A LA UNE :

EVOLUTION PREOCCUPANTE DE L’ASIE CENTRALE

.André Dulou (*)
Conseiller d’ESPRITSURCOUF


/
Le Kazakhstan connaît une tension importante, entre la population et les dirigeants, qui a amené le grand voisin russe à intervenir militairement contre les manifestants. Aussitôt, les Occidentaux, et notamment l’OTAN réagissent comme si la guerre froide était toujours de mise dans un contexte international tendu. Le comment et le pourquoi dénotent des méandres complexes dans les différents défis que se lancent les deux (anciens) grands, dans la mesure où le président américain semble s’insérer dans la considération d’un accord de défense entre deux voisins, aux termes d’une conversation dont les échos révèlent d’une part un sentiment fort antichinois chez les Kazakhs, alors que de fluctuantes crises se développent puis régressent entre les Russes et les Kazakhs. La réunion du 10 janvier s’avère haute en négociations et décisive pour l’avenir des relations Est-Ouest que l’on croyait demeurées dans un autre âge.

L’Asie Centrale, joker géopolitique du XXIème siècle : les divisions internes du triangle Russie-Kazakhstan-Chine
(Diploweb, Vera AGEEVA)

;
La Russie continue aujourd’hui à occuper une place centrale dans l’économie du Kazakhstan. Mais depuis les années 2000 la Chine commence à y jouer un rôle le plus en plus important, et déjà sur certains aspects (investissement, projets d’infrastructure) elle est proche d’évincer la Russie de sa position dominante dans l’économie du Kazakhstan. Les tendances actuelles montrent que les relations dans le triangle Russie-Kazakhstan-Chine sont complexes d’abord à cause de la compétition latente entre Russie et Chine, mais aussi à cause des ambiguïtés inhérentes aux relations du Kazakhstan avec chacun de ses voisins géants.

CES trente dernières années, l’Asie centrale fut presque, pour le grand public, comme un immense lieu vide sur la carte géopolitique. Les anciennes républiques soviétiques (Kazakhstan, Kirghizstan, Ouzbékistan, Tadjikistan et Turkménistan) ainsi que les satellites de l’URSS (Mongolie) dans la région ont longtemps été vues comme des pays officiellement indépendants mais toujours dans la zone d’influence économique, politique et sécuritaire de la Russie. Et en effet, ce fut le cas pendant les années 1990 à l’exception notable du Turkménistan qui devint presque immédiatement un pays autarcique, et ne rejoignit pas même le projet de Communauté des Etats indépendants (CEI), réalisant un « divorce civilisé » avec les anciens membres de l’Union soviétique. Mais vers la fin du XXème siècle et le début du XXIème la situation commença à changer car ces pays s’orientèrent vers une politique extérieure qu’ils nommèrent eux-mêmes « multivectorielle », c’est-à-dire essentiellement une politique cherchant à diversifier ses partenaires étrangers. C’est ainsi, à ce tournant du millénaire, que les pays occidentaux (Allemagne, Hollande, Italie notamment), les Etats-Unis ainsi que la Chine devinrent de réels challengers de l’hégémonie russe en Asie Centrale.
;

Pour lire la totalité de l’article :
https://www.diploweb.com/L-Asie-Centrale-joker-geopolitique-du-XXIeme-siecle-les-divisions-internes-du-triangle-Russie.html
;

Diploweb est répertoriée dans la rubrique THINK TANKS  de la Communauté « Géopolitique, Économie, Défense et Sécurité » d’ESPRITSURCOUF

;
Pour aller plus loin :

Kazakhstan: le président affirme que les émeutes étaient une tentative de «coup d’État»
(RFI)

https://www.rfi.fr/fr/asie-pacifique/20220110-kazakhstan-le-pr%C3%A9sident-affirme-que-les-%C3%A9meutes-%C3%A9tait-une-tentative-de-coup-d-%C3%A9tat

