– GÉOPOLITIQUES : relations internationales, zones géographiques …
– DÉFENSES : militaire, sécurité intérieure, terrorisme …
– ÉCONOMIES : entreprise, industrie, technologie ….

Par Jacques Raimond

 

  • GÉOPOLITIQUES :
  1. Corée du Nord – Corée du Sud : un sommet pour la paix ? – Trois questions à Juliette Morillot
  2. Éthiopie-Érythrée, la proclamation inattendue d’une paix importée
  3. Le paradoxe de l’engagement américain en Afrique
  • DÉFENSES :
  1. L’incubateur parisien Starbust Accelerator va accueillir « l’Innovation Défense Lab » du ministère des Armées
  2. Nos ambitions européennes de défense
  3. Le MCO aéronautique de défense au cœur de l’ADS Show
  • ÉCONOMIES :
  1. La stratégie “yibu, yibu” d’Airbus Helicopters en Chine
  2. Les banques dans la lutte contre le terrorisme
  3. OPEP et non-OPEP
  4. Les nouvelles routes de la soie : comment Pékin entend redessiner les axes du commerce mondial

 

GÉOPOLITIQUES

 

1- Corée du Nord – Corée du Sud : un sommet pour la paix ? – Trois questions à Juliette Morillot (Institut Montaigne, Blog)

 

 Du 18 au 20 septembre, les deux dirigeants coréens, Kim Jong-un et Moon Jae-in, se sont retrouvés à Pyongyang pour leur troisième sommet en cinq mois, afin de relancer le processus de pacification initié depuis leur première rencontre historique d’avril dernier. A ce titre, le sujet de la dénucléarisation de la péninsule a occupé une place centrale lors de ce sommet. Pourtant, la Corée du Nord a poursuivi sa course à l’arme nucléaire selon l’Agence internationale de l’énergie atomique, malgré ce qu’elle avait affirmé le 12 juin dernier lors de sa rencontre avec le Président américain Juliette Morillot, spécialiste de la Corée du Nord et co-auteur avec Dorian Malovic de Le Monde selon Kim Jong-un, nous livre son analyse des enjeux de ce sommet.

A la suite de ce troisième sommet entre la Corée du Nord et la Corée du Sud, un processus de paix durable s’est-il installé entre les deux pays ?

Le 17 septembre dernier, le Président sud-coréen Moon Jae-in annonçait sur Twitter : “Demain, je vais à Pyongyang”. Qu’un Président sud-coréen puisse prononcer cette phrase si simple en apparence aurait été inimaginable il y a quelques mois encore. Cela montre à quel point les choses ont évolué entre les deux Corées. Ce troisième sommet qui s’est tenu entre Kim Jong-un et Moon Jae-in est caractérisé par une série de symboles importants, dont le fait que les deux dirigeants se soient tenus par la main en haut du mont Paektu, lieu à la signification mythique pour les deux pays. L’ouverture d’unbureau de liaison dans la ville nord-coréenne de Kaesong, qui agirait comme une sorte d’ambassade commune, constitue une étape importante vers la paix, de façon notamment à éviter tout conflit armé. Tous ces gestes témoignent de la volonté des deux Corées de reprendre le destin de la péninsule en main, indépendamment des grandes puissances. Il s’agit de restaurer la confiance et de s’engager concrètement dans le but de nouer des liens extrêmement solides, même dans l’hypothèse où les relations entre les Etats-Unis et la Corée du Nord viendraient à se détériorer. L’un des objectifs de ce sommet est en effet d’engager Donald Trump et les Etats-Unis sur un chemin excluant tout retour en arrière. Il convient ici de différencier le Président Trump – qu’on le veuille ou non, il est le seul président américain a avoir réussi à apaiser la situation sur la péninsule – et l’administration américaine, qui regarde ces évolutions d’un oeil suspicieux. Si une véritable déclaration officielle de paix est encore à venir, ces avancées donnent au sommet un air de déclaration officieuse de paix et les deux dirigeants parlent d’ailleurs d’une “paix commune pour le futur”, véritablement ancrée dans la réalité, notamment économique.

L’annonce de la fermeture du principal site d’essai nucléaire nord-coréen, Yongbyon, et du site de missiles Tongchang-ri constitue-t-elle un tournant dans le processus de dénucléarisation du pays ?

Le Président Moon joue un rôle essentiel à cet effet. S’il n’a pas réussi à obtenir la liste des installations nucléaires et balistiques de la Corée du Nord, comme l’espérait Washington, les choses avancent par les symboles et sur le terrain par le biais du rapprochement avec la Corée du Sud. La volonté de dénucléarisation semble réelle même si elle dépend des gestes que feront à leur tour les Etats-Unis. Ces derniers constituent un acteur instable sur ce sujet. En effet, les ambitions exprimées par Mike Pompeo, secrétaire d’Etat, d’une dénucléarisation complète de la Corée du Nord d’ici 2021 sont tout à fait irréalistes. Il faudrait au moins entre 10 et 15 ans pour que cette dénucléarisation soit effective. Cela soulève la question : qui a le plus intérêt à cette dénucléarisation – ou tout du moins à son annonce formelle ? Dans la perspective des midterms, un tel succès constituerait assurément un avantage incomparable pour Donald Trump.

