GEOPOLITIQUE
ECONOMIE
DEFENSE et SECURITE

Jacques Raimond

GEOPOLITIQUE :

  • Manœuvres Iran-Chine-Russie : un « signal assez fort » envoyé par Téhéran
  • Conférences géopolitiques # 10 : la synthèse de Diploweb
  • La bataille des géants de la Tech pour le contrôle des données militaires aux Etats-Unis

ECONOMIE :

  • Cyber sécurité : la main de fer chinoise
  • 2020 : vers une nouvelle crise financière ?
  • Internet : à l’initiative de Moscou, un traité international va être négocié à l’ONU

DEFENSE ET SECURITE :

  • FN Hestal aurait remporte le marche des fusils de précision destinés a l’armée de terre avec le SCAR-H PR
  • Allocution du CEMA à l’occasion du séminaire des officiers généraux insérés dans l’OTAN
  • Démantèlement d’une équipe de voleurs à la fausse qualité

TOUR D’HORIZON DE MEDIAS SPECIALISES

TEXTES PARUS AU JOURNAL OFFICIEL


GEOPOLITIQUE


ESPRIT SURCOUF propose trois thèmes relatifs aux relations internationales et de réflexions sur divers sujets de stratégie multipolaires : le bras de fer entre la dominante iranienne et les Etats-Unis révèle des tensions fortes, la délicate question des flux migratoires doit faire réfléchir l’Europe, tandis que la technologie du cyberespace entretient la suprématie de la défense américaine.


1- MANŒUVRES IRAN-CHINE-RUSSIE : UN « SIGNAL ASSEZ FORT » ENVOYE PAR THEHERAN (RFI, avec AFP)


L’Iran, la Chine et la Russie ont commencé vendredi 27 décembre des exercices militaires conjoints dans l’océan Indien et le golfe d’Oman. Ces manœuvres montrent le refus de l’Iran de voir s’installer des puissances étrangères, notamment les États-Unis, dans la région. Avec ces quatre jours d’exercices militaires menés conjointement avec la Russie et la Chine, la Marine iranienne a voulu « montrer que l’Iran ne peut être isolé ». En effet, ces manœuvres conjointes sont une première et sont « un signal assez fort », notamment pour leur position géographique. «Ce n’était jamais arrivé. Et ces manœuvres se déroulent à l’entrée du détroit d’Ormuz qui lui-même débouche sur le golfe Persique, donc la grande zone de production pétrolière d’où part à peu près 30 % de la production mondiale », analyse François Nicoullaud, analyste de politique internationale et ancien ambassadeur de France en Iran.

Des tensions accrues

Ces manœuvres interviennent dans un contexte de tensions accrues dans le Golfe depuis le retrait de Washington en mai 2018 de l’accord sur le nucléaire iranien et le rétablissement des sanctions américaines qui asphyxient l’économie de la République islamique. Elles « arrivent à un moment où les États-Unis eux-mêmes essaient de renforcer leur contrôle sur le golfe Persique à la suite de différents incidents. Ils ont essayé de bâtir une coalition de différents pays. Pour l’instant, il y a quatre ou cinq pays, mais qui seraient chargés en fait de faire la police dans le golfe Persique », explique l’expert.

Retrouvez l’intégralité de l’article avec ce lien :
http://www.rfi.fr/moyen-orient/20191228-iran-chine-russie-manoeuvre-etats-unis-golfe-controle-signal-fort

2- CONFÉRENCES GÉOPOLITIQUES # 10 : LA SYNTHÈSE DE DIPLOWEB
(rédigée par Charlotte BENZEMAT-MANTES, Aude PEPINSTER, Noë PENNETIER, Joséphine BOUCHER, Camille GUILLON et Adeline ABRIOUX des CLONAUTES)


1 Migrations, diasporas, frontières et barrières

Cette première partie présente quatre conférences : Migrations : flux, insertion, croissance (A) ; Pourquoi les diasporas sont-elles stratégiques ? (B) ; L’Union européenne a-t-elle surmonté la « crise migratoire » ? (C) ; Les barrières frontalières comme dispositifs anti-migrants (D).

