GÉOPOLITIQUE
DÉFENSE
ÉCONOMIE

de Jacques Raimond


GEOPOLITIQUE :

  • Synthèse de l’actualité d’octobre 2019
  • Un accord russo-turc pour la Syrie : les cartes au Moyen-Orient rebattues
  • Elections en Argentine, le tournant ?

DEFENSE :

  • Mort en opération du brigadier Ronan Pointeau
  • Bleuet de France, message aux armées du général d’armée François Lecointre
  • L’armée de terre confrontée à une hausse « spectaculaire » des réformes médicales

ECONOMIE :

  • Les Etats-Unis à l’assaut de l’industrie photonique française
  • L’accord sur les exportations d’armes a été mis en vigueur par Berlin et Paris
  • Finance et risques climatique : l’impossible équation ?

TOUR D’HORIZON DE MEDIAS SPECIALISES

TEXTES PARUS AU JOURNAL OFFICIEL

GEOPOLITIQUE


ESPRIT SURCOUF, en ce début du mois de novembre, a lu l’excellente « Synthèse de l’actualité d’octobre 2019 » publiée par Diploweb ; l’actualité et les grandes tendances stratégiques font tourner les regards avertis vers d’une part les liens qui sont en train de se tisser entre la Turquie et la Russie – et n’oublions pas le désir profond de la Turquie d’entrer dans l’Union européenne -, et l’Amérique du Sud, avec l’élection de Fernandez en Argentine, et le retour de la gauche au pouvoir.

1- SYNTHSES DE L’ACTUALITE D’OCTOBRE 2019 ( Diploweb, Axelle Degans)

Le sort des urnes

Les élections présidentielles tunisiennes
ont été remportées en octobre 2019 par Kaïes Saïed face à son jeune challenger Nabil Karoui, libéré de prison pour l’occasion. Le nouveau président n’est pas issu du sérail politique et ne peut s’appuyer sur aucun parti. Il souhaite vivifier une démocratie directe, répondant aux aspirations de la « révolution du jasmin » de 2011, mais la fragmentation politique tunisienne est très poussée. Le défi économique et social à relever est d’ampleur. Le nouveau président aura-t-il les moyens de ne pas décevoir les espoirs suscités ?
Au Mozambique, les élections présidentielles ont vu en octobre 2019 la victoire du président sortant, Filipe Nyusi, avec près des trois-quarts des suffrages exprimés. Ce scrutin confirme la mainmise du Frelimo (Front de Libération du Mozambique), d’obédience marxiste, sur le pays depuis la fin de la guerre civile (qui l’a opposé au Renamo, Résistance nationale mozambicaine). Le résultat du scrutin est contesté par les opposants qui dénoncent le redécoupage de la carte électorale, les intimidations, les obstacles administratifs organisés à l’encontre du Renamo et le bourrage d’urnes… Un scrutin dont le résultat était largement joué d’avance dans un pays qui exploite sa manne gazière plus au profit de l’élite politique que de l’ensemble de la population. Cette élection n’est donc pas forcément porteuse de stabilité, car au-delà de la rancœur du Renamo, de la pauvreté de la population, sur fond de corruption du pouvoir, la partie septentrionale du pays est désormais en proie à une insurrection menée par des islamistes…
Les élections législatives canadiennes ont été remportées en octobre 2019 par le libéral et Premier ministre en poste, Justin Trudeau. Sa courte victoire ne lui permet pas de disposer d’une majorité au Parlement, il doit donc former un gouvernement de coalition. En Autriche, les élections législatives sont remportées en octobre 2019 par l’ancien chancelier conservateur Sebastian Kurz avec un meilleur score que celui obtenu en 2017. Le gouvernement de Sebastian Kurz est tombé à la suite de l’affaire « Ibiza gate » qui a compromis l’un des ministres.
En Bolivie les élections présidentielles ont officiellement été remportées en octobre 2019 au premier tour par le président sortant, Evo Morales. Les résultats ont été proclamés après un long décompte, ce qui nourrit de lourds soupçons de fraude. Lors de combats de rue se sont affrontés les opposants au président et forces de l’ordre. La Paz, Sucre sont, par exemple, le siège de manifestations violentes. Une grève générale conteste aussi la légitimité d’un Evo Morales qui brigue un quatrième mandat qu’un récent referendum lui refusait pourtant.

