascule dans la pauvreté, les pauvres se retrouvent dans l’extrême pauvreté. Ceci génère toujours des troubles sociaux importants qui se répercutent sur d’autres domaines. Les médias ne parlent que des catégories sociales et des minorités qu’ils rencontrent. L’important, ce sont ceux dont on ne parle pas et que la crise marginalise, comme les saisonniers ou les travailleurs journaliers, car ils n’ont plus rien à perdre.

Il est devenu habituel de voir des files d’étudiants attendre les distributions des restos du Cœur. Capture d’écran de TF1

Un autre aspect intéressant est l’extrême confusion dans les priorités décisionnelles quand la société renie son passé et ne veut pas regarder l’avenir. Dans cet éternel présent, qui détruit les repères, l’accessoire prend le pas sur l’essentiel et le principe de précaution devient un refuge pour bloquer toute initiative. Un bon exemple en est la consommation de viande au lycée. En semaine, dans nos banlieues, nombreux sont les jeunes qui n’en mangent qu’à la cantine. En la supprimant, pour faire plaisir aux végans et éviter le problème de la viande halal, on punit par privation la plus grande partie des élèves qui sont l’avenir de la nation, au nom de l’idéologie d’un parti médiatique largement minoritaire.

En réalité, le Covid 19 n’est que le révélateur d’une situation générale qui s’est dégradée depuis de nombreuses années, sans que personne ne veuille le voir ou le reconnaître. Que penser d’une société capable d’amener ses étudiants à se nourrir au secours populaire et de placer ses vieux dans des mouroirs ? C’est inconcevable dans tous les pays émergents, car c’est caractéristique des peuples en déclin.

Nous sommes donc à la fin d’un cycle. L’analyse de situation montre que la France n’est pas encore au stade de l’effondrement, car les critères ne sont pas totalement remplis, mais nous en sommes aux prémices. Son incapacité structurelle à se remettre en cause, dans tous les domaines et à tous les niveaux, tout comme le refus des politiques de reconnaitre la réalité, lui fait connaître une crise majeure dont elle va sortir très diminuée par rapport aux principaux pays européens et au reste du monde.

Cet article vous a intéressé ? Vous avez une remarque à nous faire ? Vous souhaitez nous le faire savoir ? Cliquer ICI.

(*) Alain Juillet, après avoir débuté sa carrière comme officier dans des unités parachutistes et au service Action du SDECE, a travaillé dans de nombreux groupes français et étrangers comme cadre puis dirigeant, avant d’être nommé directeur du renseignement à la DGSE, puis Haut Responsable à l’Intelligence Économique auprès du Premier ministre. Depuis il a été conseiller dans un cabinet d’avocats d’affaires et président du Club des directeurs de sécurité des entreprises. Diplômé d’un EMBA/HEC et de Stanford University, ancien auditeur de l’IHEDN et de l’INHESJ. Il est aujourd’hui auteur conférencier et chargé de cours en gestion de crise, stratégie, et intelligence économique dans des écoles et universités françaises et étrangères. 




Il a co-écrit avec Pierre Fournié et Henri Dou « Effondrements et géopolitique du Covid 19 », publié en janvier 2021 aux Éditions Anima Corsa, et présenté dans la rubrique LIVRES de ce numéro.

.
.


k


Bonne lecture et rendez-vous le 05 AVRIL 2021
avec le n°161
D’ici là, pour une bonne santé, prenez soin de vous.
RESPECTEZ LES CONSIGNES:
Distanciation, port du masque, respect du couvre-feu et du télétravail …

espritcors@ire ne reçoit aucune subvention, il n’est financé que par ses membres et les lecteurs d’ESPRITSURCOUF.

Si vous aimez notre site, si vous voulez l’aider à s’améliorer, adhérez ou faites un don à espritcors@ire, association reconnue d’intérêt général, qui l’édite.

Etre adhérent, vous permet d'être informé en premier et de recevoir la Lettre hebdomadaire d’actualité, réservée à nos membres.

 

ADHÉSION 2021 :

- Cotisation : 50€ net fiscal 17€,

- Bienfaiteur : 100€ net fiscal 34€,

- Soutien : 150€ net fiscal 57€.

 

DON : Pour tout autre montant ou pour IFI

 

VERSEMENT :

- par chèque, à l'ordre d'espritcors@ire (7, rue Rosa Bonheur, 75015 Paris)

- par Paypal ou par Carte bancaire, cliquez su"Cotisation, défiscalisation" ou sur "Don-IFI"

- par virement demander notre RIB à contact@espritsurcouf.fr

           

Chers lecteurs d’ESPRITSURCOUF,

Vous avez apprécié cet article Vous pouvez le retransmettre à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou l’adresse du site ESPRITSURCOUF (https://espritsurcouf.fr/).

Merci pour votre action au service du rayonnement de notre "Observatoire de Géopolitique, Économie, Défense et Sécurité".

Suivez-nous sur Facebook , Twitter , LinkedIn , Instagram , YouTube .

Sur les réseaux sociaux, donner votre avis, indiquer que vous aimez notre site, inciter vos amis à "liker" ESPRITSURCOUF.

Si vous souhaitez intégrer les réseaux sociaux d’ESPRITSURCOUF, merci de nous indiquer le libellé exact du nom de chacun de vos comptes Facebook, LinkedIn , Twitter … à contact@espritsurcouf.fr