CHEF DE GUERRE

,Critique du livre de Louis Saillans

;

Pascal Le Pautremat (*)
Rédacteur en chef d’EspritSurcouf

;
Si les Forces spéciales sont de plus en plus médiatisées et bénéficient d’une aura de légende vivante, il arrive que, de temps à autre, certains de leurs membres sortent de l’ombre et lèvent un pan de voile sur ce « métier » hors norme. L’auteur « Louis Saillans », nom d’emprunt, est de ceux-là. Il nous livre son témoignage, celui d’un lieutenant de vaisseau  commando marine.
;

ouis Saillans, ce nom est à forte résonnance puisque c’est celui de François-Louis Saillans (1741-1792), officier qui fit une belle carrière au service de la monarchie, de Louis XV à Louis XVI. Il se couvrit de gloire en s’emparant du château de Cracovie, face aux Russes, grâce à une opération commando depuis les égouts de l’édifice fortifié. Devenu ensuite l’un des principaux chefs de la contre-Révolution, notamment dans le Sud-Est de la France, il meurt massacré en Ardèche, en juillet 1792.

De formation scientifique, l’auteur Louis Saillans, âge de 35 ans, a décidé de raccrocher après une dizaine d’années passées chez les Commando marine. Lieutenant de vaisseau, il a donc décidé de témoigner de son expérience de chef de commando. Dix ans de service qui l’ont conduit dans trois commandos successifs : Trépel, de Penfentenyo et Jaubert.

Il relate ainsi cette phase initiale qui lui a permis d’acquérir le célèbre béret vert en 2011, porté à l’anglaise, au terme de la rigoureuse et non moins légendaire phase de sélection, poursuivie par une longue formation pluridisciplinaire, technique et guerrière. Il est ainsi devenu membre d’une des meilleures unités d’élite au monde, rompues à tous les modes opératoires. Dès lors, c’est une existence liée au péril qui devient contractuelle. Avec pudeur, il rend d’ailleurs hommage à ses camarades du commando Hubert, Alain Bertoncello et Cédric de Pierrepont, morts en opération au Burkina Faso en 2019, démontrant au passage que les Forces spéciales constituent une grande famille unie.

Le béret vert des commandos marine se porte à l’anglaise, la coiffe inclinée sur la droite, l’insigne à gauche, comme le portaient Kieffer et ses hommes sur la plage de Ouistream, en juin 44. On remarque sur cette photo la double fourragère, aux couleurs de la légion d’honneur et de la croix de la libération. Photo Cols Bleus.

Forgé par un plein engagement au service à la Patrie, porté par ses convictions profondes nourries d’écrits historiques, Louis Saillans sait relater le quotidien des forces spéciales en l’occurrence des commandos marine.

Servir en conscience

.
Les valeurs de la Marine nationale (Honneur – Patrie – Valeur – Discipline) portent louis Saillans, dans la vie militaire comme dans son existence pleine et entière. Et il sait le sens de de Servir, comme de donner la mort  en conscience si aucune autre solution n’est possible. Posé, l’homme démontre combien la réflexion fait aussi partie du moteur propre des membres des Forces spéciales. Tout son témoignage le rappelle. Il a fait le choix de le publier sans avoir clairement l’aval de la Marine, même s’il a pu bénéficier de la bienveillance de ses supérieurs ; comme il l’a souligné, ici ou là, dans les médias qui l’ont beaucoup sollicité.

Car, à l’oral comme à l’écrit, son propos est clair, précis et concis. Le style est simple, fluide. Et son regard sur les êtres, sur les circonstances, n’en est sans doute que plus fort. Que ce soit au contact de ses frères d’armes, ou face à des adversaires qu’il faut parfois enterrer, ou soigner, selon les situations auxquelles les opérateurs sont confrontés.

L’auteur restitue son parcours, ses expériences de combat, mais surtout prend de la hauteur, originalité de l’ouvrage, pour s’analyser, observer son entourage, reconstituer les ambiances. C’est surtout d’état d’esprit dont il est question. Une immersion au plus près des opérateurs pour aussi mieux faire comprendre aux néophytes, les convictions intimes, leurs liens en terme d’amitié et de solidarité à tout crin. Et de surcroit, Louis Saillans souligne régulièrement l’importance du poids décisionnel du chef vis-à-vis de ses hommes avec lesquels il vit continuellement. De jour comme de nuit, lors des moments de détente ou dans les instants d’appréhension naturelle devant la mission qui s’annonce,  avec parfois une mise en alerte des plus courtes.

L’engagement contre le terrorisme

;
Plus précisément, Louis Saillans nous fait part de son expérience opérationnelle au Sahel, contre les katibas djihadistes, les groupes mobiles qu’il faut intercepter ou neutraliser. Surviennent aussi les opérations d’arrestation de chefs recherchés, qui doivent être pris au cœur même de leur fief, au milieu de leurs proches, ou encore la participation à des missions de libération d’otages.

Préparés à toutes sortes de missions, il peut arriver que des commandos marine participent à des opérations clandestines. Mais alors, en cas de perte, pas d’hommage national aux Invalides, la mort au combat reste secrète. Photo Minarm.

Par diverses interventions dans les médias, l’ancien commando marine n’a pas manqué de rappeler combien la rusticité des adversaires et leurs sens auditifs décuplés leur ont permis de déjouer des systèmes d’armes et équipements sophistiqués (lunettes de vision thermique, drones), fruits d’une haute technologie de pointe.

