REMONTER AUX CAUSES
du TERRORISME !

par Richard Labévière,
Journaliste, spécialiste du « terrorisme »

Après la tuerie de Strasbourg, il est utile de revenir aux causes du Terrorisme et aux raisons pour lesquelles notre pays en est une cible particulière.

 

Le profil de Cheriff Chekatt raconte une histoire archi-connue…

Agé de 29 ans, auteur de 67 délits et frappé de 27 condamnations- en France, en Allemagne et en Suisse -, le tueur était inscrit au fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste depuis 2006, mais ne faisait pas partie des 4000 cas jugés les plus dangereux. Le moins que l’on puisse dire est qu’il aurait dû être approché depuis longtemps par les services compétents afin que ceux ci identifient les ressorts de sa délinquance récurrente et surtout soient à même d’évaluer si son parcours risquait de le pousser – logiquement, voire inexorablement – à la mise en scène d’une fin de carrière paroxystique : l’attentat-suicide aux cris d’Allah Ouakbar… 

En la matière, les cas de Mohamed Merah, Amedy Coulibaly et des frères Kouachi (Chérif et Saïd) constituent les preuves aveuglantes de la perméabilité organique qu’on peut observer entre la délinquance ordinaire et un «terrorisme low-cost» qui ne date pas d’aujourd’hui.

Le nom de Cheriff Chekatt a pu atteindre ainsi très vite une notoriété planétaire. Même si celle-ci n’a duré que quelques jours, mais cette soudaine célébrité est assurée de tracer au moins une ligne dans les pages les plus sombres de l’histoire du terrorisme contemporain. Par conséquent, cette dernière affaire strasbourgeoise illustre l’interface – connu et redondant – entre les petite, moyenne, grande délinquances et l’extension d’un terrorisme low-cost qui met en scène des paumés déclassés, plus ou moins psychiatrisés, engagés dans des fuites en avant sans retour, espèces de Bonnie and Clyde du pauvre. Ces « cas » n’ont jamais mis les pieds, ni au Proche-Orient, ni le plus souvent en dehors d’un périmètre restreint (en l’occurrence une région transfrontalière entre Strasbourg, l’Allemagne, la Suisse et la prison).

Par conséquent, le road-movie de Cherif Chekatt nous fait remonter à une première cause du terrorisme actuel: celle de nos propres dysfonctionnements sociaux, économiques, sinon culturels endogènes – oui -, ¡que nous produisons nous-mêmes! Depuis des décennies se pose la question des quartiers dits « sensibles », aux mains de tribus qui en interdisent l’accès aux sapeurs-pompiers, voire même à la police, comme à toute personne extérieure à des territoires délimités par des trafics en tous genres, des pouvoirs locaux auto-proclamés, émergés de cristallisations communautaro-confessionnelles et/ou criminogènes.

Ensuite, les différentes logiques de radicalisation derrière les barreaux – elles aussi étudiées dans le détail par Farhad Khosrokhavar[1] – sont restées sans réponse. Proposées par un grand juge anti-terroriste en 2002, des structures ad hoc d’un « renseignement carcéral » sont restées sans suite faute de moyens.

Enfin – en bout de course et devenue le déversoir de toute la déglingue sociale – l’école républicaine se débat dans une crise profonde n’étant plus en mesure de reproduire les règles minimales du « vivre ensemble ».  Considérés comme « ringards », les cours d’instruction civique ont été supprimés. Ceux d’histoire et de géographie privilégient désormais une participation aussi ludique qu’approximative, éloignée des savoirs rationnels. La chronologie événementielle a été bannie des programmes et, parler de Jeanne d’Arc, Rousseau et Voltaire n’est plus vraiment recommandé par les inspecteurs d’Académie…

 

Comment en est-on arrivé là ?

En 1997, la suppression du service national a accentué l’abîme de désidentification à la nation, sinon celui de la haine de soi. Les financiers de Bercy ont tordu le bras de Jacques Chirac qui s’est laissé faire : la conscription coûte trop chère ! Former des appelés douze mois durant pour ensuite les lâcher dans la nature n’était à l’évidence pas d’un bon rapport.  Mais pourquoi n’avoir pas professionnalisé seulement les secteurs les plus pointus de la Défense, tout en conservant un service national réadapté aux besoins des sapeurs-pompiers de France, des Eaux et Forêts et d’autres secteurs d’intérêt général dans lesquels les jeunesses du pays auraient pu se mélanger et apprendre quelques valeurs communes, dont le goût du travail bien fait ?

Ne parlons pas de la presse et de ses rapports incestueux avec la violence terroriste qui ne datent pas d’aujourd’hui, mais dont les porte-micros des télévisions ou radios « en continue » sont devenus de véritables propagandistes, sinon des attiseurs de haine… Depuis des années l’auteur de ces lignes insiste sur les « causes endogènes », les causes internes du terrorisme générées par nos anomies sociales, nationales et internationales- autant de régressions convergentes qui font du terrorisme contemporain la face cachée de la mondialisation[2].

