A LA UNE :

BOUTCHA : QUI CROIRE ?

;
André Dulou (*)
Conseiller d’ESPRITSURCOUF
;

;

Lorsque le cyclope demande son nom à Ulysse, ce dernier répond : « personne ». Bien plus tard, les troubadours et autres charmeurs ont raconté des histoires, produit des textes et des chants qui sont devenus l’Histoire. Et puis, depuis qu’en 1453, Gütenberg invente l’imprimerie, la progression manipulatrice de l’information n’a pas cessé de mettre en avant l’émotion pour chasser les faits, pour embellir ou enlaidir ces réalités où l’équilibre fragile le dispute à toute humanité plausible. Ce que l’on nomme propagande, est maintenant partie intégrante de la polémologie. Aussi, quand des images certifiées exactes circulent sur les armes de destruction massive de Saddam Hussein, il n’est pas question de contester la crédibilité de leurs sources. Et la réalité ne dépasse même pas une corrélation infime.

Et aujourd’hui ?

:
La guerre qui sévit en Ukraine intéresse-t-elle l’opinion internationale ? Sauf aux Etats-Unis, et à un camp que l’on peut qualifier « d’occidental », les médias étrangers n’en font pas systématiquement la « une » de leurs pages. Cependant, les interrogations sont nombreuses, et demeurent, dans ce que l’on lit, entend, perçoit, du martyrologue de Boutcha. Sans prendre parti, car ce n’est pas ici le lieu, la question est posée, à travers les quelques articles suivants. La France va prodiguer son aide à la recherche des indices de la vérité.

Posons les faits :

;
«J’ai tourné la tête, j’ai vu tous ces cadavres par terre»: Boutcha, un cimetière à ciel ouvert
(RFI, Vincent Souriau, Sami Boukhelifa)

Des dizaines de corps de civils ont été découverts à Boutcha, une ville de la banlieue de Kiev occupée par les forces russes pendant un mois. Tout juste libérée, les troupes ukrainiennes y ont vu l’horreur.

Le commandant Stanislav Poloukhin ordonne à son chauffeur de s’arrêter. Au sol, les corps de deux civils. L’un d’entre eux est décapité. Le crâne presque momifié est posé aux pieds du cadavre. Une mâchoire édentée. Quelques touffes de cheveux gris. Plus de visage. L’effroi. Quand ? Comment ? Pourquoi une telle chose a pu arriver ? Le commandant ne se l’explique pas. 

« J’ignore ce qui a pu se produire ici, témoigne-t-il. Je constate seulement que ces deux cadavres sont là depuis un moment. Au moins deux ou trois semaines, je dirais… Peut-être plus. Regardez dans quel état ils sont. Je ne sais pas comment ils sont morts. Une mine peut-être. En fait, je n’en sais rien du tout. » 

Retrouvez l’intégralité de l’article avec ce lien :
https://www.rfi.fr/fr/europe/20220405-j-ai-tourn%C3%A9-la-t%C3%AAte-j-ai-vu-tous-ces-cadavres-par-terre-boutcha-un-cimeti%C3%A8re-%C3%A0-ciel-ouvert

Regardons la contestation :

;
Ukraine/Boutcha : Des informations – Désinformation !
(Agoravox, George L.Zeter)
/

Haro sur le Poutine, interprété par la chorale des pleureuses OTANtales. Chacun y est allé de sa phrase péremptoire et sans appel. Poutine ! Ce grand Vlad criminel devant monter sur le bucher !

Il est question ici du massacre de Boutcha, ville non loin de Kiev, où de nombreux civils tués jonchent les rues crevées par des obus. C’est un massacre, qu’il faudra investiguer, afin d’amener ceux qui ont fait ça devant une juridiction et les condamner pour crime de guerre. Mais la « presse » hurle au génocide, que Poutine et son Kremlin en seraient les instigateurs ; Alors, de toutes parts de l’Europe chaque leader y va de son accusation, sans avoir obtenu au paravent des infos fiables et savoir avec certitude si ce sont les soldats russes qui ont commis ces meurtres ou si, en arrière-plan il n’y aurait pas quelques manipulations opportunes de groupes paramilitaires…

Retrouvez l’intégralité de l’article avec ce lien :
https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/ukraine-boutcha-des-informations-240664

