GEOPOLITIQUE
ECONOMIE
DEFENSE et SECURITE

Jacques Raimond
.

SOMMAIRE 

GEOPOLITIQUE :

  • Le sommet de Pau : un sommet anachronique
  • Conférences Iran-Etats-Unis : la guerre écartée, mais pour combien de temps ?
  • Le changement climatique, adversaire le plus dangereux de l’armée américaine 

ECONOMIE :

  • Après Noël, Thales Alenia Space gagne ses étrennes avec l’obtention d’un nouveau contrat
  • La Turquie et le gaz chypriote
  • Fusions-acquisitions stratégiques : quand les acteurs de la sureté française contre-attaquent face à la concurrence anglo-saxonne

DEFENSE ET SECURITE :

  • Le Ministère des armées installe son comité d’éthique, ouvert à des personnalités extérieures
  • Lancement du réseau de référents « Mixité – Egalité » du ministère des armées
  • Sahel : l’EMA français annonce deux succès opérationnels au Mali

TOUR D’HORIZON DE MEDIAS SPECIALISES

TEXTES PARUS AU JOURNAL OFFICIEL


GEOPOLITIQUE


ESPRIT SURCOUF a détecté les thèmes majeurs de ce début d’année 2020, et propose à ses lecteurs de réfléchir sur le sommet de Pau, avec l’interview très argumentée du site IRIS, l’affrontement entre l’Iran et les Etats-Unis, frôlé mais qui semble reporté, et l’adaptation difficile de l’armée américaine aux conditions évolutives du climat.


1- LE SOMMET DE PAU : UN SOMMET ANACHRONIQUE ( Entretien avec le général Clément-Bollée, ancien directeur de la coopération de sécurité et de défense au ministère des Affaires étrangères, par Caroline Roussy, chercheuse à l’IRIS)


La mort des treize soldats français et le sommet du G5 Sahel, le 13 janvier à Pau, réinterrogent le rôle de la France dans le Sahel, tandis que s’exprime, parmi les populations locales, un désir de voir Barkhane disparaître du théâtre des opérations. Entretien avec le Général Bruno Clément-Bollée, ancien directeur de la coopération de sécurité et de défense au ministère des Affaires étrangères par Caroline Roussy, chercheuse à l’IRIS.

Où en est la situation au Sahel ?

Depuis la publication de ma tribune dans Le Monde, le 4 novembre dernier[1], j’estime que Barkhane est toujours dans l’impasse et la France encore à la recherche d’une stratégie pour le Sahel. Les quelques opérations de communication récentes sur des bilans d’opérations et de djihadistes neutralisés masquent mal la réalité, Barkhane n’a pas l’initiative sur le terrain, elle est progressivement perçue comme une force d’occupation. Je pense même que la situation n’a fait qu’empirer depuis le 4 novembre, le bilan, notamment, s’est alourdi avec de nouvelles attaques et des massacres de militaires dans leurs garnisons et en opérations. Par ailleurs, la perte des treize militaires français début décembre nous a rappelé que les missions de guerre sont toujours difficiles et dangereuses. Il ne s’agit évidemment pas de remettre en cause le travail de Barkhane, il tient de l’exploit quotidien tant au plan logistique que tactique. Mais le problème majeur de la force française réside surtout dans la perception qu’en ont les populations locales.

Retrouvez l’intégralité de l’article avec ce lien :
https://www.iris-france.org/143466-le-sommet-de-pau-un-sommet-anachronique/

2- IRAN-ETATS-UNIS. LA GUERRE ECARTEE, MAIS POUR COMBIEN DE TEMPS ? (Orient XXI, Sylvain Cypel, Naysan Rafati)


Cessez-le feu, trêve, désescalade ? La tension est retombée entre l’Iran et les États-Unis, mais la situation reste instable, même si aucun des deux protagonistes ne souhaite la guerre. Comment peut-elle évoluer ? Interview de Naysan Rafati, analyste principal sur l’Iran à l’International Crisis Group.

Sylvain Cypel. — Quel était l’objectif de court terme de Trump en assassinant le général Qassem Soleimani ? Et y avait-il un objectif de long terme ?

