LIBYE : LA GUERRE
AUX PORTES DE L’EUROPE

;
Général (2S) Dominique Trinquand (*)
Spécialiste en géostratégie

Depuis la chute du régime de Mouammar KADHAFI en 2011, la Libye est plongée dans un conflit aux multiples fronts. La présence accrue d’acteurs internationaux rend encore plus complexe la situation. Disposant des réserves de pétrole les plus abondantes d’Afrique, la Libye est déchirée par une lutte d’influence entre plusieurs pouvoirs, aussi bien au niveau local qu’au niveau international. Et l’auteur craint un élargissement du conflit.

En Libye, en 2014, les libéraux remportèrent les élections législatives. Mais la nouvelle assemblée (la Chambre des représentants) dut se replier dans l’est du pays, sous la pression de la milice Fajr Libya, composée d’éléments proches des Frères musulmans. Ceci conduisit à la formation de deux gouvernements rivaux : l’un, à Tripoli, dit de « Salut national », l’autre établi à Tobrouk et issu du Parlement nouvellement élu.


Développement du conflit


En décembre 2015, sous l’égide des Nations unies, les deux rivaux signèrent au Maroc les accords de Skhirat, qui prévoyaient l’installation d’un Gouvernement d’Accord National (GAN), dirigé par Fayez el-Sarraj. Toutefois la Chambre des représentants refusa de reconnaître ce dernier, alors que c’était l’une des conditions préalables à son installation à Tripoli. Depuis, les deux camps s’affrontent dans une lutte pour le contrôle du pays.

Plusieurs réunions internationales ont eu lieu pour trouver une solution et endiguer la spirale de la violence. Las ! La complexité du conflit, la diversité des acteurs impliqués (Turquie, Russie, Égypte, EAU, France, Italie…) et les intérêts divergents (migration, terrorisme, ressources naturelles…) n’ont pas permis pour le moment de trouver une solution durable.

Le 21 août, deux communiqués distincts, de Fayez el-Sarraj et d’Aguilah Saleh (Président de la Chambre des représentants), ont annoncé un cessez-le feu et l’organisation d’élections. La communauté internationale et les acteurs du conflit s’en sont évidemment félicités. Mais l’évènement reste à confirmer par les actes, les précédents cessez-le-feu s’étant souvent soldés par des échecs, et le maréchal Haftar a déjà fait savoir que ce cessez-le-feu n’était qu’un « coup médiatique » organisé alors que le GAN prépare une nouvelle offensive.

L’intervention de la Turquie


Les oppositions libyennes internes s’exacerbent par le renfort qu’elles reçoivent de l’étranger. Le Président turc Erdogan, en particulier, a vu dans le conflit libyen une occasion d’obtenir des avantages économiques, mais aussi de soutenir l’idéologie des frères musulmans entretenue par Tripoli. C’est, pour lui, à la fois une action économique, de politique de puissance extérieure, mais surtout de politique intérieure pour rassembler son électorat nationaliste.

En novembre 2019, Ankara et Tripoli ont signé un accord de « coopération militaire et sécuritaire », doublé d’un accord de délimitation maritime. Ce dernier permet à la Turquie de faire valoir des droits sur de vastes zones en Méditerranée orientale, riches en hydrocarbures et revendiquées par d’autres pays comme la Grèce et Chypre. Cet accord illégal au regard du droit international a été obtenu grâce à la complicité de Fayez el-Sarraj, en échange d’un soutien militaire massif.

En effet, en janvier 2020, le président Erdogan a obtenu le feu vert de ses parlementaires pour déployer son armée en Libye. Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), Ankara aurait facilité le départ pour Tripoli de combattants venus de Syrie, provenant principalement des rangs de l’Armée syrienne libre (ASL), de l’organisation État islamique (EI) et d’autres groupes djihadistes. Il s’agirait notamment de 17 000 militants syriens, 2 500 Tunisiens qui ont combattu dans les rangs de l’EI à Idlib et Alep, et d’autres nationalités, dont des Soudanais.

L’envoi de troupes par la Turquie en Libye a inversé les rapports de force dans le conflit.

Grâce à cet appui, le GAN a pu freiner l’avancée des troupes du Maréchal Haftar et reconquérir une partie de la côte nord-ouest du pays. La Turquie a également envoyé de 2 500 à 3 000 officiers et experts militaires pour commander les salles d’opérations des troupes du GAN et piloter des drones. Ankara aurait également livré par bateau et par avion des cargaisons d’armes et des équipements de défense antiaérienne pour renforcer Tripoli. Pour le comité du Conseil de sécurité de l’ONU sur la Libye, le pays est en train de devenir un grand marché d’armes à la suite des violations de l’embargo décrété en 2011.

Le 10 juin, la frégate française Courbet, en mission de contrôle de l’embargo, qui s’intéressait de près à un cargo turc, le Cirkin, a été « illuminé » par un radar de conduite de tir d’une frégate turc. Un geste hostile  très rare ; Photo marine nationale.

Le poids de l’Égypte


Les soutiens au profit du « gouvernement de Tobrouk » sont plus nombreux, mais semble-t-il moins efficaces, à moins que l’intransigeance du Maréchal Haftar ne commence à lasser ses alliés ! La Russie avec la société Wagner, l’Égypte et les Émirats sont les principaux soutiens. Soucieuse de sécuriser ses frontières poreuses, l’Égypte d’Abdel Fattah al-Sissi est un soutien de longue date de Khalifa Haftar, qualifié de « rempart contre le terrorisme ». Au fil des années, l’Égypte, qui a déjà mené des frappes aériennes au-dessus de la Libye,  a attribué de nombreux attentats à des combattants islamistes, qui se seraient introduits sur son sol par la frontière libyenne.