Retrouvez l’intégralité de l’article avec ce lien :
https://www.institutmontaigne.org/blog/coree-du-nord-coree-du-sud-un-sommet-pour-la-paix-trois-questions-juliette-morillot

 

2- Éthiopie-Érythrée, la proclamation inattendue d’une paix importée (The Conversation, Sonia Le Gouriellec)

 

L’année 2018 est cruciale à bien des égards pour la Corne de l’Afrique. La rapide pacification des relations entre l’Éthiopie et l’Érythrée aura surpris même les observateurs les plus avertis. Des discussions étaient certes en cours depuis quelques mois, mais une telle accélération de l’histoire régionale était alors jugée impensable. Le conflit, vieux de vingt ans, était au cœur de l’instabilité régionale. Chaque protagoniste entendait déstabiliser l’autre en soutenant des groupes armés. Ces évènements marquent un changement de vitesse historique qui impulse une profonde reconfiguration régionale. Comment expliquer un si brusque renversement ?

L’internationalisation de la mer Rouge

La dynamique globale dans lequel s’inscrit la Corne de l’Afrique donne un premier élément de réponse. Nous assistons depuis plusieurs mois à une internationalisation de la mer Rouge). La sécurisation de cet espace maritime est vitale pour la Chine mais aussi pour le Japon et les pays de l’Union européenne. Ainsi, la Corne de l’Afrique est devenue une étape essentielle du projet chinois de « Nouvelles routes de la Soie » en Afrique. La République populaire de Chine s’est installée militairement à Djibouti afin d’offrir à ses navires une facilité portuaire sûre. La présence chinoise a également entraîné un renforcement de la présence des États-Unis, déjà sur place dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. De même, depuis quelques années les pays du Golfe ont amplifié leur influence dans la région, notamment en raison de la guerre qu’ils mènent au Yémen. Les Émirats arabes unis sont ainsi présents en Érythrée et l’Arabie saoudite souhaiterait obtenir une base à Djibouti. À tous ces facteurs s’ajoute une véritable bataille pour le contrôle des ports de la région. Trois axes d’influence se dessinent : les pays du Golfe (Arabie saoudite, Émirats Arabes Unis) alliés à l’Égypte ; le Qatar et la Turquie et enfin l’Iran. Ainsi, l’alliance entre l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et l’Égypte est soutenue par les États-Unis et a travaillé à une normalisation régionale plus propice à leurs intérêts.

Les contraintes nationales en Éthiopie

Par ailleurs, des contraintes nationales rejoignent ces ambitions exogènes. En effet, l’Éthiopie est en proie à une contestation sociale depuis plus de trois ans. Le nouveau Premier ministre réformateur souhaite mener de front l’ouverture du pays et son repositionnement régional. Dans cette perspective l’état d’urgence a été levé, les opposants ont été libérés et des réformes de libéralisation du régime ont été lancées. Malgré une des plus fortes croissances économiques du continent, le pays subit une crise monétaire importante. La stabilité de sa monnaie a été assurée de justesse par un versement de 3 milliards de dollars des Émirats arabes unis. Les facteurs économiques ont donc été décisifs dans la nécessité de conclure la paix avec l’Érythrée. De plus, les Tigréens, au pouvoir à Addis Abeba depuis le début des années 1990, représentent une minorité contestée par le reste des Éthiopiens. Pourtant, les populations tigréennes du nord, à la frontière avec l’Érythrée, veulent un accord car leur région étouffe économiquement. L’armée éthiopienne est également dominée par des tigréens. Le nouveau Premier ministre a donc procédé à de nouvelles nominations pour affaiblir cette influence. La normalisation des relations avec l’Érythrée est un moyen de réduire l’importance de l’armée dans la politique intérieure éthiopienne.

L’obstination payante de l’Érythrée

En Érythrée la situation est plus difficile à évaluer. Le pays est isolédepuis le refus éthiopien d’appliquer l’accord de paix signé à Alger le 18 juin 2000. Cet accord prévoyait la mise en place d’une commission frontalière, chargée de délimiter et démarquer la frontière, sur la base des traités coloniaux de 1900, 1902 et 1908. La décision avait été acceptée par avance par les deux parties, comme étant définitive et contraignante. En 2002, la commission arbitrale reconnaît la souveraineté de l’Érythrée sur Badme, ville au cœur du conflit frontalier. L’Éthiopie, qui avait militairement gagné la guerre, refusa finalement cette décision et décida de laisser ses troupes. Cette non-reconnaissance de la décision arbitrale explique la radicalisation du régime érythréen jusqu’à aujourd’hui. Le processus de paix est resté en panne près de vingt ans et l’Érythrée reproche à la communauté internationale de n’avoir rien fait à l’encontre de l’Éthiopie pour la forcer à appliquer la décision de la cour arbitrale. En 2002, l’Éthiopie apparaît comme étant le gagnant militaire. En refusant d’appliquer la décision, elle a tenté de gagner politiquement sur son voisin.