Naysan Rafati. — Cet assassinat est advenu à l’issue d’une montée des tensions qui a commencé en mai 2019, lorsque la campagne de sanctions économiques américaines contre l’Iran a atteint un pic nouveau. L’Iran a réagi sur deux plans : il a indiqué qu’il s’émanciperait graduellement du Plan d’action global commun (PAGC, en anglais Joint Comprehensive Plan of Action, JCPOA, plan de limitation drastique du développement nucléaire militaire iranien) qu’il avait signé en juillet 2015. Et il a lancé une série d’offensives au plan régional, dont la plus spectaculaire a été le bombardement de deux raffineries en Arabie saoudite le 14 septembre puis, plus récemment, la multiplication des attaques contre des objectifs militaires américains en Irak, dont les Américains ont accusé les Iraniens d’être les instigateurs. Ça, c’est le cadre général. Conjoncturellement, il y a eu le tir de missile sur une base américaine à Kirkouk qui a causé la mort d’un sous-traitant, les frappes américaines qui ont suivi en Irak et conséquemment l’attaque de l’ambassade américaine à Bagdad par une foule de manifestants. Après le bombardement des raffineries, Trump avait laissé entendre que, tant qu’il n’y aurait pas de menace directe avérée sur des objectifs américains, il n’y aurait pas de mesures de représailles. C’était sa « ligne rouge ». Après ce qui s’est passé à Kirkouk et Bagdad, il a estimé que cette ligne avait été franchie.

Retrouvez l’intégralité de l’article avec ce lien :
https://orientxxi.info/magazine/iran-etats-unis-la-guerre-ecartee-mais-pour-combien-de-temps,3545

3 – LE CHANGEMENT CLIMATIQUE, ADVERSAIRE LE PLUS DANGEUREUX DE L’ARMEE AMERICAINE (The conversation, Eric Martel)


Sous l’impulsion de la présidence Trump, les différentes administrations américaines ont adopté une posture climatosceptique, à l’exception d’une, et pas des moindres : le Département de la défense (DOD ou Department of Defense). Ce ministère est pourtant le plus gros émetteur institutionnel mondial de gaz à effet de serre, sans que cette contradiction n’émeuve ses responsables.

Prévoir le réchauffement climatique sans froisser les sceptiques

Dès le début des années 2000, sous la présidence du climato-sceptique convaincu G. W. Bush, un influent bureau du Pentagone, l’Office of Net Assessment, organise la « fuite » d’un rapport sur les conséquences du réchauffement climatique (l’administration Bush étant climatosceptique, il était difficile pour le Pentagone de publier ce texte « officiellement »). Ce document rédigé en 2003 envisage pour 2020 une interruption de la circulation océanique du Gulf Stream liée à l’échauffement des eaux de l’Atlantique. Cela aurait pour effet d’engendrer une ère glaciaire au nord de l’Europe et de l’Amérique, concomitante à un réchauffement et à un assèchement des zones situées plus au Sud. Si, avec le recul, la naïveté de ce document très officiel peut surprendre, elle ne fait que refléter la méconnaissance relative du phénomène climatique par leurs auteurs, les Green Hawks, des militaires s’intéressant à ce type de problèmes.

En 2007, le Center for Strategic and International Studies, un influent think tank américain, publie son rapport fondateur : The Age of Consequences. Beaucoup plus solide en termes scientifiques, il envisage trois scénarios, du plus léger au plus catastrophique. Avec le recul, il est étonnant de remarquer que le scénario le plus bénin, considéré à l’époque comme le plus réaliste, est déjà dépassé aujourd’hui. En ces temps de présidence Bush, le rapport préfère ne pas trop s’attarder sur les causes du réchauffement climatique et insiste surtout sur ses conséquences… tout en montrant son accord avec les prévisions du GIEC, qu’il juge même trop prudentes.

Il s’agit là d’un jeu d’équilibrisme subtil que l’on retrouve dans le dernier rapport de l’USAWC (United States Army War College) publié en août 2019 : ce texte se concentre sur les effets du réchauffement, sans insister sur l’origine humaine de ce phénomène, car il ne saurait être question de contredire le climatoscepticisme de la présidence Trump.

Retrouvez l’intégralité de l’article avec ce lien :
https://theconversation.com/le-changement-climatique-adversaire-le-plus-dangereux-de-larmee-americaine-129479


ECONOMIE


Trois effets de stratégie économique viennent apporter aux lecteurs des réflexions de haut niveau sur les contrats qui présagent ce que l’on devrait appeler l’économie spatiale, alors que la découverte de nouveaux gisements en Méditerranée posent la question des relations turques avec ses adversaires de toujours, et que, sur le plan des relations françaises avec la concurrence anglo-saxonne, les réactions deviennent tendues.


