Ukraine :
Y-a-t-il un pilote dans l’avion ?

.
Caroline Galacteros (*)
Géo politologue

B

L’auteure, animée d’un anti-américanisme qu’elle ne cache pas, s’indigne de la tournure des évènements en Ukraine. Elle secoue ici le cocotier, elle le secoue très fort, avec la puissance d’un cyclone. Notre conception de l’information et du débat veut que toutes les opinions puissent s’exprimer, pour peu qu’elles soient étayées et raisonnées. Et comme notre ambition est de vous offrir ce qu’on ne trouve pas ailleurs, c’est bien volontiers que nous publions cet article, dont les libres propos n’engagent pas notre rédaction.

Voici plus de 7 mois que l’attaque de la Russie contre l’Ukraine a débuté. De provocations en rebondissements, la réalité, militaire et politique, de l’évolution de l’affrontement entre les troupes envoyées par Moscou et l’armée ukrainienne, entraînée, abondamment armée et assistée des forces anglo-saxonnes mais aussi européennes et notablement françaises, est devenue difficilement lisible pour le citoyen européen.

La propagande occidentale a littéralement fait disparaître la moitié au moins des informations de toute nature, celle de la partie russe. Sans parler de la quasi-disparition de tout débat médiatique sérieux qui a escamoté l’autre face du réel. En France, seuls quelques courageux analystes, auxquels on permet de s’exprimer au compte-gouttes, parviennent encore à prendre un peu de hauteur par rapport au sensationnalisme tout puissant des images soigneusement triées.

On ne peut plus, on ne doit plus réfléchir. Le niveau d’indigence dans le raisonnement est du jamais vu. Tout ce que peut dire, penser, souhaiter, expliquer la Russie et ceux que l’on caricature immédiatement comme ses « agents étrangers » est illégitime, inaudible, scandaleux, taxé de fascisme et considéré comme a priori faux. L’hystérie informationnelle a atteint des sommets qui font paraître les opérations de désinformation déjà mises en œuvre dans les Balkans, en Irak, en Afghanistan, en Libye et même en Syrie comme l’œuvre d’amateurs débutants.
;

Chasse aux sorcières

Le problème est que cette atmosphère de chasse aux sorcières primitive et d’anti-russisme pavlovien, qui vise l’effondrement économique et social du peuple russe lui-même au prétexte de faire reculer ou même tomber le pouvoir de Moscou, ne fait que nourrir l’illusion d’une victoire militaire ukrainienne et entretient la fureur des jusqu’au-boutistes sur place comme dans les cercles otaniens, américains et européens. Tous sont peuplés de mondialistes néoconservateurs qui ont pris le mors aux dents et entendent faire enfin rendre gorge à cet immense pays, « puissance pauvre » richissime, qui ose défier l’hégémonisme américain, proposer un modèle alternatif de puissance économique souveraine et de sauvegarde de la nation, dont la démocratie à l’occidentale n’est plus la condition nécessaire. Un modèle qui, en plus, fait école dans le monde entier.

Murés dans leur incapacité à comprendre que l’Europe ne peut être sauvée de l’aventurisme américain, qui ne vise désormais rien moins que la Chine, qu’en rejetant enfin une tutelle de plus en plus dangereuse, les dirigeants européens collent aux basques de Washington, où un président diminué est aux mains de l’irréductible clique néoconservatrice qui irrigue les réseaux de pouvoir bien au-delà des clivages partisans. Pour tous ceux-là, la perpétuation de l’hégémonie américaine requiert, en Europe comme partout ailleurs, l’expansion du mondialisme, la disparition des pouvoirs et des États forts et la fragmentation du monde au service exclusif du complexe militaro-industriel « maison » et du dollar. Voilà leur mantra.

Il est donc impératif pour cette clique de tenir rênes courtes les Européens faibles et aveugles, et de les pousser à nourrir, à coup de déclarations délirantes et de décisions autistes, le conflit sur le terrain. Le plus fou est que cela marche ! Nous courons même, à l’affût d’une petite tape gratifiante sur la tête de la part de ce grand frère qui tient, croit-on, notre survie économique et géopolitique entre ses mains.

Une guerre à l’issue incertaine
.

