VIOLENCE SOCIALE, POUVOIR POLITIQUE

de Xavier Raufer (*)
Criminologue, Enseignant, Ecrivain

 

Les « actes » hebdomadaires des Gilets jaunes et en particulier l’acte XVIII a été marqués par de nombreux actes de violences : quatre-vingt-cinq enseignes des Champs-Elysées endommagées, une vingtaine pillées, des pavés jetés sur les forces de l’ordre et des immeubles brûlés. L’Etat est-il vraiment dépassé ? Les forces de l’ordre sont- elles taillées sur le modèle d’une société où les forces contestataires n’existent que dans une bien moindre mesure ?

Là n’est pas le problème. Débutons par un diagnostic clair, sans lequel nul traitement n’est concevable.

Qui sont ces activistes habillés en noir, cagoulés et ultra-violents ? Le mouvement Black bloc réunit principalement des activistes venus des mouvances libertaires et anarchistes. Le phénomène n’est pas nouveau. Apparus dans les années 80 en Allemagne, les Black block se sont internationalisés dans les années 90, et perturbent depuis tous les grands sommets internationaux (OMC, G8, G20…) par leurs actions violentes.

Très souvent habillés de noir de la tête aux pieds, cagoulés, masqués, ils portent des lunettes de protection et un sac à dos. Ce dernier contient une tenue de rechange. Ils arrivent incognito, se changent très rapidement, se regroupent et passent à l’action. Équipés de marteau et de barres de fer, ils agissent alors en groupe, de façon coordonnée. Ils visent tous les symboles de l’État (police, administration…) et de la « société capitaliste » (banques, entreprises multinationales, panneaux publicitaires…), brûlent des voitures haut de gamme… Le terme Black bloc ne désigne pas un mouvement politique mais plutôt une tactique de manifestation ultra-violente.

Ce qui s’appelle tour à tour « Antifa » (Antifascistes) et Black Blocks est une unique nébuleuse d’anarchistes ; d’usage, souvent des gosses de riches en révolte pubertaire. Gauchistes à 20 ans, ils combattent fictivement un fascisme onirique – et à 40 ans, dirigent les boîtes de com’ ou médias du système.

Ces casseurs sont connus. A Paris et autour (92, 93, 94) opère la DRPP, Direction du renseignement de la préfecture de police, très affutée sur son territoire. L’auteur est formel : la DRPP connaît un par un les deux ou trois cents pires Black blocks et peut les cueillir au nid avant toute émeute (dans les beaux quartiers ou des squats…) puis les isoler quelques heures ; les codes en vigueur le permettent. En prime, ces milieux anarchistes grouillent d’indicateurs. En Ile-de-France, la Préfecture de Police connaît ainsi les préparatifs d’une émeute.

Enfin, l’Europe du renseignement existe : quand trente émeutiers allemands, belges ou italiens, vont à Paris ou en province se joindre à la “fête”, un signalement est fourni. Ces alertes donnent des itinéraires, l’immatriculation des véhicules, etc. (les “indics”, toujours…). Là, un barrage filtrant règle le problème. Ainsi, L’Intérieur peut, sinon neutraliser une émeute – du moins, en limiter à 90% les dégâts. Exemple : avant l’élection présidentielle, les Black blocks veulent attaquer une réunion du Front national au Zénith le 17 avril 2017. Comme d’usage prévenue, la police agit et l’affaire avorte. Cela, elle le peut toujours – même en 2019.

La Maire de Paris déclare attendre ” du gouvernement des explications, des réponses”. Face à la situation, et à l’ampleur de ces violences, le gouvernement n’avait-il pas la bonne stratégie ? Y-a-t-il un certain laisser faire pour provoquer un réflexe légitimiste des Français à la vue des images de casse ?  Que se passerait-il si plus de Français se rebellaient ? 

Ce qui est advenu samedi 16 mars sur les Champs-Elysées, comme le 1er mai 2018 ou en novembre /décembre 2018 à Paris ou depuis le début 2019 dans les grandes villes de province chaque samedi, villes choisies par les casseurs comme « zones d’actions » n’a rien à voir avec la population française, et fort marginalement, avec les Gilets jaunes eux-mêmes.

Bien plutôt, les gouvernants doivent s’en prendre à eux-mêmes. Depuis dix ans, ils considèrent les « Antifa » comme de preux hérauts de la démocratie – certes un tantinet excités mais n’est-ce pas, il faut que jeunesse se passe. Ici règne la connivence : ces anarchistes sont leurs fils ou les copains de ceux-ci. Certes moins gravement, c’est le cas de figure Maison-Blanche – Moudjahidine afghans. Utiles pour combattre l’Union soviétique en Afghanistan – mais l’URSS disparue, ils ne rentrent pas docilement à la niche – ils suscitent Oussama ben Laden. Ici pareil, les Antifa sont en même temps des Black Block. Là, catastrophe ! On ne sait que dire, on se borne à gémir sur la violence qui doit cesser et à édicter des lois. Car bien sûr, chacun sait que la répression n’est pas ferme. Et comment se montrer féroce envers ses propres enfants ? Il y a des exemples récents de cela ; des noms, des faits. Si un Antifa est par hasard arrêté, il est peu après relâché. Les condamnés par la justice sont en général des « Gilets jaunes » qui, peu habitués aux manifestations violentes, ce sont « laissés » attraper par les forces de l’ordre, alors que les Black Block sont bien entrainés.