1 – APRES NOEL, THALES ALENIA SPACE GAGNE SES ETRENNES AVEC L’OBTENTION D’UN NOUVEAU CONTRAT ( La Tribune, Michel Cabirol)


Thales Alenia Space (TAS) commence l’année comme le constructeur de satellites l’a terminé. En boulet de canon. Il a  signé vendredi un nouveau contrat pour la fabrication d’un satellite de télécoms pour le compte d’Hispasat (Amazonas Nexus). Basé sur la plate-forme Spacebus NEO, qui séduit le marché actuellement, le satellite sera sera doté d’un nouveau processeur numérique transparent de cinquième génération, “une avancée technologique essentielle pour accroître la flexibilité géographique de la mission afin de répondre à d’éventuelles évolutions par rapport au scénario commercial initialement envisagé”, ont expliqué TAS et Hispasat dans un communiqué commun publié vendredi. Son système de propulsion sera entièrement électrique. Avec une durée de vie estimée à plus de 15 ans, une puissance satellite de 20 kW et une masse au lancement de 4,5 tonnes, Amazonas Nexus sera lancé en 2022.

Le nouveau satellite géostationnaire à haut débit (HTS), qui remplacera et augmentera les capacités d’Amazonas 2, permettra à Hispasat d’accéder à de nouveaux clients et marchés, en fournissant des services de mobilité de grande capacité aux secteurs du transport aérien et maritime en particulier. Il fournira par ailleurs des services aux clients actuels d’Hispasat, qui utilisent les capacités du satellite Amazonas 2. “Sa conception à la pointe de la technologie, sa capacité Haut Débit et sa polyvalence, font d’Amazonas Nexus le satellite le plus performant de la flotte Hispasat”, ont précisé Hispasat et TAS.

Retrouvez l’intégralité de cet article avec ce lien :
https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/apres-noel-thales-alenia-space-gagne-ses-etrennes-avec-l-obtention-d-un-nouveau-contrat-836851.html


2 – LA TURQUIE ET LE GAZ CHYPRIOTE ( Les yeux du Monde, THOMAS CIBOULET)


La découverte d’importants gisements de gaz en Méditerranée orientale a considérablement modifié la donne géopolitique locale. Alors que la Turquie devrait déployer des soldats en Libye, quels sont les enjeux pour la Turquie en méditerranée orientale ?

La division de Chypre

Chypre a obtenu son indépendance en 1960 du Royaume Uni. L’île comptait une majorité grecque (entre 80 et 90%) et une minorité turque (entre 10 et 20%). L’indépendance a déclenché des problèmes politiques et géopolitiques : alors que la Grèce voulait terminer l’Enosi – réunir tous les Grecs dans un seul et même Etat – la Turquie s’inquiétait du sort de la minorité turque, et du risque d’expulsion comme ce fut le cas dans le Dodecanese en 1946. Bien qu’alliés au sein de l’OTAN, les tensions sont montées entre la Grèce et la Turquie, tandis que le leader chypriote, le Patriarche Makarios, se tournait vers une position tiers-mondiste.

Les nationalismes locaux et les pressions extérieures lui ont laissé peu de marge de manœuvre. En 1974, il est renversé par un coup d’Etat des nationalistes grecs, proches des Colonels qui ont pris le pouvoir à Athènes en 1967. La Turquie réagit immédiatement en lançant l’opération Attila. L’armée turque envahit le nord de l’île, en expulse tous les Grecs et y accueille tous les Turcs chypriotes. En 1981, le leader des Turcs chypriotes, Rauf Denktas, proclame l’indépendance de la République Turque de Chypre Nord, reconnue seulement par Ankara.

L’île est aujourd’hui toujours divisée, mais la situation est très différente. En 2004, Chypre intègre l’Union Européenne, favorisant le développement du Sud, tandis que le Nord reste peu développé. De nombreux colons de Turquie s’installent à Chypre-Nord, les rendant aujourd’hui majoritaires face aux Turcs Chypriotes. Ces derniers semblent favorables à la réunification, comme ils l’ont montré lors du référendum de 2004 ou avec l’élection en 2014 de Mustafa Akinci, pro-réunification. Toutefois, des problèmes subsistent, sur le degré d’autonomie du Nord dans la République de Chypre réunifiée, ce qui explique les difficultés à trouver un accord. La présence de 30 000 soldats turcs est également inacceptable pour Nicosie. C’est dans ce contexte que la découverte de gaz offshore à Chypre (quasi-exclusivement la partie Sud) soulève de nouveaux enjeux.