Pour aller plus loin :
;

https://actu.orange.fr/monde/massacre-de-boutcha-la-chine-evoque-des-images-profondement-derangeantes-magic-CNT000001Lm43X.html

https://www.ouest-france.fr/monde/guerre-en-ukraine/ukraine-nous-devons-dire-les-atrocites-le-premier-photographe-entre-a-boutcha-temoigne-35cb0ec0-b5be-11ec-a299-c9106b4183f5

https://www.france24.com/fr/europe/20220405-ukraine-le-massacre-de-boutcha-un-mode-op%C3%A9ratoire-qui-rappelle-la-tch%C3%A9tch%C3%A9nie

La France ne reste pas inactive :

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2022/04/06/ukraine-une-aide-technique-francaise-pour-faire-la-lumiere-s-22952.html


REVUE DE PRESSE ESPRIT SURCOUF n°186

vendredi 25 mars 2022

SOMMAIRE 

;
GEOPOLITIQUE
:

  • Un contexte de compétition pour la suprématie technologique
  • La situation internationale ouverte par la guerre en Ukraine : se parer des raisonnements binaires et du prêt à penser idéologique
  • Entretien avec Bayram Balci – les raisons du positionnement de la Turquie comme médiateur entre la Russie et l’Ukraine

ECONOMIE :

  • La Chine et les terres rares : retour sur une stratégie industrielle
  • L’arrêt du gaz russe : pour la France, l’impact économique serait faible
  • La FED fait encore monter les rendements et baisser les actions

DEFENSE ET SECURITE :

  •  CHAMMAL – Première mission de guerre pour un jeune équipage Rafale
  • Selon la Marine nationale, la disponibilité des hélicoptères Panther a atteint un niveau record
  • Comment élèves ingénieurs et 1er RPIMa planchent ensemble sur les innovations d’aujourd’hui et de demain

TOUR D’HORIZON DE MEDIAS SPECIALISES

TEXTES PARUS AU JOURNAL OFFICIEL


GEOPOLITIQUE

.
On pense souvent que la guerre ne serait plus que « technologique », et que appuyer sur un bouton suffirait pour connaître vainqueur et vaincu, alors que les conditions et conséquences d’un conflit seraient – peut-être – dépendantes de facteurs inconnus ou incompris des méthodologies habituelles : « enjeux-défis » de la géopolitique. Cette semaine, la suprématie est devenue compétition, les raisonnements idéologiques sont à relativiser, et l’apparition inattendue d’un acteur émergent donne toute la mesure des inconséquences possibles et des orientations improbables.

;

1 – UN CONTEXTE DE COMPETITION POUR LA SUPREMATIE TECHNOLOGIQUE
(Institut Montaigne, Mathieu Duchâtel)

?
L’invasion de l’Ukraine en ce début d’année 2022 souligne l’importance cruciale de la géopolitique dans les choix de politiques publiques relatifs à l’avenir de notre puissance technologique. La crise du Covid-19 avait déjà levé le voile sur les vulnérabilités des chaînes d’approvisionnement internationales. Le retour de la guerre en Europe jette une lumière encore plus crue sur cette réalité. La Russie a les moyens de riposter aux sanctions européennes en jouant sur l’accès aux gaz rares et au palladium produits sur son sol et en Ukraine, des éléments indispensables au bon fonctionnement de toute la chaîne de valeur des semi-conducteurs. L’exemple est frappant, mais le problème de l’Europe va au-delà de l’industrie des semi-conducteurs. Comment mener des politiques de résilience industrielle et de contrôle des transferts de technologie à la hauteur de risques géopolitiques de cette nature ? 

L’Europe est contrainte d’agir dans le cadre de la rivalité sino-américaine. Elle affine sa boîte à outils défensive, pour se prémunir contre les captations de technologie, par la Chine mais aussi par d’autres. Elle est aussi amenée à s’ajuster aux décisions prises par les États-Unis pour priver la Chine de l’accès à certaines technologies. C’est, le plus souvent, le résultat d’un diagnostic transatlantique partagé sur les intentions et le mode opératoire de la Chine. Mais cet ajustement européen est parfois subi, puisque la portée extraterritoriale de certaines décisions américaines frappe régulièrement les industriels européens dans des secteurs comme l’aéronautique ou l’électronique de pointe. 

