;
VERS UN EURO NUMERIQUE
;

Pierre Charrin (*)
Économiste
;
;

/
Bitcoin (BTC), Litecoin, Ripple, Ethereum, etc., autant de nouvelles monnaies dont on entend plus ou moins parlé. La première est presque populaire, mais toujours sur la liste noire des autorités financières. L’utilisation de la dernière est admise par la communauté bancaire française. Et voici que se profile un « euro numérique ». Pour l’auteur, il s’agit d’une innovation majeure et passionnante, dont il décrit ici la genèse. Pour nous, il s’agit d’un saut dans l’inconnu, qui risque de chambouler notre manière de vivre. Ce sera l’objet d’un deuxième article.

L

Comment parler de l’Euro, donc de la monnaie ? En psychologue, sociologue, économiste, financier, politiste, géopoliticien … ? Ces approches multiples sont possibles, elles sont même légitimes et nécessaires. Pour toute société ayant franchi les premiers stades de la révolution néolithique, la monnaie est, après la langue, le lien social le plus fort reliant les hommes entre eux. Les facettes d’un tel phénomène sont donc aussi multiples qu’intriquées.

Dostoïevski l’auteur des Souvenirs de la maison des morts, savait de quoi il parlait en écrivant : « L’argent, c’est de la liberté frappée ». Frappée, comme on dit battre monnaie, c’est-à-dire apposer sur une pièce de monnaie un sceau officiel qui en garantit la valeur, rehaussé en général de l’effigie du souverain : César, Marie-Thérèse d’Autriche, Napoléon…Pour les deux derniers, le patronyme du souverain se confond avec la dénomination familière de la pièce ; quoi de plus parlant ?

Souveraineté, confiance, monnaie forment une vraie trinité qui pour les usagers de la monnaie signifie donc aussi liberté. Jusqu’à ces derniers temps, toute une symbolique, évolutive et variée, a été soigneusement déployée pour fixer l’unité inaltérable de ce trio.

Il n’est pas question ici de considérer le phénomène monétaire dans toute son ampleur, on se limitera à un projet de réforme à l’apparence purement technique, la création d’un euro numérique de banque centrale (digital euro). Mais, bien au-delà de la technicité, cette création aura un impact sur nos comportements individuels, sur les banques, voire sur la politique monétaire. Il faut souligner que les motivations profondes des banquiers qui travaillent sur ce projet, sont étroitement liées à ces trois mots : souveraineté, confiance, monnaie. Dans une récente interview, Monsieur Benoît Cœuré, ancien membre du directoire de la BCE, et actuel président d’un important groupe de travail sur les monnaies numériques à la Banque des Règlements Internationaux, qualifie ainsi ce projet : «Les discussions sur les monnaies numériques sont compliquées parce qu’elles touchent à la souveraineté et à la sécurité. Il y a de « gros enjeux », donc un risque du chacun pour soi. ». De son côté un ancien membre du directoire de la Bundesbank, qui n’a pas l’habitude de s’exprimer à la légère, parle de projet « passionnant ».
« Gros enjeux », « passionnant », qu’est-ce à dire ?

Paiements, vocabulaire : un foisonnement de nouveautés

K

PayPal ou Bitcoin (BTC) sont déjà anciens : l’un est familier et pratique pour beaucoup, l’autre reste entouré de mystères et d’une odeur de soufre. Ces dernières années la prolifération de dénominations nouvelles, l’annonce de créations de procédés de paiement prétendument ou réellement innovants se sont abattus sur les consommateurs à la façon d’une déferlante : crypto-monnaies, Libra devenu Diem avant même d’être vraiment né, monnaies électroniques, etc. …Voilà maintenant que l’euro numérique commence à sortir des conciliabules feutrés entre experts à Bâle ou Francfort. Ce mercredi 14 avril, la Banque Centrale Européenne a présenté les résultats d’une consultation publique en la matière (lancée le 12 octobre dernier et achevée le 12 janvier).

Non seulement la littérature psychosociologique sur la monnaie est souvent surprenante et absconse, mais aussi le simple mouvement de la monnaie n’est pas exempt de paradoxes pour le néophyte. C’est ainsi, par exemple, que notre simple billet de banque d’usage encore quotidien figure au passif du bilan de la Banque de France. Pour cette dernière, c’est donc une dette. Pourquoi ? Historiquement cela est parfaitement logique : jusqu’en 1914, tout détenteur de billets pouvait se présenter à un guichet de la Banque de France, et obtenir de l’or en échange, à une parité fixe, celle du franc germinal. Les billets étaient donc bien une dette que la banque centrale se devait d’honorer en puisant dans son actif d’or. Avec la disparition de la monnaie métallique, la dette de la Banque à l’égard des porteurs de billets est devenue fictive.

Fiction, certes, mais le symbole perdure sur les billets de la Bank of England où, sous la signature de son Gouverneur, il est écrit : I promise to pay the bearer on demand the sum of X pounds (je promets de payer au porteur la somme de…), avec en garantie subliminale le buste de la Reine. Les Américains, toujours modernes, sont passés à une symbolique, sur chaque billet, les mettant en relation avec l’au-delà : In God we trust (En Dieu, nous avons confiance). 

