HAUT-KARABAGH,
LA GUERRE TOUJOURS RECOMMENCÉE

.
Pascal LE PAUTREMAT (*)
Géopoliticien
Rédacteur en chef d’ESPRITSURCOUF

.

.
Cela fait un siècle que s’affrontent l’Arménie (chrétienne) et l’Azerbaïdjan (musulmane). Une nouvelle guerre ouverte les a opposées à la fin de l’an dernier. L’auteur revient sur ces combats, marqués par une intervention notable de la Turquie au profit des Azéris, d’origine turcique et iranienne. Mais pour bien comprendre ce conflit, il est nécessaire de remonter à ses origines, après le génocide des Arméniens perpétré par la Turquie durant la première guerre mondiale.
.

La République d’Arménie, créée le 28 mai 1918, souffre dès sa naissance d’un lourd handicap : une forte population arménienne vit dans le Haut-Karabagh, une région sous contrôle de l’Azerbaïdjan. Le Haut-Karabagh déclare son indépendance le 18 juillet 1918, et les autonomistes arméniens résistent alors coûte que coûte aux interventions des Turcs, venus à la rescousse des Azéris durant l’été 1918, alors que l’Empire ottoman est sur le point de disparaître. L’enjeu de ces affrontements est le contrôle des régions de Bakou et du Karabakh.

Le poids des Bolchéviques

.
L’Armistice de Moudros, signé entre l’Empire ottoman et les Alliés en octobre 1918, décide le maintien d’une présence britannique au Haut Karabakh, tandis que les Turcs s’en retirent. Mais la gestion du territoire est assurée par un Azéri, Khosrov bey Sultanov, nommé gouverneur par les Britanniques. En février 1920, celui-ci fait en sorte que le Haut-Karabakh soit rattaché à l’Azerbaïdjan, ce qui provoque une vive animosité des Arméniens et relance une intense guérilla.

Source : Wikipedia

En mars et avril 1920, l’Arménie et l’Azerbaïdjan s’affrontent dans une nouvelle guerre. Les Bolcheviques en profitent pour envahir l’Azerbaïdjan, en avril 1920, avant de s’emparer de l’Arménie. En novembre 1920, cette dernière devient une république soviétique, intégrée, à partir de 1922, à une République Soviétique de Transcaucasie qui regroupe la Géorgie, l’Arménie et l’Azerbaïdjan.

Pour autant, la crise arméno-azérie perdure. Staline, alors Commissaire des nationalités pour l’Union soviétique, s’applique à punir les convictions nationalistes des Arméniens. Le Nakhitchevan, enclavé entre l’Arménie et la Turquie, et le Haut-Karabakh sont rattachés à l’Azerbaïdjan en 1924. Pendant plusieurs décennies, la situation se fige. L’Arménie devient en 1936 une république Socialiste Soviétique stricto sensu


L’implosion de l’URSS

.
C’est dans les dernières années de l’URSS que la question du Haut-Karabakh refait surface. Le nationalisme arménien d’un nouvel élan et condamne de plus en plus fermement la mainmise de Bakou, capitale azérie, sur le Haut-Karabakh, peuplé à plus de 80% d’Arméniens, d’autant que cette région est considérée comme le berceau historique de l’Arménie, foncièrement chrétienne depuis le début du IVème siècle, face à l’Azerbaïdjan, musulmane à 96% et à large majorité chiite.

Le 20 février 1988, le soviet suprême du Haut-Karabakh proclame la province comme République Socialiste Soviétique à part entière. Elle fait l’objet, sous l’impulsion de Robert Kotcharian, de démarches visant à la rattacher à l’Arménie. De son côté, l’Azerbaïdjan réclame de la conserver et de l’unifier au reste du territoire.

La situation devient explosive : pogroms anti-arméniens, rétorsions contre les Azéris du Haut-Karabakh, qui fuient vers l’Azerbaïdjan. Moscou déploie près de 15 000 militaires pour endiguer le mouvement nationaliste arméniens. Mais avec la fin de URSS, en 1991, les tensions empirent, suite à la décision du Haut-Karabakh, le 2 septembre 1991, de faire sécession, en vertu des résultats d’un référendum favorable à 99% à l’indépendance.