Face à ces nouveaux débordements Emmanuel Macron a écourté son voyage au ski et pris des “décisions fortes”. Elles sont annoncées par le Premier ministre, avec le limogeage du Préfet de Police et la mise en place de moyens supplémentaires, dont le rôle « complémentaire » des soldats de l’opération « Sentinelle » et enfin l’interdiction de certains périmètres… Mais ces mesures sont-elles suffisantes? Comment empêcher ce retour de la violence alors que les débordements semblaient diminuer ces dernières manifestations (en comparant à décembre passé)? Aujourd’hui la fièvre semble être un peu retombée à Paris ? Le mouvement semble s’essouffler ? et les Black Block n’attendent-ils pas des manifestations de plus grande ampleur, pour pouvoir mieux se fondre dans la masse ?

Alors que la France vit sa pire crise de violence sociale en un siècle, M. Castaner est ministre de l’Intérieur, il occupe ce poste car M. Macron n’avait nul candidat fiable à y mettre. L’impéritie de ce gouvernement, son ignorance des élémentaires normes du maintien de l’ordre éclatent au grand jour.

Ebahis, toutes les racailles, narcos et Antifa soupirent d’aise. On connaît le proverbe “Quand le chat n’est pas là, les souris dansent”. On a vu le bal samedi 16 mars sur les Champs-Elysées.

A mesure où la situation s’aggrave ; à mesure où, certains jours, la France frôle la guerre civile ; M. Macron renforce son contrôle – chaque jour plus tatillon – sur les médias, notamment l’information des radios-télévisions, tenues à la laisse courte. Le président croit ainsi visiblement que l’actuel chaos est affaire de communication. Or bien sûr, c’est tout sauf ça. Une telle erreur de diagnostic n’augure rien de bon pour la suite de son quinquennat.

Cette semaine le gouvernement va annoncer les mesures prises à la suite du « Grand débat national » qui veut répondre aux attentes des français et des gilets jaunes…

Est-ce que les réponses seront suffisantes pour dégonfler la contestation et que les manifestations violentes cessent ?

 

Vous pouvez retrouver sur ce thème : Les gilets jaunes et black block” ESPRITSURCOUF.fr le 3 décembre 2018

 

(*) Xavier Raufer

 

Il enseigne au Master – sciences criminelles & criminologie au Conservatoire national des Arts et Métiers (CNAM).Il est professeur associé à l’institut de recherche sur le terrorisme, Université Fu Dan, Shanghai, Chine et à l’université George Mason (Washington DC), centre de lutte contre le terrorisme, la criminalité transnationale et la corruption.

Directeur collection, CNRS-Editions, coll. Arès ; et éditions Eska, criminologie.

Il est auteur de nombreux ouvrages consacrés à la criminalité et au terrorisme.

Xavier Raufer écrit régulièrement dans http://www.atlantico.fr/

Atlantico est un site d’information français de type pure player, uniquement disponible sur Internet, qui a ouvert le 28 février 2011.

 

Vous trouvez les informations d'ESPRITSURCOUF.fr indépendant et utiles.

Votre contribution est indispensable pour continuer en 2019 :
Cotisations "espritcors@ire" : 
Membre : 50€ soit 17€ net fiscal
Bienfaiteur : 100€ soit 34€ net fiscal
Soutien : 150€ soit 51€ net fiscal
Jeune professionnel : 20€ soit 6,80€ net fiscal
Etudiant : 10€
Contribution par chèque à l'ordre d'espritcors@ire, par Paypal ou carte bancaire
en cliquant ICI 
Chers lecteurs, 
Vous avez apprécié cet article, vous pouvez le retransmettre 
à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou du site 
ESPRITSURCOUF.fr
Nous vous remercions pour votre action au service du rayonnement 
de notre "Observatoire de la Défense et de la Sécurité"
N'hésitez pas à nous suivre sur Facebook et Twitter

Pour aider de jeunes corsaires et développer ESPRITSURCOUF.fr Votre contribution est indispensable en 2019 DONS pour réduire votre IFI ADHÉSION à "espritcors@ire" : Membre : 50€ soit 17€ net fiscal

Contribution par chèque à l'ordre d'espritcors@ire, par Paypal ou carte bancaire Cliquez sur DON ou ADHESION

Chers lecteurs, Vous avez apprécié cet article, vous pouvez le retransmettre à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou du site ESPRITSURCOUF.fr Nous vous remercions pour votre action au service du rayonnement de notre "Observatoire de la Défense et de la Sécurité" N'hésitez pas à nous suivre sur Facebook et Twitter