UNE MACHINE
QUI FONCTIONNE PLUTÔT BIEN

.par Jean-Pierre Ferey (*)
Journaliste de défense

Chaque jour,  6.500 gardes nationaux sont employés par les forces armées.

Du 26 octobre au 1er novembre, la deuxième brigade blindée a organisé un exercice en terrain libre dans la région de Roanne. La manœuvre, inscrite clairement dans le cadre de la lutte anti-terroriste, consistait à mener, suite à une réquisition préfectorale, des opérations de contrôle de zone,  en liaison avec la police et la gendarmerie.

La brigade y a engagé plus de 450 soldats. Mais, c’est le point marquant de l’évènement, la plupart de ces militaires déployés étaient des réservistes. En fait, l’exercice n’a été monté que pour les entrainer. Si l’on considère l’investissement nécessaire pour une telle affaire, en temps, en moyens, en argent, on a la preuve de l’importance que les armées accordent à leurs réservistes, regroupés depuis octobre 2016 dans la garde nationale.

On l’ignore trop souvent : l’État ne pourrait pas, aujourd’hui, assurer sa force régalienne sans la garde nationale. 3.900 réservistes sont employés chaque jour par l’armée de terre, l’armée de l’air et la marine, 1.950 par la gendarmerie et 700 par la police.

En réponse aux attentats


La garde nationale a été créée par le président de la République, François Hollande, après les attentats qui ont visé Charlie Hebdo (janvier 2015), le Bataclan (novembre 2015) et la fête populaire à Nice (juillet 2016). Elle avait pour mission de répondre à la vague de citoyens, jeunes ou moins jeunes, hommes ou femmes, qui à la suite de ces actes barbares souhaitaient faire quelque chose, s’engager, devenir actifs dans la défense des valeurs de  leur pays.

La garde nationale est un organisme interministériel, qui s’appuie sur le ministère des armées et le ministère de l’intérieur pour la gendarmerie et la police. Elle compte (chiffres au 1er janvier 2019) 75.917 réservistes. En voici le détail : 21.926 pour l’armée de terre ; 5.838 pour la marine nationale ; 5.829 pour l’armée de l’air ; 4.141 dans les directions et services, qui recherchent surtout des spécialistes (commissariats, santé, essence, infrastructure, délégation à l’armement) ; 30.288 pour la gendarmerie ; 7.100 pour la police.

Et que font-ils, ces réservistes, quand ils endossent l’uniforme ? On ne les appelle pas pour balayer la cour ou nettoyer les chiottes. Un exemple, fourni par l’armée de l’air, qui compte près de 47 000 aviateurs dont, on l’a vu, environ 5 800 réservistes opérationnels, soit plus de 12 % de son effectif global. Après une formation militaire et professionnelle, le réserviste est intégré au sein d’une base de l’armée de l’air, d’une unité combattante ou d’un état-major. Il contribue aux missions quotidiennes en tant que « militaire à temps partiel ». Il peut se voir confier diverses tâches dans le cadre de la protection du territoire national, telles que la protection permanente de l’espace aérien, des systèmes de combat, des sites militaires et civils. Il participe à l’opération « Sentinelle » comme, dans certains cas, aux opérations extérieures. Il peut être impliqué dans les plans civils d’urgence et de secours aux populations.

La composante « police » est quelque peu différente des autres composantes, car la très grosse majorité de ses réservistes est composée d’anciens policiers. Ils participent à des missions de soutien opérationnel (sécurité, recherches, assistance…), de soutien logistique (drone, restauration…), de spécialistes (juridique, informatique…) ou d’agent de police judiciaire adjoint.

Impliquer les entreprises


Les réservistes sont tous volontaires, donc sérieusement motivés. C’est pourquoi ils s’accommodent des contraintes que fait peser leur service sur leur vie familiale. Mais il n’y a pas que ça. Un réserviste sous l’uniforme est en arrêt de travail pour son employeur. D’où des problèmes de revenus, de cotisations sociales, de disponibilité. Les employeurs ont l’obligation de libérer leurs collaborateurs 8 jours par an dans le cadre de leur activité de réserve. Ce seuil peut être réduit à 5 jours pour les entreprises de moins de 250 salariés. Mais il en faut plus ! Les réservistes opérationnels ont effectué en moyenne 32 jours d’activité en 2018.

La garde nationale cherche donc à passer des accords avec les entrepreneurs, en jouant sur la corde de leur sens civique et de leurs responsabilités. « La défense et la sécurité nationale sont l’affaire de tous, donc l’entreprise est concernée », leur dit-elle. A ce jour, 640 conventions ont été signées entre le gouvernement et des administrations ou des entreprises privées. Anne Fougerat, général de gendarmerie et secrétaire générale de la garde nationale, veut y voir un partenariat gagnant-gagnant. « Les réservistes ont besoin de leurs employeurs, mais le réserviste est une valeur ajoutée pour l’entreprise », plaide-t-elle.

Une dirigeante de la société d’assurances AXA, en charge des relations humaines, laisse entendre qu’être réserviste est un atout fort lors d’un recrutement. Et de citer en vrac les qualités que l’entreprise va y trouver : adaptabilité, endurance, gestion du stress, capacité physique, esprit d’équipe, management de crise…

Objectifs ambitieux


Selon un sondage de l’IFOP (septembre 2018), 52% du grand public a entendu parler de la garde nationale, mais 63% des français ne savent pas à quoi elle sert. Aussi, pour se faire connaitre et se valoriser, vient-elle de lancer, sur internet et les réseaux sociaux, une grande campagne de communication, sur le thème du « supplément d’âme ». Rejoindre la Garde Nationale, c’est donner un sens supplémentaire, un sens tout particulier à sa vie, telle est l’idée déclinée sur tous les supports.

L’objectif, à terme assez lointain il est  vrai (5 ans, mais cela dépend du budget), est d’atteindre 85.000 réservistes, qui assureront 37 jours de service par an, avec plus de 9.000 réservistes employés chaque jour.

*****************************************(*) Jean-Pierre Ferey

Un ancien journaliste de télévision, longtemps spécialisé dans  les questions de Défense et les affaires  militaires. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont « Les héros anonymes de l’été 44 », aux éditions du Rocher. Il est Secrétaire de rédaction d’ESPRITSURCOUF

ESPRITSURCOUF parait tous les quinze jours
Prochaine parution le lundi 18 novembre 2019

ESPRITSURCOUF est aussi
IN ENGLISH, AUF DEUTSCH, EN ESPAÑOL, EN PORTUGUÊS IN ITALIANO IN HET NEDERLANDS PO POLSKU NO PYCCKИ
Click HERE

Pour aider de jeunes corsaires et développer ESPRITSURCOUF.fr Votre contribution est indispensable : - ADHÉSION à « espritcorsaire » : Membre 50€ soit 17€ net fiscal - DONS pour réduire votre IFI

Contribution par chèque à l'ordre d'espritcors@ire, par Paypal ou carte bancaire Cliquez sur DON ou ADHESION

Chers lecteurs,

Vous avez apprécié cet article. Vous pouvez le retransmettre à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou du site ESPRITSURCOUF.fr Merci pour votre action au service du rayonnement de notre "Observatoire de la Défense et de la Sécurité"

Suivez-nous sur Facebook et Twitter