Retrouvez l’intégralité de cet article avec ce lien:
https://les-yeux-du-monde.fr/actualite/42554-turquie-gaz-chypriote


3 – FUSIONS-ACQUISITIONS STRATEGIQUES : QUAND LES ACTEURS DE LA SURETE FRANCAISE CONTRE-ATTAQUENT FACE A LA CONCURRENCE ANGLO-SAXONNE ( Le portail de l’IE, Paul-Louis Bene)


Récemment devenus acteurs incontournables du continuum sûreté-sécurité défendu par le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, les entreprises françaises de sécurité et de services de défense privés (ESSD) se réorganisent pour endiguer la concurrence anglo-saxonne en proposant une offre de services étendus.

Le 19 novembre 2019, l’entreprise Anticip, spécialiste des marchés afghans et irakiens en matière d’ingénierie de la sûreté (ensemble des moyens humains mis en œuvre contre la prévention des actes malveillants à l’égard des biens et des personnes), rachète son concurrent Risk & Co. pour la somme de 20 millions d’euros. Paralysée par son haut taux d’endettement, Risk & Co. était jusqu’alors sous contrôle de son créancier, LGT European Capital. Cette fusion-acquisition, en attente depuis plus d’un an, représente une étape majeure dans le processus de restructuration mouvementée que connaît le marché français de la sûreté depuis quelques années. Développées sur leurs fonds propres, à l’inverse de leurs concurrents britanniques et américains qui bénéficient du soutien financier du milieu des banques et des assurances, les ESSD françaises ont rapidement pris conscience de la nécessité de faire front commun en mutualisant leurs ressources et compétences afin de conserver leur clientèle et leur capacité à capter de nouveaux marchés. Cette dernière, notamment constituée par certaines entreprises françaises du CAC40 comme Dassault et Thalès, possède des intérêts stratégiques sur certaines zones géographiques requérant le support de ces ESSD, à l’instar de l’Afrique de l’Ouest et du Moyen-Orient. Afin de pérenniser leurs activités, les acteurs de la sûreté visent donc à concentrer leurs activités en formant des partenariats de plus grande ampleur.  En juin 2015, le groupe français Seris, animé par la volonté d’élargir son champ d’action ainsi que ses compétences, entre au capital d’Amarante International en rachetant cette dernière. Cette acquisition offre à Seris l’expertise et les contacts d’Amarante au Moyen-Orient.  Au mois de novembre 2018, c’est au tour de Geos, véritable référence dans le milieu de la protection privée des biens et des personnes, de passer sous l’égide de l’ADIT, figure de proue en matière de consultance en stratégie d’intelligence économique. Ce rachat permet ainsi à l’ADIT de s’implanter sur le marché de la sécurité en zone à risques. Au-delà de l’aspect de diversification de ses activités, il s’agit d’une véritable montée en puissance de l’entreprise à l’échelle européenne, celle-ci déclarant un chiffre d’affaires de plus de 73 millions d’euros et près de 500 employés à son actif en 2018.   Enfin, le cas d’Erys Group(15 millions d’euros de chiffre d’affaire en 2019, fondée par un ancien de Geos) soulève de nombreuses interrogations. Cette dernière serait selon les Échos en discussion avec plusieurs de ses concurrents internationaux en vue d’une éventuelle fusion. Pour l’heure, les négociations semblent toutefois en suspens.  Concurrente d’entités françaises comme Gallice Group (aujourd’hui délocalisée en Irlande), Anticip semble avoir suivie une orientation similaire en rachetant Risk & Co en novembre 2019 mais également en se rapprochant du CEIS, spécialisé dans le conseil en intelligence stratégique, pour diversifier son offre de services.

Retrouvez l’intégralité de cet article avec ce lien :
https://portail-ie.fr/short/2259/fusions-acquisitions-strategiques-quand-les-acteurs-de-la-surete-francaise-contre-attaquent-face-a-la-concurrence-anglo-saxonne


DEFENSE ET SECURITE


Esprit Surcouf, propose une actualité importante pour le ministère des armées : l’installation du comité d’éthique et le réseau « Mixité – Egalité » au sein du ministère des armées, et le succès opérationnel de nos forces engagées au Sahel.