Retrouvez l’intégralité de l’article avec ce lien :
https://www.institutmontaigne.org/publications/geopolitique-et-technologie-le-tournant-de-la-strategie-europeenne

;
2 – LA SITUATION INTERNATIONALE OUVERTE PAR LA GUERRE EN UKRAINE : SE PARER DES RAISONNEMENTS BINAIRES ET DU PRËT A PENSER IDEOLOGIQUE
(IRIS France, Didier Billion),

.
La guerre en Ukraine induit de multiples conséquences sur les rapports de force géopolitiques internationaux, mais l’inflation des commentaires sur l’actualité immédiate rend malaisée la prise de recul nécessaire pour tenter de se projeter vers l’avenir. Il est néanmoins loisible de formuler quelques observations dont les effets marqueront sans nul doute les années futures.

Compte tenu de la localisation géographique du conflit en cours, il apparaît dans un premier temps naturel de le considérer à travers un prisme européen. Il faut toutefois admettre que l’exercice est alors pour le moins réducteur. L’état de stupéfaction de toutes les capitales européennes devant l’agression russe est largement compréhensible – bien peu nombreux sont en effet les analystes qui avaient prévu cette éventualité – mais, contrairement à ce qui a souvent été répété, ne peut néanmoins s’expliquer par le fait que ce conflit serait le premier qui ensanglante le Vieux Continent depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les guerres balkaniques des années 1990 ne sont pas si lointaines qu’elles puissent être occultées de manière si désinvolte. Les soixante-dix-huit jours de bombardements de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) contre la Yougoslavie en 1999, sans aucun mandat de l’Organisation des Nations unies (ONU) faut-il le rappeler, sont bien vite occultés, ce qui relève, a minima, d’une mémoire pour le moins sélective. Mais l’essentiel n’est pas là.

La rapidité et l’ampleur des sanctions adoptées à l’encontre de la Russie ont été largement saluées. Soit. Nous verrons si elles montrent leur efficience. Mais soyons surtout conscients qu’elles sont à cette heure pour l’essentiel mises en œuvre par les puissances occidentales et refusées par le reste du monde. Le vote de l’Assemblée générale de l’ONU, le 2 mars 2022, est de ce point de vue très significatif. Certes une très forte majorité d’États condamnent l’agression russe – 141 sur 193 –, mais 35 s’abstiennent et 12 ne prennent pas part au vote, la plupart africains – pas moins de 17 abstentions – ou asiatiques. Plus nombreux encore sont ceux qui refusent de s’associer aux sanctions, y compris certains traditionnellement proches des capitales occidentales, et tout particulièrement de Washington. Pour autant nulle allégeance à Vladimir Poutine, mais bien plutôt défiance à l’égard des puissances occidentales.

Retrouvez l’intégralité de cet article avec ce lien :
https://www.iris-france.org/166443-la-situation-internationale-ouverte-par-la-guerre-en-ukraine-se-parer-des-raisonnements-binaires-et-du-pret-a-penser-ideologique/
.

3 – ENTRETIEN AVEC BAYRAM BALCI-LES RAISONS DU POSITIONNEMENT DE LA TURQUIE COMME MEDIATEUR ENTRE LA RUSSIE ET L’UKRAINE
(Les clés du Moyen Orient, Bayram Balci)

;
Chercheur au CNRS et au CERI-Science Po, directeur de l’Institut Français d’Etudes Anatoliennes, spécialiste de l’islam et de la politique en Asie centrale post-soviétique, dans le Caucase et en Turquie, Bayram Balcı donne une tessiture historique aux relations particulières entre la Russie et la Turquie et au positionnement de cette dernière en tant qu’acteur pacificateur dans la crise actuelle qui oppose la Russie et l’Ukraine.

Deux rencontres ont été organisées en Turquie entre les diplomaties russe et ukrainienne, le 10 mars 2022 à Antalya, puis le 29 mars à Istanbul, dans le cadre du conflit en cours. Quelles raisons peuvent expliquer la décision turque de s’impliquer en tant qu’intermédiaire pour la résolution du conflit ?