A. Migrations : flux, insertion, croissance

Conférence organisée à Lyon, par la Fondation pour l’Université de Lyon dans le cadre des Journées de l’Economie, les 5, 6 et 7 novembre 2019, avec El Mouhoub Mouhoud, professeur de sciences économiques à Paris-Dauphine ; Shoshana Fine, chercheuse post-doctorale au Centre de Recherches Internationales (CERI) de Sciences Po, Hugo Observatory – Université de Liège et German Institute for Global and Security Studies (GIGA) ; Jean-Christophe Dumont, chef de la Division des migrations internationales de l’OCDE ; et Pascale Brice, ancien Directeur général de l’OFPRA (2008-2012) ; animée par Yann Mens, rédacteur en chef International d’Alternatives Economiques. Synthèse par Charlotte Bezamat-Mantes pour Diploweb.com El Mouhoub Mouhoud fait le constat d’une double irrationalité des politiques migratoires du point de vue économique des pays de départ et d’accueil. Les migrations économiques et volontaires sont très restreintes : ce qui a augmenté ces dernières années, ce sont les migrations forcées dues à la situation domestique (choc économique, guerres civiles, instabilité) des pays de départ. Ainsi, il n’y a pas de politique migratoire rationnelle des pays de départ, fondée sur l’export de main-d’œuvre dans le cadre d’un marché du travail domestique insuffisant. Les régimes d’immigration des pays d’accueil ne sont pas non plus fondés sur une rationalité d’ordre économique (le besoin de main-d’œuvre face à la situation démographique de ces pays par exemple). A l’aide de chiffres, il s’attache à déconstruire des idées reçues sur l’immigration. A la fin des années 1990, la majorité des migrations internationales suivait un chemin Sud-Nord ; en 2019, les migrations sont majoritairement de nature intrarégionales. Ainsi en 2017, 53 % des migrants internationaux en Afrique sont eux-mêmes africains, 60 % en Asie et 67 % en Europe. Il n’y a donc pas de globalisation migratoire. Mouhoud rappelle que les pays riches ne reçoivent pas « la misère du monde ». Entre 2000 et 2015, la part des migrants provenant des pays pauvres est restée stable et faible ; ce sont les pays à revenus intermédiaires qui envoient le plus de migrants à l’étranger. Le nombre de migrants internationaux par région d’origine le montre : en 2017, 105,7 millions viennent d’Asie, 61,2 d’Europe et 36,3 d’Afrique – qui est donc loin d’être la région de départ la plus importante. Il déconstruit enfin l’idée selon laquelle « plus on est pauvres, plus il y a un écart de revenus par rapport aux pays riches, plus on devrait partir ». Ce sont les pays à revenus intermédiaires qui envoient le plus de migrants à l’étranger. Cette sélection s’explique par les coûts de mobilité, prohibitifs pour les personnes venant de pays pauvres. Dans ces derniers, ce sont les plus qualifiés qui émigrent le plus facilement. Un double processus de sélection est ainsi à l’œuvre : d’abord, la sélection des pays départ et ensuite des individus : jeunes, qualifiés et désormais en majorité des femmes.

Retrouvez l’intégralité de l’article avec ce lien :
https://www.diploweb.com/Conferences-geopolitiques-10-la-synthese-du-Diploweb.html

Le site DIPLOWEB est répertorié dans la rubrique REVUES ET LETTRES de la “Communauté Défense et Sécurité” d’ESPRITSURCOUF.fr

3 – LA BATAILLE DES GEANTS DE LA TECH POUR LE CONTROLE DES DONNEES MILITAIRES AUX ETATS-UNIS (INFO GUERRE, Ernest Ghebi)


« Tous ceux qui vivent dans ce pays dépendent de la puissance de sa défense », avait écrit sur un blog de Microsoft Brad Smith, président de Microsoft. Jeff Bezos, CEO d’Amazon a quant à lui estimé que les Etats Unis seraient «en difficulté» si «les grandes entreprises de technologie tournaient le dos au ministère de la défense américain». Les géants de la Tech’ sont-ils poussés par un soudain sentiment patriotique ou il s’agit d’intérêts purement économiques et financiers sous couvert de patriotisme affiché pour un marché de la défense américaine qui pèse plusieurs milliards de dollars ? Au regard de l’important contrat JEDI (Joint Enterprise Defense Infrastructure) récemment attribué par le Department of Defense (DoD) américain à Microsoft, il semble que l’administration Trump semble faire du « Tous sauf Amazon » dans son choix de Microsoft au détriment d’Amazon, Oracle ou IBM.

