USA, MOSCOU :
FAUSSES NOTES

;
Jean-Pierre Arrignon
Professeur des Universités
;


Avec l’été, l’auteur revient sur deux actualités marquantes de ces derniers mois, qui n’ont pourtant pas retenu l’attention de tous. Il s’agit de la sortie unilatérale des Etats-Unis du Traité « ciel ouvert », qui sera effective dans 6 mois (soit le 24 septembre 2020). L’autre événement est l’absence du président Macron à Moscou aux cérémonies de commémoration des 75 ans de la victoire des Alliés sur le nazisme.

Le traité « ciel ouvert » est un traité de contrôle et de limitation des armements. Il a été signé à Helsinki le 24 mars 1992, il est entré en vigueur le 1 janvier 2002 et a été ratifié par 20 états et 35 parties. Il met en place un programme de vols de surveillance sur la totalité du territoire des Etats parties, pour renforcer la compréhension et la confiance mutuelle en donnant à tous les participants, quelle que soit leur taille, un rôle direct dans la collecte d’informations au sujet des forces militaires et des activités qui y sont liées.

Sortie des Etats-Unis


Le retrait unilatéral des américains, sans prévenir l’OTAN ni les autres états membres, n’a suscité en Occident qu’une seule réaction : celle d’Angela Merkel, qui a demandé au président Donald Trump, de revoir sa position. Vaine démarche. Le vice-ministre des Affaires étrangères russe, Alexandre Grouchko,  considère que c’est « non seulement un coup porté au fondement de la sécurité européenne mais aussi aux instruments de la sécurité militaire existants et aux intérêts essentiels de la sécurité des alliés même des Etats Unis ». Quant au président Trump, il estime n’avoir pas fermé la porte à des négociations. C’est dans cette logique, pour atténuer l’effet négatif du retrait du Traité à « ciel ouvert », qu’il a sans doute relancé le lundi 26 juin les négociations sur le contrôle des armes nucléaires, à Vienne. Il semblerait que Trump souhaite en réalité renégocier le Traité New Start, qui arrive à expiration le 5 février 2021.

En application du traité « ciel ouvert »,
les russes ont utilisé cet appareil,
un Antonov 30, pour surveiller
les armées de l’OTAN.
Photo DR.

Le traité New Start (signé entre les Etats-Unis et la Russie) limite à 700 le nombre des lanceurs stratégiques et à 1 550 celui des têtes nucléaires. Les Etats-Unis et la Russie possèdent 90% des armes nucléaires dans le monde. Selon le SIPRI (Institut international de recherche sur la paix de Stockholm), en 2020 les Etats-Unis ont 5 800 ogives nucléaires, la Russie 6 375, la Chine 320, la France 290 et la Grande Bretagne 215. Trump veut absolument inclure la Chine dans ses négociations bilatérales avec la Russie, la Chine qu’il accuse de manque de transparence et craint  qu’elle ne double son potentiel dans les 10 prochaines années comme le prétend R. Wood, représentant américain à Genève.

Or, la position chinoise est claire : elle refuse de participer à des négociations tripartites, mais accepte des discussions multilatérales. Rappelons que la Chine ne participe jamais à des négociations de désarmement entre les Etats Unis et la Russie. Ce que sait parfaitement l’administration Trump. En réalité, cette dernière n’a aucune intention de prolonger le traité New Start et cherche à utiliser l’absence de la Chine dans ces négociations comme un prétexte pour abandonner le Traité.

Rappelons que D. Trump a déjà retiré les Etats-Unis de 3 accords internationaux de désarmement : l’accord de Paris sur le nucléaire iranien, le Traité INF sur les missiles de moyenne portée, ainsi que le Traité ciel ouvert. Il ne faut donc pas s’attendre à des progrès lors des négociations à Vienne. La course aux armements va pouvoir continuer de plus belle.

L’absence de Macron à Moscou


Pourquoi notre Président, seul chef d’Etat occidental convié, n’a-t-il pas reçu son carton d’invitation à la cérémonie commémorant le 75e anniversaire de la victoire sur le nazisme, à laquelle il avait pourtant donné son accord ?