Kazakhstan : le président dit avoir vaincu un « coup d’Etat » et promet le départ des troupes russes
(FranceTV Info, avec AFP)

https://www.francetvinfo.fr/monde/asie/kazakhstan/kazakhstan-le-president-dit-avoir-vaincu-un-coup-d-etat-et-promet-le-depart-des-troupes-russes_4911437.html

La steppe en feu : révolution de couleur au Kazakhstan
(Revue Conflits, Pepe Escobar)

 https://www.revueconflits.com/pepe-escobar-analyse-kazakhstan/


REVUE DE PRESSE ESPRIT SURCOUF n°181
d’André Dulou

;
SOMMAIRE 
;

GEOPOLITIQUE :

  • Ukraine, la guerre annoncée de Vladimir Poutine
  • Liste des organisations terroristes : quand l’Union européenne s’emmêle
  • Europe de l’Est  : la désillusion 30 ans après la chute du communisme la situation en Ukraine et alentours avec le Premier ministre roumain.

ECONOMIE :

  • Préoccupantes turbulences économiques en Turquie  
  • Investir intelligemment : choisir les bons acteurs
  • Le mot de l’année : NFT

DEFENSE ET SECURITE :

  • Il invente un nouveau type de robots sous-marins, sa thèse récompensée par le ministère des armées
  • Saint-Cyr, réforme de l’académie
  • Le ministère des armées se félicite de la (lente) amélioration de la disponibilité de ses aéronefs

TOUR D’HORIZON DE MEDIAS SPECIALISES

TEXTES PARUS AU JOURNAL OFFICIEL


GEOPOLITIQUE

;
;
Esprit Surcouf propose cette semaine de thèmes variés concernant l’actualité, et des thème de réflexion sur les relations géopolitiques qui la conditionnent ; c’est ainsi que l’Ukraine révèle toute la tension militaire qui donne à Vladimir Poutine la clarté des éléments de décision dont il peut se servir pour justifier une quelconque intervention ; la liste des organisations terroristes engage l’Union européenne vis-à-vis de la Palestine dans un processus complexe ; enfin la fin du communisme et l’adhésion des satellites de l’ex Union soviétique à L’Union européenne engendre des changements qu’il convient d’analyser au regard des conditions de leur intégration : les déceptions ne sont pas rares !

1 – UKRAINE, LA GUERRE ANNONCEE DE VLADIMIR POUTINE
(Telos, Gilles Andreani)

;
Le 10 janvier, les négociateurs russes et américains se rencontreront à Genève pour entamer des conversations sur la stabilité stratégique, à la suite de deux entretiens téléphoniques entre Vladimir Poutine et Joe Biden, le 7 et le 30 décembre. La tenue de ces conversations répond à une série de plaintes virulentes de la Russie sur la question de l’Ukraine et la politique de l’Occident à son égard, accompagnée d’une concentration de forces russes aux frontières de l’Ukraine, la Russie laissant planer la menace de recourir à la force si ses demandes n’étaient pas satisfaites. L’annonce de la tenue de ces discussions a été généralement accueillie avec soulagement, car elle semblait de nature à apaiser la Russie et à éviter une intervention armée de sa part.

Auparavant, l’on avait assisté à une séquence de prises de position russes qui s’est étalée de juillet à décembre 2021. Elles portent la marque personnelle de Vladimir Poutine et forment une vue cohérente de sa vision du problème et de la façon dont il propose de le régler. Il importe donc de les analyser attentivement.   

Cet examen amène à une conclusion alarmante : la Russie s’estime, sur la question ukrainienne, et plus largement sur l’organisation de la sécurité européenne, la victime d’une entreprise hostile multiforme de la part de l’Occident ; cette entreprise, dont le cœur est l’avancée sous toutes ses formes de l’OTAN en Ukraine, mais ne s’y limite pas, doit cesser ; la Russie doit obtenir la garantie juridique qu’elle prenne fin, et que soit défini avec la Russie un ordre de sécurité rééquilibré en Europe ; si l’Occident ne lui donne pas satisfaction rapidement, la Russie n’aura d’autre choix que de prendre « des mesures technico-militaires » pour corriger la situation injuste qui lui est faite.

