L’EUROPE :
L’ÉPREUVE DE LA FORCE
FRANCE-ALLEMAGNE, UN RENDEZ-VOUS CAPITAL

Par Jean-Dominique Giuliani
Président de la Fondation Robert Schuman

 

ESPRITSURCOUF.fr réunit dans le même HUMEURS de ce numéro deux éditoriaux de Jean-Dominique Giuliani. Ils présentent deux aspects clés et complémentaires  pour l’avenir de l’Europe face à la pression américaine.

L’EUROPE : L’ÉPREUVE DE LA FORCE
L’Union européenne est le contraire d’un empire. Bâtie contre l’usage de la force sur le continent, elle a parfaitement réussi à l’apaiser et à le civiliser au point que nombre d’Européens en conçoivent désormais pour elle une aversion réelle. Mais le monde n’a pas évolué partout comme l’Europe et les relations entre. Et s’il a découvert le multilatéralisme, les organisations internationales, le dialogue et une exceptionnelle période de paix, beaucoup de puissances ne croient encore qu’aux rapports de forces. Les nouveaux émergents ou les révisionnistes, nostalgiques de leur ancien statut, montrent les muscles, les utilisent parfois, même avec précaution. Les nationalistes aussi, repliés sur leurs frontières.

Aussi l’Europe doit-elle apprendre à se penser en puissance, à défendre et promouvoir ses intérêts dans le monde et ce n’est pas facile de le décider en son sein compte tenu des expériences et des traditions différentes. Pourtant elle s’organise. De nouveaux instruments de défense commerciale ont vu le jour, qui permettent de répliquer plus vite et plus efficacement au dumping. Ce fut nécessaire pour l’acier chinois. Face aux agressions commerciales américaines, l’Union entend répliquer et elle ne pourra se permettre, cette fois-ci, la moindre faiblesse. Des mesures concrètes verront le jour prochainement. Plus compliquée est la réplique à la politique d’extraterritorialité qui vise à imposer des choix de politique étrangère. Nombre d’entreprises européennes en ont déjà pâti et tout laisse à penser que l’Europe réagira. Enfin, en matière de défense, des lueurs apparaissent qui accréditent cette volonté nouvelle d’assumer pleinement sa puissance et donc son indépendance, que lui permet l’addition des forces accumulées par les Etats du continent.

Le chemin n’est pas facile tant l’Europe, abîmée dans le confort, s’en est si longtemps remise à d’autres pour sa sécurité, son rôle et ses lois. Désormais elle n’a plus le choix. Elle doit réussir l’épreuve de la force. Elle en a les moyens. Il lui faut la volonté.

 

 FRANCE-ALLEMAGNE, UN RENDEZ-VOUS CAPITAL

Jamais la responsabilité européenne de l’Allemagne et de la France n’a été autant engagée.
Les Etats européens sont, à leur tour, attirés vers les extrêmes, leurs débats intérieurs bouleversés, la politique traditionnelle est en miettes. Construite pour réconcilier ceux que tout opposait, l’Europe est à la peine, dans presque toutes les capitales et donc collectivement.
Faute d’avoir voulu partager plus résolument certains attributs nationaux, les Européens font face à une forte demande de leurs citoyens pour maîtriser la question migratoire, garantir leur sécurité, retrouver durablement la croissance économique trop longtemps donnée pour acquise. Et face aux peurs et aux angoisses qui touchent un continent vieillissant et abîmé dans le confort, la cacophonie  s’amplifie entre les protagonistes.
Restent les deux partenaires les plus puissants du continent vers lesquels les regards se tournent désormais: la France et l’Allemagne.
Seront-elles capables d’offrir aux Européens des perspectives plus positives que la somme des mauvaises nouvelles dont ils sont assaillis et qui, malgré une situation enviable au regard des autres continents, les livrent aux démagogues au langage simpliste?
Les Allemands et les Français y travaillent. Emmanuel Macron a livré sa vision des réformes nécessaires, Angela Merkel la sienne, plus proche qu’on ne l’a dit. Leurs gouvernements se sont rencontrés le 19 juin pour préparer une proposition commune à présenter au Conseil européen le 28 du même mois et les échanges sont désormais quotidiens des deux côtés du Rhin.
L’enjeu est de taille. Il leur faut être à la hauteur.
Déjà les Allemands ont avancé, donnant satisfaction aux Français pour un réveil de l’indispensable effort de défense et ils rejoindront l’Initiative Européenne d’intervention, une proposition française renforçant la coopération de défense d’une dizaine d’Etats volontaires. Le malaise politique créé par la vague de réfugiés de 2015 les pousse à imaginer des mesures de régulation de l’immigration qui ne devraient pas emprunter aux vieilles recettes communautaires. Il suffirait de s’entendre à quelques-uns pour mettre sous contrôle une pression migratoire qui va durer longtemps. L’achèvement d’une zone euro mieux organisée et capable d’affronter des coups de torchon financiers, semble désormais possible, au-delà des discours convenus. D’autres annonces pourraient voir le jour, en matière de rapprochement fiscal, d’investissement dans les innovations indispensables pour l’avenir.
Pour leur part, les Français ont procédé à un véritable changement de logiciel, lançant enfin les réformes attendues depuis si longtemps et qui devraient conduire à retrouver un niveau de dépenses publiques raisonnable, ce qu’ils n’ont pas fait depuis près de 30 ans et qui reste déterminant. La route est longue mais il semble que la direction semble fermement affirmée, crédibilisant un retour sur la scène européenne.
Avec le Brexit, la crise migratoire, l’arrivée des extrêmes aux affaires, dans un contexte international fragilisé par les comportements erratiques de certains, le révisionnisme des autres, le terrorisme et l’instrumentalisation d’une religion, les deux puissances continentales n’ont d’autre choix que de décider un vigoureux coup de barre.
Elles doivent montrer l’exemple que doit donner leur coopération renforcée aux sceptiques qui, comme tous, cherchent l’efficacité dans la réponse aux demandes des citoyens.
C’est donc seulement en ayant le courage d’innover que les deux principaux partenaires ont une chance de relever le projet européen.
Par l’exemple.

 
La Fondation Robert Schuman est répertoriée 
dans la rubrique THINKTANKS de la "Communauté Défense et Sécurité" d'ESPRITSURCOUF.fr

La Fondation Robert Schuman, créée en 1991 et reconnue d'utilité publique, est le principal centre de recherches français sur l'Europe. Elle développe des études sur l'Union européenne et ses politiques et en promeut le contenu en France, en Europe et à l'étranger. Elle provoque, enrichit et stimule le débat européen par ses recherches, ses publications et l'organisation de conférences. 
La Fondation est présidée par M. Jean-Dominique Giuliani.

Cliquez ici

 


Si vous appréciez les articles d'ESPRITSURCOUF.fr
Soutenez espritcors@ire
Cotisation : 50€, soit 17€ net fiscal.

Cliquez ici

 

Pour aider de jeunes corsaires et développer ESPRITSURCOUF.fr Votre contribution est indispensable en 2019 DONS pour réduire votre IFI ADHÉSION à "espritcors@ire" : Membre : 50€ soit 17€ net fiscal

Contribution par chèque à l'ordre d'espritcors@ire, par Paypal ou carte bancaire Cliquez sur DON ou ADHESION

Chers lecteurs, Vous avez apprécié cet article, vous pouvez le retransmettre à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou du site ESPRITSURCOUF.fr Nous vous remercions pour votre action au service du rayonnement de notre "Observatoire de la Défense et de la Sécurité" N'hésitez pas à nous suivre sur Facebook et Twitter