Retrouvez l’intégralité de l’article avec ce lien :
https://theconversation.com/ethiopie-erythree-la-proclamation-inattendue-dune-paix-importee-103853

 

3-  Le paradoxe de l’engagement américain en Afrique (IRIS, Jeff Hawkins)

Ce n’est peut-être pas un hasard que la petite demi-page consacrée à l’Afrique se trouve tout en bas de la “National Security Strategy” de l’administration Trump. Parmi tous les sujets brûlants de la diplomatie américaine sous le 45e président des États-Unis, les défis de l’Afrique peinent en effet à trouver leur place. Trump et son cabinet semblent, d’une manière générale, très indifférents au continent africain, si ce n’est, le méprisent. Pourtant, les États-Unis restent très engagés envers l’Afrique sur les questions aussi diverses que la lutte contre le SIDA ou la lutte contre le terrorisme. Le leadership américain y reste essentiel, et le pays continue à y jouer un rôle non négligeable, y dépensant des sommes importantes. Le président Trump manifeste très peu d’intérêt pour cette région à la fois riche et troublée, contrairement à ses homologues chinois ou français. Il n’a reçu que deux leaders africains à la Maison-Blanche depuis son investiture, le président nigérian en avril et le chef d’état kenyan en août. Il ne s’est pas encore déplacé sur le continent et aucun voyage officiel n’est pour le moment prévu, même si la première dame compte partir en Afrique le mois prochain. Les discours de Trump restent largement muets à ce sujet, sa fameuse référence aux “pays de merde” africains pendant une discussion interne sur l’immigration étant sa plus notable intervention vis-à-vis du continent… Même passivité chez les chefs de la diplomatie américaine. Si Rex Tillerson a fait un seul déplacement africain, il ne fut pas couronné de succès. Il s’agissait en quelque sorte, d’un “voyage d’excuses” pour réparer plusieurs gaffes, et Tillerson lui-même avait été limogé au cours de ce voyage désastreux. Pour l’heure, son successeur, Mike Pompeo ne s’est toujours pas rendu sur ce continent. La politique africaine de l’administration Trump, si tant est qu’il y en ait une, a été définie dans un discours que Rex Tillerson a donné à Washington au mois de mars, juste avant son départ pour Addis Abeba.  Si Tillerson a parlé des “opportunités” que l’Afrique présentait pour les États-Unis, très peu de nouvelles initiatives furent abordées. Ainsi, l’ancien secrétaire d’État américain s’était plus ou moins contenté de résumer les engagements – à l’instar de PEPFAR, Power Africa, ou d’AGOA – déjà lancés par les administrations précédentes.  Au moins, après une vacance de plus d’un an, Mike Pompeo a enfin nommé un diplomate chevronné comme chef du bureau pour l’Afrique au Département d’État. En dépit de ce manque « trumpien » d’enthousiasme pour l’Afrique, l’engagement des États-Unis sur le continent reste impressionnant. Les États-Unis ont une présence diplomatique permanente dans 50 pays d’Afrique. En 2017, l’assistance américaine non-militaire pour l’Afrique sub-saharienne s’élevait à 12 milliards de dollars (à titre de comparaison, pour la Chine, le montant était autour de 2 milliards), avec une forte emphase sur l’humanitaire et la santé. Les États-Unis y déploient plusieurs milliers de soldats pour combattre l’extrémisme, même si le Pentagone parle actuellement d’en réduire le nombre.  Le gouvernement américain finance des opérations onusiennes et africaines de maintien de la paix, promeut la démocratie et la bonne gouvernance, soutient la jeunesse africaine.  Le secteur privé joue aussi son rôle.  Les échanges commerciaux entre le continent et les États-Unis, par exemple, étaient de l’ordre de $55 milliards en 2017. Au-delà des chiffres, le leadership américain reste indispensable. Aucun autre pays extérieur – ni la Chine ni la France – n’a les moyens de projeter la force dans les coins reculés d’une région très enclavée ou de fournir une assistance humanitaire massive comme les États-Unis. Aucun autre pays, par exemple, n’aurait été capable de répondre à la crise d’Ebola en 2014, mobilisant 2.4 milliards de dollars et déployant des milliers de médecins, chercheurs et militaires pour aider plusieurs pays à faire face à cet énorme défi sanitaire. Pour l’instant, même l’administration Trump ne remet pas en cause cette capacité et, potentiellement, son usage au besoin.