Retrouvez l’intégralité de l’article avec ce lien :
https://www.telos-eu.com/fr/ukraine-la-guerre-annoncee-de-vladimir-poutine.html

Autre article de RFI :

https://www.rfi.fr/fr/europe/20220110-%C3%A0-gen%C3%A8ve-des-pourparlers-russo-am%C3%A9ricains-sur-l-ukraine-mais-sans-les-principaux-concern%C3%A9s

2 – LISTE DES ORGANISATIONS TERRORISTES ; QUAND L’UNION EUROPENNE S’EMMÊLE !
(ORIENT XXI, Nathalie Janne d’Othée)

;
Établie par l’Union européenne au lendemain du 11-Septembre, la liste des organisations qualifiées de terroristes, au-delà de ses incohérences, paralyse son activité diplomatique. Elle enraye son rôle politique dans la résolution des conflits en rendant impossible tout contact avec des acteurs majeurs.

Début 2021, l’Autorité palestinienne (AP) programme la tenue d’élections présidentielle et législatives palestiniennes pour le mois de mai. L’annonce est reçue positivement par l’Union européenne (UE) qui déclare alors vouloir soutenir le processus. Mais le spectre du scénario de 2006 plane. À l’époque, alors que l’UE avait envoyé une mission pour observer les élections palestiniennes et déclaré qu’elles s’étaient déroulées en toute régularité, elle n’en a pas reconnu les résultats. En cause : la victoire du Hamas, un parti palestinien listé par l’UE comme terroriste.

Or, les règles de non-engagement adoptées par l’UE vis-à-vis du gouvernement (refus de discuter avec tout ministre du Hamas) issu des urnes en 2006 ont fini par contredire ses objectifs dans la région. Elles ont accéléré la scission de 2007 entre le Hamas et le Fatah et contribué à légitimer le blocus illégal imposé par Israël à la bande de Gaza. Le président palestinien Mahmoud Abbas a finalement reporté sine die les élections palestiniennes prévues en mai 2021, mais la présence du Hamas sur la liste des organisations terroristes de l’UE se posera à nouveau, dès la remise à l’agenda de celles-ci..

Retrouvez l’intégralité de cet article avec ce lien :
https://orientxxi.info/magazine/liste-des-organisations-terroristes-quand-l-union-europeenne-s-emmele,5286

3 – EUROPE DE L’EST : LA DESILLUSION 30 ANS APRES LA CHUTE DU COMMUNISME
(The conversation, André Liebich)

;
À la tombée du mur de Berlin en novembre 1989, les habitants des États satellites européens de l’URSS – la Pologne, la Tchécoslovaquie, la Hongrie, la Roumanie et la Bulgarie (pour ne pas parler de l’Allemagne de l’Est) étaient, dans leur grande majorité, aux anges. Aujourd’hui, plus de 30 ans plus tard, ils sont déçus. Rares sont ceux qui souhaiteraient revenir au communisme, mais l’avenir ne s’est pas montré aussi « radieux » que prévu.

La première déception des pays de l’Est, qui ont fini par rejoindre l’Union européenne en 2004-2007, soit une bonne quinzaine d’années après l’effondrement du communisme, a été provoquée par le constat que les « anciens » membres de l’UE ne montrèrent guère d’empressement à les accueillir. Les pays de l’Est, qui avaient fidèlement suivi les nombreux changements juridiques réclamés par Bruxelles, se sentaient pourtant profondément européens. Certainement pas moins que la Grèce, avec laquelle ils partageaient certaines affinités, et qui avait rejoint l’Union en 1981, sept ans à peine après la chute de sa dictature militaire.

Retrouvez l’intégralité de cet article avec ce lien :
https://theconversation.com/europe-de-lest-la-desillusion-30-ans-apres-la-chute-du-communisme-174225


ECONOMIE

;
Les sujets de ce début d’année 2022 sont, en matière économique, de nature à susciter les interrogations pessimistes les plus techniques, car l’inflation guette la circulation de la monnaie, comme par exemple en Turquie, les prix ne cessent d’augmenter mais les investissements semblent se maintenir à un niveau satisfaisant, tant du côté des entreprises que des ménages, et de nouvelles manières de faire circuler l’argent apparaissent, comme les achats à l’aide ou/et sur Internet. La conscience économique des acteurs doit être, techniquement, pertinente.

