LE RETOUR DU COUPLE FRANCO-ALLEMAND DANS LA DÉFENSE EUROPÉENNE

par Marie Pouliquen(*)
Master 1 Affaires européennes à Sciences Po

Dans le cadre du dossier Défense et Armée européenne dirigé par Patrick Toussaint, nous présentions la semaine dernière « Un marché unique pour la défense européenne ». Cette semaine une de nos étudiantes de Sciences Po revient sur les propos de Madame Angela Merkel en se posant la question de savoir si cela sera suffisant pour une vraie relance.

UN MOTEUR SUFFISANT POUR UNE ARMÉE EUROPÉENNE ?

Il s’agissait d’une prise de parole pour le moins inattendue : fin 2018, Angela Merkel se déclarait favorable à la réalisation d’une armée européenne, à long terme.  «Nous devons travailler à la vision, un jour, de parvenir à une vraie armée européenne», une réponse vague, bientôt concrétisée par le récent Traité d’amitié franco-allemand d’Aix la Chapelle et les annonces de Mme Kramp-Karrenbauer, héritière de la chancelière. Si la volonté politique ne fait pas défaut, où en est aujourd’hui le couple franco-allemand en matière de coopération militaire ? Celui ci, dans le contexte du Brexit, de relations tendues avec les USA et de persistance de la menace terroriste, donne en effet un nouveau souffle à la coopération militaire au sein de l’UE. Mais cette impulsion Suffira t elle à mener l’Europe vers une armée commune, peut il servir de modèle ? Quelles leçons tirées ?

Si les exemples de coopération franco-allemande sur le plan capacitaire s’annoncent ambitieux, la coopération sur le terrain reste plus balbutiante, et des désaccords sur le plan stratégique subsistent encore.

Une politique industrielle de défense en plein essor.

Depuis 2015, les initiatives franco-allemande en matière d’armement connaissent un certain renouveau. Au delà de la poursuite d’une coopération bilatérale fructueuse, il s’agit de doter l’UE de capacités militaires lui permettant d’atteindre « l’autonomie stratégique », comme prévu par la Stratégie Globale de Sécurité européenne de juin 2016. ( Les initiatives franco-allemandes en matière capacitaire ont fleuri depuis le Brexit, en vue de doter l’UE de capacités militaires crédibles et de lui permettre d’aller vers l’autonomie stratégique mise en avant par la Stratégie Globale de Sécurité́ européenne de juin 2016). 

A titre d’exemples, deux projets phares de long terme sont menés de concerts :

– L’entreprise KNDS, née en 2015 ( associant les équipementiers KMW et Nexter) est chargé de développer le projet Main Ground Combat system, « le char du futur », destiné à remplacer les chars Leclerc et Léopard 2 et dont la mise en service est prévue pour 2035. Conformément à la déclaration d’intention, L’Allemagne s’implique particulièrement sur cette coopération.

– La France, se concentre sur la gestion du SCAF, le Système de Combat Aérien du Futur. Ce dernier, attendu en 2040, vise à concevoir « une nouvelle approche du combat aérien grâce aux réseaux et à l’intelligence artificielle ».

Ces projets, très ambitieux, s’inscrivent dans la continuité de l’emblématique Tigre, hélicoptère d’attaque 100% franco-allemand, créer par Airbus Helicopters, né de la fusion des sociétés Aérospatiale et MBB.

L’intégration des capacités ne semble en apparence pas avoir de limite sur le plan de la volonté politique :  Une autre lettre d’intention franco-allemande publiée le 4 octobre 2016 par les ministres de la Défense Jean-Yves Le Drian et Ursula von der Leyen visait à̀ définir les possibilités de créer une flotte commune d’avions de transports C130J (Hercules) qui pourrait être utilisée tant par l’Armée de l’Air française que par la Luftwaffe et Mme Mme Kramp-Karrenbauer évoquait quant à elle récemment la création d’un futur porte avion européen…

Cet enthousiasme salutaire pour le développement de l’industrie militaire européenne se heurte néanmoins à un obstacle de taille : l’exportation des différents équipements militaires. La France et l’Allemagne ayant sur cette question des visions longtemps a priori irréconciliable. Un accord pourrait néanmoins être en passe d’être trouvé :  autour du seuil de 20%. tout matériel comportant moins de 20% de composants allemands (en valeur) pourrait être exporté librement par la France sans besoin d’un accord de l’Allemagne – et réciproquement. La difficulté de trouvé un accord à l’échelle bilatéral laisse présager des discussions houleuses à une échelle européenne.

De tel différents ne peuvent qu’être surmonter : de telles coopérations s’avèrent nécessaire pour les 2 états, tant en raison des équipements vieillissant de la Bundeswehr que de la surutilisation des capacités françaises par rapport à un budget en baisse.

Quelle leçon tirer de ces projets prometteurs pour l’Union européenne ? Au delà de la possible coopération bilatérale au-delà des intérêts nationaux, ils révèlent l’union de la défense a les moyens de renforcer ces capacités et d’innover, il est possible d’aller encore au-delà de la coopération permanente, à condition toutefois que les rôles et les bénéfices des exportations soient clairement définis.