En effet, depuis le début du conflit entre les deux pays, a vrai dire depuis le début même de la crise ouverte entre Moscou et Minsk qui remonte à 2014, la Turquie essaie de garder une position neutre et de jouer un rôle de médiateur pour concilier l’Ukraine et la Russie. Plusieurs raisons expliquent cette ambition médiatrice d’Ankara. En tout premier lieu, la Turquie essaie de sortir d’une longue période d’isolement sur la scène régionale, et de mauvaises relations avec la plupart de ses voisins. En effet, en grande partie du fait de ses choix faits dans la crise syrienne, de ses politiques interventionnistes dans certains conflits comme en Libye, au Karabakh ou en Méditerranée orientale, le pays a été coupé de la plupart des pays de la région et a vu se détériorer ses relations avec ses propres partenaires occidentaux, Etats-Unis, Europe et même de l’OTAN.

Or au moment où le conflit a éclaté entre l’Ukraine et la Russie, la Turquie était dans une phase de réparation de ses relations avec bons nombres de pays. On note ainsi une amélioration des liens avec Israël, les Emirats arabes unis, et un peu avec l’Arménie et l’Egypte. Dans un tel contexte, le conflit entre l’Ukraine et la Russie ne doit pas, pense-t-on à Ankara, inciter le pays à sortir de ce processus d’adoption d’une nouvelle politique étrangère faite de compromis et de médiation. Par ailleurs, la Turquie a besoin des deux pays, ce qui m’amène à répondre à votre deuxième question.

Retrouvez l’intégralité de cet article avec ce lien :
https://www.lesclesdumoyenorient.com/Entretien-avec-Bayram-Balci-Les-raisons-du-positionnement-de-la-Turquie-comme.html


ECONOMIE

N
S’il vous plait, chères lectrices, chers lecteurs, n’oublions pas l’économie ! Nous voici engagés dans un conflit majeur à l’ouest, qui nous ferait bien oublier l’est. Si la question des terres rares revient sur le devant de la scène, c’est bien parce que, comme il a été indiqué ci-avant, la technologie moderne a fait de ces éléments des enjeux majeurs de notre époque. L’énergie en est également devenue une fonction vitale. Or, les observateurs économiques se rendent compte que la panique est mauvaise conseillère. Le rétropédalage sur la pénurie du gaz montre bien dans l’article ci-dessous que la dépendance extérieure prônée par la mondialisation serait moindre que prévu. Quant au recul des places boursières, la circulation financière accuse une période tendue, en espérant un retour « neutre » d’ici la fin de l’année. Ce ne sera pas sans hausse des taux, ni des soubresauts liés au marché pétrolier.

1 – LA CHINE ET LES TERRES RARES : RETOUR SUR UNE STRATEGIE INDUSTRIELLE
(Le Portail de l’IE, Rayane Aït Haddou)

?
Matériaux peu connus du grand public, les terres rares sont un élément majeur de l’économie du XXIe siècle. Parce qu’elles sont indispensables au bon fonctionnement de nombreuses industries, notamment celles liées aux nouvelles technologies, leur caractère est hautement stratégique. À ce jeu-là, la Chine a su tirer son épingle du jeu en devenant le premier producteur et exportateur de terres rares, rendant le reste du monde dépendant de ses approvisionnements.
Les terres rares sont un ensemble d’éléments métalliques aux propriétés chimiques proches. Au nombre de 17, ces dernières sont répertoriées comme suit : Lanthane (La), Cérium (Ce), Praséodyme (Pr), Néodyme (Nd), Prométhium (Pm), Samarium (Sm), Europium (Eu), Gadolinium (Gd), Terbium (Tb), Dysprosium (Dy), Holmium (Ho), Erbium (Er), Thulium (Tm), Ytterbium (Yb), Lutetium (Lu), Yttrium (Y) et Scandium (Sc). Malgré leur nom, ces éléments ne sont pas « rares » en soi. Leur qualificatif s’explique par leur présence en faible quantité dans les gisements rocheux, ce qui rend leur extraction difficile, coûteuse et polluante. L’intérêt grandissant pour ces matériaux réside dans leur utilisation. Ils sont en effet indispensables au bon fonctionnement de nombreuses industries, en particulier celles liées aux nouvelles technologies. Dans un monde rythmé par les innovations techniques et scientifiques, les terres rares deviennent ainsi un enjeu stratégique majeur dans la course à ces nouveaux savoir-faire. En la matière, la Chine a su devenir la puissance mondiale prédominante. Cette réalité sous-tend deux interrogations : quelle stratégie industrielle Pékin a-t-il mené pour s’ériger en leader des terres rares et quelles conséquences en tirer au niveau géopolitique ?

