LES SOCIÉTÉS FRANÇAISES
PEU 
INTÉRESSÉES
PAR LE BIG DATA

 

Par Pierre Lesieur
Expert en renseignement

 

Les insuffisances en matière d’anticipation des sociétés françaises spécialisées dans le traitement des données électroniques de masse (Big Data)

 

Certains articles de presse récents notamment dans le magazine Challenge ont critiqué plusieurs organismes français singulièrement Airbus et la DGSI (Direction Générale de la Sécurité Intérieure) d’avoir choisi le procédé américain PALANTIR pour traiter le big data ( bases de données massives).

Ils prétendent citant plusieurs avis de responsables qu’il aurait fallu s’adresser à des sociétés spécialisées nationales ou tout au moins européennes pour répondre à cette problématique de traitement des informations, faute de quoi il y avait un risque d’ accès américain aux données du client.

Il apparaît cependant qu’aucune solution nationale ou continentale n’ est actuellement à disposition en la matière. Le directeur Général de la DGSI l’a bien spécifié fin 2016 quand le recours à PALANTIR a été annoncé. Il a précisé à l’époque qu’il y avait urgence dans le cadre de la lutte contre le terrorisme islamique de masse. Les logiciels de cette société ont déjà fait leurs preuves non seulement aux États-Unis mais dans de nombreux autres pays.

Quant aux risques de pénétration, ils sont, tout au moins pour la DGSI inexistants, les données n’étant traitées qu’en circuit fermé.

PALANTIR avait déjà proposé ses systèmes à certains de nos services de renseignements il y a plusieurs années . Ceux-ci avait décliné à l’époque pour des raisons de principe tout à fait normaux en la matière mais depuis, malgré leurs avertissements et leur demandes, ni les autorités , ni les sociétés spécialisés n’ont répondu aux besoins.

La DGSI, quant à elle, avait absolument besoin pour répondre à une menace terroriste de plus en plus difficile à traiter , tant le nombre de personnes à surveiller va croissant, de disposer de tous les moyens de traitement des données .C’est désormais chose faite.

Ce cas est révélateur du manque de réactivité des sociétés françaises spécialisées qui attendent presque systématiquement de recevoir des commandes « recherches développement » financées, pour se lancer, avec les délais qu’on imagine et la non certitude de résultats à court terme.

Les exemples de manquent pas dans un passé pas si lointain où des services étrangers ont acheté ailleurs que chez nous parce qu’ils avaient eux aussi des besoins urgents.

 

 


Si vous appréciez les articles d'ESPRITSURCOUF.fr
Soutenez espritcors@ire
Cotisation : 50€, soit 17€ net fiscal.

Cliquez ici

 

 

Prend le large cet été, en juillet et aout.
Il parait tous les quinze jours.
Vous le retrouverez les lundis 2,16 et 30 juillet, les 13 et 27 août.

Nous reprendrons notre rythme hebdomadaire à partir du 3 septembre.

Bonnes vacances, Bonne lecture et au lundi 30 juillet.

Pour aider de jeunes corsaires et développer ESPRITSURCOUF.fr Votre contribution est indispensable en 2019 DONS pour réduire votre IFI ADHÉSION à "espritcors@ire" : Membre : 50€ soit 17€ net fiscal

Contribution par chèque à l'ordre d'espritcors@ire, par Paypal ou carte bancaire Cliquez sur DON ou ADHESION

Chers lecteurs, Vous avez apprécié cet article, vous pouvez le retransmettre à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou du site ESPRITSURCOUF.fr Nous vous remercions pour votre action au service du rayonnement de notre "Observatoire de la Défense et de la Sécurité" N'hésitez pas à nous suivre sur Facebook et Twitter