Microsoft gagne des positions dans le domaine de la défense et du renseignement, mais Amazon reste le leader du marché du cloud

En août 2019, Microsoft a remporté un contrat de 7,6 milliards de dollars sur 10 ans avec la défense américaine : le contrat DEOS (Defense Enterprise Office Solutions). L’objectif de DEOS est de standardiser les messageries et flux collaboratifs sous la plateforme Office 365, tout en renforçant la cybersécurité et le partage d’informations. Un an plus tôt, Microsoft a remporté 2 contrats dans le milieu militaire et du renseignement:

En Mai 2018, la CIA a décidé d’offrir aux 17 agences de renseignements, une offre Cloud multi opérateurs partagée entre Amazon et Microsoft (Office 365). Amazon, avec son offre dédiée aux services de renseignements, était depuis 2013 la seule opérateur sur ce marché (pour un budget estimé à plus de 600 millions de dollars).

En novembre 2018, Microsoft avait raflé un important appel d’offres pour fournir jusqu’à 100 000 casques de réalité augmentée HoloLens à l’US Army pour un montant maximal de 480 millions de dollars.

Enfin, le 25 octobre 2019, le Department of Defense (DoD) a annoncé avoir attribué à Microsoft (solution Microsoft Azure) le contrat JEDI de stockage de données en ligne dans son cloud. Ce contrat gagné vis-à-vis d’Amazon Web Service (AWS) durera sur 10 ans pour un montant maximum pouvant atteindre 10 milliards de dollars. Pour information, après cette annonce, le cours de l’action de Microsoft a bondi de 3 %. Une étude publiée en avril 2019 par le site Parkmycloud montre que Amazon reste le leader de ce marché du cloud, loin devant Microsoft, Google, IBM, Oracle, avec des services cloud qui représentent 13 % de son activité globale en 2018 en évolution de +41 % début 2019. AWS compte des millions de clients, dont Netflix, Airbnb, Palantir et GE. Les investissements massifs d’Amazon dans des nouveaux Datacenter lui permettent d’accélérer son avance. Avec sa solution Amazon Rekognition, qui permet d’identifier les visages, de détecter l’âge, le sexe et certaines émotions, en cours de test avec le FBI, et l’acquisition de Ring en 2018, montrent que le plus grand détaillant en ligne du monde est sur le point de devenir l’un des plus grands entrepreneurs de la défense des États-Unis. Amazon était donc donné grand favori pour remporter le contrat JEDI tout au long du processus lancé en juillet 2018. Comment le leader du marché a pu perdre contre l’un de ses challengers ? Est-ce que Amazon a subi des attaques cognitives habilement menées par ses concurrents afin de lui faire perdre le contrat JEDI ? Enfin, le président américain aurait-il faussé la compétition ?

Retrouvez l’intégralité de l’article avec ce lien :
https://infoguerre.fr/2019/12/bataille-geants-de-tech-controle-donnees-militaires-aux-etats-unis/


ECONOMIE


A considérer les conditions économiques de cette fin d’année 2019, et essayer de conserver une certaine hauteur de vue sur un certain long terme, force est de constater que la qualité cyber de l’économie a envahi et l’espace et le temps : la Chine, la Russie, et les Etats-Unis mènent un jeu qui pourrait conduire à une nouvelle crise financière, en privilégiant l’économie de services sur l’économie industrielle.

1 – CYBERSECURITE : LA MAIN DE FER CHINOISE (Le portail de l’IE, Elodie Le Gall)


La main de fer de Xi Jinping sur l’internet chinois restreint d’années en années l’espace de liberté des internautes et celui des entreprises. Alors qu’une première loi sur la cybersécurité est entrée en vigueur en juin 2017, la Chine a annoncé en début d’année la mise en place d’un nouveau programme de protection des systèmes internet qui pourrait grandement impacter la sécurité des entreprises présentes sur le territoire chinois.