Retrouvez l’intégralité de l’article avec ce lien :
https://www.diploweb.com/Synthese-de-l-actualite-internationale-d-octobre-2019.html

2- UN ACCORD RUSSO-TURC POUR LA SYRIE, LES CARTES AU MOYEN-ORIENT REBATTUES ( FMES)

A l’issue d’un accord avec la Russie le mardi 22 octobre 2019 à Sotchi, la Turquie a annoncé la fin de son offensive militaire contre les forces kurdes dans le nord de la Syrie. Lancée le 9 octobre sous le nom de « Source de paix », l’opération menée par Ankara visait la milice kurde syrienne de l’YPG (Unités de protection du peuple) qu’elle considère comme une branche terroriste reliée au mouvement indépendantiste kurde de Turquie, le PKK. Cette milice avait pourtant activement contribué à la lutte contre l’organisation Etat islamique dans le cadre de la coalition internationale menée par les Etats-Unis. Le retrait annoncé des forces américaines de la région a permis à la Turquie de mener cette action unilatérale répondant à un double intérêt : limiter la marge d’action du PKK et créer une zone d’accueil pour les réfugiés syriens qui suscitent un rejet croissant en Turquie. De facto, la milice de l’YPG s’est retrouvée isolée face à une offensive turque soulevant l’inquiétude de la communauté internationale. L’Organisation des Nations unies est ainsi préoccupée par l’impact humanitaire de cette action turque dans la région, les « hostilités dans le nord-est de la Syrie » ayant provoqué « d’importants mouvements de populations ». C’est finalement l’implication russe qui aboutira à un accord avec les Turcs. A Sotchi, Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan se sont rencontrés afin de mettre fin à cette offensive qui affaiblit davantage une Syrie déjà exsangue. Les deux présidents se sont accordés sur un contrôle commun de la majeure partie de cette zone, disputée par Ankara et les combattants kurdes. Des patrouilles militaires russes et turques seront déployées dans les secteurs de la frontière turco-syrienne. Si la Turquie n’obtient pas le contrôle des 440 km de frontière qu’elle souhaitait, elle a la main sur une zone de 120 km de longueur et 32 km de largeur dont elle a pris le contrôle durant son offensive qui complète les territoires déjà contrôlés depuis l’opération « Rameau d’olivier » de janvier 2018. Selon les termes de l’accord conclu, les forces kurdes devaient se retirer de la zone avant le mardi 29 octobre à 16 heures. Le mercredi 30 octobre, la Russie a annoncé l’achèvement du retrait kurde du nord de la Syrie. Il revient dorénavant aux patrouilles russo-turques de vérifier si les combattants kurdes se sont véritablement retirés. Le ministre turc de la Défense a prévenu que son pays n’hésiterait pas à reprendre ses opérations militaires si la milice kurde y est toujours présente.

Retrouvez l’intégralité de l’article avec ce lien :
http://fmes-france.org/un-accord-russo-turc-pour-la-syrie-les-cartes-au-moyen-orient-rebattues/

3- ELECTIONS EN ARGENTINE : LE TOURNANT ? (IRIS, le point de vue de Christophe Ventura)

L’élection d’Alberto Fernandez face à Mauricio Macri marque, un an après l’élection d’Andrés Manuel Lopez Obrador au Mexique, le retour d’un des pays les plus importants d’Amérique latine à gauche. Qu’attendre du mandat de Fernandez ? Le point de vue de Christophe Ventura, directeur de recherche à l’IRIS.

Dans quel contexte politique intervient la victoire de Fernandez ? Comment le péronisme a-t-il retrouvé le chemin du pouvoir ?

