L’AMI AMÉRICAIN 

 

Patrick Toussaint

 

 

 

Un ami ? Certes mais à condition de respecter certaines règles.

L’une des plus importantes est de s’équiper de matériels qui soient compatibles avec les matériels américains et, la meilleure compatibilité consiste à acheter les matériels américains.

On peut même faire encore mieux : faire  financer par les pays acheteurs le développement de ces matériels pour que les Etats-Unis puissent s’équiper eux-mêmes aux frais de ses obligés-clients.

Il en  est ainsi avec le dernier avion, le F 35.

Les Etats-Unis n’en sont pas à leur coup d’essai.

Déjà, dans les années 1973 – 1980,  pour ce que l’on a appelé le « marché du siècle », la même chose est arrivée.

Après la fin de la 2ème Guerre Mondiale, la plupart des pays européens avaient acheté des matériels américains mais certains pays occidentaux, membres de l’OTAN, dont la France, le Royaume-Uni et la Suède, cherchaient à développer des industries d’armement nationales,  notamment en matière d’avions.

Cela agaçait les américains et lorsque l’ambassade américaine en Belgique apprit que le gouvernement de ce pays cherchait à acheter des avions de combat, elle prévint immédiatement les autorités américaines.

Celles-ci, qui étaient en train de se faire présenter plusieurs  appareils pour les forces armées américaines, le fit savoir aux industriels en compétition qui vinrent présenter leurs prototypes en Europe, Et c’est ainsi que la Belgique, les Pays-Bas, le Danemark et la Norvège se firent présenter en particulier le F16 et les américains regroupèrent en une seule commande de plusieurs centaines d’avions, quantité suffisante pour développer le F 16 (qui n’était alors qu’en projet) . Ces pays furent donc les artisans du « marché du siècle » et de l’arrivée du F 16 en Europe, qui équipera par la suite d’autres pays européens comme la Pologne, le Portugal, la Grèce, la Roumanie, la Croatie,

  • Et pourtant, à l’époque, la France, le Royaume-Uni,  ou la Suède construisaient des appareils de qualité : le Mirage F1, le Saab Ja-37 Vigen …

Eh bien, cela recommence mais cette fois-ci, ils sont plus nombreux : Danemark, Italie, Royaume-Uni, Norvège et Pays-Bas qui choisissent l’avion F 35 américain alors qu’il y a trois avions européens qui remportent des marchés à l’exportation ; Typhoon, Gripen, et Rafale.

Cela est d’autant plus étrange car on ne peut pas dire que le développement  de cet appareil soit satisfaisant : l’appareil n’est toujours pas sûr car il y a sans cesse des pannes qui sont si importantes qu’elles clouent au sol tous les appareils vendus ou non vendus car le constructeur vend des avions, très chers, dont le développement n’est pas terminé.

 Par ailleurs, cet avion  vole mal, n’est pas très manœuvrant   de l’avis de pilotes chevronnés, il n’est pas très furtif ce d’autant plus que pour l’être vraiment, ses armes doivent être en soute  et dans ce cas, il n’emporte très peu d’armes  en sorte qu’il ne peut pas remplir sa mission (il doit tout faire : supériorité aérienne, attaque au sol, …..).

Ses systèmes électroniques doivent être très puissants pour recevoir tous les messages et alertes de l’environnement, fusionner toutes les données, avoir ainsi une connaissance de son environnement qu’il peut partager avec d’autres aéronefs, troupes au sol et autres navires et c’est là ce qui devrait faire sa supériorité mais  c’est justement ce qu’il n’arrive pas à maitriser.

 De surcroît, on ne sait pas le prix d’acquisition compte tenu de l’ensemble de ces problèmes alors que le constructeur les vend.

Le drame dans tout ceci est que cet appareil doit évoluer, que sa mise au point peut encore prendre 5 à 10 ans.

Une chose est certaine : il assèche complètement les possibilités de financement d’un futur avion européen et il faut même ajouter que cela va interdire  toute possibilité d’un avion européen futur.

On comprend alors ce que veut dire la compatibilité.

Mais il y a pire encore : la Belgique hésite à changer ses F 16  car elle souhaite garder  des appareils performant et  elle envisage toutes options possibles et, notamment la prolongation de  ses avions et examine toutes les possibilités dont celle de prolonger la vie de ses F 16.

Elle s’adresse au constructeur Lockheed Martin et n’obtient d’abord pas de réponse, alors qu’avant celui-ci n’arrêtait de le relancer pour proposer des améliorations.

Enfin, le constructeur lui dit qu’il ne peut le faire car ces appareils sont trop fatigués.

Pour le  F 16 et pour le F 35, c’est le même constructeur : Lockheed Martin.

L’ami américain, un ami fidèle ? Oui, si l’on en  a les moyens.

Et l’Europe dans cette belle histoire ?

 

 


Si vous appréciez les articles d'ESPRITSURCOUF.fr
Soutenez espritcors@ire
Cotisation : 50€, soit 17€ net fiscal.

Cliquez ici