Une législation en deux temps

La censure et la surveillance sont devenues des composantes essentielles du contrôle du web et ce dès les débuts d’internet en Chine. Les avancées des technologies du big data et de l’intelligence artificielle ont permis l’existence d’un système d’omni-surveillance, mais aussi d’auto-censure. Les entreprises étrangères sont tout autant concernées par le phénomène que les entités chinoises.  En effet, la cyber sécurité est l’une des priorités de Xi Jinping, qui a d’ailleurs déclaré que « sans cybersécurité, il ne peut y avoir de sécurité nationale ». En ce sens, le texte de 2017 sur la cybersécurité s’inscrit dans la continuité de la loi sur la sécurité nationale de 2015 et la loi anti-terrorisme de 2016. Bien que d’autres textes concernant le domaine digital existent en Chine, cette première loi est la première d’une telle ampleur au regard de sa très large portée et des changements qu’elle implique pour les entreprises étrangères. 

Retrouvez l’intégralité de cet article avec ce lien :
https://portail-ie.fr/analysis/2234/cyber-securite-la-main-de-fer-chinoise


2 – 2020 : vers une nouvelle crise financière ? (diploweb, synthèse par Joséphine Boucher, patrick Arthus, Pierre verluise)


Les intervenants abordent lors de la conférence la question des enjeux économiques et géopolitiques à venir pour l’année 2020 et de manière générale pour la décennie qui s’ouvre, à l’occasion des 25 ans de Patrimonia (Lyon, 26 et 27 septembre 2019). Onze ans après la faillite de Lehman Brothers, l’éclatement d’une nouvelle crise financière mondiale semble imminent pour certains. Comment en est-on arrivé là ? Quelles sont les causes de cette possible crise, et pourquoi ne pas avoir suffisamment tiré les conséquences de celle de 2008 ? C’est ce dont s’entretiennent les chefs économistes Patrick Artus et Christophe Barraud et Pierre Verluise, docteur en géopolitique. La discussion débute par les analyses du contexte géopolitique et macro-économique actuel. Christophe Barraud parle d’une période intéressante et inédite marquée par une montée en puissance de l’incertitude en particulier depuis la mi-2018 et l’amplification de la guerre commerciale menée par les États-Unis, au même moment qu’un ralentissement de la demande mondiale dû aux politiques restrictives de la réserve fédérale américaine et de la banque centrale chinoise. Dès lors, la croissance mondiale semble vouée à ralentir pour cette année, pour s’élever à 3% contre 3,8% pour 2017. Patrick Artus rappelle quant à lui que les droits de douane de D. Trump n’ont objectivement aucun effet sur l’économie mondiale. Le vrai sujet qui fonde le ralentissement économique actuel est la rupture de l’économie mondiale. C’est la crise industrielle globale liée à un phénomène finalement peu abordé, à savoir que le monde devient une économie de services, ce qui déstabilise les pays qui étaient essentiellement des économies industrielles. Notons que tous ces termes économiques de « défiance », « confiance » et « risque » font aussi partie de l’analyse géopolitique, laquelle est prodiguée par Pierre Verluise qui, abordant l’angle géopolitique et stratégique, mentionne l’inquiétude suscitée par la critique du président Trump au sujet de l’obsolescence de  l’OTAN, organisation qui regroupe 22 des 28 pays membres de l’UE.

Retrouvez l’intégralité de cet article avec ce lien:
https://www.diploweb.com/2020-Vers-une-nouvelle-crise-financiere.html

Le site DIPLOWEB est répertorié dans la rubrique REVUES ET LETTRES de la “Communauté Défense et Sécurité” d’ESPRITSURCOUF.fr


3 – INTERNET : A L’INITIATIVE DE MOSCOU, UN TRAITE INTERNATIONAL VA ETRE NEGOCIE A L’ONU ( La Tribune, AFP)


A l’initiative de la Russie, accusée de vouloir “museler” internet, l’Assemblée générale de l’Onu a adopté vendredi une résolution controversée prévoyant la rédaction d’un traité international contre “le recours aux technologies de communication et d’information à des fins criminelles”. Ce projet a été combattu en vain par les Etats-Unis, les Européens et des ONG qui le voient comme un moyen de pouvoir restreindre l’utilisation d’internet et la liberté d’expression sur les réseaux sociaux.