L’Azerbaïdjan ne tolère pas de perdre ainsi le Haut-Karabakh (11 430 kms²) et une guerre éclate avec l’Arménie. Elle se poursuit jusqu’à un cessez-le-feu signé en mai 1994. Les années conflictuelles 1988-1994 ont fait 35 000 morts et engendré l’expulsion de 780 000 Azéris du Haut-Karabakh, et de 400 000 Arméniens, chassés d’Azerbaïdjan.

In fine, la victoire revient aux Arméniens qui, cette fois, sont soutenus par des forces russes. L’Arménie prend, en outre, le contrôle de sept districts adjacents qui représentent 15% du territoire azerbaïdjanais. Toutefois, elle apparaît comme prise dans un étau entre la Turquie et l’Azerbaïdjan.

Robert Sedraki Kotcharian, président de la République du Haut-Karabagh de 1994 à 1997, puis Premier ministre, de 1997 à 1998, et président de la République d’Arménie de 1998 à 2008.
Photo DR

Pour s’assurer une sécurité statutaire et régionale, l’Arménie intègre la Communauté des États Indépendants, en 1995. Quant à Robert Kotcharian, il devient président de la République autoproclamée de l’Artsakh ou « Haut Karabagh » de 1994 à 1997, que la communauté internationale ne reconnaît pas en tant que telle, exceptés quelques États américains comme la Californie et le Michigan.

Les limites de la diplomatie

.
Pour endiguer tout risque de nouveau conflit, un groupe international est constitué à partir de 1994 à la demande de l’OSCE (Organisation pour la Coopération et la Sécurité en Europe), sous la co-présidence des Etats-Unis, de la Russie et de la France. Même si la Turquie a reconnu l’Arménie indépendante en 1991, les deux pays n’entretiennent aucune relation diplomatique et la frontière turco-arménienne reste fermée depuis 1993.

En fait, les incidents frontaliers se répètent inlassablement, faisant sporadiquement voler en éclat le cessez-le-feu en vigueur depuis 1994. À la fin des années 2000, les tensions restent palpables aux portes du Haut-Karabakh qui compte quelque 150 000 habitants. Le régime azéri a toujours gardé l’espoir de récupérer les territoires perdus.

Conjointement, la médiation internationale s’attache à faire aboutir plusieurs résolutions. En particulier le rétablissement de l’autorité azerbaïdjanaise sur les territoires qui entourent le Haut-Karabagh, mais aussi l’établissement d’un corridor entre l’Arménie et le Haut-Karabagh, enfin, le droit légitime de toutes les personnes déplacées et réfugiées de pouvoir retourner sur leurs anciens lieux de résidence, tout en projetant de trouver un statut juridique du Haut-Karabakh qui puisse satisfaire les parties prenantes.

Malgré cela, la tension devient particulièrement vive au cours de l’automne 2015 puis en avril 2016, lors de la guerre dite « des 4 jours » qui s’avère la plus meurtrière depuis le cessez-le-feu de 1994.  L’Azerbaïdjan se vante d’avoir récupéré, à cette occasion, près de 2 000 hectares de territoire.

2020 : une guerre de six semaines

.
Au cours de l’été 2020, la situation dégénère tragiquement, le président azerbaïdjanais, Ilham Aliev, estimant, le 25 septembre 2020, que son pays avait suffisamment été lésé face à une Arménie qui, disait-il, ne respectait pas les négociations établies par le Groupe de Minsk et s’apprêtait à lancer une offensive contre son État.

Cette campagne de communication est suivie rapidement par une offensive éclair de l’armée azerbaïdjanaise, lancée le 27 septembre 2020. Dès les premières heures de l’attaque, présentée à Bakou comme une contre-offensive, l’Arménie et le Haut-Karabakh décrètent la mobilisation générale.