Retrouvez l’intégralité de l’article avec ce lien :
http://www.iris-france.org/119020-le-paradoxe-de-lengagement-americain-en-afrique/

 

 
Le site de l'IRIS est répertorié 
dans la rubrique THINKTANKS de la "Communauté Défense et Sécurité" d'ESPRITSURCOUF.fr

Cliquez ici

 

 

DÉFENSES

 

 

1- L’incubateur parisien Starbust Accelerator va accueillir « l’Innovation Défense Lab » du ministère des Armées (OPEX 360, Laurent Lagneau)

 

Créé à Paris en 2013 par François Chopard, l’incubateur Starburst Accelerator accueille une soixantaine de jeunes entreprises innovantes (start-ups) proposant des technologies « disruptives » dans le domaine de l’aéronautique et de l’espace. Le financement de ces dernières est assuré par un fonds de capital-risque doté de 200 millions de dollars. L’objectif de Starburst Accelerator est de mettre en relation ces jeunes pousses avec les grandes entreprises ou agences nationales (comme le CNES et la Nasa) afin d’accélérer le développement de technologies nouvelles. Mais cet incubateur n’accueillera pas seulement de jeunes entrepreneurs. En effet, le ministère des Armées lui a notifié un marché « d’installation et de soutien » au bénéfice de l’Innovation Défense Lab [ID Lab], qui sera inauguré d’ici la fin de cette année dans le 15e arrondissement de Paris. « L’Innovation Défense Lab sera le poumon de l’Agence de l’innovation de défense nouvellement créée. Il est chargé d’identifier les innovations issues du civil intéressantes pour des usages militaires et d’accélérer leur intégration dans les équipements ou systèmes militaires existants ou les programmes futurs », explique le ministère des Armées. L’on aurait pu penser que cette nouvelle structure allait s’installer dans les locaux de l’Hexagone-Balard, où ont été réunis l’ensemble des états-majors et des directions relevant du ministère des Armées. Mais tel n’a pas été le choix qui a été fait, étant donné que cet ID Lab doit être un « lieu d’expérimentation et d’échange » où se rencontreront des « personnes de tous horizons (ministère des Armées, laboratoires, start-up, PME, grands maîtres d’œuvre) hors des emprises habituelles du ministère, dans un environnement propice à la créativité et à la co-conception. » L’équipe d’animation de cet ID Lab sera composée d’une quinzaine de personnes issues de l’État-major des armées, de la Direction générale de l’armement et du Secrétariat général pour l’administration.

Retrouvez l’intégralité de l’article avec ce lien :
http://www.opex360.com/2018/09/28/lincubateur-parisien-starbust-accelerator-va-accueillir-linnovation-defense-lab-ministere-armees/

 

2- Nos ambitions européennes de défense (DICOD, communiqué de presse de Florence Parly, ministre des armées)


Il y a un an, le Président de la République prononçait un discours fondateur à la Sorbonne sur nos ambitions européennes. Les questions de défense et de sécurité y étaient centrales. Alors que les menaces, terroristes en particulier, restent toujours aussi fortes et que des incertitudes peuvent peser sur certains de nos partenaires, il est nécessaire que l’Europe s’impose pour protéger ses citoyens. L’Europe de la défense doit prendre forme, c’est un impératif rappelé par le Président de la République Emmanuel Macron il y a un an dans son discours à la Sorbonne. C’est un engagement que nous poursuivons au ministère des Armées. En un an, beaucoup a été accompli. L’initiative européenne d’intervention, voulue par le Président de la République a été créée. Elle regroupe la France, l’Espagne, l’Allemagne, la Belgique, le Portugal, le Danemark, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et l’Estonie : 9 Etats européens capables militairement et volontaires politiquement. Cette initiative permettra d’établir une culture stratégique européenne, et nous permettre d’intervenir rapidement en cas de catastrophe naturelle, d’évacuation de ressortissants voire d’opération de haute intensité. Sa première réunion ministérielle se tiendra en novembre en France. Dans le cadre des institutions de l’Union européenne, aussi, l’Europe avance. La France a été active et impliquée pour l’émergence de projets européens concrets :

– la coopération structurée permanente (CSP) lance des coopérations autour de capacités militaires extrêmement tangibles comme la conception de nouveaux équipements radio ou d’un nouveau standard d’hélicoptère ;

– le Fonds européen de défense a été créé. Doté de 13 milliards d’euros pour la période 2021-2027, il marque un tournant historique puisque pour la première fois, l’Union européenne accepte d’investir directement pour la défense. Il permettra de financer des projets d’équipements militaires et de recherche de défense ;

– la mobilité militaire, enfin, fait l’objet d’un investissement important avec 6,5 milliards d’euros pour que les unités et équipements militaires puissent se déplacer plus facilement au sein de l’UE (mise en cohérence des infrastructures routières et ferroviaires, des dispositifs juridiques).