Pourtant, chacun sait bien que la partie est militairement très tendue pour Kiev depuis déjà quelques mois, que la raison et surtout la sauvegarde des malheureuses populations ukrainiennes prisonnières d’un pouvoir corrompu voudrait que l’on calme très vite le jeu, que l’on parle avec le président russe et que l’on trouve au plus tôt un accord global, l’OTAN reculant pour toujours aux frontières d’une Ukraine redevenue neutre, à l’instar de Moscou qui pourrait se retirer militairement du Donbass contre l’assurance que les populations russophones de cette région ne seront plus bombardées et que leurs droits civiques et culturels seront enfin respectés par Kiev. Pour cela, il faudrait évidemment remettre au plus tôt le président Zelenski dans sa boite de marionnette américaine au lieu de céder à son chantage permanent à la culpabilisation de l’Europe.

Au lieu de cela, nous faisons pleuvoir les milliards d’aide et d’armements dans le tonneau des danaïdes ukrainien d’où cette manne s’évapore pour alimenter trafics d’armes, comptes en banque off-shore et terrorisme international. Nous entretenons le feu de la guerre avec jubilation pour que le point de non-retour soit au plus tôt atteint s’il ne l’a pas déjà été, pour ne pas désobéir à Washington, et surtout pour ne pas devoir reconnaître l’insigne erreur de sa manœuvre consistant, depuis presque 20 ans (la première « révolution » ukrainienne, « l’orange », date de 2004 !), à pousser Moscou dans ses retranchements ultimes afin de provoquer l’affrontement tant espéré et l’annihilation de ce grand pays dont nous ne supportons pas la superbe ni la résistance à nos prédations.

Les Lettons envisagent désormais, avec les Finlandais désormais aux portes de l’OTAN, de déployer des armements pour faire de la Baltique une « mer intérieure de l’Alliance » et cantonner la Russie au golfe de Finlande ; on retrouve des mines françaises et allemandes interdites par les conventions de Genève sur des positions ukrainiennes, etc.

Ces soldats finlandais, sans armes (en signe de neutralité ?), sur le point de rejoindre l’Otan
Photo Gifyy.com

L’Europe s’enfonce, comme enivrée de sa propre stupidité, dans une crise énergétique sans précédent, impatiente de tomber sous le joug définitif du gaz de schiste américain. Elle appelle cela son indépendance énergétique.

Bref, nous nageons en plein délire et à contre-courant de nos intérêts comme de nos sacrosaintes valeurs, défigurées par le soutien à un pouvoir compromis avec le pire d’un nationalisme aux relents sinistres de suprémacisme et de racisme anti-slave ultraviolent. L’implication de nos soldats au profit de la clique au pouvoir à Kiev, quel que soit le  « narratif » médiatique, fourvoie nos armées.

Le grand jeu
.

Pendant que nous nous complaisons dans cette réalité parallèle, le nouveau « Grand jeu » se poursuit partout à nos dépens. En Eurasie, où l’attitude européenne envers Moscou nous coupe durablement les voies de projection d’influence et le potentiel de développement économique qu’une coopération intelligente avec le formidable projet chinois des Routes de la Soie permettait d’envisager. Au Sahel, où le retrait humiliant des troupes françaises du Mali après 8 ans de présence et 59 morts, et leur redéploiement partiel au Niger s’annonce mal quand on entend le président nigérien donner au nôtre un cours de géopolitique pragmatique sur l’évidente importance de la Russie sur le continent noir, ou lorsque la ministre sud-africaine de la Défense explique que Moscou n’a jamais été une puissance colonisatrice de l’Afrique… Tandis que, pour enfoncer un coin dans son alliance avec Moscou et Téhéran, l’on pousse la Turquie à renouer avec Israël, ce qu’elle fait de bon gré avec son opportunisme habituel et pour défier son véritable rival sunnite l’Arabie saoudite, cette dernière est en train de remettre en cause son alliance exclusive avec Washington et Tel Aviv au profit de Moscou.

La Chine et la Russie, qui entendent créer leur propre station spatiale et relancer l’aventure lunaire, ont procédé, fin août, à une seconde salve de manœuvres militaires conjointes pour manifester leur convergence anti-occidentale de plus en plus marquée. L’Iran se braque face aux atermoiements américains dans les négociations pour la remise en place de l’accord nucléaire de 2015 ; les sanctions unilatérales sans mandat onusien pleuvent sur Moscou et Téhéran, creusant plus encore la polarisation et l’hostilité, tandis qu’une grande partie de l’Amérique latine, de Cuba à l’Argentine en passant par le Venezuela et jusqu’au Brésil, se rapproche elle aussi de la Russie.