Mais un manque de coordination sur le plan stratégique et opérationnel 

Au-delà des coopérations industrielles dont la France et l’Allemagne sont les fers de lance, les difficultés ressurgissent quant à la vision stratégique et la participation à des opérations.

La timide coopération sur les orientations stratégiques de défense

Initié dès 1988, le Conseil franco-allemand de défense et de sécurité permettant des rencontres régulières entre ministres et état-major, n’a jusqu’à présent pas permis de remédier à certains désaccords.

La portée de la coopération structurée permanente fait toujours l’objet de divergence.

Quand la France pense ambition, l’Allemagne préfère l’inclusion.

Pour la première, la CSP est un instrument permettant d’atteindre, à terme, « une réelle efficacité opérationnelle visant l’autonomie stratégique de l’UE », pour la second, il s’agit de donner à l’UE de la défense la plus grande légitimité possible en incluant un maximum d’Etat, et se concentrer sur les aspects industriels et logistiques. L’Allemagne demeure en effet attaché au concept de « nation cadre » adopté au Sommet de l’OTAN de Newport en 2014 : Un état portant l’essentiels des capacités militaires s’entourent de différents état membre spécialisé dans un domaine.

Ces divergences se reflètent tant dans les systèmes institutionnels que dans les opinions publiques en France et en Allemagne.

L’épineuse question du budget accordé à la défense fait également l’objet de vif débat :

La France et l’Allemagne représentent actuellement près de 40% des budgets de défense des 28 Etats membres de l’Union, et près de la moitié de ces dépenses après le Brexit. D’où leur rôle déterminant dans la construction d’une armée européenne, ainsi les pouvoirs exécutifs se sont par ailleurs engagés à des hausses régulières et relativement fortes de leur budget de défense respectif. A l’échelle européenne, après beaucoup de tergiversations, un accord politique a été trouvé en mai 2017 avec l’ensemble des États membres, concernant le mécanisme ATHENA (devant couvrir les coûts commun des opérations militaires PSDC. Une concrétisation de ces accords est encore attendue ?

Coopération opérationnelle encore très insuffisante

Suite au Conseil européen du 8 juin 2017, une capacité de planification et de conduite d’opérations militaires (MPCC) pour la conduite d’opérations non-executives, prémisses d’un état-major d’opérations européen a vu le jour. Cette structure de commandement aura pour tâche de gérer les opérations de formation et d’entrainement militaire de l’UE au Mali, en Somalie et en République centrafricain par exemple. Même si celle –ci n’est doté que d’un effectif d’une 30 aine de personne, sa portée symbolique n’est pas à sous-estimé. C’est la preuve qu’un projet porté quelques fois à bout de bras par la France et l’Allemagne peut aboutir à un résultat concret.

En revanche, pour ce qui relève du déploiement de force armée, les progrès sont encore attendus. Le développement de la brigade franco-allemande, 5000 hommes et femmes demeure encore d’une trop petite ampleur, et pas assez systématique. Elle participe à renforcer la mission de formation de l’UE (EUTM) au Mali et à envoyer des troupes ainsi que des avions de transport et sanitaires pour l’opération militaire de l’UE en République centrafricaine (EUFOR-RCA).

Conclusion :

Un partenariat nécessaire sur le plan stratégique, notamment dans le domaine de l’armement, mais qui reste à approfondir en matière d’orientation stratégique et d’opérations. Par le nouveau poids en matière de Défense que prend le couple franco-allemand, il convient de le renforcer si on veut aboutir à une armée européenne.  

Sources
https://jeunes-ihedn.org/wp-content/uploads/2019/03/2018193431_20180907-anaj-ihedn-cr-confe-769-rence-coop-franco-allemande-relcture-ar-2.pdf
https://blogdroiteuropeen.files.wordpress.com/2018/01/article-d-deschaux.pdf
http://forcesoperations.com/vers-un-nouveau-pacte-de-defense-franco-allemand/

Institut Schuman

Institut Delors

Institut Schuman

Institut Delors

Par Marie Pouliquen(*)

Master European Affairs – Energy, Ressources and Sustainability à SciencesPo 2014- 2018 Double Bachelor entre Sciences Po et la Freie Universität en Sciences politiques et sociales 2016-2018 : Bachelor à l’Institut Otto-Suhr de la Freie Universität Berlin
2014-2016 : Collège universitaire de Sciences Po Paris sur le campus européen franco-allemand à Nancy 2014-2017 Licence de Droit Public de l’Université de Lorraine dans le cadre du double diplôme avec le Campus Sciences Po.
Membre actif de l’association des « Jeunes européens-France »

Pour aider de jeunes corsaires et développer ESPRITSURCOUF.fr Votre contribution est indispensable en 2019 DONS pour réduire votre IFI ADHÉSION à "espritcors@ire" : Membre : 50€ soit 17€ net fiscal

Contribution par chèque à l'ordre d'espritcors@ire, par Paypal ou carte bancaire Cliquez sur DON ou ADHESION

Chers lecteurs, Vous avez apprécié cet article, vous pouvez le retransmettre à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou du site ESPRITSURCOUF.fr Nous vous remercions pour votre action au service du rayonnement de notre "Observatoire de la Défense et de la Sécurité" N'hésitez pas à nous suivre sur Facebook et Twitter