1 – PREOCCUPANTES TURBULENCES ECONOMIQUES EN TURQUIE
(IRIS, le point de vue de Didier Billion)


La Turquie est actuellement confrontée à une importante crise économique et l’avenir économique du pays est incertain. Face aux conséquences sociales importantes de cette crise, Erdogan se dresse en économiste en chef pour la résoudre. Quelles sont les causes de cette crise ? La situation peut-elle encore s’aggraver ? Le point avec Didier Billion, directeur adjoint de l’IRIS.

La Turquie traverse une crise économique et l’inflation s’emballe. Comment le pays s’est-il retrouvé dans cette situation ? Qui en sont les principales victimes ?

Les indicateurs macro-économiques sont en effet très préoccupants depuis maintenant plusieurs mois. L’inflation pour l’année 2021 s’établit, selon les chiffres officiels, à 36 % c’est-à-dire un chiffre plus de sept fois supérieur à l’objectif que s’était fixé le gouvernement. Cette situation s’explique en large partie par une dépréciation de la livre turque de près de 45 % par rapport au dollar dans la même période, ce qui entraîne mécaniquement une augmentation du coût des importations. Par-delà la sècheresse des chiffres, il faut comprendre que la hausse du prix des produits de première nécessité (52 % à 120 % pour l’électricité selon le quota de consommation annoncé le 1er janvier, 25 % pour le gaz naturel consommé par les ménages, 86 % pour l’huile, 54 % pour le pain…) rend les fins de mois singulièrement compliquées pour les catégories sociales les plus défavorisées ainsi que pour une partie des classes moyennes. Dans le même temps, le taux de chômage officiel effleure les 15 % de la population active, ce que de nombreux économistes turcs considèrent comme très sous-évalué. 

Retrouvez l’intégralité de cet article avec ce lien :
https://www.iris-france.org/163798-preoccupantes-turbulences-economiques-en-turquie/

L’IRIS est répertoriée dans la rubrique THINK TANKS  de la Communauté « Géopolitique, Économie, Défense et Sécurité » d’ESPRITSURCOUF

,

2 – INVESTIR INTELLIGEMMENT : CHOISIR LES BONS ACTEURS
(Institut Montaigne, Milo Rignell)

;
En réponse à l’impact économique de la crise du Covid-19 et aux défis numériques et environnementaux, l’Europe et ses États membres ont lancé des plans de relance et d’investissement pour l’avenir particulièrement ambitieux. Se pose la question non seulement des cibles d’investissement, mais aussi des leviers et des acteurs pour déployer ces montants colossaux et aboutir aux résultats escomptés. Pour aborder ces enjeux, l’Institut Montaigne et l’École du management et de l’innovation de Sciences Po organisent un cycle d’événements sur l’avenir de l’investissement en Europe. Cet article fait suite au quatrième événement sur l’articulation entre investissement public et investissement privé, avec Agnès Bénassy-Quéré, Chef économiste à la Direction Générale du Trésor ; Estelle Brachlianoff, COO de Veolia ; Denis Ribon, président d’ArchiMed ; et Natacha Valla, économiste et doyenne de l’École du management et de l’innovation de Sciences Po.

L’investissement a résisté à la crise du Covid-19

;
L’impact économique de la crise du Covid-19 représentait un réel risque pour l’investissement privé, comme le soulignait déjà l’Institut Montaigne en mai 2020. Néanmoins, l’environnement de taux faibles, l’investissement des entreprises pour s’adapter aux nouvelles conditions de travail et de télétravail et les mesures mises en place par le gouvernement – en particulier la baisse des impôts de production, les subventions à l’investissement privé, et le soutien au bilan des entreprises – ont permis de réduire l’effet de la baisse du PIB sur l’investissement habituellement constaté. Au troisième trimestre 2021, l’investissement se situe au-dessus de son niveau du quatrième trimestre 2019, notamment pour l’investissement des ménages (+3,8 %) et des entreprises (+2,3 %). Les entreprises continuent à investir pour s’adapter aux défis qui émergent dans le sillon de la crise, les ménages investissent leur épargne accumulée – dans le logement notamment -, et les pouvoirs publics ont lancé des plans de relance inédits centrés sur l’investissement. 