1 – LE MINISTERE DES ARMEES A INSTALLE SON COMITE D’ETHIQUE, OUVERT A DES PERSONNALITES EXTERIEURES ( OPEX 360, Laurent Lagneau)


Le 5 avril dernier, dans un discours sur les applications militaires de l’intelligence artificielle, la ministre des Armées, Florence Parly, avait souligné les risques que supposait cette technologie si elle n’était pas encadrée par des principes moraux et éthiques. En clair, il était hors de question de confier le droit de vie ou de mort à une machine pilotée par des algorithmes et non par l’homme. Il n’est pas envisageable que l’intelligence artificielle fasse bouger les « lignes rouges tracées par les principes du droit humanitaire international et le droit des conflits armés », dont « la proportionnalité de la réponse, la discrimination entre combattant et non-combattants, la minimisation des dommages collatéraux », fit en effet valoir Mme Parly. Et d’annoncer dans la foulée la création prochaine d’un « comité d’éthique ministériel sur les sujets de défense », appelé à être un « outil d’aide à la décision et à l’anticipation. » Ce comité « aura vocation à traiter en premier lieu des questions posées par les technologies émergentes et leur emploi par l’homme dans le domaine de la défense. Mais au-delà, les interrogations éthiques multiples liées à l’évolution du métier des armes ainsi que des espaces de conflictualité pourront lui être soumis », avait ensuite expliqué la ministre. Car, en effet, l’intelligence artificielle n’est pas la seule technologie à poser des interrogations éthiques. C’est le cas, par exemple, du « soldat augmenté » ou bien encore des avancées dans le domaine des neurosciences. « Par nature, tout ce qui est possible n’est pas nécessairement souhaitable. En effet, les questions éthiques posées par ces éventualités scientifiques sont majeures : comment garantir le respect de l’identité de l’homme, de son intégrité physique, et l’engagement de sa responsabilité si une machine a, en quelque sorte, pris le contrôle de son cerveau? », avaient demandé les députés Olivier Becht et Thomas Gassilloud, dans un rapport sur les enjeux de la numérisation pour les armées.

Retrouvez l’intégralité de l’article avec ce lien :
http://www.opex360.com/2020/01/10/le-ministere-des-armees-a-installe-son-comite-dethique-ouvert-a-des-personnalites-exterieures/


2 – LANCEMENT DU RESEAU DE REFERENTS MIXITE- EGALITE DU MINISTERE DES ARMEES ( DICOD, LTN Melissa Genua)


Alors que la mixité ne cesse de progresser, une nouvelle étape a été franchie, jeudi 9 janvier, avec le lancement, par la ministre des Armées Florence Parly, du réseau des référents « mixité – égalité » au sein du ministère.

« La mission est la valeur cardinale des armées et chacun sait que la clé de la réussite de la mission, c’est la cohésion. Et il n’y aura pas de véritable cohésion sans véritable égalité. Il n’y aura pas de véritable cohésion tant que des distinctions continueront d’exister entre les femmes et les hommes, tant que la mixité ne sera pas considérée comme une chance et utilisée comme une force ». C’est en ces termes que la ministre des Armées a ouvert, jeudi, la première journée d’information des référents « mixité – égalité », marquant ainsi le coup d’envoi de leur mission. La contre-amiral De Mazieux, haut-fonctionnaire à l’égalité des droits, a présenté la politique gouvernementale et ministérielle conduite en faveur de l’égalité professionnelle des femmes et des hommes. Le contrôleur général des armées Christian Giner, directeur de la cellule Thémis, a ensuite expliqué les missions de lutte contre le harcèlement, les discriminations et les violences sexuels et sexistes que réalise la cellule. A l’aide d’ateliers pratiques, les référentes et référents, ont ensuite pu s’exercer à la conduite d’entretiens psychosociaux et se confronter à la prise en charge de cas pratiques. Une mise en situation nécessaire pour les armer à l’exercice de leur nouvelle mission au sein de leur unité.

