BIOLOGIE,
RÉVOLUTION BIOTECHNOLOGIQUE
 ET BIOTERRORISME

;
Tewfik Hamel (*)
Universitaire
;

L’émergence de nouvelles maladies ainsi que les mutations/modifications de virus ont changé notre perception des maladies infectieuses, et voici que le Covid 19 démontre la vulnérabilité des sociétés modernes aux pandémies. La possible utilisation d’un agent pathogène ou d’un autre agent biologique à des fins de terrorisme est une menace connue, mais diffuse. Le Conseil de l’Europe, le 25 mars 2020, a publié une note : « Cela peut causer des dommages, humains et économiques, à une échelle beaucoup plus grande que les attaques terroristes traditionnelles, paralysant les sociétés pendant de longues périodes, répandant la peur et semant la défiance bien au-delà des communautés immédiatement touchées ».
.

On a déjà vu des États se constituer des arsenaux d’armes chimiques. Ils pourraient être tentés par la création d’arsenaux d’armes biologiques. Par rapport à leur masse et au coût de développement et de stockage, elles offrent un potentiel de pertes en vies humaines et de destructions sociales bien supérieur à celui des armes chimiques ou conventionnelles.

Les terroristes, qui ont subi des pertes et des coups durs ces dernières années, peuvent trouver dans les agents biologiques une alternative aux armes conventionnelles en raison de leurs faibles coûts et de la relative facilité avec laquelle ils pourraient être obtenus, produits, livrés et disséminés (la capacité à « braquer » des sites où sont stocké des souches exige une vigilance du plus haut niveau).

L’utilisation, voire la menace d’utilisation, de ces armes biologiques est susceptible de provoquer un bouleversement social généralisé. Par conséquent, les agents biologiques peuvent être devenir un moyen de dissuasion stratégique, en plus de leur nuisance comme armes offensives tactiques sur le champ de bataille.
.

Qu’est-ce que le bioterrorisme ?

.
Le bioterrorisme, c’est l’intention d’utiliser des micro-organismes (bactéries, virus, champignons, parasites) ou des toxines, dans le but d’induire un dysfonctionnement biologique pouvant entrainer la mort d’un organisme vivant, afin d’influencer la conduite d’un gouvernement, ou d’intimider ou de contraindre une population civile. Le bioterrorisme inclut donc des actes délibérés comme l’introduction d’organismes nuisibles destinés à tuer les cultures vivrières, la propagation d’une maladie virulente dans les installations de production animale, l’empoisonnement de l’eau, de la nourriture et des réserves de sang. L’acte de bioterrorisme peut aller d’un simple canular à l’utilisation réelle d’armes biologiques.

Généralement, un agent biologique est décrit comme un organisme génétiquement modifié,  résistant à tous les médicaments connus, hautement contagieux et à forte létalité. Mais de nombreuses attaques présumées ne répondent pas à ce type de scénario.

L’expérience du bioterrorisme concerne principalement des attaques limitées à petite échelle. Cela implique que le niveau de suspicion et de vigilance dans l’identification et les contre-mesures à une attaque biologique doit rester élevé, car l’attaque peut ne pas suivre un schéma attendu. En 1984, une secte religieuse aux États-Unis, après l’échec de ses tentatives de contaminer l’approvisionnement local en eau, a délibérément contaminé des bars à salade de restaurants avec Salmonella typhimurium, dans l’intention de perturber les élections locales.

Les approvisionnements alimentaires sont plus faciles à contaminer que les approvisionnements en eau, car pour ces derniers la contamination nécessite généralement l’ajout de grandes quantités (irréalistes) d’agents biologiques dans les canalisations de la ville. Les terroristes peuvent attaquer l’approvisionnement alimentaire à plusieurs étapes de la chaîne alimentaire : cibler le bétail et les cultures pendant la production, la récolte, le stockage, le transport, cibler les aliments transformés pendant la transformation, la fabrication, le stockage, le transport ou la distribution. Les épidémies d’origine alimentaire peuvent être considérées comme un événement naturel au début d’une attaque bioterroriste.

Des caractéristiques sont communes à la plupart des agents biologiques : invisibilité, moindre coût, détection difficile, dissémination facile sur de grandes étendues, les auteurs peuvent se protéger et disparaître avant l’apparition des effets. Ils induisent la panique, l’engorgement des structures de soins, ils ont des effets médiatiques et impactent l’économique de manière importante.