Retrouvez l’intégralité de cet article avec ce lien :
https://www.institutmontaigne.org/blog/investir-intelligemment-choisir-les-bons-acteurs

3 – LE MOT DE L’ANNEE : NFT
(Le nouvel économiste, Ethan Wu, FT)

;
Les NFT déroutent parce qu’ils sont abstraits. Mais les sommes qu’ils accumulent sont très concrètes.

NFT : acronyme de “non-fungible token” (jeton non fongible) qui crée un identifiant distinct pour un actif donné.

On ne peut guère s’attendre à ce qu’une innovation dont le nom comprend le terme “fongible” attire l’attention des non-geeks. C’est pourtant ce que les NFT ont fait cette année.Beaucoup ont été déconcertés par cette nouvelle technologie. Les explications qui ont fusé ont offert des analogies avec, par exemple, les certificats d’authenticité ou les cartes de baseball [cartes à l’effigie de joueurs, équipes ou stades de baseball, objets d’un marché de collectionneurs, ndt]. Mais plus littéralement, un NFT est un code négociable. Ce code est associé à des métadonnées telles qu’un nom, une image ou une description. Une fois acheté, il est enregistré de manière indélébile dans votre propre identité numérique. En quelque sorte, le code vous appartient.

“Un NFT est un code négociable. Ce code est associé à des métadonnées telles qu’un nom, une image ou une description. Une fois acheté, il est enregistré de manière indélébile dans votre propre identité numérique. En quelque sorte, le code vous appartient”

Les NFT déroutent parce qu’ils sont abstraits. Mais les sommes qu’ils accumulent sont très concrètes. En 2021, les acheteurs ont injecté 27 milliards de dollars dans le marché des NFT [les estimations les plus récentes font état de plus de 40 milliards de dollars, ndt], qu’il s’agisse de jeux, d’art, de tweets ou autres. La vente aux enchères de 69 millions de dollars de l’artiste numérique Beeple pour son œuvre ‘Everydays : the First 5 000 Days’ a frappé les esprits en mars. L’œuvre, un collage hétéroclite d’autres créations de l’artiste, figure parmi les ventes les plus importantes pour un artiste vivant.

Retrouvez l’intégralité de cet article avec ce lien :
https://www.lenouveleconomiste.fr/financial-times/le-mot-de-lannee-nft/

Pour lire la deuxième partie :
https://www.lenouveleconomiste.fr/financial-times/les-nft-un-marche-de-40-milliards-de-dollars/


DEFENSE ET SECURITE

;
L’innovation sera-t-elle la marque de l’année 2022 ? si l’on prend comme modèle ou exemple l’année précédente, 2022 semble bien engagée dans un processus où l’aboutissement des efforts de tous porte ses fruits. Les inventions ne manquent pas à l’appel, avec cette relation importante de l’invention d’un robot sous-marin autonome, puis la revue Conflits nous emmène dans la rentrée de la nouvelle académie militaire de Saint-Cyr, et enfin, la mission de maintien en condition opérationnelle progresse, mais doit demeurer quelque peu confidentielle. Bienvenue à la DTO !

1 –  IL INVENTE UN NOUVEAU TYPE DE ROBOTS SOUS-MARINS, SA THESE RECOMPENSEE PAR LE MINISTERE DES ARMEES
(Ouest France, Julia Toussaint)

;
Thomas Le Mézo, enseignant-chercheur à Brest (Finistère), a reçu un prix de la DGA pour avoir mis au point un robot sous-marin autonome et discret.