L’élection argentine, qui était une élection générale, est intervenue dans un contexte de grave crise économique et sociale installée depuis plusieurs années dans le pays. Tous les indicateurs économiques et sociaux ont plongé vers le bas depuis l’arrivée au pouvoir de Mauricio Macri en 2015, même si la crise dure depuis plus longtemps. La troisième puissance latino-américaine est à nouveau traversée par une pauvreté structurelle, de fortes inégalités sociales, ainsi que par une détérioration et une réduction des services publics, en particulier dans les villes. Déclassement et paupérisation ont frappé de manière croissante les classes populaires et les classes moyennes tout au long du mandat du président de droite. Le péronisme a remporté une victoire qui n’était pas évidente il y a quelques mois à peine. C’est sa réunification, à travers le « couple » formé par Alberto Fernandez, le nouveau président, et Cristina Kirchner, la vice-présidente, qui a déjà fait deux mandats à la tête du pays, qui a permis de donner une traduction politique et électorale à la contestation sociale et de conduire à cette victoire. Derrière ces deux personnalités, c’est pratiquement l’ensemble des secteurs du péronisme – mouvements, organisations syndicales, partis politiques, associations… allant de sa gauche à sa droite – qui s’unit. Le pôle de gauche, incarné par le kirchnerisme, a trouvé avec Alberto Fernandez une alliance qui lui a permis de rassembler jusqu’aux franges plus libérales et modérées de ce mouvement. Et de conserver en son sein l’hégémonie politique et programmatique. C’est cette réunification qui a permis la victoire face à un Mauricio Macri sur la défensive, fragilisé par sa politique économique et sociale et sa gestion du pouvoir. Ce dernier apparaît cependant, avec sa coalition « Cambiemos », comme le véritable adversaire du péronisme. L’élection a montré une hyperpolarisation politique entre deux camps en Argentine : les péronistes et la droite non-péroniste de Macri, qui a réalisé une « remontada » électorale significative en fin de campagne. D’ailleurs, en dehors de ces deux acteurs, il n’existe quasiment plus de forces politiques en Argentine.

Retrouvez l’intégralité de l’article avec ce lien :
https://www.iris-france.org/141450-elections-en-argentine-le-tournant/

Le site IRIS est répertorié dans la rubrique THINKTANKS de la “Communauté Défense et Sécurité” d’ESPRITSURCOUF.fr
Cliquez ici



DEFENSE

Esprit Surcouf, s’incline avec respect devant la disparition tragique en opérations du brigadier Ronan Pointeau ; Par ailleurs, le message du CEMA aux armées est reproduit ci-dessous, en ce qui concerne l’appel à la fraternité pour la collecte du bleuet de France ; enfin, le cri d’alarme d’un député sur les réformes médicales au sein de l’armée de terre fait envisager des difficultés de gestion, humaines et financières dans les mois à venir.

1- MORT EN OPERATION DU BRIGADIER RONAN POINTEAU (Défense)

Le 2 novembre vers 11h, heure de Paris, un véhicule blindé léger de la force Barkhane engagé dans une opération dans le Liptako a été frappé par la déflagration d’un engin explosif. Ce véhicule assurait la protection d’un convoi entre Gao et Menaka.

L’explosion a provoqué le retournement du véhicule.

L’équipe médicale présente sur place est aussitôt intervenue pour prendre en charge l’équipage du véhicule, alors qu’un hélicoptère Tigre a sécurisé la zone. Après cette première intervention médicale, l’équipage du VBL a été évacué à l’aide d’un hélicoptère Caïman en direction de l’antenne chirurgicale de Gao. Le décès du brigadier Ronan Pointeau, du 1er régiment de Spahis, y a été constaté. Les autres passagers du VBL ont été pris en charge. Leur état n’inspire pas inquiétude. Cette attaque insidieuse montre l’importance et l’âpreté de la lutte contre les groupes armés terroristes pour la sécurisation du Liptako. La Force Barkhane poursuit cette lutte avec détermination aux côtés de ses partenaires, afin de rétablir la paix et d’accompagner le retour à la vie normale pour les populations du Sahel. Conduite par les armées françaises, en partenariat avec les pays du G5 Sahel, l’opération Barkhane a été lancée le 1er août 2014. Elle repose sur une approche stratégique fondée sur une logique de partenariat avec les principaux pays de la bande sahélo-saharienne (BSS) : Burkina-Faso, Mali, Mauritanie, Niger, et Tchad. Elle regroupe environ 4 500 militaires dont la mission consiste à lutter contre les groupes armés terroristes et à soutenir les forces armées des pays partenaires afin qu’elles puissent prendre en compte cette menace

Retrouvez l’intégralité de l’article avec ce lien :
https://www.defense.gouv.fr/operations/actualites2/mort-en-operation-du-brigadier-ronan-pointeau

Le site de la DICoD est répertorié dans la rubrique INSTITUTIONS GOUVERNEMENTALES de la “Communauté Défense et Sécurité” d’ESPRITSURCOUF.fr
Cliquez ici


2- BLEUET DE FRANCE MESSAGE AUX ARMEES DU GENERAL D’ARMEE FRANCOIS LECOINTRE ( Défense, EMA)

Officiers, sous-officiers et officiers mariniers, soldats, marins, aviateurs, d’active et de réserve, et personnels civils des armées.

