L’ÉCONOMIE ALGÉRIENNE :
UNE RECONVERSION DÉLICATE À RÉUSSIR.

Par René Occhiminuti,
Économiste

A partir d’éléments d’ Afrique Réelle et du Quotidien d’Oran

   

L’économie algérienne est au bord du collapsus. Le désespoir et l’angoisse de la population sont apparents. Certains signes ne trompent pas, comme ces 10 000 médecins algériens qui auraient choisi l’exil et exerceraient en France.  Pour autant, l’Algérie est-elle au bord de l’écroulement ?  L’avenir le dira. 

C’est l’objet de ce FOCUS du n° spécial : ALGERIE : APRES BOUTEFLIKA ?

 

ENTRE DÉSINDUSTRIALISATION ET EFFONDREMENT DE LA RENTE PÉTROLIÈRE 

Depuis l’indépendance, ayant vécu de la rente pétrolière, l’Algérie n’a pas diversifie son économie.  Aujourd’hui, elle en paie le prix. D’autant plus que la désindustrialisation se poursuit. L’impasse est donc très grande.

Comme l’a constaté la BAD (Banque Africaine du Développement) dans son Rapport sur les perspectives économiques de l’Afrique en 2017 à la fin de la décennie 1980, l’industrie manufacturière algérienne hors hydrocarbures représentait 35% du PIB contre 5,6% aujourd’hui. Le recul est donc considérable.  Ceci montre que, en dépit des grands discours, l’économie algérienne ne s’est pas engagée dans la voie de la diversification.

Bien au contraire, la désindustrialisation se poursuit, le pays préférant acheter à l’étranger que produire localement. 

Les chefs d’entreprises dans une étude réalisée au 1er trimestre marque leur insatisfaction vis-à-vis des actions du gouvernement et de leurs impacts sur la vie des affaires :

  • Très faible qualité de la gouvernance de l’Etat, car faite sans concertation et par voie de décret,
  • L’offre de financement insuffisante freinant la croissance et le développement des entreprises
  • L’absence de compétitivité dans le secteur financier avec une dominante de banques publiques
  • Une pression fiscale et parafiscale trop importante
  • Un manque de formation du personnel ne permettant pas de trouver la main d’œuvre qualifiée nécessaire.

Quelles sont les principales manifestations de la crise économique algérienne :

 – Une croissance du PIB (3,2% en 2016 et 2,7% en 2017) ne permettant pas de lancer une grande politique de diversification de l’économie.

 – Le gaz, 40% des exportations des hydrocarbures, doit faire face à une sérieuse rivalité russe en Europe. Quant aux réserves de pétrole, elles sont en voie d’épuisement.

 – Le FRR (Fonds de régulation des recettes) sera tari prochainement puisque, selon certaines sources, il ne lui resterait plus que 100 milliards de dinars (726 millions €) utilisables. Les avoirs restants seraient en effet de 840 mds de dinars (6,1 mds €) et il est interdit de descendre au-dessous de 740 mds de dinars (5,4 mds €), une somme bloquée pour les urgences vitales. Or, le FRR permet de financer les importations sans lesquelles l’Algérie serait en famine ou contrainte d’emprunter des sommes considérables.

– La pression démographique est de retour. Les Algériens étaient ainsi 41,2 millions le 1er janvier 2017, avec un excèdent naturel annuel des naissances de 858 000 soit un taux d’accroissement annuel de 2,15%. Aucun espoir de ralentissement n’est prévisible en raison du poids de plus en plus fort de la religion dans la vie de tous les jours. 

– Le chômage des jeunes atteint au minimum 35%, la misère sociale est inquiétante, à telle enseigne que certains observateurs ne craignent pas de parler de ≪ clochardisation ≫ d’une partie de la population. Quant à la société, elle parait totalement fermée et incapable de se reformer.

 – Avec près de 2 millions de fonctionnaires, l’administration est encore plus pachydermique que le mammouth français dont elle est l’héritière. 

UN PETIT RAYON d’OPTIMISME :

L’ALGERIE dispose de colossales richesses naturelles, 16e producteur mondial de pétrole – mais des réserves qui n’excèderaient peut-être pas plus de 20 ans de production -, 8e producteur de gaz naturel, elle extrait également du fer, du zinc, de l’or, de l’uranium et du lithium.

Elle fait actuellement des efforts pour développer son autosuffisance alimentaire, de l’ordre de 75%, le grenier à blé des romains est obligé d’importer du blé, l’élevage est insuffisant, le lait manque…), elle développe une politique de concessions de 40 ans, renouvelables, aussi bien pour des grandes exploitations, jusqu’à 1000 hectares, si ces terres n’étaient plus exploitées comme elle l’étaient à la période française, que pour d’autres plus petites concédées aux membres des coopératives. Dans les régions riches on retrouve des céréales, de la vigne ( qui avaient disparues depuis des dizaines d’années) et des cultures maraichères ou fruitières sous serres, avec des usines de conditionnement alimentaire … (très récemment des droits de douanes ont été mis en place pour taxer les exportations de légumes frais qui revenaient importés parce que conditionnés en conserves ou surgelés par les pays voisins, comme la Tunisie !!!),  

Dans le domaine du transport un effort est fait : les aéroports sont agrandis et modernisés, des tramways implantés dans les villes, les infrastructures ferroviaires et autoroutières sont en cours de finalisation sur la bande côtière. De ce fait le marché automobile explose et le gouvernement a enfin taxé les importations de véhicules neufs pour créer des usines de montage sur place.

L’Algérie au problème d’eau pour son agriculture mais aussi dans les villes qui poussent comme des champignons pour faire face à la poussée démographique, la seule solution est la construction d’usine de dessalement d’eau de mer.

Le secteur du bâtiment des travaux publics est très actif.

Le tourisme, depuis 2 ans commence, avec l’aménagement de quelques sites touristiques, longtemps abandonnés, des rénovations de musées, la construction de complexe hôteliers, l’assouplissement, pour les touristes, des règles de sécurité à l’intérieur du pays.

Le gouvernement algérien semble conscient des efforts à faire mais plus de 50 ans d’erreurs économiques, d’une économie très soviétisée ne lui facilite pas la tâche.

Mais aura -t-il le temps, les moyens entre autres financiers et la volonté de faire face à cette situation économique difficile, dans un contexte politique très incertain.

 

 



Vous jugez intéressant et utile ESPRITSURCOUF

Votre contribution est bienvenue 
Pour rester indépendant et objectif, 
nous ne recevons aucune subvention.
Seules vos cotisations ou vos dons nous permettent d'exister
Soutenez espritcors@ire
en cliquant ICI

Pour aider de jeunes corsaires et développer ESPRITSURCOUF.fr Votre contribution est indispensable : - ADHÉSION à « espritcorsaire » : Membre 50€ soit 17€ net fiscal - DONS pour réduire votre IFI

Contribution par chèque à l'ordre d'espritcors@ire, par Paypal ou carte bancaire Cliquez sur DON ou ADHESION

Chers lecteurs,

Vous avez apprécié cet article. Vous pouvez le retransmettre à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou du site ESPRITSURCOUF.fr Merci pour votre action au service du rayonnement de notre "Observatoire de la Défense et de la Sécurité"

Suivez-nous sur Facebook et Twitter