Les Azéris témoignent d’un potentiel militaire supérieur, appuyé par des moyens lourds et par les services de renseignement turcs, qui mettent en œuvre des drones, comme le Bayraktar TB2, ou l’Orbiter IK, de conception israélienne, chargé d’explosifs pour s’écraser sur sa cible.
Les bombardements de l’artillerie et de l’aviation azérie touchent en tout cas, sans distinction, civils et militaires arméniens, notamment à Stepanakert, « capitale » du Haut-Karabakh. En riposte, le 4 octobre, les forces arméniennes bombardent la ville azerbaïdjanaise de Ganja,

Artilleur Azéri, près de Kalabajar, le 2 décembre 2020.
Photo DR

Avec une malignité sordide et conquérante, la Turquie, dès le début du mois de septembre 2020, fait convoyer en Azerbaïdjan des mercenaires en provenance de Syrie. Ceux-ci ont transité par la province frontalière de Turquie à Gaziantep. Ces paramilitaires, issus de compagnies djihadistes, sont payés quelque 1 000 euros par mois. Leurs effectifs, établis selon les sources entre 1 000 et 2000 hommes, proviennent des groupes armés de la région d’Idleb. Ils sont chargés des missions de surveillance et d’observations, notamment autour des sites pétroliers et gaziers du régime de Bakou.

Des mercenaires turkmènes, venus de Libye où la Turquie les avait déployés, participent aussi à des opérations de combat. La Turquie a également projeté quelques unités de son armée, et notamment des avions de combat F-16 et leurs équipes de maintenance, sans que l’on en connaisse précisément, à ce jour, le volume et la portée exacte de leurs missions.

Les combats ont, en tout cas, tourné en défaveur des Arméniens, démunis de moyens aériens et pilonnés par l’aviation azerbaïdjanaise. Les bombardements obligent les civils à se terrer dans des caves ou des abris de fortune. L’arrivée de soldats et volontaires d’Arménie ne changent pas la donne.

Trois tentatives de cessez-le-feu échouent, en dépit des efforts du Groupe de Minsk. Au terme de quelques semaines de combats inégaux, le cessez-le-feu est signé le 9 novembre sous la pression de la Russie. Le Kremlin a fort peu goûté le fait qu’un hélicoptère russe Mi-24 ait été abattu le 9 novembre par les forces azerbaïdjanaises. Entré en vigueur le 10 novembre 2020, le cessez-le-feu est signé par le premier ministre arménien Nikol Pachinian et le président azerbaïdjanais Ilham Aliev.

Lendemains incertains

;
Le régime du président Ilham Aliev procède alors à une campagne de communication pour officialiser la récupération de Nagarno-Karabakh. Les Arméniens sont sommés de rétrocéder toutes les zones azéries placées sous leur contrôle depuis les années 1990. L’Azerbaïdjan a, ainsi, repris le contrôle des districts d’Ağdam, dès le 20 novembre, de Kelbadjar, rétrocédé le 25 novembre, et de Lachine, réoccupé le 1er décembre. Les Azéris ont pris également le contrôle d’une partie du territoire du Haut Karabakh, avec la région stratégique de la ville de Chocha.

Reste la question du devenir des prisonniers de guerre arméniens qui sont victimes de mauvais traitements (tortures, sévices divers), d’une exploitation en faveur d’une propagande triomphante de Bakou et d’humiliation sur les réseaux sociaux. Les services azéris ont largement diffusé photos et vidéos aux familles des prisonniers, ainsi qu’aux chaines et plateformes de télévision (Télégramme, Kodori 18+ et Karabah_News). La Cours européenne des Droits de l’homme a été saisie du dossier. Depuis, nombre de prisonniers sont portés disparus. Certains ont été exécutés en violation flagrante du Droit international qui régit le sort des prisonniers de guerre. Après six semaines d’affrontements inégaux, les Arméniens auraient perdu plus de 2 300 hommes dans les combats, contre 2 783 tués, officiellement, du côté azéri.

Pour veiller à la stabilisation de la situation, près de 2 000 soldats russes sont déployés avec une mission d’interposition, pour une période de 5 ans renouvelable. Les effectifs russes relèvent, selon le ministère russe de la Défense, de la 15ème brigade de fusiliers motorisés, avec 90 blindés. Les postes d’observation sont établis sur la ligne de contact ainsi que sur le corridor de Lachine, bande de terre de 5km de large, reliant l’Arménie au Haut-Karabakh. Mais la Turquie n’est pas en reste et envisage d’envoyer, elle-aussi, des unités pour des missions d’observation et de surveillance, dans le cadre d’une mission russo-turque. Quant à Stepanakert, capitale de la « République d’Arshak », elle semble bien isolée et les Arméniens, qui y demeurent, bien anxieux devant un avenir incertain

Les blindés russes débarquant au Haut-Karabagh. Photo Ministère russe de la Défense

La préoccupation est grande quant à la poussée des Turkmènes dans le Caucase du sud, tant on pressent l’aspiration pan-ottomane d’Ankara derrière tout cela. Ce qui n’a pas manqué d’être condamné par Paris. En retour, la ferme critique de la politique turque a provoqué les foudres du président Erdogan, qui ne souffre aucune contradiction, pétri d’ambitions conquérantes.

