Les équipes d’espritcors@ire et d’ESPRITSURCOUF,
vous présentent une actualité toute récente

LE NOUVEL AN 

Jour férié en France depuis 1810, son histoire, des dates différentes selon les pays, les coutumes françaises, les étrennes et les vœux

EN FRANCE, LE 1er JANVIER EST FÉRIÉ DEPUIS 1810


Le 1er janvier fait partie des 11 jours fériés que compte la France (fêtes civiles et religieuses comprises), définis par le Code du travail.
Le jour de l’An, appelé également “Nouvel An” ou bien “jour de la St Sylvestre”, est devenu pour la première fois un jour non travaillé le 23 mars 1810, par un avis du Conseil d’État sous le 1er Empire. Napoléon souhaitait simplifier le calendrier des fêtes religieuses.
Il a été adopté pour consacrer une pratique d’ordre populaire plus que religieuse.

Une longue histoire


Si de nos jours et depuis bien longtemps, le 1er janvier est consacré premier jour de l’année, il n’en a pas toujours été ainsi
La tradition du Nouvel An remonte à Babylone, 2000 ans avant J.-C. Cette fête avait lieu au printemps pour honorer le dieu Mardouk qui protégeait les récoltes.
En 46 avant notre ère, le jour de l’An fut fixé au 1er janvier par l’empereur romain Jules César, en hommage à Janus, le dieu des portes et des commencements. Le mois de janvier doit d’ailleurs son appellation au dieu Janus, qui présentait deux visages. L’un était tourné avec le futur (à l’avant), l’autre vers le passé (à l’arrière).
Du temps de Charlemagne, la nouvelle année commençait le 25 décembre, jour de Noël. Sous le règne des rois capétiens, le Nouvel An se fêtait le jour de Pâques. Les Anglais fêtaient le Nouvel An en mars,  les Italiens le fêtaient à Noël.
 Ce n’est qu’en 1622 que le 1er janvier a de nouveau été désigné comme étant le premier jour de l’année, par le Pape.

Tous les pays ne fêtent pas le Nouvel An en même temps


En Chine, par exemple, la nouvelle année se célèbre entre le 20 janvier et le 18 février (le 12 février en 2021), une date qui varie chaque année. Pour les Tibétains également, la date de passage à la nouvelle année n’est pas fixe et varie tous les ans. Dans la religion juive, le Nouvel An, “Roch Hana”, se fête au mois de septembre ou octobre. Les Russes et de nombreux slaves orientaux fêtent un Noel et deux Jours de l’An, Nouvel An (1er janvier), Noel orthodoxe (6-7 janvier), Nouvel An « ancien» (13-14 janvier).

La coutume française


En France, le réveillon de la Saint Sylvestre consiste à fêter la fin de l’année passée et le début de la nouvelle, en veillant jusqu’à minuit.
Le passage à la nouvelle année en France est l’occasion de perpétuer certaines coutumes, dont la branche de gui à accrocher au plafond, en dessous de laquelle deux personnes doivent échanger un baiser, synonyme de bonheur toute l’année.
Un porte-bonheur parmi d’autres coutumes, différentes selon les régions.
En Provence, on savoure les traditionnels 13 desserts et dans le sud de la France, certains avalent 12 gros grains de raisin, à minuit pile ! Dans d’autres familles, lors du repas du Nouvel An, il est de coutume d’offrir aux enfants des étrennes composées de quelques pièces de monnaie ou bien de pièces en chocolat.

Des étrennes et des vœux


Ces étrennes symbolisent comme les autres traditions d’heureux présages. Le jour férié du Nouvel An est également le moment opportun pour adopter et commencer à appliquer de bonnes résolutions, la nouvelle année étant synonyme de recommencement, de nouveau départ. Le 1er janvier est donc idéal pour mettre en pratique les changements que l’on souhaiterait voir perdurer les autres jours de l’année.
Si l’usage des échanges d’étrennes nous vient des Romains, celui des cartes de vœux agrémentées de quelque mots de politesse et envoyées aux personnes avec qui l’on a eu commerce d’amitié ou d’affaires pendant l’année, vient de l’Extrême-Orient.
L’usage des cartes de vœux du Nouvel An est apparu assez tard chez-nous.
Jusqu’au XVIIe siècle, les visites se rendaient toujours en personne.  Puis vers le milieu du grand siècle, des agences sont créées. Elles mettaient à disposition, contre quelques pièces d’argent, un gentilhomme en sévère tenue noire, l’épée au côté, qui se chargeait d’aller présenter vos compliments à domicile.  Mais un temps vint où le gentilhomme lui-même fut remplacé par la carte de visite. qui devint plus tard la carte de vœux. Ce sont les anglais qui créent au XIX -ème siècle les premières cartes de souhaits avec des scènes touchantes du Nouvel An incluant évidemment les bons vœux aux personnes à qui était destiné la carte.

La semaine prochaine nous reprendrons la présentation d’actualités récentes qui compléteront les articles parus dans ESPRITSURCOUF


Rendez-vous, chaque jeudi, sur nos réseaux sociaux
afin de découvrir une actualité
(livre, article, vidéo … )


ESPRITSURCOUF est présent sur les réseaux sociaux
FacebookTwitterYouTube et LinkedIn



ESPRITSURCOUF ne reçoit aucune subvention, il n’est financé que par ses lecteurs. Si vous aimez notre site, adhérez ou faites un don à espritcors@ire l’association qui l’édite

ADHÉSION 2021 :

 Cotisation: 50€ net fiscal 17€,

 Bienfaiteur: 100€ net fiscal 34€,

 Soutien: 150€ net fiscal 57€.

DON : Pour tout autre montant ou pour IFI

VERSEMENT : 

 par chèque , à l'ordre d'espritcors@ire (7, rue Rosa Bonheur, 75015 Paris)

 par Paypal ou par Carte bancaire, cliquez sur "Cotisation, défiscalisation" ou sur "Don-IFI"

         

Chers lecteurs,

Vous avez apprécié cet article. Vous pouvez le retransmettre à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou du site ESPRITSURCOUF. Merci pour votre action au service du rayonnement de notre "Observatoire de Géopolitique, Économie, Défense et Sécurité"

Suivez-nous sur Facebook , Twitter et LinkedIn .

Sur les réseaux sociaux, donner votre avis, indiquer que vous aimez notre site, inciter vos amis à "liker" ESPRITSURCOUF