Une manière de rappeler que le combat sur ces vastes espaces désertiques est loin de s’inscrire sur un temps ramassé. Il a pertinemment saisi la limite des opérations de coercition comme d’attrition si, conjointement, rien n’est posément et durablement assuré pour promouvoir une réalité économique et sociale faite d’équité et de réelle redistribution des richesses. C’est la seule solution, dit-il, afin de satisfaire les besoins les plus élémentaires de populations en grande détresse matérielle. Grande détresse dont savent profiter les djihadistes pour recruter les plus jeunes. Louis Saillans a pu constater les politiques de recrutement de jeunes qui, par l’appât du gain, basculent dans la spirale du djihadisme, alors qu’ils sont en quête de crédibilité au sein de leurs familles et qu’ils veulent se révéler en tant qu’hommes dans l’action.

Poursuivre le combat sur le champ des idées

;
Saisi par l’effroyable extension du djihadisme, d’un islam radical qui s’impose largement dans l’Afrique pansahélienne, Louis Saillans a décidé de quitter l’institution et de poursuivre le combat contre l’islamisme d’une manière différente, sans rien renier.

Sans ombrage, il déplore, dans le texte, la politisation extrême des opérations militaires et le manque de perspective et de projection d’un monde politique qui n’assume plus…

En dépit d’une certaine redondance des situations, les anecdotes, les précisions ici ou là, satisferont ceux qui sont en quête d’approfondissement ponctuelle. Dommage que le regard sur les Américains ne soit pas élargi et approfondi quoique déjà suffisamment explicite. Il démontre combien notre culture de l’emploi des armes est structurellement divergente de celle des Etats-Unis.

Le livre peut déplaire à certains parce que l’on y reconnaît telle ou telle mission, nous n’insisterons pas ici sur cet aspect, ou parce qu’il peut donner le sentiment de trop exposer au grand public l’état d’esprit des membres des forces spéciales.

Son témoignage s’adresse sciemment aux lecteurs les plus jeunes ; l’auteur a notamment pensé à ses enfants en réunissant et exploitant ses notes d’opération. Il tient à leur montrer ce que peut constituer la notion de servir. L’ouvrage revêt aussi une dimension de message pudique de reconnaissance, de profond respect et de complicité indéfectible à l’égard les membres de la communauté des opérations spéciales…Avec la certitude de mener un combat juste et du devoir accompli.

 

Chef de guerre de Louis Saillans
Paris, éditions Mareuil, 2021, 190 pages.
Plus d’informations sur le livre en cliquant ICI
;

***

Cet article vous a intéressé ? Vous avez une remarque à nous faire ? Vous souhaitez nous le faire savoir ? Cliquer ICI.

(*) Pascal Le Pautremat est Docteur en Histoire Contemporaine, diplômé en Défense et Relations internationales, officier (diplômé ORSEM) dans la Reserve opérationnelle depuis 1993. Il a enseigné à l’Ecole Spéciale militaire de Saint-Cyr et au collège interarmées de Défense, et est Conférencier et Chargé de cours dans l’Enseignement supérieur sur les crises et conflits contemporains. Auditeur de l’IHEDN (Institut des Hautes Études de Défense nationale), ancien membre du comité de rédaction de la revue Défense, il est le rédacteur en chef d’ESPRITSURCOUF.
Depuis 2017, Pascal Le Pautremat s’est tourné vers les sociétés et les structures publiques en matière d’analyses géopolitiques et géoéconomiques, de positionnement à l’étranger, d’analyses des Risques et Opportunités Pays.
Son dernier ouvrage « Géopolitique de l’eau : L’or Bleu” est présenté dans le numéro 152 d’ESPRITSURCOUF du 30 novembre 2020


Bonne lecture et rendez-vous le 12 août 2021
avec le n°170
D’ici là, pour une bonne santé, prenez soin de vous.

RESPECTEZ LES CONSIGNES :
Distanciation, port du masque  …

espritcors@ire ne reçoit aucune subvention, il n’est financé que par ses membres et les lecteurs d’ESPRITSURCOUF.

Si vous aimez notre site, si vous voulez l’aider à s’améliorer, adhérez ou faites un don à espritcors@ire, association reconnue d’intérêt général, qui l’édite.

Etre adhérent, vous permet d'être informé en premier et de recevoir la Lettre hebdomadaire d’actualité, réservée à nos membres.

 

ADHÉSION 2021 :

- Cotisation : 50€ net fiscal 17€,

- Bienfaiteur : 100€ net fiscal 34€,

- Soutien : 150€ net fiscal 57€.

 

DON : Pour tout autre montant ou pour IFI

 

VERSEMENT :

- par chèque, à l'ordre d'espritcors@ire (7, rue Rosa Bonheur, 75015 Paris)

- par Paypal ou par Carte bancaire, cliquez su"Cotisation, défiscalisation" ou sur "Don-IFI"

- par virement demander notre RIB à contact@espritsurcouf.fr

           

Chers lecteurs d’ESPRITSURCOUF,

Vous avez apprécié cet article Vous pouvez le retransmettre à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou l’adresse du site ESPRITSURCOUF (https://espritsurcouf.fr/).

Merci pour votre action au service du rayonnement de notre "Observatoire de Géopolitique, Économie, Défense et Sécurité".

Suivez-nous sur Facebook , Twitter , LinkedIn , Instagram , YouTube .

Sur les réseaux sociaux, donner votre avis, indiquer que vous aimez notre site, inciter vos amis à "liker" ESPRITSURCOUF.

Si vous souhaitez intégrer les réseaux sociaux d’ESPRITSURCOUF, merci de nous indiquer le libellé exact du nom de chacun de vos comptes Facebook, LinkedIn , Twitter … à contact@espritsurcouf.fr