Retrouvez l’intégralité de cet article avec ce lien :
https://portail-ie.fr/analysis/4033/la-chine-et-les-terres-rares-retour-sur-une-strategie-industrielle

2– ARRET DU GAZ RUSSE : POUR LA FRANCE L’IMPACT ECONOMIQUE SERAIT FAIBLE
(Economie Matin, Anton Kunin).


Contrairement à beaucoup d’autres pays européens, la France ressentirait un impact somme toute faible si les importations de gaz russe devaient s’arrêter, estime le Conseil d’analyse économique dans une nouvelle étude.

Certains pays d’Europe seraient très impactés, d’autres très peu

La France est un grand pays consommateur de gaz russe : il représente 20% du total de la consommation française. En même temps, cette dépendance apparaît limitée : le gaz représente seulement 15% de la consommation énergétique du pays, contre 29% pour le pétrole par exemple. D’autres pays sont beaucoup plus dépendants du gaz russe : en Allemagne, il représente 55% de l’ensemble du gaz consommé, par exemple. Ainsi, la France est plutôt en bonne position pour faire face à un arrêt prochain des livraisons de gaz en provenance de Russie, affirme le Conseil d’analyse économique dans une nouvelle étude.

De même que la France, l’Espagne, le Portugal et l’Italie seraient également peu impactés. A contrario, une poignée de pays (Lithuanie, Bulgarie, Slovaquie, Finlande, République tchèque) seraient très impactés par l’arrêt des livraisons russes. D’après l’estimation du Conseil d’analyse économique, l’impact sur le PIB français serait compris entre 0,15% et 0,3%, soit 70 euros de revenu par habitant. À comparer avec l’impact prévu dans des pays comme la Bulgarie, la Finlande, la Lituanie, la République tchèque ou la Slovaquie, qui peuvent connaître des baisses de PIB comprises entre 1 et 5%.

Retrouvez l’intégralité de cet article avec ce lien :
http://www.economiematin.fr/news-arret-gaz-russe-impact-economique-france-estimation-prevision

3 – LA FED FAIT ENCORE MONTER LES RENDEMENTS ET BAISSER LES ACTIONS
(Information fournie par Reuters) (Boursorama, Marc Angrand)

.
PARIS (Reuters) – Wall Street est attendue en baisse et les Bourses européennes reculent à mi-séance mercredi, la perspective d’une remontée accélérée des taux d’intérêt américains restant la principale préoccupation sur les marchés, tandis que celle de nouvelles sanctions contre la Russie soutient le marché pétrolier.

Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais signalent une ouverture en recul de 0,55% pour le Dow Jones, de 0,71% pour le Standard & Poor’s 500 et de 1,12% pour le Nasdaq.

Ce dernier a déjà perdu 2,35% mardi et le S&P-500 1,26% après les déclarations de Lael Brainard, gouverneure de la Fed, sur le retour d’ici la fin de l’année à une politique monétaire « plus neutre » via des hausses de taux et la réduction du bilan de la banque centrale.

Ces propos ont d’autant plus influencé la tendance boursière qu’ils émanent d’une responsable considérée comme une « colombe » et ils entretiennent la nervosité dans l’attente du compte rendu de la réunion de mars de la Fed, à 18h00 GMT.

Retrouvez l’intégralité de cet article avec ce lien :
https://www.boursorama.com/bourse/actualites/la-fed-fait-encore-monter-les-rendements-et-baisser-les-actions-4e5fb183c899d7ed81cd072e2b0c38a6


DEFENSE ET SECURITE

La défense française cultive la jeunesse de ses pilotes, la durée d’existence de ses matériels « Marine » toujours performants et la participation de ses unités spéciales avec les jeunes talents tournés vers l’innovation.

1 –   CHAMMAL – PREMIERE MISSION DE GUERRE POUR UN JEUNE EQUIPAGE RAFALE
(Défense, Armée de l’air et de l’espace – opérations)

/
Le capitaine Victor et le lieutenant Hugo sont respectivement pilote et navigateur systèmes d’armes sur Rafale. Ils sont engagés au Levant dans le cadre de l’opération Chammal. Pour l’équipage, il s’agissait de leur premier vol en opération extérieure : « le lâché ».

