Pascal Blanchard vient de publier Décolonisations françaises. La chute d’un Empire avec Nicolas Bancel et Sandrine Lemaire aux Editions de La Martinière. Près de 60 ans après la fin officielle des colonies, il faut admettre que ce passé n’est pas passé. Qu’il est toujours vécu au présent, toujours ici et maintenant ; inscrit dans un continuum en résonance avec les débats politiques et sociétaux les plus brûlants. Et pourtant, comme tous les bouleversements de la grande Histoire, la décolonisation française ne peut être réduite à une lecture manichéenne ou simpliste. Comme tous les grands mouvements historiques, elle fut le fruit d’une grande variété de causes structurelles et conjoncturelles qui, par leurs contradictions et leurs oppositions, ont participé à l’écriture d’un passé commun.

Au-delà de l’incroyable aveuglement des élites politiques de la IVe République qui savaient que la France allait vers une impasse, vers des conflits sanglants, vers une génération sacrifiée ; c’est aussi la défense d’une posture soutenue avec une seule idée en tête — garder le maximum de territoires pour préserver la « grandeur » du pays, sauvegarder ses intérêts économiques et stratégiques quelque qu’en soit le prix — que cette période de l’histoire nous raconte. Une histoire qui a façonné la Ve République, mais aussi les enjeux de mémoire depuis près de 60 ans dans notre pays.

Beau livre, richement illustré (250 documents images, souvent inédits), l’ouvrage Décolonisations françaises. La chute d’un Empire (1943-1977) s’inscrit dans une histoire globale, transnationale : une histoire-monde. Il traitera de toutes les décolonisations de l’Empire français, des premiers soubresauts (1943-1944) jusqu’aux dernières répressions à Djibouti et en Guadeloupe (1967) et les dernières indépendances en Afrique (Comores et Djibouti), mais aussi — dans un dernier chapitre – des suites postcoloniales de l’Empire pendant un demi-siècle (1970-2020).

Cet ouvrage est structuré autour de deux postulats majeurs. Premièrement, les guerres de décolonisations sont considérées comme la trame de fond d’un conflit global, la France étant en permanence en guerre de 1945 à 1967. C’est cela qui structure une période hors norme, dont nous n’avons pas conscience qu’elle raconte un pays qui est alors en guerre contre une partie de lui- même. C’est cela le cœur du livre.

Mais cette histoire des décolonisations traitera aussi de la période du colonial tardif et de la période postcoloniale (jusqu’en 2020), a n de mettre à jour les lignes de continuité — mais aussi les ruptures — entre périodes coloniale et postcoloniale. Le livre est dirigé par trois historiens Sandrine Lemaire, Pascal Blanchard et Nicolas Bancel, avec une préface du professeur d’histoire et grand spécialiste de l’histoire coloniale, Benjamin Stora, et une postface d’Achille Mbembe, spécialiste de la post-colonie et de l’Afrique noire (notamment du Cameroun).

INFORMATIONS SUR LE LIVRE :

Auteur : Pascal Blanchard , Nicolas Bancel et Sandrine Lemaire
Editeur : La Martinière
Pages : 240 pages
Date de parution : 09/01/2020
Prix : 29.90€
Dimension : 22,0 cm × 28,5 cm × 2,1 cm
ISBN : 978-2-7324-8424-2
EAN : 9782732484242

Vous pouvez acheter le livre sur le site de decitre.fr

ESPRITSURCOUF ne reçoit aucune subvention, il n’est financé que par ses lecteurs. Si vous aimez notre site, adhérez ou faites un don à espritcors@ire l’association qui l’édite

ADHÉSION 2020 :

 Cotisation: 50€ net fiscal 17€,

 Bienfaiteur: 100€ net fiscal 34€,

 Soutien: 150€ net fiscal 57€.

DON : Pour tout autre montant ou pour IFI

VERSEMENT : 

 par chèque , à l'ordre d'espritcors@ire (7, rue Rosa Bonheur, 75015 Paris)

 par Paypal ou par Carte bancaire, cliquez sur "Cotisation, défiscalisation" ou sur "Don-IFI"

         

Chers lecteurs,

Vous avez apprécié cet article. Vous pouvez le retransmettre à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou du site ESPRITSURCOUF. Merci pour votre action au service du rayonnement de notre "Observatoire de Géopolitique, Économie, Défense et Sécurité"

Suivez-nous sur Facebook , Twitter et LinkedIn .

Sur les réseaux sociaux, donner votre avis, indiquer que vous aimez notre site, inciter vos amis à "liker" ESPRITSURCOUF