Enfin, l’Europe de la défense ne pourra pas se construire sans coopérations industrielles de défense particulièrement solides. La France a encore été à l’avant-poste de quelques grandes avancées en la matière :

– avec l’Allemagne pour le système de combat aérien du futur, le char de combat et l’artillerie du futur ;

– avec l’Italie, l’Espagne et l’Allemagne pour l’Eurodrone (ou « drone MALE européen ») ;

– avec la Belgique alors qu’une lettre d’intention a été signée entre les deux pays pour un partenariat sur la « Capacité motorisée terrestre interarmes », à savoir des véhicules blindés français « Scorpion » pour l’armée belge.

En un an, sous l’impulsion du Président de la République et par l’engagement et le travail du ministère des Armées, l’Europe de la défense a avancé de manière majeure. L’Europe qui protège, au service des Européens, prend corps.

 

3- Le MCO aéronautique de défense au cœur de l’ADS Show (DICOD, asp M.Genua)

 

La 4e édition de l’ADS Show, salon international du maintien en condition opérationnelle (MCO) de l’aéronautique de Défense, se tient les 26 et 27 septembre 2018 sur la base aérienne 106 de Bordeaux – Mérignac. A l’heure où la ministre des Armées, Florence Parly, fait de l’amélioration de la disponibilité des aéronefs une priorité de son action, le salon présente l’opportunité de rassembler l’ensemble des acteurs de la filière MCO aéronautique et défense à l’échelle européenne. Leader européen des salons dédiés au maintien en condition opérationnelle (MCO) aéronautique et de défense, l’ADS Show a permis aux trois opérateurs du ministère des Armées , la Direction de la maintenance aéronautique (DMAé), la Direction générale à l’armement (DGA) et le Service industriel de l’aéronautique (SIAé), de présenter l’étendue de leurs missions ainsi que leurs zones respectives de responsabilité.

Une manière d’aborder la coordination qui s’opère entre chaque entité :

  • La DMAé est responsable du management global du MCO des matériels aéronautiques du ministère au profit des forces. « Nous allons travailler avec l’Agence de l’Innovation […] pour voir ce qu’elle peut nous apporter dans la recherche des innovations dans le MCO », a déclaré l’ingénieure générale à l’armement Monique Legrand-Larroche avant d’ajouter : « Il faut s’intéresser au civil, qui dans ce domaine-là est probablement en avance sur nous.»
  • La DGA détient un rôle clé dans le MCO des programmes aéronautiques militaires, depuis son développement jusqu’à son entrée en service et son utilisation opérationnelle. L’agence de l’innovation doit être le « phare de l’innovation du ministère, ouverte vers l’extérieur », avait affirmé la ministre des Armées, Florence Parly, lors de son discours au Medef.
  • Enfin, le SIAé est l’acheteur public du ministère en matière de matériel dit « d’environnement aéronautique » permettant la mise en œuvre et la maintenance des aéronefs. Lors de son allocution pendant le salon, la ministre a souhaité saluer le fait qu’il soit notamment « le seul opérateur européen à pouvoir intervenir sur l’A400M ».

Le plan de transformation du MCO est en plein accomplissement, les forces sont désormais ouvertes aux solutions de maintenances innovantes proposées et initiées par la société civile.

1er marché européen, le ministère des Armées bénéficiera en 2019 d’une augmentation budgétaire du MCO de 8% soit 4,2M€. La place de la France en matière n’est plus à démontrer. Au lendemain de la promulgation de la Loi de programmation militaire 2019-2025, de la création de la DMAé le 18 avril 2018 et de l’établissement de nouvelles relations État – Industries, l’ADS Show se trouve être l’occasion d’affirmer aux industriels et aux personnels de la défense, la position ministérielle de transformation du MCO aéro dans le but d’accroître la disponibilité des aéronefs militaires.

 

 
Le site DICOD est répertorié 
dans la rubrique INSTITUTIONS de la "Communauté Défense et Sécurité" d'ESPRITSURCOUF.fr

Cliquez ici

 

 

ÉCONOMIES

 

 

1-  La stratégie “yibu, yibu” d’Airbus Helicopters en Chine (La Tribune, Michel Cabirol, de Qingdao)

 