Le sujet de sa thèse allie ses deux passions : la robotique et le milieu marin. À 30 ans, Thomas Le Mézo, enseignant-chercheur à l’Ensta Bretagne de Brest, est lauréat du prix de la thèse remis chaque année par la Direction générale de l’armement (DGA) à trois jeunes doctorants, qui perçoivent 5 000 €. Fin novembre, la ministre des Armées lui a remis « une médaille et un gros chèque en carton »​, à l’occasion du Forum Innovation Défense de Paris .La thèse de Thomas Le Mézo porte sur la mise au point d’une nouvelle classe de robots sous-marins autonomes. Leur particularité ? Ils sont capables de parcourir de grandes distances en consommant très peu d’énergie, grâce aux courants marins : « Comme la tortue dans Nemo »​, image-t-il.

Retrouvez la totalité de l’article avec ce lien :
https://www.ouest-france.fr/mer/il-invente-un-nouveau-type-de-robots-sous-marins-sa-these-recompensee-par-le-ministere-des-armees-b40f3d90-6fa7-11ec-8178-27380463a9a2

2 – SAINT-CYR : REFORME DE L’ACADEMIE
(Revue Conflits, Mériadec Raaffray)

;
Cette rentrée 2021 des trois écoles de l’Académie militaire de Saint-Cyr Coëtquidan est un peu particulière. Les 455 élèves qui ont rejoint les écoles de lande bretonne pour débuter leur formation initiale au métier d’officier dans l’armée de Terre seront les premiers à véritablement bénéficier de la réforme élaborée au cours des deux années qui viennent de s’écouler, sous la houlette du général Patrick Collet, son chef jusqu’à l’été. C’est à la demande expresse du général Thierry Burkhard, lorsque celui-ci est nommé chef d’état-major de l’Armée de Terre en 2019, que ce fantassin parachutiste a sculpté, avec une petite équipe d’experts, une nouvelle matrice commune aux différentes filières baptisée « ESCC 2030 ». Il a pour mission de remettre au centre du parcours initiatique et initial du futur officier les notions de « singularité du chef militaire » et « d’esprit guerrier ». Dans ses allocutions, l’ex-patron de l’armée de Terre soulignait volontiers que le point clé de tout engagement militaire est « la formation des chefs ». L’accent, selon lui, devait être porté « sur la maîtrise tactique » et sur « l’état d’esprit » : les futurs chefs « doivent comprendre tout ce que recouvre la singularité militaire ».

Retrouvez l’intégralité de cet article avec ce lien :
https://www.revueconflits.com/academie-militaire-de-saint-cyr-coetquidan/

3 – LE MINISTERE DES ARMEES SE FELICITE DE LA (LENTE) AMELIORATION DE LA DISPONIBILITE DE SES AERONEFS
(OPEX 360, Laurent Lagneau)

:
Jusqu’en 2020, et par l’intermédiaire des questions écrites posées par le député François Cornut-Gentille au ministère des Armées, on pouvait obtenir les taux de disponibilité des différents aéronefs en service au sein des forces françaises, hormis ceux utilisés pour la dissuasion nucléaire. Ce qui permettait ainsi d’évaluer les politiques menées en matière de Maintien en condition opérationnelle aéronautique [MCO Aéro]. Seulement, il n’est désormais plus possible d’avoir de tels chiffres, alors même qu’une réforme du MCO Aéro a été engagée en décembre 2017. Pour justifier la mise sous le boisseau de ces données, le ministère des Armées a invoqué des « impératifs renforcés de confidentialité ». Désormais, il faut donc se contenter de la « disponibilité technique opérationnelle » [DTO], laquelle correspond au nombre d’aéronefs disponibles par rapport à celui nécessaire pour honorer le scénario le plus « dimensionnant » des contrats opérationnels fixés aux armées. Aussi, par définition, les taux de DTO sont donc généralement supérieurs aux taux de disponibilité technique, calculé en fonction du nombre d’aéronefs aptes à voler au sein d’une flotte.