Créer un réseau de référents mixité et égalité

Cette initiative concrétise l’une des mesures du plan mixité lancé le 7 mars 2019. Il généralise à toutes les armées, directions et services, la mise en place de référents et répond également aux dispositions prévues par l’accord relatif à l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la fonction publique du 30 novembre 2018, invitant au déploiement de référents « égalité ». Ces référents couvriront donc les deux volets à la fois : mixité et égalité. La création de ce réseau envoie « un signal fort aux yeux de tous », a affirmé la haut-fonctionnaire à l’égalité. « Il signifie que ce sujet est pris en compte, traité et qu’une tolérance zéro sera apportée à chaque atteinte au “bien vivre-ensemble”. »

Un impératif opérationnel


Ces référentes et référents « mixité – égalité » sont constitués de binômes femmes – hommes, civils – militaires expérimentés qui, par leur écoute attentive des situations, leur aptitude à la médiation et l’appui apporté au commandement, contribueront à renforcer la cohésion et donc l’efficacité opérationnelle du ministère des Armées.

Le site DICOD est répertorié dans la rubrique INSTITUTIONS GOUVERNEMENTALES de la “Communauté Défense et Sécurité” d’ESPRITSURCOUF.fr


3 – SAHEL : l’EMA FRANÇAIS ANNONCE DEUX SUCCES OPERATIONNELS AU MALI (Lignes de défense, Philippe Chapleau)


A quelques jours de la tenue du sommet de Pau (lundi 13), où le président français Emmanuel Macron recevra ses homologues du Sahel pour évoquer la dégradation de la situation sécuritaire dans cette région, l’état-major des Armées a annoncé plusieurs succès opérationnels au Sahel. Une dizaine de jours après l’opération qui avait permis la “neutralisation” de 40 jihadistes dans la région malienne de Mopti, les 20 et 21 décembre (voir mon post ici), une autre opération a été conduite fin décembre dans la même zone “après que le rassemblement de plusieurs terroristes a été repéré”, a souligné le colonel Frédéric Barbry. “Un assaut héliporté a permis aux commandos de Barkhane, appuyés par une patrouille de Tigre et de Gazelle, de mettre hors de combat six terroristes”, a-t-il détaillé. En outre, “trois individus armés qui s’exfiltraient ont été frappés par un drone Reaper” français, a-t-il ajouté. Par ailleurs, “dans la nuit du 4 au 5 janvier, dans la région de Serma (centre du Mali), une frappe de Mirage 2000 suivie d’un assaut héliporté a permis de neutraliser une dizaine de terroristes et de détruire une quinzaine de motos”, a encore annoncé le porte-parole de l’état-major français.

Retrouvez l’intégralité de cet article avec ce lien :
http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2020/01/09/sahel-l-ema-francais-annonce-deux-succes-operationnels-au-ma-20785.html


TOUR D’HORIZON DE MEDIAS SPECIALISES :



ESPRIT SURCOUF.fr vous offre un tour d’horizon des titres de fond propres à susciter la réflexion de défense et de sécurité


Géopolitique de l’environnement. Brésil. Pourquoi l’Amazonie brûle-t-elle ? (Diploweb, Hervé Therry, Pierre Verluise)
https://www.diploweb.com/Geopolitique-de-l-environnement-Bresil-Pourquoi-l-Amazonie-brule-t-elle.html

La surveillance de l’espace : un enjeu stratégique de souveraineté (Le portail de l’IE, Vincent AQUILINA)
https://portail-ie.fr/analysis/2255/la-surveillance-de-lespace-un-enjeu-strategique-de-souverainete

Les fakes-news ont sans doute empêché la guerre Iran-Etats-Unis ( Slate, Joshua Keating — Traduit par Bérengère Viennot )
http://www.slate.fr/story/186164/fake-news-empeche-guerre-iran-etats-unis-trump-khamenei

La Russie est devenue «un acteur diplomatique central» au Moyen-Orient

Géopolitique de l’environnement. Brésil. Pourquoi l’Amazonie brûle-t-elle ? (Diploweb, Hervé Therry, Pierre Verluise)
https://www.diploweb.com/Geopolitique-de-l-environnement-Bresil-Pourquoi-l-Amazonie-brule-t-elle.html

La surveillance de l’espace : un enjeu stratégique de souveraineté (Le portail de l’IE, Vincent AQUILINA)
https://portail-ie.fr/analysis/2255/la-surveillance-de-lespace-un-enjeu-strategique-de-souverainete