En Chine, Airbus Helicopters y va pas à pas sans brûler les étapes, ou comme disent les Chinois, “yibu, yibu” (prononcez ibou). Ce marché au potentiel gigantesque est plus que prometteur mais reste encore soumis à des contraintes très sévères. Présent dans le pays depuis près de de 40 ans avec la production sous licence du Dauphin en 1980, l’hélicoptériste européen se prépare donc patiemment à l’ouverture du ciel chinois, qui est sous le contrôle exclusif de l’armée du peuple. Ainsi, chaque vol doit être soumis à l’autorisation préalable des militaires. “Il existe en Chine une énorme contradiction entre le potentiel du marché et les contraintes, qui sont des facteurs limitants à son développement”, confirme la présidente d’Airbus Helicopters China, Marie-Agnès Veve. La libéralisation, même progressive, du ciel chinois prévue dans cinq ans environ pourrait être synonyme d’un envol d’un marché encore très embryonnaire par rapport aux besoins. La flotte d’hélicoptères pour les services de santé (EMS) ne s’élève par exemple qu’à une cinquantaine d’exemplaires en Chine. Soit l’équivalent de deux appareils pour la France. Ce qui est complètement dérisoire…

Une chaîne d’assemblage à Qingdao

C’est tout le sens de l’accord signé en juin 2016. En contrepartie d’un accord sur la vente de 100 H135 mis en vigueur en décembre 2016 (700 millions d’euros), Airbus Helicopters Deutschland s’était engagé à investir à 51 % dans la construction d’une chaîne d’assemblage (FAL) de H135 à Qingdao dans la province de Shandong, aux côtés du chinois UGAC. Soit 24 millions d’euros au total pour les deux partenaires. Si les cinq premiers appareils sont fabriqués à Donauwörth en Allemagne, la FAL de Qingdao dont la capacité de production s’élève à 18 appareils par an lors de la troisième année de service, devait fabriquer le reste sur une période de sept ans. Deux ans après la signature de l’accord, le constructeur de Marignane a livré ce vendredi 28 septembre, à l’occasion d’une cérémonie à Qingdao, le premier H135 devant les bâtiments qui abritera la future chaîne d’assemblage opérationnelle début 2019. Le distributeur d’Airbus Helicopters en Chine, United General Aviation (UGA), qui a dans son portefeuille les 100 H135, a signé ce vendredi deux contrats avec Eastern General Aviation Company (2 H135) et Qingdao Huatong Financial Leasing (6 H135). Pragmatique Airbus Helicopters, qui doit récupérer les clés de l’usine à la mi-novembre, pose une nouvelle pierre dans sa stratégie “yibu, yibu” en vue de répondre aux besoins existants et futurs de la Chine en matière d’hélicoptères.

Une stratégie gagnante

Jusqu’à maintenant, la stratégie d’Airbus Helicopters, qui a réussi sa première vente en Chine en 1967 (Alouette) a été gagnante. Le constructeur européen domine haut la main le marché chinois. Sur une flotte en service évaluée à 688 appareils civils à fin août 2018 (contre 7.000 aux Etats-Unis, dont 1.884 pour Airbus Helicopters), la part de marché revendiquée par le constructeur européen s’élève à 37 % (252 appareils pour 85 clients), loin devant Bell (21 %, 145 appareils) et Leonardo (13 %, 91 appareils), qui sont les deux plus féroces concurrents d’Airbus Helicopters en Chine comme ailleurs.

Retrouvez l’intégralité de l’article avec ce lien :
https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/la-strategie-yibu-yibu-d-airbus-helicopters-en-chine-791994.html

 

2- Les banques dans la lutte contre le terrorisme (TTU Online)

 