 

Photo Environmental Science

Plus que jamais, les menaces biologiques méritent l’attention des politiques, des professionnels de la sécurité, et des acteurs de la santé publique. En juin 2020, le lieutenant-général à la retraite, Michael Nagata, prévenait : « Le moment est venu de reconnaître le fait flagrant que malgré d’énormes dépenses de sang/trésor pour lutter contre le terrorisme, il y a plus de terroristes dans le monde aujourd’hui que le 11 septembre 2001, et le Covid-19 va probablement en augmenter le nombre ».

Les conséquences de l’actuelle pandémie doivent nous interpeller. La complexité d’une menace de bioterrorisme potentielle nécessite la prise en compte de nombreux aspects différents. La classification générale de ces aspects comprend l’évaluation des risques (impliquant le suivi et la surveillance), la gestion des risques (comprenant la préparation, la prévention et la décontamination), et la communication des risques (basée sur la politique de santé publique et les ressources disponibles).
.

Classification et hiérarchisation

.
Comment planifier dans des conditions d’incertitude ? La classification des agents biologiques pour leur hiérarchisation est un processus de décision nécessaire, crucial et très complexe. L’OTAN recense 14 agents, qui présentent des « dangers inégaux », à partir d’une liste basée sur des faits historiques. Ils ont été classés en trois groupes.

Le groupe A contient les micro-organismes les plus dangereux. Ils peuvent être disséminés facilement ou transmis par contagion, exiger des actions hors normes de la part des organismes de santé publique, et ont le potentiel de provoquer des perturbations sociales et la panique des populations. Les exemples incluent : Anthrax, Botulisme, Peste, Variole, Tularémie, Fièvre hémorragique virale.

Le groupe B inclut des micro-organismes et des toxines qui sont à l’origine de maladies de gravité moindre, ou moins médiatisées, sont modérément faciles à diffuser, se traduisent par des taux de morbidité modérés et de faibles taux de mortalité. Les exemples incluent : Brucellose, Ricin, La fièvre typhoïde, Psittacose, Fièvre Q, Typhus, etc.

Le groupe C concerne entre autres des maladies émergentes, des microorganismes génétiquement modifiés pourraient appartenir à cette dernière catégorie. Ils sont facilement produits et diffusés, disponibles, ont un potentiel de taux élevés de morbidité et de mortalité et impact sanitaire majeur. Les exemples incluent les maladies infectieuses émergentes telles que le virus Nipah et l’hantavirus.

Parmi cette liste, quatre agents sont considérés prioritaires en raison des forts risques d’usage à des fins terroristes : variole, charbon, peste et toxine botulinique.

Le Centre Européen pour le Contrôle et la Prévention des Maladies Infectieuses, établi en 2005, a classé les agents biologiques en trois groupes distincts, en fonction de l’impact sur la santé publique (gravité de la maladie et de la mortalité), du potentiel de diffusion, de la perception du public et de la facilité de prévention et de soins.

Au niveau de l’État, la hiérarchisation des maladies est principalement motivée par la nécessité d’allouer des ressources financières et humaines pour obtenir le plus grand bénéfice dans la sauvegarde de la santé humaine. La hiérarchisation est cruciale pour la rationalisation de la politique publique : atteindre le maximum d’objectifs avec le minimum d’efforts. Dans la perspective large de la santé publique, la hiérarchisation des maladies infectieuses a longtemps été discutée, mais les décisions répondent à un processus complexe, les dirigeants réagissent à de multiples pressions et la politique publique relève de l’action.
.

Changements technologiques et bioterrorisme

.
L’ère de la biologie synthétique élargit le paysage des problèmes potentiels de la défense. Faisant référence à des concepts, des approches et des outils qui permettent la modification ou la création d’organismes, la biologie synthétique est massivement poursuivie à des fins utiles, allant de la réduction du fardeau des maladies à l’amélioration de la productivité agricole en passant par la résolution des problèmes de pollution. Bien que ses apports puissent être très prometteurs, il est aussi possible de craindre des utilisations malveillantes qui pourraient menacer les citoyens.

La technologie moderne est perçue comme une solution à de nombreux problèmes. D’énormes économies ont été réalisées grâce aux technologies d’information et de communication qui ont permis aux entreprises de faire des prédictions précises, minimiser les risques et s’adapter rapidement au changement. Sur le plan opérationnel, elle permet d’obtenir les mêmes résultats avec moins de ressources. Les forces armées y recourent de plus en plus pour obtenir un avantage sur le champ de bataille. La technologie a sensiblement amélioré la capacité des services, permettant des cycles opérationnels compressés, des frappes de précision de longue portée basées sur des renseignements en temps réel et une interopérabilité améliorée. Mais c’est une arme à double tranchant. Beaucoup de militaires réfléchissent à l’impact de la technologie sur la guerre avec un mélange de fascination, de consternation et de réticence.