Retrouvez l’intégralité de cet article avec ce lien :
http://www.opex360.com/2022/01/10/le-ministere-des-armees-se-felicite-de-la-lente-amelioration-de-la-disponibilite-de-ses-aeronefs/

OPEX360 est répertoriée dans la rubrique THINK TANKS  de la Communauté « Géopolitique, Économie, Défense et Sécurité » d’ESPRITSURCOUF

TOUR D’HORIZON DE MEDIAS SPECIALISES :

;
ESPRIT SURCOUF vous offre un tour d’horizon des titres de fond propres à susciter la réflexion de défense et de sécurité

Le metaverse, enjeu de souveraineté [1/2]
(Le portail de l’IE, Matthias Hauser)

;
«Metaverse» : le mot est sur toutes les lèvres depuis les récentes annonces de Facebook. Et pour cause, derrière ce mot-valise, c’est un continent de promesses révolutionnaires qui se dessine. Mais dans cette effervescence, il est nécessaire d’évoquer une question cruciale que peu de gens évoquent : celle du rapport de force qui opposera les États aux entreprises privées dans ce nouvel écosystème de républiques numériques.
https://portail-ie.fr/analysis/3022/le-metaverse-enjeu-de-souverainete-12

;

Deuxième partie :

Le metaverse, enjeu de souveraineté [2/2]
(Le portail de l’IE, Matthias Hauser)

;
Comme vu en première partie, le « metaverse » est une conséquence de la digitalisation du monde, qui voit se reproduire au sein du monde virtuel les conflits et enjeux du monde réel. Si ce « metaverse » est source d’énormes profits potentiels, il s’agit surtout d’évoquer la question cruciale du rapport de force qui opposera les États aux entreprises privées dans ce nouvel écosystème de républiques numériques.
https://portail-ie.fr/analysis/3025/le-metaverse-enjeu-de-souverainete-22

Xi Jinping et l’armée chinoise : la conquête de la loyauté
(Institut Montaigne, Mathieu Duchatel)

;
L’Armée populaire de libération est-elle loyale à Xi Jinping ? La question peut paraître incongrue dans un système qui ne cesse d’insister sur la soumission de l’armée au Parti communiste. Mais le contrôle ne va pas de soi, et pour imposer le sien, Xi Jinping a déployé des efforts considérables de réorganisation et d’action disciplinaire. Son emprise sur l’APL semble aujourd’hui solide – un atout à l’heure des grandes manœuvres du 20ème Congrès du Parti. Cette première analyse ouvre la série « La Chine en 2022 : l’armée au cœur des enjeux », rédigée par le directeur de notre programme Asie, Mathieu Duchâtel.
https://www.institutmontaigne.org/blog/xi-jinping-et-larmee-chinoise-la-conquete-de-la-loyaute

Synthèse de l’actualité internationale de décembre 2021
(Diploweb, Axelle Degans)

:
Le sort des urnes

Au Chili, le candidat d’extrême-droite José Antonio Kast a été battu en décembre 2021 par Gabriel Boric, candidat de gauche. Le nouveau président chilien, qui a promis un mandat de rupture, est élu avec près de 56% des suffrages et une participation élevée. C’est un président très jeune, à peine 35 ans, qui devrait définitivement tourner la page Pinochet et mener une politique plus sociale s’il parvient à former un gouvernement avec l’appui du Parlement. La République tchèque a changé de gouvernement en décembre 2021
https://www.diploweb.com/Synthese-de-l-actualite-internationale-de-decembre-2021.html

Eléments de bilan au Moyen-Orient et en Afrique du Nord
(IRIS, Didier Billion)

;
Décomposition, affaiblissement et autoritarisme des appareils étatiques

Les conflits armés qui ont marqué de nombreux États de la région au cours des années écoulées semblent avoir connu une baisse d’intensité en 2021. C’est notamment le cas en Syrie et en Libye, le Yémen constituant a contrario une exception puisque les bombardements menés, principalement par l’Arabie saoudite, n’ont pas cessé et aggravent une situation humanitaire catastrophique.
https://www.iris-france.org/163615-elements-de-bilan-2021-au-moyen-orient-et-en-afrique-du-nord/