Les fakes-news ont sans doute empêché la guerre Iran-Etats-Unis ( Slate, Joshua Keating — Traduit par Bérengère Viennot )
http://www.slate.fr/story/186164/fake-news-empeche-guerre-iran-etats-unis-trump-khamenei

La Russie est devenue «un acteur diplomatique central» au Moyen-Orient

( RFI,  Romain Philips)
http://www.rfi.fr/moyen-orient/20200109-vladimir-poutine-diplomatie-influence-moyen-orient-syrie-turquie

Le Pentagone dénonce l’approche agressive d’un navire de guerre russe (45° Nord, avec AFP)
http://www.45enord.ca/2020/01/le-pentagone-denonce-lapproche-agressive-dun-navire-de-guerre-russe/

Mort de sultan Qabous d’Oman, chef d’Etat arabe resté le plus longtemps au pouvoir ( L’Orient le Jour, AFP)
https://www.lorientlejour.com/article/1201935/le-sultan-doman-qabous-est-mort-a-79-ans.html


PARUS AU JOURNAL OFFICIEL


Textes à ne pas négliger pour comprendre l’actualité de défense et de sécurité.


Décret du 6 janvier 2020 portant promotion dans l’ordre national de la Légion d’honneur en faveur d’un militaire appartenant à l’armée active
https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=F70616A313929F6898CD98A8137CFCC0.tplgfr21s_3?cidTexte=JORFTEXT000039780315&dateTexte=&oldAction=rechJO&categorieLien=id&idJO=JORFCONT000039780311

Ordonnance n° 2020-7 du 6 janvier 2020 relative à la prise en compte des besoins de la défense nationale en matière de participation et de consultation du public, d’accès à l’information et d’urbanisme
https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=F70616A313929F6898CD98A8137CFCC0.tplgfr21s_3?cidTexte=JORFTEXT000039780349&dateTexte=&oldAction=rechJO&categorieLien=id&idJO=JORFCONT000039780311

Décret n° 2020-10 du 7 janvier 2020 relatif à l’Assistance publique-hôpitaux de Paris
https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=F70616A313929F6898CD98A8137CFCC0.tplgfr21s_3?cidTexte=JORFTEXT000039792410&dateTexte=&oldAction=rechJO&categorieLien=id&idJO=JORFCONT000039792370

Arrêté du 30 décembre 2019 modifiant l’arrêté du 26 juin 2012 modifié fixant les conditions d’exploitation des établissements chargés d’organiser les stages de sensibilisation à la sécurité routière
https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=F70616A313929F6898CD98A8137CFCC0.tplgfr21s_3?cidTexte=JORFTEXT000039803900&dateTexte=&oldAction=rechJO&categorieLien=id&idJO=JORFCONT000039803591

Bonne lecture et rendez-vous le 27 janvier 2020
avec le n°123 d’ESPRITSURCOUF

Lisez ESPRITSURCOUF dans votre langue :
IN ENGLISH, AUF DEUTSCH, EN ESPAÑOL, EN PORTUGUÊS, IN ITALIANO, IN HET NEDERLANDS, PO POLSKU, ПО РУССКИ.
Click HERE

ESPRITSURCOUF ne reçoit aucune subvention, il n’est financé que par ses lecteurs. Si vous aimez notre site, adhérez ou faites un don à espritcors@ire l’association qui l’édite

ADHÉSION 2020 :

 Cotisation: 50€ net fiscal 17€,

 Bienfaiteur: 100€ net fiscal 34€,

 Soutien: 150€ net fiscal 57€.

DON : Pour tout autre montant ou pour IFI

VERSEMENT : 

 par chèque , à l'ordre d'espritcors@ire (7, rue Rosa Bonheur, 75015 Paris)

 par Paypal ou par Carte bancaire, cliquez sur "Cotisation, défiscalisation" ou sur "Don-IFI"

         

Chers lecteurs,

Vous avez apprécié cet article. Vous pouvez le retransmettre à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou du site ESPRITSURCOUF. Merci pour votre action au service du rayonnement de notre "Observatoire de Géopolitique, Économie, Défense et Sécurité"

Suivez-nous sur Facebook , Twitter et LinkedIn .

Sur les réseaux sociaux, donner votre avis, indiquer que vous aimez notre site, inciter vos amis à "liker" ESPRITSURCOUF