Après comme avant la tuerie de Strasbourg, il nous faut systématiquement remonter à deux causes basiques. En premier il convient de rappeler qu’Oussama Ben Laden lui-même, comme la plupart de ses héritiers de Dae’ch et d’autres factions islamistes, ont été allaités – dès le plus jeune âge – à l’idéologie des Frères musulmans que nombre d’ «experts» continuent de louanger comme les porte-voix d’une gentille démocratie-chrétienne de l’Islam. A continuer ainsi à flatter ces « islamistes modérés » à qui l’on a confié la formation des imams de France (comme par exemple à Château-Chinon), relève d’une cécité insensée.

Un autre déni de réalité continue à épargner la « dictature protégée » saoudienne. L’hérésie wahhabite, qui constitue la deuxième source d’inspiration des jihadistes contemporains (du terrorisme classique à ses expressions low-cost), demeure l’idéologie officielle de l’Arabie saoudite et du Qatar, s’exportant dans le monde entier comme doctrine dominante de l’Islam sunnite. Et c’est au nom de cette idéologie que Riyad et Doha continuent à financer les mosquées les plus radicales d’Europe et quelques centaines d’écoles coraniques clandestines (parfaitement identifiées mais qu’on laisse fonctionner, notamment en France). Il s’agit de ne pas mécontenter les gros clients en armements et en infrastructures du Golfe… D’autant que les services français de renseignement savent parfaitement que ces mêmes pays financent et arment les bandits qui ciblent quotidiennement nos soldats engagés dans la bande sahélo-saharienne, justement pour y éradiquer l’Islam radical. N’insistons pas davantage sur le Qatar qui finance des chercheurs français en géopolitique, stratégie et relations internationales ayant pignon sur rue…

Un jour peut-être, quelques historiens éclairés nous expliqueront les raisons de cette schizophrénie typiquement française, l’argent n’étant certainement pas le seul mobile d’une telle posture mortifère. Toujours est-il que les « fichés S » pourraient être mieux sélectionnés et suivis. Mais là encore, nous expliquent nombre de policiers : « on manque de moyens. Pour mener des écoutes et des filatures efficaces, il faut des hommes et des véhicules qui nous font cruellement défaut… ».    

La tuerie de Strasbourg a été revendiquée par Dae’ch (organisation « Etat islamique ») aussitôt la mort de Cherif Chekatt officiellement confirmée… Aucun journaliste ne s’est demandé pourquoi ! Pris vivant, il aurait nié toute relation avec Dae’ch pour se revendiquer de la Qaïda au Maghreb islamique ou de la Péninsule arabique… comme ont pu le faire les frères Kouachi et d’autres…

La bonne nouvelle est qu’à revendiquer tout et n’importe quoi, même des faits les plus divers, Dae’ch exprime sa propre déshérence !

[1] Farhad Khosrokhavar : Quand Al-Qaïda parle – Témoignages derrière les barreaux. Editions Grasset, 2006.

[2] Richard Labévière : Terrorisme, face cachée du terrorisme. Editions Pierre-Guillaume de Roux, novembre 2016.

 

Vous pouvez aussi consulter :

–  le BILLET  n°75 de Richard Labévière

HUMEURS n°74 de Xavier Raufer : le testament explosif de Gérard Collomb

le BILLET n°66  de Xavier Raufer  sur les Hybrides « crime-terrorisme »

le Dossier Thématique «  Le Financement du Terrorisme »

 

Vous pouvez lire l’article complet sur le site http://prochetmoyen-orient.ch/

 
Le site Proche & Moyen-Orient  est répertorié 
dans la rubrique Revues et Lettres de la "Communauté Défense et Sécurité" d'ESPRITSURCOUF.fr

Cliquez ici


Vous jugez intéressant et utile ESPRITSURCOUF
Pour rester indépendant et objectif, sans subvention,
votre contribution est indispensable :
Cotisations "espritcors@ire" : 50€,soit 17€ net fiscal
Jeune ,étudiant: 20€ soit 6,80€ net fiscal
Contribution par chèque, par Paypal ou carte bancaire
en cliquant ICI

 

 

 

 

Pour aider de jeunes corsaires et développer ESPRITSURCOUF.fr Votre contribution est indispensable en 2019 DONS pour réduire votre IFI ADHÉSION à "espritcors@ire" : Membre : 50€ soit 17€ net fiscal

Contribution par chèque à l'ordre d'espritcors@ire, par Paypal ou carte bancaire Cliquez sur DON ou ADHESION

Chers lecteurs, Vous avez apprécié cet article, vous pouvez le retransmettre à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou du site ESPRITSURCOUF.fr Nous vous remercions pour votre action au service du rayonnement de notre "Observatoire de la Défense et de la Sécurité" N'hésitez pas à nous suivre sur Facebook et Twitter