La menace de l’utilisation d’agents biologiques contre les militaires et les civils est évaluée comme plus probable aujourd’hui qu’elle ne l’a jamais été. Pas moins de 10 pays possèdent des programmes d’armes biologiques, et on ne connait pas vraiment leurs étendues réelles. En plus de changer le spectre des menaces par définition, les progrès technologiques intensifient la complexité des exigences d’inspection et de surveillance des armes biologiques et à toxines, car nous assistons à une hausse du nombre des installations à usage potentiellement duale et à la prolifération de la biotechnologie en tant qu’entreprise industrielle.

Le potentiel d’utilisation abusive de la technologie à double usage est illustré dans la recherche en génomique. Bien que ces connaissances aient amélioré la capacité des pouvoirs publics de détecter, prévenir et traiter les infections, les experts reconnaissent la possibilité de « personnaliser » les agents biologiques classiques pour les rendre plus difficiles à détecter, à diagnostiquer et à traiter. De plus, les risques biologiques peuvent découler de catastrophes accidentelles et naturelles, telles que des accidents de laboratoire et les pandémies. Une enquête du FBI, par exemple, a attribué la responsabilité des « enveloppes à l’anthrax » (le bacille de la maladie du charbon) découvertes aux Etats-Unis à Bruce Ivins, un microbiologiste travaillant dans un laboratoire militaire.

Les conséquences d’une nouvelle technologie peuvent être distinguées en deux catégories : effets de premier niveau (efficacité) et effets de second niveau (système social). Historiquement, à l’apparition d’une nouvelle technologie, on met l’accent sur l’ « efficacité » et on néglige les effets potentiels sur le système social. Les organisations adoptent de nouvelles technologies pour des raisons d’efficacité, mais les technologies peuvent changer la vie des populations, affecter la façon dont les gens travaillent ensemble, perturber les anciennes façons de penser et offrir des capacités de faire les choses différemment. Ce sont les effets de second niveau.
.

Les dangers de la biotechnologie

.
La révolution biotechnologique a généré une gamme de méthodologies exploitées pour le développement de diagnostics, d’antimicrobiens et de vaccins. La possibilité d’utiliser la biotechnologie pour concevoir une nouvelle classe d’agents, appelés « Advanced Biological Agents » (ABA), doit être envisagée. En d’autres termes, les technologies actuellement en cours de développement dans de multiples disciplines peuvent conduire vers une guerre biologique plus sophistiquée et plus complexe. Par exemple, ces nouveaux agents pourraient être conçus pour cibler des systèmes biologiques humains spécifiques tels que les systèmes cardiovasculaire, gastro-intestinal, neurologique ou immunologique.

Ce qui est sûr c’est qu’à mesure que les biotechnologies continuent de progresser, les dangers et les risques de militarisation, par des gouvernements ou des acteurs non étatiques, progressent également. Par exemple, l’équipement ADN requis pour synthétiser un certain nombre de contagions mortelles est moins cher et plus facile à acheter que d’autres ADN. Selon un rapport de la CIA de 2003, « la biotechnologie sous-jacente au développement d’Advanced Biological Agents est susceptible de progresser très rapidement, provoquant un spectre de menaces diversifiés et incontrôlables ».

Photo Environmental Science

Les plantes et les animaux pourraient être modifiés pour produire de grandes quantités de protéines bonnes ou mauvaises, des insectes au génome transformé, tels que les abeilles ou les moustiques, pourraient être développés pour produire et délivrer des toxines biologiques. Ces insectes transgéniques passeraient probablement inaperçus, car bon nombre des mesures de détection et des contre-mesures médicales, développées pour les « agents traditionnels », seront inefficaces pour les ABA tels que les transgéniques à base de protéines. Cinq attributs importants caractérisant ces agents biologiques avancés ont été décrits : haute virulence associée à une spécificité élevée, absence de contre-mesures opportunes pour la population attaquée, possibilité de camoufler l’agent avec une relative facilité, haut degré de résistance, haut degré de contrôlabilité.

En tant que tel, une évaluation des vulnérabilités de sécurité potentielles liées aux progrès de la biotechnologie semble nécessaire. Cela implique un changement de paradigme, surtout que la pandémie Covid-19 crée un climat propice pour un tel changement. La complexité et la portée mondiale des économies contemporaines nous rendent plus vulnérables aux perturbations soudaines, en prendre conscience peut être l’effet le plus durable de cette pandémie. Partout, les sociétés penseront beaucoup plus à la résilience. De nouvelles pandémies sont presque certainement inévitables, et maintenant que nous savons à quel point les conséquences peuvent être néfastes, les ménages, les entreprises et les gouvernements ont à prendre des mesures pour réduire leur vulnérabilité à ce type de perturbation.