Le capitaine Victor et le lieutenant Hugo ont décollé depuis la base aérienne projetée (BAP) au Levant. Breveté pilote et navigateur système d’armes opérationnels en 2021, il s’agissait du premier déploiement en opération extérieure pour les deux aviateurs.

La mission pour ce premier vol était multiple : une mission de surveillance de l’espace aérien au-dessus du Moyen-Orient et une prise d’alerte Close air support au profit des Joint terminal attack controller (JTAC) de la coalisation, dans le cadre de l’opération internationale INHERENT RESOLVE (OIR). Avion omni-rôle, le Rafale peut ainsi réaliser un appui aérien pour les forces au sol.

Cette première expérience de vol d’une durée de 5h00 aura permis aux deux aviateurs de parfaire leurs compétences et de se préparer en équipe aux futures missions qui leur seront confiées.

Retrouvez la totalité de l’article avec ce lien :
https://www.defense.gouv.fr/actualites/chammal-premiere-mission-guerre-jeune-equipage-rafale

Le ministère des Armées est répertorié dans la  rubrique INSTITUTIONS FRANÇAISES,EUROPÉENNES ET INTERNATIONALES de la Communauté « Géopolitique, Économie, Défense et Sécurité » d’ESPRITSURCOUF

2 – SELON LA MARINE NATIONALE, LA DISPONIBILITE DES HELICOPTERES PANTHER A ATTEINT UN NIVEAU RECORD
(OPEX 360, Laurent Lagneau)

/
Depuis que le ministère des Armées a décidé de ne plus communiquer les données relatives à la disponibilité de ses équipements en invoquant des « impératifs renforcés de confidentialité », il est désormais compliqué d’avoir une idée précise de l’état dans lequel se trouvent ses différentes flottes d’aéronefs. Au mieux arrive-t-on à glaner quelques informations dans les rapports parlementaires et les documents budgétaires…

Quoi qu’il en soit, dans une réponse à une question écrite posée par le député François Cornut-Gentille en 2019, le ministère des Armées avait alors précisé que le taux de disponibilité des hélicoptères Panther de la Marine nationale s’était élevé en moyenne à 39,9% sur l’ensemble de l’année 2018.

Depuis, la ministre des Armées, Florence Parly, a lancé la réforme du Maintien en condition opérationnelle aéronautique [MCO Aéro], dont le principe, pour résumer à grands traits, repose sur l’attribution à un prestataire unique d’un contrat dit « verticalisé » pour chaque type d’aéronefs. L’idée étant de concentrer en un seul tous les marchés relatifs à la maintenance de certaines flottes d’appareils.

Retrouvez l’intégralité de cet article avec ce lien :
http://www.opex360.com/2022/04/06/selon-la-marine-nationale-la-disponibilite-des-helicopteres-panther-a-atteint-un-niveau-record/

OPEX360 est répertorié dans la rubrique REVUES ET LETTRES de la Communauté « Géopolitique, Économie, Défense et Sécurité » d’ESPRITSURCOUF

3 – COMMENT ELEVES INGENIEURS ET 1ER RPIMa PLANCHENT ENSEMBLE SUR LES INNOVATIONS D’AUJOURD’HUI ET DE DEMAIN
(HOME FOB)
.

Avis aux ingénieurs en herbe de tous horizons : le 1er régiment de parachutistes d’infanterie de marine (1er RPIMa) a besoin de vous. En pointe en matière d’innovation, cette unité de l’armée de Terre dédiée à l’action spéciale a réuni le 24 et le 25 mars près de 200 élèves ingénieurs pour un « innovathon ». L’objectif ? Rassembler des étudiants autour d’une vingtaine de défis techniques et tenter de les résoudre en moins de 24 heures.

Des étudiants en appui des « éclaireurs de l’innovation »

Qualifiés d’ « éclaireurs de l’innovation » par la ministre des Armées Florence Parly, les forces spéciales ont depuis toujours joué un rôle de laboratoire dont les expérimentations bénéficient à l’ensemble des armées. Parce qu’ils agissent en petits détachements isolés, avec des moyens limités, parfois en « zone grise » mais toujours en misant sur la prise d’initiative et l’agilité, leur structure est nativement favorable à l’innovation en boucle courte et à petite échelle.

