RECONSTRUIRE

.
Jean-Dominique GIULIANI (*)
 Président de la Fondation Robert Schuman
.

Les dirigeants européens ont conclu la semaine dernière, à l’issue d’un sommet marathon, un accord historique sur un plan de relance post-coronavirus, basé pour la première fois sur une dette commune. Auteur fidèle de nos publications, Jean-Dominique Giuliani nous souligne un fait passé inaperçu : ce sont trois femmes qui seront chargées de le mettre en œuvre.

La plupart des dirigeants du monde ont été poussés à prendre des mesures exceptionnelles, mettant à l’arrêt l’économie, la vie sociale et, entre parenthèses, nos libertés. Sur le continent européen, cela s’est fait comme d’habitude : chaque Etat a voulu décider par lui-même, mais finalement les décisions allaient grosso modo dans le même sens, à une exception près cependant, la fermeture des frontières. S’en suivit un profond désordre, le constat que le virus n’avait pas de nationalité, et des divergences totalement inutiles. Cela s’appelle « l’Europe des nations » !

Un second mouvement plus généreux.


Dans un deuxième temps, l’Europe a réagi vite et fort aux conséquences économiques et sociales du confinement, bien mieux que d’autres. La Banque centrale européenne a donné le ton et la Commission européenne a été au rendez-vous.

Dès le 18 mars la Banque centrale déployait son « bazooka », une enveloppe permettant aux États membres de lancer des programmes de soutien à leurs économies arrêtées. Les filets de sécurité européens ont permis une mobilisation sans précédent de moyens financiers imposants. Toutes les ressources des institutions communes ont été sollicitées, leurs programmes, leurs fonds, leurs procédures. Au total, l’Union et ses Etats membres ont déjà mobilisé potentiellement plus de 3 500 milliards €.

Le parlement européen à Strasbourg.
Photo UE

Le sommet européen qui s’est achevé, non sans mal, le mardi 21 juillet, a décidé la manière dont s’exprimera la solidarité entre les Etats, et ce au moment où l’Union doit adopter son budget pour les 7 ans qui viennent. Certains pays ont été plus affectés que d’autres par la pandémie, et leur fragilité due au virus risque d’entraîner l’Europe et l’euro. L’Allemagne et la France se sont accordées sur la gravité de la situation et ont souhaité un effort exceptionnel. Elles ont proposé et obtenu un emprunt européen commun pour mettre à disposition des pays les plus touchés des subventions et des prêts. Forte de ce souhait, la Commission européenne abondera le budget européen de 750 milliards €.

On mesure l’ampleur du défi à l’énoncé de ces chiffres. Les milliards virevoltent, accumulant plans, promesses et dettes futures, parce que jamais nous n’avons connu pareille situation depuis 1945. Aucun de nos États n’est assez fort pour les financer seul. C’est la déclaration Schuman du 9 mai 1950 qui, 70 ans après, nous montre encore la voie : « (…) L’Europe se fera par des réalisations concrètes créant une solidarité de fait ».

C’est ce que propose aujourd’hui les deux nations à l’origine de la construction européenne. La solidarité dans l’euro et dans l’Union existe déjà. L’affaiblir c’est s’affaiblir. Que ceux qui ont hésité n’oublient pas ce qu’ils doivent au marché intérieur, aux règles européennes, aux dépenses communes, à la solidarité des alliés après le Second conflit mondial… C’est le même cas de figure qui se présente aujourd’hui : il s’agit ni plus ni moins que de reconstruire une économie dévastée par un arrêt brutal. 

Entre des mains féminines

.

Pour faire face, une Française et deux Allemandes sont aux manettes : Christine Lagarde, à la tête de la Banque centrale européenne, Ursula Von der Leyen, la présidente de la Commission et Angela Merkel, qui préside pour 6 mois le Conseil de l’Union représentant les États. Elles doivent organiser ce grand tournant de la politique européenne que souhaitait la France depuis longtemps. 

Pour défendre le grand marché intérieur européen, la Chancelière allemande accepte désormais de mutualiser les forces européennes afin d’emprunter en commun. Et même si cette innovation est présentée comme provisoire et temporaire, il s’agit d’un pas de géant vers une Europe plus efficace. Certains ont même parlé de « moment hamiltonien », en référence à la décision d’Alexander Hamilton, Secrétaire au Trésor américain qui, en 1790, obtint du Congrès le pouvoir de mutualiser les dettes des 13 États américains, dont la plupart avaient fait faillite. Cette « fédéralisation » fut à l’origine des succès économiques et de la puissance américaine.