La lutte contre le terrorisme n’est pas seulement l’apanage des services secrets, de police et de justice : les établissements financiers y prêtent leur concours, de manière très active, depuis de nombreuses années. Ce n’est pas un hasard si TRACFIN s’est mué, depuis plusieurs années, d’une fonction de cellule anti-blanchiment à la mission de cellule en charge de la collecte de l’information financière, et qui dispose d’un accès sur les comptes bancaires des établissements Mais plusieurs sources ont confié à TTU les nombreuses insuffisances, difficultés et défaillances dans les dispositifs de lutte contre le financement du terrorisme au sein du secteur bancaire En plus de la déperdition de l’information, tare classique au sein de toute entreprise, les cellules au sein du secteur bancaire en charge des problématiques sanctions et lutte contre le financement du terrorisme se retrouvent confrontées au problème classique du budget qui leur est accordé, avec pour résultat des contraintes en termes d’effectifs. Ces équipes passent leurs journées soit à recevoir des demandes d’informations et de précisions sur des transactions concrètes que les chargés d’affaires comptent mener, et qui peuvent impliquer des entreprises ou personnes physiques installées dans des pays sensibles, soit à recevoir des «alertes». Ces alertes sont générées par des outils de filtrage, qui examinent les transactions quotidiennes de l’établissement financier. Les alertes sont créées dès lors qu’il existe une certaine concordance entre l’une des parties à la transaction financière (donneur d’ordre, bénéficiaire, établissements financiers prenant part à la transaction, but de l’opération) quelle qu’elle soit, et une personne physique ou une entreprise sous sanctions, ou un pays considéré comme sensible (par exemple l’Iran). Ces outils de filtrage sont réglés pour générer des alertes avec une forte marge d’erreur potentielle. Résultat : sur des centaines d’alertes traitées par les cellules, moins de 1% d’entre elles s’avère viable. Or les autorités de régulation imposent que les alertes, générées par les outils de filtrage, soient pour les problématiques embargo/sanctions traitées dans un délai de 24 heures maximum. Si, comme c’est le cas quand l’OFAC US publie de nouvelles listes de sanctions, un nombre croissant d’alertes est généré, les équipes se retrouvent débordées très rapidement. Autre problème, un établissement bancaire ne peut pas retenir indéfiniment une alerte : elle doit être débloquée rapidement – la transaction est autorisée –, ou rejetée. Les équipes se retrouvent face à un double dilemme : traiter rapidement les «alertes» tout en évitant que des opérations de blanchiment ou de financement du terrorisme ne passent à travers les mailles du filet Or, et c’est là un autre problème, les transactions financières visant à financer un groupe terroriste sont difficiles à détecter. Le cas d’école type fut le virement fait via Western Union à Hasna Aït Boulahcen, dont le cousin est Abdelhamid Abaoud, et ce au lendemain des attentats du 13 novembre 2015. Une transaction typique, et qui ne pouvait attirer l’attention. Car les établissements bancaires ne peuvent faire d’investigations judiciaires, ni avoir accès aux fichiers de la Police et de la Justice. Même si, depuis plusieurs années, les contacts entre le monde du renseignement et le monde bancaire sont monnaie courante. Les anciens des services de renseignement partant travailler dans le monde bancaire ne sont pas rares non plus. Les banques ont dû modifier leur approche : désormais, les transactions effectuées dans certains pays entraînent immédiatement l’examen du compte bancaire concerné. Par exemple, quant Daech était bien implanté en Syrie et en Irak, une personne faisant des achats en Turquie – point de passage alors classique pour rejoindre le groupe terroriste – attirait immédiatement l’attention.

Retrouvez l’intégralité de l’article avec ce lien :
https://www.ttu.fr/les-banques-dans-la-lutte-contre-le-terrorisme/

 

 
Le site TTU est répertorié 
dans la rubrique REVUES et LETTRES de la "Communauté Défense et Sécurité" d'ESPRITSURCOUF.fr

Cliquez ici

 

3- OPEP et non-OPEP (IRIS, interview de Francis Perrin)

 

Le baril est aujourd’hui à son plus haut niveau. Pensez-vous que c’est l’effet immédiat de la réunion d’Alger qui, pourtant, visait la stabilité du marché ?

Le 24 septembre, le prix du Brent de la mer du Nord était de l’ordre de $80-81 par baril, soit le niveau le plus élevé depuis la fin 2014. Il y a certes eu une hausse supplémentaire après la fin de la réunion du comité ministériel conjoint de surveillance OPEP/non-OPEP (JMMC en anglais) le 23 septembre à Alger. Mais le prix du Brent frôlait déjà les $80/b dans les derniers jours. Certains s’attendaient à une annonce de l’OPEP et des pays non-OPEP sur une hausse de leur production mais ils ont oublié que la réunion d’Alger n’avait pas un caractère décisionnel. Cette absence de décision a fait encore un peu monter les prix du brut mais cette attente n’était absolument pas justifiée. La Conférence de l’OPEP se tiendra au début décembre et pas avant. Les prix sont sur une tendance haussière depuis plusieurs mois car la consommation pétrolière mondiale augmente, les exportations de l’Iran sont en train de chuter du fait du prochain rétablissement des sanctions des Etats-Unis et le Venezuela continue à s’enfoncer dans la crise.

Les membres de l’OPEP et non OPEP n’ont pas cédé à la pression de Donald Trump ? Quelle est votre opinion sur la réunion d’Alger et quels sont effets immédiats attendus sur le marché du pétrole ?