Comme chaque année, le 11 novembre est l’occasion de se remémorer le souvenir des soldats disparus dans les tranchées, et plus largement de tous ceux que la Grande Guerre a meurtris, car leur exemple de courage pour la défense de la Nation est de nature à inspirer chacun d’entre nous. Depuis 2012, le 11 novembre, est devenu un jour d’hommage à tous les « morts pour la France » qu’ils soient civils ou militaires, qu’ils aient péri dans des conflits actuels ou des conflits anciens. Il s’agit aussi d’une date clé pour faire perdurer le lien entre l’Armée et la Nation, au moment où notre pays commémore le sacrifice de ses concitoyens pour la défense de la France. Le 11 Novembre est également le moment de mettre en lumière l’œuvre nationale du Bleuet de France. Né durant la Grande Guerre, engagé depuis 1916 auprès du monde combattant, l’œuvre du Bleuet de France vient en aide aux blessés de guerre, aux anciens combattants, aux veuves, veufs et orphelins. Sa mission incarne parfaitement la solidarité qui unit la France à ses armées et l’impératif de reconnaissance de la Nation à la grande communauté militaire. Cette solidarité se manifeste chaque année au cours de collectes organisées sur l’ensemble du territoire français ainsi qu’à l’étranger. Grâce aux fonds récoltés, l’œuvre peut financer l’acquisition de matériel pour les soldats blessés, des actions de reconstruction par le sport, la prise en charge des études des pupilles de la Nation ou encore la transmission de la mémoire, facteur de cohésion au sein de notre société. Plus récemment, l’œuvre s’est adaptée aux nouveaux conflits en venant désormais en aide aux victimes du terrorisme. En ce début novembre, j’encourage donc les armées à faire perdurer cette tradition de solidarité en soutenant l’œuvre du Bleuet de France. Cette année sera particulièrement marquée par l’inauguration, le 11 novembre prochain, du monument aux morts des morts pour la France en OPEX, par le président de la République. Aussi je vous encourage vivement à porter le Bleuet sur la tenue de travail et sur le revers gauche de la tenue de sortie, afin de témoigner de notre solidarité autant que de notre attachement à cette œuvre. Je le porterai moi-même du 4 au 13 novembre 2019 et j’encourage tous ceux qui le peuvent à se montrer généreux lors des prochaines collectes de l’œuvre nationale du Bleuet de France.

Le site DICOD est répertorié
dans la rubrique INSTITUTIONS GOUVERNEMENTALES
de la “Communauté Défense et Sécurité” d’ESPRITSURCOUF.fr

Cliquez ICI


3- L’ARMEE DE TERRE CONFRONTEE A UNE HAUSSE « SPECTACULAIRE » DU NOMBRE DE REFORMES MEDICALES (OPEX 360, Laurent Lagneau)

Un soldat atteint d’une blessure ou souffrant d’une pathologie d’empêchant de rependre le service est d’abord placé en congé de longue maladie [CLM] ou en congé de longue durée pour maladie [CLDM].

À l’issue, si ce soldat ne peut toujours pas retrouver son unité, une commission de réforme, composée de deux médecins des armées et un représentant de l’autorité militaire va alors se pencher sur son cas et rendre un avis médical sur son inaptitude définitive au service. Ce dernier peut être contesté dans un délai de quinze jours après qu’il a été rendu. Puis, il est ensuite transmis « au ministre des Armées qui prend par arrêté une décision conforme », précise le Secrétariat général pour l’administration [SGA]. Et à en juger par les chiffres donnés par le député Thomas Gassilloud, rapporteur pour avis sur les crédits de l’armée de Terre pour 2020, les commissions de réforme n’ont pas chômé durant ces derniers mois. Ainsi, les statistiques qu’il a pu obtenir « montrent une hausse spectaculaire du nombre de réformes pour raisons médicales », écrit le rapporteur. Entre 2018 et 2019, l’augmentation a effectivement été sensible puisqu’elle a été de +40%. « L’équivalent d’un régiment entier a ainsi été réformé en 2019 », souligne-t-il. Ce qui représente environ un millier de cas. Selon les éléments en possession de M. Gassilloud, cette tendance concernerait plutôt les « jeunes soldats dans leur premier contrat appartenant à un domaine de la mêlée », c’est à dire à des unités dites de « contact ». Le Service de santé des Armées [SSA], qui est évidemment concerné par cette évolution, estime qu’il pourrait « éventuellement avoir un lien avec l’intensité du rythme des opérations et avec les charges portées par les jeunes engagés dans l’opération Sentinelle ».