L’idée d’un événement pour capter les bonnes idées issues du monde étudiant a émergé il y a environ deux ans, fruit du dialogue établi de longue date entre la cellule recherche et développement du 1er RPIMa et l’École supérieure des technologies industrielles avancées (ESTIA) de Bidart (Pyrénées-Atlantique). Un partenariat des plus bénéfiques, car cette école renommée organise depuis longtemps des challenges de type « 24h de l’innovation ».

Retrouvez l’intégralité de cet article avec ce lien :
https://www.forcesoperations.com/comment-eleves-ingenieurs-et-1er-rpima-planchent-ensemble-sur-les-innovations-daujourdhui-et-de-demain/


TOUR D’HORIZON DE MEDIAS SPECIALISES

.

ESPRIT SURCOUF vous offre un tour d’horizon des titres de fond propres à susciter la réflexion de défense et de sécurité

Synthèse de l’actualité internationale de mars 2022
(Diploweb, Axelle Degans)

/…
Le sort des urnes

En Corée du Sud, le conservateur Yoon Suk-yeol est élu de justesse en mars 2022 face à son challenger. Ce pays est profondément fracturé sur les questions de corruption et du positionnement envers la Corée du Nord ou de l’allié américain.

Le parti BJP – Bharatiya Janata Party- de l’actuel premier ministre indien a remporté en mars 2022 des élections décisives dans l’État de l’Uttar Pradesh. Cela conforte le pouvoir de Narendra Modi avant les élections de 2024.

Le jeune président chilien Gabriel Boric vient de prendre courant mars 2022 ses fonctions dans un contexte économique et social dégradé et avec pour ambition de rénover la Constitution.

En Arménie, le ministre de l’Industrie, Vahagn Khacaturyan, a été élu en mars 2022 par le parlement à la magistrature suprême pour un mandat de sept années.

La guerre éclair en Ukraine a fait long feu

Après avoir attaqué l’Ukraine le 24 février 2022, les troupes russes n’ont pas pris Kiev de tout le mois de mars 2022. L’offensive militaire menée par le Kremlin évolue. Les combats se déroulent dans les territoires frontaliers avec la Russie, Kharkov est quasiment encerclée. Une offensive est menée sur les terres entre la Crimée et l’oblast de Donetsk, la ville de Marioupol est bombardée comme l’est Odessa non loin de la Transnistrie.

Cette guerre est également celle de l’information, de l’influence. Elle est aussi celle des cyberattaques sur le sol ukrainien, mais aussi ailleurs.

https://www.diploweb.com/Synthese-de-l-actualite-internationale-de-mars-2022.html

DIPLOWEB est répertorié dans la rubrique REVUES ET LETTRES de la Communauté « Géopolitique, Économie, Défense et Sécurité » d’ESPRITSURCOUF

6 avril 2022 : Guerre d’Ukraine : l’Europe dans la tourmente
(Hérodote, André Larané)

.
La troisième guerre de destruction de l’Europe est engagée. Elle pourrait nous être fatale si nos dirigeants se laissent emporter par l’émotion et en oublient de préparer la paix. Détachons-nous des images terribles de Boutcha et des larmes des victimes et pensons à l’avenir…

Confrontés au retour brutal de l’Histoire, nos dirigeants politiques devraient faire leur le mot du général de Gaulle : « La véritable école du commandement est celle de la culture générale. Par elle, la pensée est mise à même de s’exercer avec ordre, de discerner dans les choses l’essentiel de l’accessoire. » Qu’ils songent aussi à leurs illustres prédécesseurs. En août 1941, avant que les États-Unis entrent en guerre, Roosevelt et Churchill se sont retrouvés « quelque part en mer » au large de Terre-Neuve, pour définir ensemble un but de guerre contre le IIIe Reich. Ce fut la Charte de l’Atlantique.

Rien de tel aujourd’hui. Les Européens ont délégué aux Américains le soin de les protéger, sous couvert de l’OTAN. À l’exception de la France, ils se refusent à faire usage de leurs armes. Dans les crises, hier la Syrie, aujourd’hui l’Ukraine, ils s’en tiennent au même triptyque : condamnations morales, accueil des réfugiés, sanctions économiques. Mais face à la Russie, ils se comportent comme s’ils étaient engagés dans une guerre de long cours, sans se battre pour autant, avec comme seule perspective de détruire la puissance russe et de s’en séparer à jamais, au prix de la mort de l’Ukraine et de la ruine définitive de l’Euro.