Photo Banque de France

L’histoire, confortée par la logique comptable, justifie toujours que les billets figurent parmi les dettes de l’Institut d’émission. L’histoire justifie aussi qu’on dénomme « monnaie fiduciaire » billets et pièces. Pour nos ancêtres, seule la monnaie métallique avait une valeur sûre et constante. Pour accepter des billets en paiement, il fallait avoir confiance dans le processus d’émission de ces billets par la banque centrale. Cette dernière devait donc être toujours capable d’honorer son engagement de fournir de l’or à parité fixe sur présentation de billets. Pour qualifier cette monnaie, l’adjectif « fiduciaire », du latin « fides », témoignait de l’importance donnée à la confiance, ou à la foi. De nos jours, à défaut d’or, la banque centrale a, pourrait-on dire, une dette de confiance à l’égard des détenteurs de billets quant à la sagesse de sa gestion au bénéfice de tous …

Fiduciaire et scripturale

.K

Aujourd’hui, en zone euro, comme partout dans le monde, la monnaie se présente uniquement sous deux formes, en principe totalement substituable l’une à l’autre à tout moment :

La monnaie fiduciaire, composée de billets et de pièces, appelés souvent « espèces » ou « cash », émises en zone euro par la Banque Centrale Européenne , d’une part et d’autre part la monnaie scripturale, représentée par l’ensemble des soldes créditeurs des comptes à vue, ou dépôts, détenus dans les banques d’une même zone monétaire par les agents économiques. Cette monnaie n’a d’autre support matériel qu’un écrit dans les livres comptables d’une banque. De là le qualificatif de « scripturale », du latin « scriptum » : écriture, ce qui est écrit.

La monnaie fiduciaire ne peut circuler en pratique que de la main à la main, c’est-à-dire sans intermédiaire. En revanche, la circulation de la monnaie scripturale exige un intermédiaire, l’action d’une banque ou plusieurs banques, capables d’exécuter les ordres de mouvement donnés par les titulaires des comptes. Deux moyens classiques pour ce faire : l’ordre de virement, virement qui lorsqu’il est donné via internet est de fait une monnaie électronique, et le chèque donnant ordre à la banque concernée de payer X ou Y. Le chèque, lui, exigera toujours un support-papier. C’est une des raisons de son usage fortement en déclin : aux Pays-Bas, par exemple, il a pratiquement disparu.

Depuis des décennies, de façon toujours croissante, la monnaie scripturale circule via les cartes de paiement, ou de crédit, qui sont gérés par des entités comme Visa, Mastercard, American Express, etc. De tels paiements exigent la mise en place et la gestion de tout un système téléinformatique complexe, mais in fine il s’agit toujours de débiter un compte W dans la banque X par le crédit d’un compte Y dans la banque Z … ou X.

Tous les autres dispositifs de paiement qui foisonnent : PayPal, porte-monnaie électronique (ou e-wallet), cartes privatives, etc…, peuvent être innovateurs et pratiques, mais il s’agit toujours in fine (après être passé par des sas intermédiaires) de débiter un compte bancaire pour en créditer un autre, le tout au sein du système bancaire, donc de la seule monnaie scripturale.

Révolution majeure, évolution destructrice

.K

Peu après la crise financière de 2007-2008 le bitcoin est arrivé, conçu par un mystérieux Satoshi Nakamoto. On peut interpréter cette création comme une réaction radicalement libertaire voulant s’affranchir de tout intermédiaire, que ce soit une banque centrale ou une banque commerciale. Le but du Bitcoin( BTC) est de créer un système de paiement purement pair-à-pair permettant « des paiements en ligne directe d’une partie à l’autre sans passer par une institution financière ». Cela signifie évidemment que le Bitcoin ne peut constituer un moyen de paiement qu’entre personnes l’acceptant pour tel.

Même lorsque ce cercle s’élargit, le bitcoin est une monnaie étrangère vis-à-vis des monnaies officielles. Dès qu’il y a change Bitcoin/$ ou Bitcoin/tout autre monnaie, un taux de change en ressort. On sait que ce taux connait de très fortes variations (le Bitcoin valait quelques centaines d’euros il y a quelques années, plus de 40 à 50 000 euros aujourd’hui), d’autant plus que le Bitcoin est utilisé par certains comme outil de placement spéculatif.

Force est de constater que le Bitcoin, d’une part s’affiche en rival des banques centrales et du système bancaire, d’autre part qu’il utilise une technique, la « blockchain », ou chaîne de blocs, qui « permet à tous les acteurs d’un même réseau d’atteindre un consensus sans jamais remettre en cause la confiance, et donc les rôles, accordés à chacun d’entre eux. ».  Pour prendre une métaphore, ce système permet, par un procédé de cryptage, que chaque transaction demeure indélébile, fonctionnant un peu comme une nasse : l’information une fois entrée ne peut ressortir, disparaitre ou être altérée. Ce procédé de la blockchain peut, et commence effectivement, à être utilisé dans de multiples autres applications.