Retrouvez l’intégralité de l’article avec ce lien :
http://www.opex360.com/2019/11/02/larmee-de-terre-confrontee-a-une-hausse-spectaculaire-du-nombre-de-reformes-medicales/


ECONOMIE


A examiner les différentes composantes économiques du monde actuel, on peut se risquer à évoquer la guerre économique, comme s’il s’agissait d’un conflit armé, avec ses combats, ses échecs, et ses traités finaux qui marquent alors la victoire et la défaite : les termes sont identiques, et les résultats ne le sont pas moins. Ainsi, cette semaine, les Etats-Unis veulent-ils s’approprier les innovations de l’industrie photonique, les Français et les Allemands veulent contrôler efficacement les exportations d’armes, et le thème relatif aux risques climatiques fait réfléchir sur son intrusion dans le circuit financier.


1 – LES ETATS-UNIS A L’ASSAUT DE L’INDUSTRIE PHOTONIQUE FRANCAISE ( Le portail de l’IE, Pierre-Charles d’Herbès)

Le Portail de l’IE pointait ces dernières semaines les risques de rachat de Photonis, leader mondial de l’amplification lumineuse. Si cette opération semble avoir été prise en compte par les autorités qui pourraient préempter les fonds américains, il n’en va, pour l’instant, pas de même pour Latécoère, autre fleuron aéronautique français spécialiste de la Li-Fi, technologie hautement stratégique. Les technologies photoniques françaises semblent intéresser de près les Américains. Si la position de Photonis semble être momentanément sécurisée, c’est au tour de celle de Latécoère d’être remise en question, tant l’offensive financière se montre implacable. Quand on pense à Latécoère, on imagine avant tout un avionneur historique, aujourd’hui sous-traitant majeur des grands maîtres-œuvres industriels de l’aéronautique (AirbusDassaultEmbraerBoeing…) et leader des systèmes d’interconnexions et des aérostructures. Le fort dynamisme de la politique de R&D du groupe le place en fer de lance de l’innovation photonique française grâce au développement de la technologie Li-Fi ou « Light Fidelity ».  Or le dévoilement de son avance dans le secteur semble dangereusement concomitant à la tentative de rachat du groupe par le fonds américain Searchlight.  Ce rachat comporte des enjeux industriels cruciaux dont le passage d’un sous-traitant stratégique civilo-militaire sous la norme International Traffic in Arms Regulations ITAR. Toutefois, une appréhension minimale de prospective et de risque technologique révèle l’importance future de cette technologie et l’avance prise dans ce domaine par la France. Quelles sont les particularités de la Li-fi pour susciter tant de convoitises ? Adossée à la fibre, elle constitue une technologie de rupture potentielle dans la transmission de données et leur sécurisation. À l’heure où la question de la gestion de la bande-passante se pose de manière critique aussi bien dans les sphères civiles comme militaires, la Li-fi se distingue par son absence de spectre électromagnétique pour un débit 10 à 100 fois plus important que la Wifi. Cette invisibilité électro-magnétique, la rend de surcroit impiratable en dehors de son spectre lumineux : un atout de taille face à la recrudescence des risques en cybersécurité. En outre, la Li-fi est moins énergivore. Ces atouts en font une technologie duale aux applications utiles autant dans la sphère civile que militaire. Si cette technologie n’est pas encore tout à fait mature, ces atouts en font une technologie aux applications duales (civiles & militaires). Les dix prochaines années seront donc déterminantes dans la définition d’un avantage technologique par la puissance qui sera en pointe dans ce domaine et qui lui permettra un avantage commercial et stratégique

Retrouvez l’intégralité de cet article avec ce lien :
https://portail-ie.fr/short/2184/les-etats-unis-a-lassaut-de-lindustrie-photonique-francaise