Quelque chose a bougé à Berlin et donc aussi désormais à Bruxelles. Face aux dangers, l’Allemagne se montre plus européenne et sa Chancelière s’engage, elle qui a longtemps été critiquée pour sa passivité. 

Une chance


Dans un partenariat réaffirmé avec la France, elle veut faire adopter un budget ambitieux « qui répare et qui prépare » l’avenir, faire confirmer les objectifs de neutralité carbone pour 2050 et adopter une politique migratoire commune, après laquelle on court depuis si longtemps. Pour la France et son président, qui plaidaient inlassablement en ce sens, c’est une vraie satisfaction.

Pour l’Europe et le monde c’est une chance, alors que le contexte international se dégrade sous l’action de dirigeants nationalistes aux accents de machos, capables de déclencher des catastrophes. L’Europe, emmenée par des femmes d’expérience, peut être un obstacle à leur triomphe. Plus que jamais l’Union apparaît comme un choix de la raison face aux passions qui, trop souvent, mènent le monde au désastre.

Il reste à l’Europe à conquérir les cœurs et donc à mieux s’incarner. Offrant une touche de féminité dans le désordre international, elle a quelques chances d’y parvenir.

Cet article vous a intéressé ? Vous avez une remarque à nous faire ? Vous souhaitez nous le faire savoir ? Cliquer ICI.

(*) Jean-Dominique GIULIANI est Président de la Fondation Robert Schuman, centre de recherche de référence sur l’Union européenne et ses politiques. Conseiller spécial à la commission européenne (2008-2010, il a précédemment été Maître des Requêtes au Conseil d’Etat, directeur de cabinet du Président du Sénat (1992-1988) et directeur à la direction générale du groupe Taylor Nelson Sofres (1998-2001). Il a fondé J-DG.Com International Consultants, qu’il préside. Membre du Conseil de Surveillance d’ARTE France (depuis 2009) et Président de l’ILERI (Institut Libre d’Etude des Relations Internationales) depuis 2019.

Vous pouvez suivre Jean-Dominique Giuliani sur son site : https://www.jd-giuliani.eu/

La Fondation Robert Schuman, créée en 1991 et reconnue d’utilité publique, est le principal centre de recherches français sur l’Europe. Elle développe des études sur l’Union européenne et ses politiques et en promeut le contenu en France, en Europe et à l’étranger. Elle provoque, enrichit et stimule le débat européen par ses recherches, ses publications et l’organisation de conférences.

La Fondation Robert Schuman est répertoriée dans la rubrique THINKTANKS de la « Communauté Géopolitique, Économie, Défense et Sécurité» d’ESPRITSURCOUF.fr


Bonne lecture et rendez-vous le 10 août 2020
avec le n°144 d’ESPRITSURCOUF
D’ici là, pour une bonne santé, prenez soin de vous.
RESPECTEZ LES CONSIGNES:
Distanciation, port du masque le plus souvent …

ESPRITSURCOUF :
IN ENGLISH, AUF DEUTSCH, EN ESPAÑOL, EN PORTUGUÊS, IN ITALIANO, IN HET NEDERLANDS, PO POLSKU, ПО РУССКИ.
Click HERE

ESPRITSURCOUF est financé par ses lecteurs, comme vous ! Si vous aimez ESPRITSURCOUF, adhérez ou faites un don à espritcors@ire l’association qui édite ESPRITSURCOUF :

ADHÉSION à « espritcorsaire » : Membre 50€ soit 17€ net fiscal

DONS pour réduire votre IFI

Contribution par chèque à l'ordre d'espritcors@ire, par Paypal ou carte bancaire Cliquez sur DON ou ADHESION

Chers lecteurs,

Vous avez apprécié cet article. Vous pouvez le retransmettre à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou du site ESPRITSURCOUF. Merci pour votre action au service du rayonnement de notre "Observatoire de Géopolitique, Économie, Défense et Sécurité"

Suivez-nous sur Facebook , Twitter et LinkedIn .

Sur les réseaux sociaux, donner votre avis, indiquer que vous aimez notre site, inciter vos amis à "liker" ESPRITSURCOUF