Le soutien de la Chine

La résolution, qui prévoit la création en 2020 d’un comité intergouvernemental chargé de la rédaction du futur traité, a été adoptée par 79 pays. Soixante Etats ont voté contre, 33 pays se sont abstenus. Outre la Chine, le Belarus, le Cambodge, la Corée du Nord, la Birmanie, le Nicaragua et le Venezuela étaient co-parrains de cette résolution. Aucune échéance n’a encore été fixée pour approuver le futur traité.

Retrouvez l’intégralité de cet article avec ce lien :
https://www.latribune.fr/economie/international/internet-a-l-initiative-de-moscou-un-traite-international-va-etre-negocie-a-l-onu-836153.html


DEFENSE ET SECURITE


Esprit Surcouf, a détecté trois grands thèmes que sont la modernisation de l’armement pour l’armée de terre, le discours du CEMA aux officiers généraux insérés dans l’OTAN, et le démantèlement d’une organisation mafieuse. Gageons que 2020 puisse être plus paisible que 2019 !

1 – FN HESTAL AURAIT REMPORTE LE MARCHE DES FUSILS DE PRECISION DESTINES A L’ARMEE DE TERRE AVEC LE SCAR-H PR (OPEX 360, Laurent Lagneau)


Lors de son dernier passage devant la commission de la Défense, à l’Assemblée nationale, le Délégué général pour l’armement [DGA], Joël Barre, avait indiqué que le choix concernant le remplaçant e Fusil à Répétition modèle F2 [FR-F2], actuellement en dotation au sein de l’armée de Terre, serait fait d’ici la fin de cette année. « Le dépouillement des offres est en cours, avec les essais d’expérimentation nécessaires pour préparer les différentes offres. La phase d’évaluation se poursuit donc, notamment à Bourges », avait en effet déclaré M. Barre, en octobre. Mais il n’en avait pas souhaité en dire plus. « La confidentialité de cette compétition ne me permet pas de vous répondre de manière trop précise », avait-il dit, alors qu’il était interrogé au sujet des prétendants à cet « appel public à la concurrence », lancé en août 2018. Pour rappel, cette procédure doit permettre de doter l’armée de Terre de 2.600 « Fusils de précision semi-automatique » [FPSA], 1.800 lunettes de visée à intensification de lumière, 1.000 dispositifs d’imagerie thermique et 6,3 millions de munitions de 7,62×51 mm perforantes et de précision. Peu après son lancement, cet appel d’offres n’avait pas échappé à la polémique, en raison des conditions qui avaient été imposées pour prétendre à y participer. En effet, la Direction générale de l’armement [DGA] voulant s’assurer de la solidité financière des éventuels prétendants, il fallait avoir réalisé un chiffre d’affaires annuel égal ou supérieur à 50 millions d’euros pour espérer faire acte de candidature. Ce qui, au premier abord, excluait l’armurier français Verney-Carron, qui souhaitait proposer le fusil VDC-10, dérivé de l’AR-10 produit aux États-Unis. Toutefois, il n’était pas interdit de s’associer avec un autre opérateur économique pour participer à cette procédure.

Retrouvez l’intégralité de l’article avec ce lien :
http://www.opex360.com/2019/12/27/fn-herstal-aurait-remporte-le-marche-des-fusils-de-precision-destines-a-larmee-de-terre-avec-le-scar-h-pr/

Le site OPEX360 est répertorié dans la rubrique REVUES ET LETTRES de la “Communauté Défense et Sécurité” d’ESPRITSURCOUF.fr


2 – ALLOCUTION DU CEMA A L’OCCASION DU SEMINAIRE DES OFFICIERS GENERAUX INSERES DANS L’OTAN (Défense, Dicod, EMA)