2- L’ACCORD SUR LE contrôle DES EXPORTATIONS D’ARMES A ETE MIS EN VIGUEUR PAR BERLIN ET PARIS ( la Tribune, Michel Cabirol)

Deux semaines après le conseil ministériel franco-allemand qui s’est tenu le 16 octobre à Toulouse, on en sait un peu plus sur l’accord bilatéral relatif au contrôle des exportations en matière de défense que la France et l’Allemagne ont signé. Cet accord, qui est en vigueur depuis le 23 octobre, reste une avancée par rapport à ce qui existait auparavant. Notamment pour les programmes intergouvernementaux (articles 1) actuels (A400M, MRTT…) et futurs (SCAF, MGCS, Eurodrone…). Il s’applique également aux programmes issus de la coopération industrielle dans le cadre du renforcement de l’intégration des industries de défense française et allemande (article 2). Ce serait par exemple le cas si le premier char franco-allemand, l’Euro Main Battle Tank (EMBT) composé d’un châssis du Léopard et d’une tourelle du Leclerc, était in fine développé par KNDS, la société commune de Nexter et Krauss-Maffei Wegmann (KMW), précise-t-on dans l’entourage de la ministre.

Un accord à évaluer à l’épreuve du feu

Cet accord est “un énorme progrès”, assure-t-on dans l’entourage de la ministre des Armées. Mais il devra être testé avant de savoir s’il est vraiment efficace et simple pour les industriels français. “Nous sommes à la fois sereins mais prudents, explique une autre source contactée par La Tribune. Cet accord n’est pas parfait mais il règle beaucoup de dossiers. Tout le monde attend maintenant de voir comment cet accord va vivre”. Car le diable se cache souvent dans les détails avec l’Allemagne. Mais cet accord, dont les Allemands ne voulaient pas forcément et qui a été arraché à Angela Merkel par Emmanuel Macron par la France, semble d’ores et déjà mieux que ce qui se pratiquait auparavant en matière d’exportation, source de tensions récurrentes entre les deux pays, affirme-t-on ainsi à La Tribune. Ce sujet a toutefois fait l’objet d’une bagarre politique très intense en Allemagne.

Retrouvez l’intégralité de cet article avec ce lien :
https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/l-accord-sur-le-controle-des-exportations-d-armes-a-ete-mis-en-vigueur-par-berlin-et-paris-831859.html


3- FINANCE ET RISQUES CLIMATIQUES, L’IMPOSSIBLE EQUATION ? (The conversation, Vincent Bouchet et Nicolas Mottis)

Il est désormais établi que le réchauffement climatique aura un impact économique considérable sur de nombreux secteurs, et bien au-delà des plus évidents comme l’énergie ou les transports. Si les liens entre économie et changement climatique ont été largement étudiés, les recherches relatives à ses conséquences sur le système financier sont plus rares : parmi plus de 20 000 articles publiés dans 21 revues financières majeures entre 1998 et 2015, seuls 12 sont en lien avec le climat. Quelques semaines après de nouveaux engagements de neutralité carbone pris par des investisseurs à l’occasion du sommet climat des Nations unies et à l’approche du « Climate Finance Day » du 29 novembre 2019, il est intéressant de se pencher sur les avancées et les obstacles rencontrés par les investisseurs pour intégrer les enjeux climatiques. Dès septembre 2015, le gouverneur de la banque d’Angleterre Mark Carney alertait le système financier sur son exposition aux risques engendrés par les changements climatiques. Quelques mois plus tard, 195 pays approuvaient l’accord de Paris, qui fait explicitement référence au rôle des investisseurs « […] rendant les flux financiers compatibles avec un profil d’évolution vers un développement à faible émission de gaz à effet de serre et résilient aux changements climatiques ». Dans un tel contexte, les investisseurs font face à deux problématiques. Tout d’abord, la transition énergétique nécessite des financements importants – 2,4 trillions de dollars par an dans les vingt prochaines années, rien que pour le système énergétique. Ils doivent intégrer ensuite de nouveaux risques climatiques. La théorie financière suggère que les investisseurs intègrent toute l’information disponible dans leur prise de décision. Mais dans la pratique, l’analyse de la nouvelle famille des risques climatiques rencontre de nombreux obstacles.