Le front indopacifique se tend autour de Taïwan où affluent inconsciemment les politiques américains pour masquer leur impuissance face à Pékin et à sa détermination de reprendre tôt ou tard l’île définitivement sous sa tutelle. Au-delà de la question militaire de la sanctuarisation de la mer de Chine par Pékin, c’est d’ailleurs tout autant l’enjeu industriel du contrôle de la production mondiale de semi-conducteurs qui fait rage entre Pékin et Washington d’un côté, et de l’autre Moscou, à la traine mais déterminé, et l’Europe dans les limbes.

Mais tous ces signaux, faibles ou forts, ne nous font nullement réfléchir. « Tout va très bien madame la Marquise ! » : l’Occident va l’emporter, l’Amérique demeurera le phare du monde et son gendarme honni. Elle apportera la lumière de la démocratie à une planète qui n’en veut plus et consolide autour de Moscou, Pékin et New Delhi un bloc alternatif politico-financier, économique et bien sûr militaire gigantesque. Si l’attaque russe a resserré les rangs de l’Otan, elle a surtout donné un coup d’accélérateur formidable à la bascule du monde.

La spirale des évaluations délibérément fausses des buts de guerre de l’adversaire prend des proportions dramatiques désormais. Le président Zelenski, encouragé en permanence à la surenchère, semble pris de folie erratique et prêt à tout pour que l’OTAN vienne officiellement à son secours.

Le poids du nucléaire
.

Dans ce contexte, on est frappé par l’immaturité des dirigeants tant américains qu’européens et malheureusement français. Le sidérant documentaire « Un Président, l’Europe et la guerre » l’a tristement démontré en révélant l’étendue de l’impuissance mais surtout de l’ignorance de la dimension nucléaire qui a largement motivé, au moins autant que la situation du Donbass, l’opération russe. Celle-ci remonte en fait au mémorandum de Budapest de 1994 qui assurait la dénucléarisation de l’Ukraine contre son indépendance.

Compte tenu des infrastructures nucléaires encore présentes en Ukraine, les déclarations du président ukrainien proposant de révoquer le mémorandum lors de la Conférence de Munich, quelques jours seulement avant le déclenchement de l’attaque russe et alors que le Donbass était de nouveau massivement ciblé par les bombardements ukrainiens contre leur minorité russophone, auront sonné comme la provocation de trop.

Au-delà de ce déficit de compréhension, l’ignorance de la guerre, de ses souffrances tangibles, l’habitude de la porter et de la mener au loin, notamment au Moyen-Orient sans grandes conséquences domestiques, la vanité insigne des dirigeants européens et américains, la fureur de voir qu’une fois encore leurs calculs se révèlent faux, que la propagande n’a pas fait se matérialiser la victoire occidentale sur le terrain, que les objectifs russes s’élargissent chaque jour, que la situation leur échappe et ligue désormais contre eux la majeure partie du monde, tout les pousse à une fuite en avant irresponsable.

Une voie possible
.

Comment stopper l’engrenage ? Que peut et doit faire la France ? Si elle reste sourde à la brochette de généraux, agents de renseignements et géopoliticiens américains qui s’expriment clairement dans les médias mondiaux depuis des mois, elle peut au moins accorder quelque crédit à l’illustre Henry Kissinger qui redoute de plus en plus les effets ravageurs d’un « déséquilibre » trop grand entre les blocs de force à l’échelle mondiale.

Elle doit ouvrir un espace d’appréciation autonome de l’attitude russe (ce qui suppose sans doute quelques changements à l’intérieur de la cellule diplomatique de l’Élysée…). Paris doit proposer au Conseil de Sécurité la réunion urgente d’une conférence sur la refondation de la sécurité et de la coopération en Europe. Washington s’y opposera ? Fort bien. Alors elle l’organisera à Paris.

Ceux de nos alliés européens qui ont compris que c’était une guerre russo-américaine sur le dos de l’UE et de l’Ukraine elle-même, verront l’intérêt de ce « pas de côté » salutaire. Paris redeviendra enfin utile à quelque chose. Une telle approche doit évidemment aller de pair avec la cessation immédiate de toute livraison d’armements et de tout soutien militaire à Kiev. Cela ne sauve pas le peuple ukrainien, cela le condamne.

