RATTRAPAGE APRES CRISE :
LES ILLUSIONS PERDUES.

Olivier Passet(*)
Directeur de la recherche de Xerfi
;

La crise du Covid-19 nous fait-elle entrer irrémédiablement dans un processus de convalescence qui s’étirera sur plusieurs années ? La question se pose pour toutes les entreprises. Et l’avenir n’est pas rose.

Plus aucune entreprise ne se fait d’illusion : l’année 2020 est compromise en termes de chiffres d’affaires et de résultat. La perte immédiate d’activité fait consensus. Elle est évaluée de 33 à 36% du PIB selon les instituts, de Xerfi à l’Insee, en passant par l’OFCE ou la Banque de France. Cette moyenne recouvre une réalité brutale : 50% des entreprises du privé  sont à l’arrêt. Ce qui veut dire que la crise opère une saignée de 100% de leur chiffre d’affaires sur une durée de près de deux mois. Autrement dit, une perte de 14-15% de leur chiffre d’affaires sur l’année.

Une fois constaté cela, deux questions se posent pour les entreprises.

A quel horizon peuvent-elles espérer retrouver un niveau normal d’activité ?  C’est l’enjeu de la récupération.

Peuvent-elles espérer une phase de suractivité compensatrice durant laquelle elles effaceront une partie du manque à gagner du confinement ?  C’est l’enjeu du rattrapage.

80 Milliards d’épargne chez les ménages


En effet, les mesures de confinement et de distanciation sociale ont paralysé chaque jour 35% de la consommation du 17 mars au 11 mai et au-delà avec la sortie graduelle. Cela veut dire une épargne forcée considérable, des encaisses liquides qui pourraient potentiellement faire flamber la dépense et l’activité après l’été. C’est de l’ordre d’une centaine de milliards de dépenses qui seront stérilisées au premier semestre 2020, et malgré le décrochage du revenu des ménages — de l’ordre de 20 milliards lié au dévissage du revenu des indépendants, à la décote du chômage partiel, à l’effondrement de l’intérim, ou à l’évaporation des CDD courts notamment — ce sont 80 milliards d’encaisses liquides qui se retrouvent disponibles pour armer des dépenses de rattrapage au second semestre 2020. Sur le papier donc, même avec des revenus et un emploi dégradés, l’économie pourrait connaître une phase de surrégime puisque la fameuse France des fins de mois s’est constituée, malgré elle, un bas de laine.

Cette issue heureuse, on ne la verra pourtant pas. Il n’y aura ni lendemain qui chante ni même un choc adouci pour plusieurs raisons, quand bien même les places boursières redémarraient avec fracas.

Des comportements modifiés pour longtemps


La première raison, évidente, c’est qu’il n’y aura pas de retour rapide à la vie d’avant. Si l’on pouvait encore espérer il y a quelques semaines une euphorie de la libération, un rush dans tous les secteurs aujourd’hui prohibés qui sont au cœur du lien social (la restauration, les cafés, le tourisme, le loisir, la culture, les parcs, etc.), cet espoir est douché. Les contraintes de distanciation sociale pèseront encore longtemps sur toute la sphère du superflu.

A en croire cette photo, les ouvriers sur les chaines de montage
respectaient les distanciations sociales, avant-guerre. Photo DR.

A cela, il faut ajouter toutes les mesures de protection qui continueront à réfréner les comportements de dépense des seniors, les comportements de défiance ensuite qui vont continuer à peser sur toutes les activités qui impliquent de la promiscuité et des contacts interpersonnels, autrement dit pratiquement toutes les activités de services. Et quand bien même cette défiance serait-elle levée dans quelques mois pour ces activités, on bute sur une autre réalité indépassable. Ce qui est perdu à un moment donné (une collection de printemps, des vacances estivales, un festival…) n’est tout simplement pas récupérable. Les effets saisonniers interdisent toute seconde chance.