Risques physiques, risques de transition

Lorsque l’on parle de risques climatiques, on pense d’abord aux actifs détruits ou rendus inutilisables par des catastrophes naturelles, des ouragans ou la montée du niveau des océans. Il s’agit là de risques dits « physiques », « définis comme l’exposition aux conséquences physiques directement induites par le changement climatique ». En octobre 2018, par exemple, le niveau du Rhin a atteint des niveaux historiquement bas, causant des ruptures dans les chaînes d’approvisionnement et des pertes importantes pour de grandes entreprises, (estimées à 285 millions de dollars pour l’entreprise BASF).

Retrouvez l’intégralité de cet article avec ce lien :
https://theconversation.com/finance-et-risques-climatiques-limpossible-equation-125392


TOUR D’HORIZON DE MEDIAS SPECIALISES 


ESPRIT SURCOUF.fr vous offre un tour d’horizon des titres de fond propres à susciter la réflexion de défense et de sécurité

Initiateurs de changement : médias, media et activisme (Institut Montaigne, Théophile Lenoir)
https://www.institutmontaigne.org/blog/initiateurs-de-changement-medias-media-et-activisme

Face à l’anglais, le français n’a pas encore dit son dernier mot (Slate, Frédéric Pennel)
http://www.slate.fr/story/183513/anglais-francais-guerre-des-langues-bonnes-feuilles

Candidature de la Turquie à l’union européenne : où en est le processus d’adhésion ? Première partie : la Turquie, européenne ? Genèse du projet et débats (les clés du Moyen-Orient, Émile Bouvier)
https://www.lesclesdumoyenorient.com/Candidature-de-la-Turquie-a-l-Union-europeenne-ou-en-est-le-processus-d.html

Les sociétés militaires privées ou visage de la mondialisation de la Défense (Les Yeux du Monde, Pierre Lacroix)
https://les-yeux-du-monde.fr/actualite/situations-decryptees/41686-societes-militaires-privees-visage-mondialisation-defense

Asean: l’Inde s’oppose à l’union économique promue par la Chine (RFI)
http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20191102-thailande-asean-blocage-inde-accord-chine


PARUS AU JOURNAL OFFICIEL

Textes à ne pas négliger pour comprendre l’actualité de défense et de sécurité.

Journal officiel du 1er novembre 2019 :
A Consulter
 :
– 11 décrets de la Présidence de la République et 2 décrets du ministère des armées concernant :
– 7 décrets de l’Ordre de la Légion d’honneur pour les militaires n’appartenant pas à l’armée active
– 2 décrets de l’Ordre national du mérite pour les militaires appartenant à l’armée active
– 2 décrets de l’Ordre national du mérite pour les militaires n’appartenant pas à l’armée active
– 2 décrets du ministère des armées, conférant la Médaille militaire aux militaires n’appartenant pas à l’armée active
https://www.legifrance.gouv.fr/affichJO.do;jsessionid=C8C7D1B0154982743CA410280F1AC97A.tplgfr32s_1?idJO=JORFCONT000039304223

Arrêté du 7 octobre 2019 fixant le nombre et la répartition des postes ouverts en 2020 aux concours de praticiens confirmés et certifiés sur épreuves en médecine d’armée et en recherche
https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=C8C7D1B0154982743CA410280F1AC97A.tplgfr32s_1?cidTexte=JORFTEXT000039304297&dateTexte=&oldAction=rechJO&categorieLien=id&idJO=JORFCONT000039304223

ESPRITSURCOUF parait tous les quinze jours
Prochaine parution le lundi 18 novembre 2019

ESPRITSURCOUF est aussi
IN ENGLISH, AUF DEUTSCH, EN ESPAÑOL, EN PORTUGUÊS IN ITALIANO IN HET NEDERLANDS PO POLSKU NO PYCCKИ
Click HERE

Pour aider de jeunes corsaires et développer ESPRITSURCOUF.fr Votre contribution est indispensable : - ADHÉSION à « espritcorsaire » : Membre 50€ soit 17€ net fiscal - DONS pour réduire votre IFI

Contribution par chèque à l'ordre d'espritcors@ire, par Paypal ou carte bancaire Cliquez sur DON ou ADHESION

Chers lecteurs,

Vous avez apprécié cet article. Vous pouvez le retransmettre à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou du site ESPRITSURCOUF.fr Merci pour votre action au service du rayonnement de notre "Observatoire de la Défense et de la Sécurité"

Suivez-nous sur Facebook et Twitter