PARUS AU JOURNAL OFFICIEL

;
Textes à ne pas négliger pour comprendre l’actualité de défense et de sécurité

,
Décret n° 2022-17 du 7 janvier 2022 relatif à l’expérimentation de la cour criminelle départementale
https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000044890671

Décret du 5 janvier 2022 portant dissolution d’un groupement de fait
https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000044844463

Décret du 5 janvier 2022 portant dissolution de deux associations
https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000044844473https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000044844473

Décret n° 2022-9 du 5 janvier 2022 déclarant l’état d’urgence sanitaire dans certains territoires de la République
https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000044844584

Décret n° 2022-2 du 4 janvier 2022 relatif aux situations permettant de déroger à l’interdiction d’acquisition par l’Etat de produits en plastique à usage unique
https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000044833550

Décret n° 2022-1 du 3 janvier 2022 fixant, en application du cinquième alinéa de l’article L. 130-9 du code de la route, la procédure d’expérimentation de la constatation des niveaux d’émissions sonores des véhicules en mouvement par des appareils de contrôle automatique fixes et mobiles et modifiant le code de la route
https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000044813430


(*) Colonel(ER) André Dulou

Président de la Gironde de la société des membres de la Légion d’honneur, président d’Aquitaine des membres de la Légion d’honneur décorés au péril de leur vie.
Il a travaillé dans une grande entreprise de construction navale, puis Ancien élève de l’école militaire d’administration, il devient Chancelier, chef de cabinet, spécialiste des questions d’événements graves, il quitte le service actif avec le grade de colonel.
Diplômé technique, breveté, il est auditeur du CFRH et de l’IHEDN.
Écrivain, historien, rédacteur en chef de la revue Floréal an X,
Il est Conseiller Mémoire et Patrimoine d’ESPRITSURCOUF.
André Dulou est l’auteur de nombreux romans….plusieurs ont été présentés dans la rubrique LIVRES d’ESPRITSURCOUF dans les numéros 116 du 15 juillet 2019 « Campagne interdite », 133 du 09 mars 2020  « Amère Discipline » et 149 du 19 octobre 2020 son dernier ouvrage « Cyber-Caprices »


Bonne lecture et rendez-vous le vendredi 28 janvier 2022
avec le n°182
D’ici là, pour une bonne santé, prenez soin de vous.

RESPECTEZ LES CONSIGNES :
Distanciation, port du masque  …

NOUS AVONS BESOIN DE VOUS !

Soutenez-nous !

     

Nous ne recevons aucune subvention, nous ne sommes financés que par les lecteurs d’ESPRITSURCOUF. Adhérez ou faites un don défiscalisé à espritcors@ire , association reconnue d’intérêt général qui l’édite.

Ainsi vous serez informé en priorité et recevrez le SEMAPHORE Lettre d’actualité, réservée à nos membres.

 

ADHÉSION 2022 :

  • Cotisation: 50€ net fiscal 17€,
  • Bienfaiteur: 100€ net fiscal 34€,
  • Soutien: 150€ net fiscal 57€.

VERSEMENT :

  •  par chèque, à l'ordre d'espritcors@ire (7, rue Rosa Bonheur, 75015 Paris
  • par Paypal ou par Carte bancaire, cliquez sur"Cotisation, défiscalisation" ou sur "Don-IFI"
  • par virement demander notre RIB à contact@espritsurcouf.fr

ESPRITSURCOUF

« UN AUTRE REGARD SUR LE MONDE »

 

Vous appréciez cet article, transmettez-le à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou l’adresse du site ESPRITSURCOUF

Merci pour votre action au service du rayonnement de notre "Observatoire de Géopolitique, Économie, Défense et Sécurité"

Suivez-nous sur FacebookTwitter, LinkedIn, Instagram et YouTube

Sur les réseaux sociaux, donnez votre avis, indiquez  que vous aimez notre site, incitez vos amis à "liker" ESPRITSURCOUF

Si vous souhaitez intégrer les réseaux sociaux d’ESPRITSURCOUF, merci de nous indiquer le libellé exact du nom de chacun de vos comptes Facebook, LinkedIn, Twitter … à contact@espritsurcouf.fr