Pas de sursaut à attendre


Ces 80 milliards, à défaut de prendre le chemin des services, pourraient alimenter un sursaut des dépenses de biens durables (automobile, équipement), des dépenses d’investissements immobiliers ou des dépenses de réparation, et constituer de ce fait un moteur de rebond. Sauf que de ce côté, on butte sur deux autres écueils :

D’abord, le butoir des capacités en ce qui concerne toute la sphère matérielle de la production. Pour rattraper, il faudrait produire plus, et pendant plusieurs mois. Autrement dit, immobiliser des moyens supplémentaires alors même que le surplomb de la production est par nature transitoire. Il s’agit là d’une injonction paradoxale. Dans la plupart de ces secteurs, ce que l’on peut attendre au mieux, c’est la restauration des niveaux d’avant-crise.

Ensuite la sphère matérielle. C’est précisément celle qui recourt le plus aux importations. Autrement dit, même si la consommation avait la velléité de rattraper, son contenu en importations risque d’être très élevé.

Certes, la normalisation des niveaux de production dans nombre de secteurs va créer l’illusion d’un rebond. Mais derrière ce trompe l’œil, il y aura un emploi, un pouvoir d’achat et des niveaux de dette dégradés qui pèseront sur la dynamique de la croissance à moyen terme. Cela, on peut déjà le dire avec une quasi-certitude.

Pour échapper à cette fatalité, il nous faudra quelque chose d’extraordinaire. Et cette chose extraordinaire ne peut être que l’annulation des « dettes Covid ». Alors ne tardons pas à le dire pour agir sur les anticipations, car plus on attend en la matière, plus on laisse jouer les effets récessifs de second tour, plus la note sera salée et moins cette mesure de la dernière chance sera efficace.

Cet article vous a intéressé ? Vous avez une remarque à nous faire ? Vous souhaitez nous le faire savoir ? Cliquer ICI.

(*) Olivier Passet a été économiste à l’OFCE (1989-2000), chargé de mission puis chef du service économique et financier international du Commissariat Général du Plan (2000-2006), chef du service Économie-Finances du Conseil d’analyse stratégique auprès du Premier Ministre (2006-2011) et conseiller au Conseil d’analyse économique (2011-2012).Il est aujourd’hui directeur des synthèses chez Xerfi, notamment en charge du suivi des politiques économiques et des mutations de l’appareil de production. Depuis 2014, il est également membre de la commission économique de la Nation.

Voir la vidéo d’Olivier Passet  sur Xerfi/Canal en cliquant sur le lien suivant :
https://www.xerficanal.com/economie/emission/Olivier-Passet-Le-rattrapage-apres-crise-les-illusions-perdues_3748568.html

XERFI CANAL est répertorié dans la rubrique Think Tank de la Communauté « Géopolitique, Économie Défense et Sécurité » d’ESPRIT SURCOUF


Bonne lecture et rendez-vous le 18 mai 2020
avec le n°138 d’ESPRITSURCOUF
D’ici là, pour une bonne santé, prenez soin de vous
et RESPECTEZ LE CONFINEMENT !

ESPRITSURCOUF :
IN ENGLISH, AUF DEUTSCH, EN ESPAÑOL, EN PORTUGUÊS, IN ITALIANO, IN HET NEDERLANDS, PO POLSKU, ПО РУССКИ.
Click HERE

ESPRITSURCOUF est financé par ses lecteurs, comme vous ! Si vous aimez ESPRITSURCOUF, adhérez ou faites un don à espritcors@ire l’association qui édite ESPRITSURCOUF :

ADHÉSION à « espritcorsaire » : Membre 50€ soit 17€ net fiscal

DONS pour réduire votre IFI

Contribution par chèque à l'ordre d'espritcors@ire, par Paypal ou carte bancaire Cliquez sur DON ou ADHESION

Chers lecteurs,

Vous avez apprécié cet article. Vous pouvez le retransmettre à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou du site ESPRITSURCOUF. Merci pour votre action au service du rayonnement de notre "Observatoire de Géopolitique, Économie, Défense et Sécurité"

Suivez-nous sur Facebook , Twitter et LinkedIn .

Sur les réseaux sociaux, donner votre avis, indiquer que vous aimez notre site, inciter vos amis à "liker" ESPRITSURCOUF