Une nouvelle page de l’histoire plurimillénaire de la monnaie est en train de s’écrire. Photo DR

Évidemment les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazone, Microsoft), qui ambitionnent entre autres de s’ériger en puissances mondiales, ne pouvaient rester indifférentes à cette évolution. Facebook concocte le projet « Libra », devenue « Diem », qui s’inspire de l’expérience Bitcoin, mais plus facilement utilisable et moins agressive à l’égard des États, en indexant la valeur du diem sur un panier de grandes monnaies : US-dollar, euro, etc…Diem n’en serait qu’à une étape de test. Google a aussi un projet de la même veine, mais, semble-t-il, en connivence avec de grands réseaux bancaires.

Si l’usage de la monnaie scripturale continue de prospérer, celui de la monnaie fiduciaire espèces, décline depuis des dizaines d’années, et de façon accélérée sur la dernière période. En zone euro, billets et pièces ne représentent que 13% de la masse monétaire calculée de la façon la plus restrictive.

A cela vient donc s’ajouter l’apparition de crypto-monnaies type Bitcoin, complétement déconnectées des systèmes monétaires officiels, sans compter les autres à venir, qui ne peuvent que continuer à accélérer la marginalisation des espèces. A tel point que d’aucuns anticipent même leur disparition. Ce phénomène est déjà très avancé en Suède où nombre de commerces refusent désormais les paiements en espèces.

Par un bref flashback, songeons au monde monétaire quotidien qu’ont encore connu nos grands-parents ou arrière-grands-parents avant 1914 : les pièces métalliques dominaient le monde du paiement, avec l’emblématique pièce de 20 francs, le « Louis » : 6, 4561 grammes au titre de 900/1000 d’or fin. Les billets de la Banque de France étaient d’usage pour les transactions importantes. Seules les personnes fortunées et les entreprises de bonne taille avaient un compte en banque. La monnaie scripturale n’avait donc qu’un poids marginal au sein de la masse monétaire de l’époque.

Cet édifice monétaire relevait des seules responsabilités de l’État et d’une Banque de France, certes à l’actionnariat privé, mais dont les gouverneurs étaient nommés par l’État. L’État fabriquait les pièces métalliques et en garantissait le poids et le titre en métaux précieux, et la Banque de France assurait la totale convertibilité de ses billets en or. De 1914 jusqu’à une période récente, l’édifice monétaire a connu de nombreux changements, mais toujours, État et banque centrale en ont assuré la construction évolutive et le fonctionnement … même si la confiance a été parfois évanescente …Tous les grands États occidentaux ont connu une histoire pour l’essentiel analogue à la française.

Avec la progression inexorable de la dématérialisation de la monnaie, qui marginalise de plus en plus la monnaie fiduciaire, suivie depuis une dizaine d’années de la très possible montée en puissance de monnaies purement privées, le monopole de l’émission monétaire du souverain n’est-il pas remis en cause ?

La question commence à tarauder sérieusement les banquiers centraux … qui entendent bien garder leur centralité ! On verra ultérieurement comment ils abordent la réponse à donner à cette question majeure.

***

Cet article vous a intéressé ? Vous avez une remarque à nous faire ? Vous souhaitez nous le faire savoir ? Cliquer ICI.


Pierre Charrin, ancien Consultant à la Cegos, a exercé dans le secteur bancaire : activités de capital-développement, fusions-acquisitions, réorganisation et direction d’une direction des crédits. Actuellement consultant en financement de l’hébergement touristique.

Chroniqueur économique dans une revue professionnelle, membre de la rédaction de ESPRITSURCOUF.  


.
Bonne lecture et rendez-vous le 03 mai 2021
avec le n°163
D’ici là, pour une bonne santé, prenez soin de vous.
RESPECTEZ LES CONSIGNES :
Distanciation, port du masque, respect du couvre-feu et du télétravail …

ESPRITSURCOUF ne reçoit aucune subvention, il n’est financé que par ses lecteurs. Si vous aimez notre site, adhérez ou faites un don à espritcors@ire l’association qui l’édite

ADHÉSION 2021 :

 Cotisation: 50€ net fiscal 17€,

 Bienfaiteur: 100€ net fiscal 34€,

 Soutien: 150€ net fiscal 57€.

DON : Pour tout autre montant ou pour IFI

VERSEMENT : 

 par chèque , à l'ordre d'espritcors@ire (7, rue Rosa Bonheur, 75015 Paris)

 par Paypal ou par Carte bancaire, cliquez sur "Cotisation, défiscalisation" ou sur "Don-IFI"

         

Chers lecteurs,

Vous avez apprécié cet article. Vous pouvez le retransmettre à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou du site ESPRITSURCOUF. Merci pour votre action au service du rayonnement de notre "Observatoire de Géopolitique, Économie, Défense et Sécurité"

Suivez-nous sur Facebook , Twitter et LinkedIn .

Sur les réseaux sociaux, donner votre avis, indiquer que vous aimez notre site, inciter vos amis à "liker" ESPRITSURCOUF