De la grande muette à
la grande invisible

.Thierry Battmann (*)
Président comité 11ème arrondissement Souvenir Français

.
La grande muette, c’est un surnom de l’Armée Française. Les gouvernements se suivent et ne l’autorisent pas à s’exprimer. Dire cela n’est pas nouveau. Mais voilà que l’auteur en rajoute. Il alimente sa grogne avec une constatation : non seulement on n’entend pas l’Armée, mais on ne la voit plus. Ses propos, comme toujours dans cette rubrique, n’engagent que lui-même.

.

Le « père la victoire », Georges Clémenceau, l’avait clairement établi : « la guerre est une chose trop sérieuse pour être laissée aux militaires ». Alors tout est dit, sa pensée est entrée dans les mœurs, entérinée. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, la conduite d’un conflit ne doit pas être laissée aux personnes les plus compétentes dans ce domaine. Et puisque leurs avis ne rentreront pas en ligne de compte, autant qu’elles se taisent. Voilà donc l’Armée Française devenue la grande muette, cantonnée au silence. Malheur à ses officiers s’ils expriment une quelconque opinion sur leur cœur de métier, la défense, ou sur la société française.

De mémoire fraiche
.

Souvenons-nous, en 2017 le Chef d’État-Major des Armées s’interrogeait sur les moyens alloués à la défense. « La diminution des moyens financiers alloués à l’armée auront, en toute logique, un impact sur ses capacités opérationnelles ». Pour avoir énoncé cette profonde vérité, il est immédiatement limogé. Pourtant, cinq années plus tard, lorsque la France voudra envoyer du matériel afin de soutenir l’armée ukrainienne, force sera de constater qu’il avait raison : nos moyens, nos réserves ne nous permettent d’aider l’Ukraine qu’en prenant sur le matériel de l’armée française, ce qui diminue d’autant ses propres capacités d’action. Dommage ! « Il a dit la vérité, il doit être exécuté ».

Souvenons-nous aussi du tollé généré par la tribune dite des généraux sur l’avenir de notre société, il y a quelques mois de cela. Certains média et ténors de la vie politique avaient hurlé au scandale, prêtant à ces officiers des propos qui n’apparaissaient pas dans leur texte, les assimilant à un ramassis de néo-putschistes en mal de dictature. Il est intéressant de constater que l’un des plus virulents d’entre eux avait soutenu, lors d’anciennes élections présidentielles, un candidat ancien fonctionnaire du régime de Vichy (François Mitterand), partisan d’une ligne dure en Algérie, qui déclarait « La rébellion algérienne ne peut trouver qu’une forme d’issue terminale : la guerre » et avait envoyé 45 personnes à l’échafaud…

C’est un triste mais réel état des lieux, lorsque par la voie de ses officiers, l’armée s’exprime dans son domaine d’expertise ou sur des thèmes sociétaux ; ces derniers sont lynchés. Mais si l’armée n’est pas autorisée à s’exprimer, l’est-elle à se montrer ?

La grande invisible
.

Pour les commémorations
du 11 novembre 2021,
seul le Souvenir Français
était présent, aucune
représentation de l’armée.
(Photo personnelle)

Le 14 juillet des régiments défilent devant la tribune présidentielle en une magnifique parade. Lorsqu’un militaire décède en opération une grande cérémonie est organisée aux Invalides. L’ensemble est retransmis avec force commentaires et émotion tant sur les ondes que sur la toile. Mais à part cela, où et quand peut-on voir encore nos unités ? Sont –elles encore présentes ? L’appel du 18 juin à été lancé de Londres par un militaire de carrière et pourtant lorsque nous commémorons cet évènement en mairie il n’y a aucune délégation, aucune représentation de l’Armée Française. Pas de représentation non plus pour les cérémonies du 08 mai, plus grave encore personne pour le 11 novembre.

Pourtant, la Grande Guerre, l’armée, institution française naturellement la plus engagée dans le conflit, est logiquement celle qui a le plus de victimes dans ses rangs : 1 400 000 hommes. Pourquoi l’armée d’aujourd’hui est-elle absente de ces cérémonies où l’on commémore ses sacrifices ? N’est-ce plus pour elle un devoir sacré de s’associer à ces cérémonies mémorielles ? Est-ce un choix délibéré, une volonté politique de ne pas inviter ses représentants à partager ces instants, voire, ce qui serait plus grave, ne pas lui accorder la reconnaissance que la Nation lui doit. Nos dirigeants de tous bords auraient-ils peur qu’elle ne reprenne une place importante dans le cœur et la vie de nos concitoyens ? Il est vrai qu’elle reste la dernière institution garante de valeur, d’abnégation et d’engagement gratuit; valeurs universelles sans teinte idéologique, politique ou religieuse qui font défaut à bien des politiciens.

Redonner du lien
.

Pourtant les plus anciens d’entre nous ont encore en mémoire la participation de l’armée aux cérémonies mémorielles, les défilés dans les villes dites de garnison, les manœuvres sous le regard curieux, parfois amusé mais toujours bienveillant, des habitants, les sorties terrains dans les campagnes et les villages, la visite des casernements parfois. Tout cela créait du lien, l’armée française n’était pas que présente sur le territoire, elle était visible.

