« HISTOIRE ET PATRIMOINE
DE LA POLICE PARISIENNE »

.

Interview de Didier Sapaut (*)
 par Pascal Le Pautremat,
Rédacteur en chef d’Espritsurcouf

.
Avec la parution de son nouvel ouvrage, consacré cette fois à la police parisienne et son patrimoine,»,(éditions Massin), Didier Sapaut, historien et ancien élève de l’École Normale Supérieure, nous invite à une passionnante plongée dans le temps.
?

Pascal Le Pautremat : Quelle est la genèse de votre projet qui conduit donc, aujourd’hui, à la parution de ce beau livre richement illustré ? Pourquoi la Police parisienne ?

Ce livre est le second que je consacre aux forces de sécurité parisiennes. J’ai publié en 2017 « Paris et ses sapeurs-pompiers », consacré à cette unité si particulière : les pompiers militaires de la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris.

J’avais été frappé par le fait que raconter l’histoire des pompiers à Paris , des grands incendies et des grandes catastrophes sur lesquelles ils étaient intervenus, était une autre façon de raconter l’histoire de Paris. Cela offrait un autre angle de compréhension, peu présent dans les ouvrages sur l’histoire de la capitale.

C’est aussi le cas pour la police parisienne, dont je rappelle qu’elle a conservé son statut d’autonomie jusqu’en 1967. Policiers et pompiers de Paris sont placés sous l’autorité du responsable de l’ordre public à Paris depuis 1667 (lieutenant général de police, puis préfet de police). Il était donc logique d’écrire sur les uns et les autres.

Quelle méthode de travail et de recherche avez-vous adoptée et sur quelle durée ?

Au-delà du récit historique proprement dit, j’ai été frappé par l’importance du patrimoine de toute nature de ces institutions, toujours présent dans la capitale. Ce patrimoine est architectural (casernes, commissariats). Il est celui des archives, des œuvres d’art (peintures, sculptures) mais aussi celui de la mémoire de grands évènements survenus dans les rues et les places de la Ville.

La Préfecture de police, quai du Marché neuf, dans l’ile de la Cité.

C’est pourquoi le livre suit un parcours à travers les arrondissements de la capitale, en dévoilant d’abord l’intérieur d’édifices généralement fermés au public, ou bien en évoquant certains événements marquants ou certains personnages illustres liés à l’institution policière.

Le dernier chapitre est consacré aux œuvres d’art liées à la police, ce qui est plutôt original, on en conviendra, pour un livre sur la police ! C’est une autre façon de découvrir l’histoire de Paris.

La préfecture de police vous a-t-elle apporté une aide et une attention particulières ?

Rappelons tout d’abord que les archives de la police de Paris ont leur singularité : elles ne sont pas aux Archives Nationales mais sont conservées par la préfecture de police elle-même. Ceci dit, elles sont accessibles à tout chercheur. Outre les autorisations données par les services compétents, je me suis appuyé aussi sur des documents émanant du ministère de l’Intérieur, et très largement sur les merveilleux fonds du musée Carnavalet, le grand musée de l’histoire de Paris.

Quelles sont les idées majeures que vous avez souhaité transmettre, diffuser par le biais de votre ouvrage ?

Mes deux ouvrages sont bien modestes par rapport aux innombrables ouvrages savants consacrés à l’histoire de Paris, mais mon propos était tout de même de combler un vide historique. Pendant des siècles les parisiens ont été obsédés par la peur des incendies et par le souhait du maintien d’un ordre public longtemps précaire. C’est ce qui amené, dès le Moyen Age, l’autorité royale à créer des institutions pour combattre ces situations. Louis XIV puis Napoléon ont doté la capitale d’une organisation forte, que la République a maintenu et amplifié. Bien entendu,  il s’agissait de maintenir l’autorité de l’État dans la capitale, siège des pouvoirs publics, mais aussi de répondre à la demande de sécurité des habitants.

Cette histoire mérite, à mon avis, d’avoir une place plus importante dans l’histoire globale de la ville. J’ai essayé d’apporter ma pierre à cette entreprise, qui s’insère, comme vous le savez, dans un courant plus global de recherches historiques sur les forces de l’ordre. Mon récent documentaire sur les évènements du 6 février 1934 où les forces de l’ordre (police et gendarmerie) ont affronté de violentes émeutes, diffusé sur France 5, s’inscrit dans la même veine.

(*) Didier Sapaut, agrégé d’histoire et ancien élève de l’École Normale Supérieure (Ulm), a été Directeur Général de la chaine Histoire puis Président du conseil d’administration de l’ECPAD (Établissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense). Depuis quelques années, il se consacre à l’écriture et à la production de films documentaires pour la télévision.

INFORMATIONS SUR LE LIVRE
.

Auteur : Didier Sapaut
Date de la publication : 09 décembre 2021
Éditions : Massin
Pages :  191
Format :19,0 cm × 24,0 cm × 2,0 cm
Prix : 25,90€
EAN : 9782707211385
ISBN : 978-2-7072-1138-5

Où acheter le livre ? Sur le site decitre.fr en cliquant ICI

NOUS AVONS BESOIN DE VOUS !

Soutenez-nous !

     

Nous ne recevons aucune subvention, nous ne sommes financés que par les lecteurs d’ESPRITSURCOUF. Adhérez ou faites un don défiscalisé à espritcors@ire , association reconnue d’intérêt général qui l’édite.

Ainsi vous serez informé en priorité et recevrez le SEMAPHORE Lettre d’actualité, réservée à nos membres.

 

ADHÉSION 2022 :

  • Cotisation: 50€ net fiscal 17€,
  • Bienfaiteur: 100€ net fiscal 34€,
  • Soutien: 150€ net fiscal 57€.

VERSEMENT :

  •  par chèque, à l'ordre d'espritcors@ire (7, rue Rosa Bonheur, 75015 Paris
  • par Paypal ou par Carte bancaire, cliquez sur"Cotisation, défiscalisation" ou sur "Don-IFI"
  • par virement demander notre RIB à contact@espritsurcouf.fr

ESPRITSURCOUF

« UN AUTRE REGARD SUR LE MONDE »

 

Vous appréciez cet article, transmettez-le à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou l’adresse du site ESPRITSURCOUF

Merci pour votre action au service du rayonnement de notre "Observatoire de Géopolitique, Économie, Défense et Sécurité"

Suivez-nous sur FacebookTwitter, LinkedIn, Instagram et YouTube

Sur les réseaux sociaux, donnez votre avis, indiquez  que vous aimez notre site, incitez vos amis à "liker" ESPRITSURCOUF

Si vous souhaitez intégrer les réseaux sociaux d’ESPRITSURCOUF, merci de nous indiquer le libellé exact du nom de chacun de vos comptes Facebook, LinkedIn, Twitter … à contact@espritsurcouf.fr