L’EUROPE DE LA DÉFENSE
A BESOIN
DE SON GRAND HOMME


de Patrick Toussaint(*)
avocat spécialisé en contrats internationaux


L’Europe tout court patine que ce soit politiquement, économiquement, militairement, scientifiquement, socialement, sur tous les plans donc.

Pourquoi nos jeunes diplômés d’écoles de renom s’expatrient, pourquoi partent-ils vers d’autres cieux, souvent d’ailleurs vers le monde anglo-saxon où les Etats-Unis ne sont plus la seule destination mais aussi le Canada, l’Australie, l’Asie – Singapour en tête ?

Parce qu’ils se sentent à l’étroit en Europe ? n’est-ce pas parce que le formalisme étroit régnant en Europe, dans les Etats de l’Europe comme au niveau européen, les brident, parce qu’il n’existe pas un esprit de conquête, un état d’esprit général qui permet de penser que tout est possible.

Notre Europe reste figée entre Etats nations qui subissent, chacun dans leur petit coin, les diktats de ceux qui devraient être nos alliés et nos partenaires, les Etats-Unis en tête.

Diktats économiques, diktats stratégiques.

Je viens de finir un livre, que je recommande dans la rubrique livre,(Requiem pour le monde occidental) de Monsieur Pascal Boniface qui explique les relations stratégiques en l’Europe, la Russie, la Chine, pendant les quelques vingt dernières années à travers l’OTAN sous un jour différent de celui qui prévaut où il montre que l’OTAN entretient artificiellement l’Europe dans un état de dépendance à l’égard de Washington.

Et l’on voit, sur le plan économique comment des pays comme l’Allemagne reste figée devant toute menace visant les exportations de leurs industries vers les Etats-Unis.

En même temps, un mouvement populiste venant de l’est de l’Europe, Roumanie, Bulgarie, Pologne en tête mais avec l’Italie, le fidèle allié américain conteste non seulement les valeurs démocratiques qui fondent l’Europe mais aussi les relations économiques européennes, les uns se tournant vers la Russie, un autre vers la Chine.

La question peut se poser : sommes-nous en fin d’un cycle né du relèvement économique des dégâts de la 2ème guerre mondiale et qui s’est achevé avec la disparition de l’URSS ? Et que ce cycle qui a continué à avancer par pesanteur jusqu’à maintenant mais qui s’effondre ? Et que les pays qui composent notre Europe reprennent les vieilles habitudes : retour à des états non démocratiques de l’est de l’Europe, le commerce avant tout pour l’Allemagne, les antagonismes régionaux en premiers en Italie, la vieille stratégie anglaise de n’être liée à personne mais de l’être à tout le monde mais séparément pour agir sur l’équilibre de l’Europe – lequel d’ailleurs de nos jours ? Et la France engluée dans son aversion habituelle à l’impôt, dans ses désirs égalitaires mais à condition que ce soit pour les autres, avec ses élites s’autoproclamant sauveurs de la patrie mais n’ayant aucun sens politique, ne comprenant rien à l’économie et continuant à prendre les entreprises qui fondent sa richesse pour des « vaches à lait » ?

Il n’y a pas un souffle épique, il n’y a pas une grande figure de patron ayant une vision passant au-delà des frontières et pas seulement pour arrondir leur patrimoine personnel.

Où sont les Jean-Luc Lagardère qui fut à l’origine de l’aventure d’Airbus qui, en 20 ans, fait la course en têt avec des sociétés vieilles de 80 ans – Boeing ? Où sont les successeurs des pères de l’Europe ?

Manifestement, nous n’avançons pas, chacun joue au petit jeu :  « c’est pas moi », c’est l’Europe ou « c’est pas nous, la commission », ce sont les Etats.

Et pourtant nous sommes un marché de 500 millions de consommateurs, avec un niveau de vie élevé, nous sommes capables, lorsque nous nous unissons de faire Airbus, de faire l’Agence Spatiale Européenne et Arianespace avec des produits de pointe entre autres exemples.

La Défense et l’Armée européennes que veut faire avancer Monsieur Macron, avec raison est, en l’état, un vœu pieux, une utopie pour le moment et c’est pourtant nécessaire.

L’Europe est menacée, par sa faute si l’on suit Monsieur Boniface, sur son espace européen, par la Russie, par la Chine qui se veut et qui est une puissance impérialiste à tout crin, n’en déplaise à Monsieur Badie, et qui est d’autant plus dangereuse qu’elle pratique une autre guerre que celles auxquels nous sommes habitués, un art de la guerre où la victoire est acquise avant le conflit quand l’adversaire se reconnait battu -voir Sun Tsu, le traité des Cinq Anneaux et autres stratèges chinois– on en connait, je crois treize en France – en le combinant avec des moyens les plus modernes que la Chine pille avec allégresse dans le monde occidental et la Russie.

Cette union sera dure car il faudra demander à chacun des pays de s’aligner les uns avec les autres, d’accepter la préférence européenne sur les grands produits et moyens stratégiques, de participer à des financements qui ne rapporteront pas forcément à chaque pays en raison de son apport et voir pas du tout, à accepter une perte, qui doit être importante, de son autonomie étatique.

Le prix à payer est lourd et l’on ne voit pas, en ce moment, qui peut fonder un programme exaltant, qui peut lui donner un souffle attirant les peuples, entrainant les énergies des Etats et des hommes et, malheureusement, ce ne sont pas les élections européennes qui vont avoir lieu prochainement qui paraissent de nature à créer ce mouvement.

Très curieusement, un homme comme Monsieur Trump pourrait presque faire l’affaire, qu’on l’aime ou que l’on ne l’aime pas, qu’il soit néfaste aussi bien pour son pays que pour le reste du monde, on ne peut que lui reconnaitre une forte personnalité qui, de surcroît, est en accord avec une partie importante et, sûrement majoritaire en ce moment, peut-être aussi pour un prochain mandat, de son opinion publique.

Dans les temps que nous connaissons dans le monde occidental, seuls un programme poussé par un forte personnalité est indispensable mais, hélas ! on ne voit pas bien qui.

En attendant, préparons, réfléchissons, diffusons la bonne parole, les bonnes idées ce qu’espritsurcouf s’efforce de faire et qu’il continuera à faire malgré toutes les avanies qu’il pourra subir ! Mais surtout soyons à l’affût de la personnalité et de ses idées qui pourrait faire l’affaire et, ça, c’est bougrement difficile.

(*) Patrick Toussaint

Avocat spécialisé en fiscalité, droit des sociétés et contrats sur le plan national et international. Auditeur de l’IHEDN, Lieutenant-colonel (H) diplômé ORSEM.
Directeur juridique d’espritcors@ire depuis 2012, Conseiller « international » et membre du comité de rédaction de ESPRITSURCOUF,

Pour aider de jeunes corsaires et développer ESPRITSURCOUF.fr
Votre contribution est indispensable en 2019
DONS pour réduire votre IFI
ADHÉSION à "espritcors@ire" : Membre : 50€ soit 17€ net fiscal

Contribution par chèque à l'ordre d'espritcors@ire, par Paypal ou carte bancaire
Cliquez sur DON ou ADHESION

Chers lecteurs,
Vous avez apprécié cet article, vous pouvez le retransmettre à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou du site ESPRITSURCOUF.fr
Nous vous remercions pour votre action au service du rayonnement de notre "Observatoire de la Défense et de la Sécurité" N'hésitez pas à nous suivre sur Facebook et Twitter