Les fanfares militaires font partie intégrantes de la vie publique à travers défilés et concerts.
(Photo coll. Maël Battmann)

Nous assistons actuellement à une véritable campagne publicitaire de recrutement sur les écrans, les panneaux et les ondes. Pour autant cela ne remplace pas une présence. Pourquoi l’armée française ne pourrait-elle pas se montrer, présenter ses activités dans les différents niveaux de scolarité, voire dans les quartiers difficiles ? L’éducation nationale prévoit que les jeunes de 3ème fassent un stage en entreprise, et qu’on assure une présentation de métiers dans l’école, ce dispositif pourrait également s’appliquer à l’armée. Il ne s’agit pas d’endoctriner ou de militariser la Nation, mais de donner ou plutôt de redonner une visibilité à l’armée française.
Paradoxalement, nos dirigeants sont prompts à faire appel à elle pour des missions qui ne sont pas dans son champ de compétence, tel que des patrouilles de police dans le cadre de l’opération sentinelle, sans pour autant lui en donner les pouvoirs. Un vigile à l’entrée d’un magasin peut demander à un client d’ouvrir son sac ou fouiller un spectateur avant un concert mais un soldat n’est pas habilité à contrôler une identité au cours d’une de ses patrouilles.
Tout récemment le pouvoir politique a suggéré que l’armée pourrait prendre en charge et encadrer les jeunes en situation de délinquance. Indépendamment du fond, sur un plan purement formel, quelle peut être la réussite de cette nouvelle mission si l’armée est absente de la vie publique. Pour être utile en temps de paix et mener à bien des missions sociétales, l’armée doit être audible et visible. Et si elle doit accomplir des missions classiquement dévolues à des civils, le pouvoir doit lui donner toute sa place dans la société. Si cette suggestion aboutit, laissera-t-on l’armée s’exprimer dans les conseils municipaux ou les conseils de quartier ? Cela semble incontournable.
Les associations combattantes s’éteignent naturellement. Sous peu il ne restera plus que les associations mémorielles pour maintenir le souvenir de nos combattants. Mais s’il n’y a aucune présence de l’armée d’active à leurs côtes pour les rendre vivante ; elles sont également condamnées. Leur disparition sonnera le glas de la mémoire des sacrifices de nos anciens.

(*) Thierry Battmann,

Docteur en endocrinologie, a commencé sa carrière comme chercheur en pharmacologie chez Roussel-Uclaf et Aventis. Il s’est ensuite réorienté dans le domaine de la sécurité en tant que responsable sécurité, notamment en radioprotection chez Sanofi-Aventis. Syndicaliste, passionné d’histoire militaire, il est l’auteur de deux romans historiques : « De libau à diên biên phu : l’odyssée de janis», éditions La Bruyère et « Le rescapé de Coc Xa, ultimes combats en Indochine », éditions l’Harmattant, qui sortira le mois prochain. 


;
Cet article vous a intéressé ? Vous avez une remarque à nous faire ?
Cliquer ICI

Rendez-vous le 07 octobre pour le N°198…

NOUS AVONS BESOIN DE VOUS !

Soutenez-nous !

     

Nous ne recevons aucune subvention, nous ne sommes financés que par les lecteurs d’ESPRITSURCOUF. Adhérez ou faites un don défiscalisé à Espritcors@ire , association reconnue d’intérêt général qui l’édite.

Ainsi vous serez informé en priorité et recevrez le SEMAPHORE Lettre d’actualité, réservée à nos membres.

 

ADHÉSION 2022 :

  • Cotisation: 50€ net fiscal 17€,
  • Bienfaiteur: 100€ net fiscal 34€,
  • Soutien: 150€ net fiscal 57€.

VERSEMENT :

  •  par chèque, à l'ordre d'Espritcors@ire (7, rue Rosa Bonheur, 75015 Paris
  • par Paypal ou par Carte bancaire, cliquez sur"Cotisation, défiscalisation" ou sur "Don-IFI"
  • par virement demander notre RIB à secretariat@espritscorsaire.fr

ESPRITSURCOUF

« UN AUTRE REGARD SUR LE MONDE »

 

Vous appréciez cet article, transmettez-le à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou l’adresse du site ESPRITSURCOUF

Merci pour votre action au service du rayonnement de notre "Observatoire de Géopolitique, Économie, Défense et Sécurité"

Suivez-nous sur FacebookTwitter, LinkedIn, Instagram et YouTube

Sur les réseaux sociaux, donnez votre avis, indiquez  que vous aimez notre site, incitez vos amis à "liker" ESPRITSURCOUF

Si vous souhaitez intégrer les réseaux sociaux d’ESPRITSURCOUF, merci de nous indiquer le libellé exact du nom de chacun de vos comptes Facebook, LinkedIn, Twitter … à contact@espritsurcouf.fr