L’Iran qui entretient des bonnes relations avec l’Arménie, même chrétienne, ne cache pas sa préoccupation face la présente de combattants sunnites en provenance de Syrie à sa frontière commune avec l’Azerbaïdjan.

La Russie, enfin, a fait savoir que son alliance avec l’Arménie pouvait aussi conduire à une intervention de sa part. Sur le sol arménien, stationnent quelque 5 000 militaires russes en vertu de l’alliance militaire établie avec la Russie dans le cadre de l’Organisation du Traité de Sécurité Collective (établie en 2002, regroupant autour de la Russie l’Arménie, la Biélorussie, la Kazakhstan, le Kirghizistan et le Tadjikistan). Mais, apparemment, ils se sont gardés d’intervenir, sans doute pour ne pas envenimer les relations avec la Turquie déjà délicates sur le dossier syrien, et d’autant plus qu’il y a des accords d’exploitation de gaz entre les deux pays via le Turkish Stream…

L’internationalisation du conflit reste pourtant une probabilité en cas d’échec du cessez-le-feu qui parait fragile.

Article paru dans le Magazine Opérations spéciales. N°47 (janvier-février 2021)

***

Cet article vous a intéressé ? Vous avez une remarque à nous faire ? Vous souhaitez nous le faire savoir ? Cliquer ICI.


(*) Pascal Le Pautremat est Docteur en Histoire Contemporaine, diplômé en Défense et Relations internationales, officier (diplômé ORSEM) dans la Reserve opérationnelle depuis 1993. Il a enseigné à l’École Spéciale militaire de Saint-Cyr et au collège interarmées de Défense, et est Conférencier et Chargé de cours dans l’Enseignement supérieur sur les crises et conflits contemporains. Auditeur de l’IHEDN (Institut des Hautes Études de Défense nationale), ancien membre du comité de rédaction de la revue Défense, il est le rédacteur en chef d’ESPRITSURCOUF.
Depuis 2017, Pascal Le Pautremat s’est tourné vers les sociétés et les structures publiques en matière d’analyses géopolitiques et géoéconomiques, de positionnement à l’étranger, d’analyses des Risques et Opportunités Pays. (http://www.actiongeos.com).
Son dernier ouvrage « Géopolitique de l’eau : L’or Bleu et les enjeux entre prospectives , crise et tensions… »  est présenté dans le numéro 152 d’ESPRITSURCOUF du 30 novembre 2020.

 
 

Bonne lecture et rendez-vous le 31 mai 2021
avec le n°165
D’ici là, pour une bonne santé, prenez soin de vous.
RESPECTEZ LES CONSIGNES :
Distanciation, port du masque, respect du couvre-feu et du télétravail …

 
 
 

ESPRITSURCOUF ne reçoit aucune subvention, il n’est financé que par ses lecteurs. Si vous aimez notre site, adhérez ou faites un don à espritcors@ire l’association qui l’édite

ADHÉSION 2021 :

 Cotisation: 50€ net fiscal 17€,

 Bienfaiteur: 100€ net fiscal 34€,

 Soutien: 150€ net fiscal 57€.

DON : Pour tout autre montant ou pour IFI

VERSEMENT : 

 par chèque , à l'ordre d'espritcors@ire (7, rue Rosa Bonheur, 75015 Paris)

 par Paypal ou par Carte bancaire, cliquez sur "Cotisation, défiscalisation" ou sur "Don-IFI"

         

Chers lecteurs,

Vous avez apprécié cet article. Vous pouvez le retransmettre à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou du site ESPRITSURCOUF. Merci pour votre action au service du rayonnement de notre "Observatoire de Géopolitique, Économie, Défense et Sécurité"

Suivez-nous sur Facebook , Twitter et LinkedIn .

Sur les réseaux sociaux, donner votre avis, indiquer que vous aimez notre site, inciter vos amis à "liker" ESPRITSURCOUF