Retrouvez l’intégralité de cet article avec ce lien :
https://www.herodote.net/Guerre_d_Ukraine_l_Europe_dans_la_tourmente-article-2797.php


PARUS AU JOURNAL OFFICIEL

.
Textes à ne pas négliger pour comprendre l’actualité de défense et de sécurité
.

Arrêté du 28 mars 2022 modifiant l’arrêté du 31 juillet 2012 relatif à l’organisation du contrôle médical de l’aptitude à la conduite
https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000045464112

Décret n° 2022-472 du 1er avril 2022 instituant une redevance pour les examens écrits permettant l’obtention de la capacité professionnelle exigée pour l’exercice des professions du transport
https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000045464277

Décret n° 2022-467 du 31 mars 2022 relatif à l’exercice du droit de transaction par l’administration des douanes
https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000045462412

Arrêté du 25 mars 2022 portant attribution de la qualité de partenaire de la défense nationale
https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000045462515

Arrêté du 16 février 2022 portant création du comité social d’établissement public de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger
https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000045441755

Décret n° 2022-482 du 4 avril 2022 relatif au miel
https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000045512100

Décret n° 2022-486 du 5 avril 2022 relatif au corps des agents des systèmes d’information et de communication du ministère de l’intérieur
https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000045512256


(*) Colonel(ER) André DulouPrésident de la Gironde de la société des membres de la Légion d’honneur, président d’Aquitaine des membres de la Légion d’honneur décorés au péril de leur vie.
Il a travaillé dans une grande entreprise de construction navale, puis Ancien élève de l’école militaire d’administration, il devient Chancelier, chef de cabinet, spécialiste des questions d’événements graves, il quitte le service actif avec le grade de colonel.
Diplômé technique, breveté, il est auditeur du CFRH et de l’IHEDN.
Écrivain, historien, rédacteur en chef de la revue Floréal an X,
Il est Conseiller Mémoire et Patrimoine d’ESPRITSURCOUF.
André Dulou est l’auteur de nombreux romans….plusieurs ont été présentés dans la rubrique LIVRES d’ESPRITSURCOUF dans les numéros 116 du 15 juillet 2019 « Campagne interdite », 133 du 09 mars 2020  « Amère Discipline » et 149 du 19 octobre 2020 son dernier ouvrage « Cyber-Caprices »

Bonne lecture et rendez-vous le vendredi 22 avril 2022
avec le n°188

D’ici là, pour une bonne santé, prenez soin de vous.
RESPECTEZ LES CONSIGNES :
Distanciation, port du masque  …

NOUS AVONS BESOIN DE VOUS !

Soutenez-nous !

     

Nous ne recevons aucune subvention, nous ne sommes financés que par les lecteurs d’ESPRITSURCOUF. Adhérez ou faites un don défiscalisé à Espritcors@ire , association reconnue d’intérêt général qui l’édite.

Ainsi vous serez informé en priorité et recevrez le SEMAPHORE Lettre d’actualité, réservée à nos membres.

 

ADHÉSION 2022 :

  • Cotisation: 50€ net fiscal 17€,
  • Bienfaiteur: 100€ net fiscal 34€,
  • Soutien: 150€ net fiscal 57€.

VERSEMENT :

  •  par chèque, à l'ordre d'Espritcors@ire (7, rue Rosa Bonheur, 75015 Paris
  • par Paypal ou par Carte bancaire, cliquez sur"Cotisation, défiscalisation" ou sur "Don-IFI"
  • par virement demander notre RIB à secretariat@espritscorsaire.fr

ESPRITSURCOUF

« UN AUTRE REGARD SUR LE MONDE »

 

Vous appréciez cet article, transmettez-le à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou l’adresse du site ESPRITSURCOUF

Merci pour votre action au service du rayonnement de notre "Observatoire de Géopolitique, Économie, Défense et Sécurité"

Suivez-nous sur FacebookTwitter, LinkedIn, Instagram et YouTube

Sur les réseaux sociaux, donnez votre avis, indiquez  que vous aimez notre site, incitez vos amis à "liker" ESPRITSURCOUF

Si vous souhaitez intégrer les réseaux sociaux d’ESPRITSURCOUF, merci de nous indiquer le libellé exact du nom de chacun de vos comptes Facebook, LinkedIn, Twitter … à contact@espritsurcouf.fr