L’évaluation et la veille stratégiques représentent un élément crucial de la capacité d’un État à adapter sa stratégie aux conditions changeantes. L’art de gouverner implique que les mécanismes et les institutions de la défense et de la sécurité nationales ne s’arrêtent pas à la publication de décisions présidentielles. Il inclut une approche qui englobe la formulation de politiques, l’élaboration de stratégies, les orientations pour la planification des réponses opérationnelles, l’allocation et l’alignement des ressources, le suivi et la surveillance de la mise en œuvre, et l’évaluation de la performance. Les menaces biologique ont largement été discutées ces dernières années, mais les responsables n’avaient pas réussi à organiser la riposte, à préparer la réponse politique, à assurer le soutien du public, et à garantir le niveau de financement adéquat à la hauteur des enjeux que présente cette menace aujourd’hui avérée.

Pour plus de détails sur cet article, voir Tewfik HAMEL, « PANDÉMIE COVID-19 : LEÇONS POUR LE BIOTERRORISME”, dans la prestigieuse revue Sécurité globale, (parties 1 et 2), 2021. L’auteur remercie vivement M. Xavier RAUFER, Directeur de publication, rédacteur en chef, pour sa disponibilité afin de mener à bien cette longue étude sur Pandémie Covid

***

Cet article vous a intéressé ? Vous avez une remarque à nous faire ? Vous souhaitez nous le faire savoir ? Cliquer ICI.


Tewfik HAMEL est Docteur en Histoire militaire et études défense. Il fut notamment rattaché, comme Chercheur, au à CRISES (Centre de Recherches Interdisciplinaires en Sciences Humaines et Sociales (CRISES) de l’université Paul Valéry à Montpellier. Il fut également Chargé de recherche à la Fondation pour l’innovation politique (2008-2009) avant d’occuper les fonctions de Professeur à l’Académie de Strasbourg et de consultant. Il a ainsi réalisé de nombreux rapports  et pour des institutions publiques et privées. Tewfik Hamel est membre du Réseau de recherche interdisciplinaire «colonisations et décolonisations» (RICODE), du comité de lecture de la revue Géostratégiques (Académie géopolitique de Paris). Rédacteur en chef de la version française de l’African Journal of Political Science (Algérie), correspondant de The Maghreb and Orient Courier (Belgique) et membre du Cabinet de Conseil Strategia (Madrid), il témoigne de nombreuses publications (en français, anglais et arabe).


Bonne lecture et rendez-vous le 17 mai 2021
avec le n°164
D’ici là, pour une bonne santé, prenez soin de vous.
RESPECTEZ LES CONSIGNES :
Distanciation, port du masque, respect du couvre-feu et du télétravail …

espritcors@ire ne reçoit aucune subvention, il n’est financé que par ses membres et les lecteurs d’ESPRITSURCOUF.

Si vous aimez notre site, si vous voulez l’aider à s’améliorer, adhérez ou faites un don à espritcors@ire, association reconnue d’intérêt général, qui l’édite.

Etre adhérent, vous permet d'être informé en premier et de recevoir la Lettre hebdomadaire d’actualité, réservée à nos membres.

 

ADHÉSION 2021 :

- Cotisation : 50€ net fiscal 17€,

- Bienfaiteur : 100€ net fiscal 34€,

- Soutien : 150€ net fiscal 57€.

 

DON : Pour tout autre montant ou pour IFI

 

VERSEMENT :

- par chèque, à l'ordre d'espritcors@ire (7, rue Rosa Bonheur, 75015 Paris)

- par Paypal ou par Carte bancaire, cliquez su"Cotisation, défiscalisation" ou sur "Don-IFI"

- par virement demander notre RIB à contact@espritsurcouf.fr

           

Chers lecteurs d’ESPRITSURCOUF,

Vous avez apprécié cet article Vous pouvez le retransmettre à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou l’adresse du site ESPRITSURCOUF (https://espritsurcouf.fr/).

Merci pour votre action au service du rayonnement de notre "Observatoire de Géopolitique, Économie, Défense et Sécurité".

Suivez-nous sur Facebook , Twitter , LinkedIn , Instagram , YouTube .

Sur les réseaux sociaux, donner votre avis, indiquer que vous aimez notre site, inciter vos amis à "liker" ESPRITSURCOUF.

Si vous souhaitez intégrer les réseaux sociaux d’ESPRITSURCOUF, merci de nous indiquer le libellé exact du nom de chacun de vos comptes Facebook, LinkedIn , Twitter … à contact@espritsurcouf.fr