Le 19 décembre 2019, le chef d’état-major des armées (CEMA), le général d’armée François Lecointre, s’est adressé aux officiers généraux insérés dans les structures de commandement de l’OTAN. Les officiers généraux français étaient réunis à Paris dans le cadre de ce séminaire annuel organisé à leur attention par l’état-major des armées. Après un bref rappel du contexte politique de l’Alliance à l’issue de la réunion des chefs d’Etat de Londres par la direction générale des relations internationales et de la stratégie (DGRIS), le CEMA a rappelé que la France, puissance d’équilibre, restait un Allié exigeant, crédible et solidaire. Au cours son allocution, le CEMA a eu l’occasion de partager avec les insérés son approche des enjeux stratégiques et des défis posés par l’incertitude stratégique. Après avoir évoqué la complexité du contexte de cette fin d’année 2019 pour l’OTAN, le général Lecointre a abordé successivement les marquants stratégiques majeurs du monde d’aujourd’hui, ses ambitions pour développer des objectifs de sécurité et de défense communs ainsi que les principales orientations de l’agenda français. Il a également tenu à rappeler aux insérés leur rôle d’ambassadeurs au sein des différentes instances stratégiques et opératives de l’Alliance. Enfin, le CEMA a indiqué qu’il est nécessaire et important pour l’Alliance de conserver des objectifs soutenables et de se prémunir des lourdeurs technocratiques pour continuer à développer ses lignes de force que sont la réactivité et l’interopérabilité.   Le général d’armée aérienne André Lanata a ensuite pu apporter l’éclairage particulier que lui donne sa fonction du Commandant suprême de la transformation de l’Alliance.

Le site DICOD est répertorié dans la rubrique INSTITUTIONS GOUVERNEMENTALES de la “Communauté Défense et Sécurité” d’ESPRITSURCOUF.fr

3 – DEMANTELLEMENT D’UNE EQUIPE DE VOLEURS A LA FAUSSE QUALITE (L’ESSOR)


En neuf mois, ils avaient volé plus 200 personnes âgées en se faisant passer pour des policiers. De vrais gendarmes viennent pourtant de les arrêter. Trois malfaiteurs, agissant en pleine journée, ont amassé un butin estimé à plus de 500.000 euros. Ils commettaient des vols à la fausse qualité dans 15 départements de la région parisienne et sa périphérie. Les malfaiteurs utilisaient un scénario bien rodé. Deux d’entre eux, munis de fausses cartes et d’équipements de police, se présentent d’abord au domicile de personnes âgées. Dans le même temps, un complice reste au volant d’un véhicule stationné à distance. Le binôme prétexte alors la recherche d’individus, auteurs de cambriolages dans le secteur. Ils insistent auprès des personnes âgées, pour obtenir l’emplacement de leurs objets de valeur, du coffre-fort et du numéraire. Ils subtilisent ensuite habilement des valeurs en prenant soin de vaporiser d’un spray les objets manipulés. La présence de deux berlines, une Audi et une Citroën, repérées sur la majorité des scènes d’infractions, laisse supposer que les faits sont commis par la même équipe de malfaiteurs. Les premières investigations permettent de rapprocher plus de 200 faits similaires commis entre mars et novembre 2019 sur quinze départements des régions de gendarmerie Île-de-France, Centre-Val-de-Loire, Picardie et Nord Pas-de-Calais.

Création d’une cellule d’enquête

La section de recherches de Versailles mène l’enquête, co saisie avec les groupements du Loiret et des Yvelines et de l’Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI). La Gendarmerie crée une cellule d’enquête. Le 16 décembre 2019, les enquêteurs de la SR de Versailles placent en garde à vue les malfaiteurs, issus de la communauté des gens du voyage et bien connus de la justice. Les gendarmes travaillent dans le cadre de l’enquête préliminaire ouverte au tribunal de grande instance de Versailles. Une dizaine de témoins, victimes sur une trentaine de faits, reconnaissent formellement deux des mis en cause. A l’issue des gardes à vue, deux d’entre eux sont incarcérés.

Retrouvez l’intégralité de cet article avec ce lien :
https://theconversation.com/ia-contre-ib-la-guerre-des-intelligences-aura-t-elle-lieu-122898


TOUR D’HORIZON
DE MEDIAS SPECIALISES :


ESPRIT SURCOUF.fr vous offre un tour d’horizon des titres de fond propres à susciter la réflexion de défense et de sécurité


Kim Jong-un réunit les dirigeants du parti avant l’échéance d’un ultimatum (45° Nord)
http://www.45enord.ca/2019/12/kim-jong-un-reunit-les-dirigeants-du-parti-avant-lecheance-dun-ultimatum/

Libye : un nouveau théâtre de « guerre par procuration » ? (IRIS, le point de vue de David Rigoulet)
https://www.iris-france.org/143133-libye-un-nouveau-theatre-de-guerre-par-procuration-%e2%80%89/

LA TURQUIE S’APPRÊTE À ENVOYER DES TROUPES MILITAIRES À TRIPOLI Menace d’escalade en Libye (Liberté, Karim Benamar)

https://www.liberte-algerie.com/actualite/menace-descalade-en-libye-330940

Les shebab, des islamistes somaliens liés à el-Qaëda (L’Orient le Jour, AFP)
https://www.lorientlejour.com/article/1200177/les-shebab-des-islamistes-somaliens-lies-a-el-qaeda.html


PARUS AU JOURNAL OFFICIEL


Textes à ne pas négliger pour comprendre l’actualité de défense et de sécurité.