Nous sommes cobelligérants de fait depuis trop longtemps, ce qui neutralise toute marge de manœuvre diplomatique et toute légitimité pour endosser l’habit de médiateur. On me rétorquera que c’est donner raison au bourreau contre la victime, au Diable contre l’Ange, que c’est le retour de Munich. Non. C’est juste revenir à l’intelligence basique d’une situation qui est en train de nous échapper et dont nous ferons les frais bien plus que Washington. C’est redonner la parole à un peu d’éthique du conflit au lieu de se planquer derrière des postures prétendument morales, dont les Ukrainiens sont la chair à canon, comme avant eux les Irakiens, les Libyens, les Syriens… C’est admettre que nous sommes allés bien trop loin, que la Russie n’est pas en Ukraine uniquement pour défendre le Donbass ni pour conquérir le pays, encore moins pour le détruire mais avant tout pour rétablir, à ses frontières face à l’OTAN, une zone neutre de protection vitale.

Si l’on ne veut pas l’éclatement ultime du pays et son dépècement entre Russie, Pologne et Hongrie, c’est maintenant qu’il faut agir sans plus tergiverser. Il faut sortir de ce guêpier et vite… sans perdre la face. C’est là que le bât blesse car c’est impossible si l’on croit la sauver en incarnant le camp du Bien contre celui du Mal. Il faut changer les marqueurs de la « victoire », et considérer que l’Europe, et la France, font une faute cardinale en appuyant les États-Unis dans cette entreprise déstabilisatrice et contreproductive à l’échelle mondiale.

 

Légende photo en bandeau : Photo Ukrinform
;

(*) Caroline Galactéros, Docteur en science politique, auditeur de l’Institut des hautes études de la Défense nationale (AA59) et spécialiste des questions balkaniques. Elle a longtemps travaillé dans l’évaluation et la prospective stratégiques pour les services de l’État. Aujourd’hui directeur de séminaire à l’École de guerre, colonel dans la réserve opérationnelle des armées, elle dirige le cabinet de conseil privé et de formation en intelligence stratégique Planeting. Elle est l’auteure du blog « Bouger les lignes ».
Elle est la créatrice et directrice du think tank GéoPragma consacré à la géopolitique réaliste.
Colonel de la réserve opérationnelle, Administratrice de l’ASAF

Article paru dans la revue Engagement N°136 de l’ASAF (15 septembre  2022)


Cet article vous a intéressé ? Vous avez une remarque à nous faire ?
Cliquer ICI

Rendez-vous le 07 octobre pour le N°198 …

NOUS AVONS BESOIN DE VOUS !

Soutenez-nous !

     

Nous ne recevons aucune subvention, nous ne sommes financés que par les lecteurs d’ESPRITSURCOUF. Adhérez ou faites un don défiscalisé à Espritcors@ire , association reconnue d’intérêt général qui l’édite.

Ainsi vous serez informé en priorité et recevrez le SEMAPHORE Lettre d’actualité, réservée à nos membres.

 

ADHÉSION 2022 :

  • Cotisation: 50€ net fiscal 17€,
  • Bienfaiteur: 100€ net fiscal 34€,
  • Soutien: 150€ net fiscal 57€.

VERSEMENT :

  •  par chèque, à l'ordre d'Espritcors@ire (7, rue Rosa Bonheur, 75015 Paris
  • par Paypal ou par Carte bancaire, cliquez sur"Cotisation, défiscalisation" ou sur "Don-IFI"
  • par virement demander notre RIB à secretariat@espritscorsaire.fr

ESPRITSURCOUF

« UN AUTRE REGARD SUR LE MONDE »

 

Vous appréciez cet article, transmettez-le à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou l’adresse du site ESPRITSURCOUF

Merci pour votre action au service du rayonnement de notre "Observatoire de Géopolitique, Économie, Défense et Sécurité"

Suivez-nous sur FacebookTwitter, LinkedIn, Instagram et YouTube

Sur les réseaux sociaux, donnez votre avis, indiquez  que vous aimez notre site, incitez vos amis à "liker" ESPRITSURCOUF

Si vous souhaitez intégrer les réseaux sociaux d’ESPRITSURCOUF, merci de nous indiquer le libellé exact du nom de chacun de vos comptes Facebook, LinkedIn, Twitter … à contact@espritsurcouf.fr