La commémoration de la victoire sur le nazisme, le 9 mai dernier, n’a pas connu l’ampleur habituelle.
Ce n’était pas en raison de l’absence d’Emmanuel Macron, mais à cause du Covid 19.
Photo promo Bir-Hakeim.

Faisant un constat accablant de la situation économique et politique de l’Union européenne, le ministre des Affaires étrangères russes, Sergueî Lavrov, a pensé que le moment était opportun de lancer un partenariat entre la Russie et la France : leurs places de membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU leur conférant une responsabilité particulière dans le maintien de la Paix dans le monde. Selon S. Lavrov : « Nous en sommes persuadés, l’assainissement de la situation à l’échelle de l’Europe, et de toute la planète, serait favorisé par un vaste partenariat entre Moscou et Paris qui partagent une responsabilité particulière du maintien de la paix internationale au titre de membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU ».

Lavrov a également souligné que Moscou saluait l’initiative du président Macron en ce qui concerne le système de sécurité européen incluant la participation de la Russie. Ce qui est important c’est que les mots soient traduits en étapes pratiques dans la reconstruction politique sur les principes du droit international et de la collégialité.

Ce partenariat franco-russe a immédiatement suscité la réaction des diplomaties américaines et israéliennes qui y virent la sortie de la France de l’Euro-atlantisme. Les négociations franco-russes à l’ONU furent longues et difficiles et in fine la France renonça à ce partenariat qui devait être annoncé en ce 75e anniversaire de la victoire des Alliés.

Le carton ne fut pas envoyé et le président Macron renonça à son voyage à Moscou. Mais immédiatement, les Russes affirmèrent qu’ils cherchaient une autre date de rencontre, probablement en septembre, car la Russie tient à garder des liens privilégiés avec la France.

Cet article vous a intéressé ? Vous avez une remarque à nous faire ? Vous souhaitez nous le faire savoir ? Cliquer ICI.

(*) Jean-Pierre Arrignon est professeur agrégé et docteur en Histoire. Il a enseigné à l’Université d’Artois et à l’Université de Poitiers, dont il a été doyen de la faculté des Sciences Humaines. En tant qu’historien, il est spécialiste du monde médiéval et de la Russie. Ses recherches portent sur le monde slave médiéval, mais son intérêt s’étend également à l’histoire de la Russie contemporaine. Il est docteur Honoris Causa de l’Université de Yaroslav, en Russie.

Vous pouvez suivre son blog GEOPOLITIKA, répertorié dans les Revues et Lettres de la Communauté Géopolitique, Economie , Défense et Sécurité de ESPRITSURCOUF : https://blogjparrignon.net/asc2i/author/jparrignon/


Bonne lecture et rendez-vous le 10 août 2020
avec le n°144 d’ESPRITSURCOUF
D’ici là, pour une bonne santé, prenez soin de vous.
RESPECTEZ LES CONSIGNES:
Distanciation, port du masque le plus souvent …

ESPRITSURCOUF :
IN ENGLISH, AUF DEUTSCH, EN ESPAÑOL, EN PORTUGUÊS, IN ITALIANO, IN HET NEDERLANDS, PO POLSKU, ПО РУССКИ.
Click HERE

ESPRITSURCOUF est financé par ses lecteurs, comme vous ! Si vous aimez ESPRITSURCOUF, adhérez ou faites un don à espritcors@ire l’association qui édite ESPRITSURCOUF :

ADHÉSION à « espritcorsaire » : Membre 50€ soit 17€ net fiscal

DONS pour réduire votre IFI

Contribution par chèque à l'ordre d'espritcors@ire, par Paypal ou carte bancaire Cliquez sur DON ou ADHESION

Chers lecteurs,

Vous avez apprécié cet article. Vous pouvez le retransmettre à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou du site ESPRITSURCOUF. Merci pour votre action au service du rayonnement de notre "Observatoire de Géopolitique, Économie, Défense et Sécurité"

Suivez-nous sur Facebook , Twitter et LinkedIn .

Sur les réseaux sociaux, donner votre avis, indiquer que vous aimez notre site, inciter vos amis à "liker" ESPRITSURCOUF