LOI n° 2019-1479 du 28 décembre 2019 de finances pour 2020 (1)
https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=1B2E2D5F3E919A7C9029B829128C81E8.tplgfr24s_2?cidTexte=JORFTEXT000039683923&dateTexte=&oldAction=rechJO&categorieLien=id&idJO=JORFCONT000039683920

LOI n° 2019-1480 du 28 décembre 2019 visant à agir contre les violences au sein de la famille (1)
https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=1B2E2D5F3E919A7C9029B829128C81E8.tplgfr24s_2?cidTexte=JORFTEXT000039684243&dateTexte=&oldAction=rechJO&categorieLien=id&idJO=JORFCONT000039683920

LOI n° 2019-1446 du 24 décembre 2019 de financement de la sécurité sociale pour 2020 (1)
https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=D7A16B6AC444FCC700F94BADB0A09FCB.tplgfr32s_3?cidTexte=JORFTEXT000039675317&dateTexte=&oldAction=rechJO&categorieLien=id&idJO=JORFCONT000039675314

LOI n° 2019-1428 du 24 décembre 2019 d’orientation des mobilités (1)
https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=D7A16B6AC444FCC700F94BADB0A09FCB.tplgfr32s_3?cidTexte=JORFTEXT000039666574&dateTexte=&oldAction=rechJO&categorieLien=id&idJO=JORFCONT000039666571

Décret n° 2019-1455 du 24 décembre 2019 relatif à la déconcentration des décisions administratives individuelles dans les domaines de l’éducation nationale, de la jeunesse, de l’enseignement supérieur et de la recherche
https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=D7A16B6AC444FCC700F94BADB0A09FCB.tplgfr32s_3?cidTexte=JORFTEXT000039675943&dateTexte=&oldAction=rechJO&categorieLien=id&idJO=JORFCONT000039675314

Décision du 16 décembre 2019 portant inscription au tableau d’avancement pour l’année 2020 – armée active
https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=D7A16B6AC444FCC700F94BADB0A09FCB.tplgfr32s_3?cidTexte=JORFTEXT000039676972&dateTexte=&oldAction=rechJO&categorieLien=id&idJO=JORFCONT000039675314

Le numéro 129 d’ESPRITSURCOUF,
paraitra le 13 janvier 2020

Lisez ESPRITSURCOUF dans votre langue :
IN ENGLISH, AUF DEUTSCH, EN ESPAÑOL, EN PORTUGUÊS, IN ITALIANO, IN HET NEDERLANDS, PO POLSKU, ПО РУССКИ.
Click HERE

ESPRITSURCOUF ne reçoit aucune subvention, il n’est financé que par ses lecteurs. Si vous aimez notre site, adhérez ou faites un don à espritcors@ire l’association qui l’édite

ADHÉSION 2020 :

 Cotisation: 50€ net fiscal 17€,

 Bienfaiteur: 100€ net fiscal 34€,

 Soutien: 150€ net fiscal 57€.

DON : Pour tout autre montant ou pour IFI

VERSEMENT : 

 par chèque , à l'ordre d'espritcors@ire (7, rue Rosa Bonheur, 75015 Paris)

 par Paypal ou par Carte bancaire, cliquez sur "Cotisation, défiscalisation" ou sur "Don-IFI"

         

Chers lecteurs,

Vous avez apprécié cet article. Vous pouvez le retransmettre à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou du site ESPRITSURCOUF. Merci pour votre action au service du rayonnement de notre "Observatoire de Géopolitique, Économie, Défense et Sécurité"

Suivez-nous sur Facebook , Twitter et LinkedIn .

Sur les réseaux sociaux, donner votre avis, indiquer que vous aimez notre site, inciter vos amis à "liker" ESPRITSURCOUF