En juin 2020, le président égyptien a proposé un cessez-le-feu, prévenant que Le Caire se réservait la possibilité d’intervenir militairement pour stopper toute avancée vers l’Est des forces du GAN. Le parlement de Tobrouk venait juste de demander au CAIRE de réagir face à l’avancée des forces du GAN et à leurs mouvements vers Syrte. « Les dangers posés par l’occupation turque représentent une menace directe pour notre pays et pour les pays voisins, surtout pour l’Égypte », avaient insisté les députés pro-Haftar en réclamant l’intervention égyptienne. Le-Caire considère Syrte, qui ouvre l’accès aux gisements pétroliers libyens et est située à mi-chemin entre Tripoli à l’Ouest et Benghazi à l’Est, comme une « ligne rouge ».

Le-Caire « se méfie du GAN,  et voit l’implication de la Turquie comme une menace sérieuse », soulignait à la mi-juillet Yezid Sayigh, directeur de recherche au Carnegie Middle-East Center. Son soutien pour Haftar vient « de l’espoir que ce dernier puisse assurer une frontière commune sûre et stable. » Si l’option d’une guerre frontale face à la Turquie paraît peu probable, en revanche une entrée de l’armée égyptienne en Cyrénaïque n’est pas exclue « pour des raisons d’image et de réputation. »

Le conflit en Libye, avec ses enjeux économiques et idéologiques, est une bouilloire aux portes de l’Europe. Beaucoup d’intervenants s’y affrontent, alors qu’en sont absents les Européens, premiers concernés en particulier par la menace des Frères musulmans et la continuité territoriale entre le Sahel et la Méditerranée. Il est devenu pour le Président Erdogan, à l’attention de son électorat nationaliste,  un instrument de démonstration de sa capacité d’agir. La faiblesse des réponses à cette politique volontariste pourrait conduire à une extension du conflit en Tunisie et en Égypte, alliés de l’Europe dans le combat contre le radicalisme islamiste sur le pourtour méditerranéen. C’est une sorte de stratégie indirecte qu’il ne faut pas sous-estimer.

Rédigé le 23 décembre 2020
/

Cet article vous a intéressé ? Vous avez une remarque à nous faire ? Vous souhaitez nous le faire savoir ? Cliquer ICI.

(*) Le général  Dominique Trinquand, Saint-Cyrien, diplômé de l’école supérieure de guerre du Staff college de Camberley et du Royal College of Defense Studies de Londres, a occupé des postes au sein de régiments, d’Etats-majors et d’organisations internationales. Il a participé à plusieurs opérations, au Liban, en ex-Yougoslavie et en Afrique. Il a une longue expérience des relations internationales en milieu multinational à l’ONU, l’UE et l’OTAN.
En 2010, nommé Directeur des relations extérieures d’un groupe industriel français renommé œuvrant dans le secteur « Armée, Défense, Sécurité Nationale et Territoriale », il est en charge des relations avec les organisations internationales et les gouvernements, français comme étrangers. Le Général Dominique Trinquand est un intervenant régulier dans les médias français et étrangers.

Cet article fait partie du dossier n°26 réalisé par Le Cercle de réflexions du G2S « VERS UN RETOUR DU COMBAT DE HAUTE INTENSITE » publié en novembre 2020 et consultable sur : https://theatrum-belli.com/author/asso-g2s/

Le G2S , association selon la loi de 1901, est un groupe constitué d’officiers généraux de l’armée de Terre ayant récemment quitté le service actif. Ces derniers se proposent de mettre en commun leur expérience et leur expertise des problématiques de défense, incluant leurs aspects stratégiques et économiques, afin de partager leur vision des perspectives d’évolution souhaitables de la défense.
 Groupe de liaison G2S – 1, place Joffre – BP 23 – 75700 Paris SP 07
Le G2S  est répertorié dans la rubrique THINK TANKS de la « Communauté Géopolitique, Économie, Défense et Sécurité » d’ESPRITSURCOUF

Bonne lecture et rendez-vous le 11 janvier 2021
avec le n°155
D’ici là, pour une bonne santé, prenez soin de vous.
RESPECTEZ LES CONSIGNES
Distanciation, port du masque, respect du couvre-feu et du télétravail …

ESPRITSURCOUF :
IN ENGLISH, AUF DEUTSCH, EN ESPAÑOL, EN PORTUGUÊS, IN ITALIANO, IN HET NEDERLANDS, PO POLSKU, ПО РУССКИ.
Click HERE

ESPRITSURCOUF ne reçoit aucune subvention, il n’est financé que par ses lecteurs. Si vous aimez notre site, adhérez ou faites un don à espritcors@ire l’association qui l’édite

ADHÉSION 2021 :

 Cotisation: 50€ net fiscal 17€,

 Bienfaiteur: 100€ net fiscal 34€,

 Soutien: 150€ net fiscal 57€.

DON : Pour tout autre montant ou pour IFI

VERSEMENT : 

 par chèque , à l'ordre d'espritcors@ire (7, rue Rosa Bonheur, 75015 Paris)

 par Paypal ou par Carte bancaire, cliquez sur "Cotisation, défiscalisation" ou sur "Don-IFI"

         

Chers lecteurs,

Vous avez apprécié cet article. Vous pouvez le retransmettre à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou du site ESPRITSURCOUF. Merci pour votre action au service du rayonnement de notre "Observatoire de Géopolitique, Économie, Défense et Sécurité"

Suivez-nous sur Facebook , Twitter et LinkedIn .

Sur les réseaux sociaux, donner votre avis, indiquer que vous aimez notre site, inciter vos amis à "liker" ESPRITSURCOUF