Les pays réunis à Alger ont fait leur travail. Cela consistait notamment à étudier l’évolution du marché pétrolier mondial, qui est actuellement bien équilibré. Il ne s’agissait pas de prendre des décisions car cela ne relève pas de la compétence du JMMC. Le président Trump n’est manifestement pas très au courant des mécanismes de gouvernance de l’OPEP. Il est vrai que, pour lui, l’essentiel est de communiquer avec l’opinion publique américaine et, en particulier, avec son électorat. L’un des éléments les plus importants dans ce qui vient de se passer à Alger est lié aux déclarations du ministre saoudien de l’Energie qui a été très prudent et a jugé improbable une prochaine hausse de production. Venant du plus important producteur de l’OPEP, du premier exportateur mondial de pétrole brut et d’un grand allié des Etats-Unis, ces propos ont et auront un impact haussier. Quelles sont vos prévisions sur le marché jusqu’à la fin de l’année ? Pensez-vous que réellement le prix du baril entre 70 et 80 dollars est un bon compromis ? Le marché pétrolier est actuellement bien équilibré. Il y a cependant des inquiétudes pour la fin de l’année. Le monde consomme de plus en plus de pétrole et l’Iran et le Venezuela en produisent de moins en moins. Le point clé est l’Iran. Suite aux menaces américaines, qui sont efficaces, les exportations de brut de l’Iran ont probablement baissé de 700 000 barils par jour entre avril 2018 et la mi-septembre. Et, même si de nombreuses incertitudes subsistent, une chose est sûre : la chute n’est pas terminée. Le paradoxe est que les Etats-Unis sont à la fois un problème et une solution. Leurs sanctions font chuter la production et les exportations pétrolières de l’Iran et, en même temps, leur production nationale continue à augmenter grâce au pétrole non conventionnel. Ce pays est devenu un important exportateur de pétrole. Il est exact que, dans le contexte pétrolier, politique et économique actuel, des prix du pétrole de l’ordre de $70-80/b sont un bon compromis entre les intérêts des grands acteurs du jeu pétrolier mondial. Mais, pour les raisons indiquées ci-dessus, on est aujourd’hui dans le haut de cette fourchette de prix et il est possible que nous allions au-delà. On parlait, il y a quelques années, de l’agonie de l’OPEP.

Après la réunion historique d’Alger, l’organisation s’est ressaisie et s’affirme, comme par le passé, en tant qu’acteur incontournable sur la place du marché pétrolier pour peu que cette union interne et avec les pays non OPEP perdure. Quelle est votre analyse ?

 Beaucoup d’observateurs ont enterré l’OPEP un peu trop rapidement. Ils confondaient peut-être leurs désirs avec la réalité. L’organisation existe depuis 1960 et, en 58 ans, elle a traversé beaucoup de crises. La période 2014-2016 a incontestablement été très difficile mais, depuis la réunion d’Alger en septembre 2016, l’OPEP a réussi à retrouver son unité interne, à prendre des décisions sur la réduction de sa production et à s’associer à dix pays non-OPEP. Les succès ont été spectaculaires suite à l’adoption de cette stratégie à la fin 2016. Cela dit, comme les individus, les organisations sont mortelles. L’OPEP fait face à quelques défis clés et ceux-ci viennent surtout des Etats-Unis: fortes pressions de l’administration Trump, rétablissement des sanctions contre l’Iran, ce qui suscite la colère de Téhéran et contribue à aggraver encore la relation déjà détestable entre l’Arabie Saoudite et l’Iran, et forte augmentation de la production pétrolière américaine. L’OPEP est effectivement encore un acteur incontournable mais il faudra beaucoup d’efforts et beaucoup d’unité pour le rester dans le moyen et le long terme. Rien n’est jamais acquis définitivement dans ce domaine ?

 

 
Le site de l'IRIS est répertorié 
dans la rubrique THINTANKS de la "Communauté Défense et Sécurité" d'ESPRITSURCOUF.fr

Cliquez ici

 

4- Les nouvelles routes de la soie : comment Pékin entend redessiner les axes du commerce mondial (Infoguerre, Ronan Wanlin)


3000 milliards de dollars. C’est un immense plan d’investissement que développe actuellement la Chine afin d’achever sa suprématie commerciale et d’exportations industrielles. Influence, diplomatie, stratégie, l’Empire du milieu est décidé à déployer tous les moyens possibles pour arriver à ses fins C’est en 2013, profitant d’une série de visites en Asie centrale, que Xi Jinping, nouvellement élu président, exposa à Astana, le projet de ressusciter la grande et mythique route caravanière. S’il n’est plus question de convois de caravanes de chameaux arpentant le grand continent eurasiatique de Xi’an à Antioche, le projet de Xi JinPing vise bien à rebâtir un paysage commercial et politique à échelle internationale qui permettrait à la Chine d’exprimer pleinement sa puissance. En effet, la Chine est à présent dans une situation de surproduction. Pour y remédier, la solution chinoise est on ne peut plus simple : les marchés ne pouvant accueillir les exportations industrielles chinoises, la Chine va créer de nouveaux marchés. Ce faisant, elle cherche à développer et intégrer ses provinces les plus lointaines (Tibet, Yunnan) pour en faire des plateformes, des points de contact qui permettraient de raccorder le pays au reste du monde. Projection vers l’extérieur et stabilisation de la République populaire et du parti communiste chinois, la Chine fait coup double.

 



Vous jugez intéressant et utile ESPRITSURCOUF

Votre contribution est bienvenue 
Pour rester indépendant et objectif, 
nous ne recevons aucune subvention.
Seules vos cotisations ou vos dons nous permettent d'exister
Soutenez espritcors@ire
en cliquant ICI