.
ALGERIE :
QUE FAIRE MAINTENANT ?

.



ESPRITSURCOUF complète  son dossier – “L’Algérie après Bouteflika : le Hirak et le Maghreb”  par l’ étude publiée par LA VIGIE dans sa livraison du n° 119. Les deux rédacteurs habituels de La Vigie se sont associés la compétence et l’autorité du professeur Kader Abderrahim.
Dans ce numéro 113, ESPRITSURCOUF a sélectionné des extraits de ce texte à trois voix qui parle surtout de l’avenir de l’Algérie, mais aussi du Maghreb et de la France. La semaine dernière nous avions présenté l’analyse de la situation.

Découvrez le Focus Algérie du n°112

Les manifestations algériennes ont marqué les esprits par leur ampleur mais aussi par leurs résultats rapides. Notons au passage qu’il est bon qu’on les désigne par le mot local de Hirak qui vaut bien mieux que le soi-disant « printemps arabe » de 2011, expression trouvée alors par les journalistes occidentaux dans une opération de communication qui contrastait avec ce qui se passait réellement sur le terrain. Dans le cas présent, ce mot qui désigne le mouvement est venu de la base, ce qui est significatif d’un changement d’approche – mais aussi de la grande prudence des Occidentaux en général, des Français en particulier, à son égard. Or, cette grande prudence cache mal un désarroi voire l’absence de projet politique approprié. Pourtant, il y a beaucoup à dire et à proposer.

Un système plus fragile qu’il n’y paraissait
Ainsi, la rapidité avec laquelle le président Bouteflika a lâché prise est impressionnante : la première manifestation importante date du 22 février mais c’est celle du 1er mars (jusqu’à trois millions de personnes dans les rues) qui déclenche vraiment le processus : il n’aura fallu que douze jours pour que le président Bouteflika annonce dès le 11 mars qu’il renonce à briguer un cinquième mandat. Cela illustre une réalité qui a été peu soulignée : la fragilité du Système qu’on nous disait tellement opaque et enchevêtré qu’on ne pouvait plus rien faire contre lui. Au fond, la cinquième candidature n’était qu’une solution d’attente de l’effacement d’un président empêché : un attentisme biologique plus qu’un projet politique réel. Le Système incapable de se mettre d’accord sur les modalités d’une reprise de ses actifs calculait qu’il ne servait de rien de précipiter les choses et que de toute façon, le changement se ferait.
 Il se fit (il est toujours en train de se faire) ce qui explique finalement la vitesse avec laquelle le Système a cédé à la rue et relevé le défi. Mais en cédant sur le président Bouteflika et en sacrifiant quelques têtes emblématiques, il ouvrait la boîte de Pandore, celle des purges successives des entourages, des affairistes et des généraux supposés influents. Toutefois, l’écheveau des corruptions est assez profond pour que cela ne suffise pas. Nous sommes donc face à un processus qui est loin de s’achever. Cependant, le système s’est surtout concentré sur son cœur alchimique : l’armée.
L’armée et ses apanages divers devrait-on dire d’ailleurs tant on y discerne plusieurs clans. Le CEMA, le général Gaid Salah, n’est finalement qu’une clef de voûte qui tient l’édifice sous tension, comme au sommet d’une arche gothique. Il diffère en cela d’autres généraux ou maréchaux au pouvoir dans la région. S’il a longtemps soutenu Abdelaziz Bouteflika à qui il a dû son ascension et son poste, il l’a abandonné sans hésitation. Mais s’il est encore un point d’équilibre, il est plus fragile qu’il n’y paraît. L’armée paraît moins monolithique qu’on le dit et la relève est probablement prête. Elle gardera, selon la tradition algérienne, sa formule collégiale. Cette fragilité n’est pas celle du Système, c’est celle de toute l’Algérie.

Une fragilité plus générale
Constatons ainsi que si le Système est fragile, la rébellion l’est également. Certes, par prudence, elle fait bien attention à ne pas désigner de leader, de crainte que celui-ci ne soit la cible du pouvoir en place ou qu’un individu ne réussisse pas à trouver l’assentiment de tous les manifestants. Mais du coup, cela entrave la construction sociopolitique d’une alternative. On est ainsi frappé par l’absence non seulement de propositions, mais aussi de débat intérieur permettant de construire des solutions. Au fond, le dégagisme est tellement fort qu’il affecte préventivement la foule et la stérilise. C’est extrêmement malsain et finalement fort peu démocratique, malgré les apparences unanimistes des manifestations.
Il y a en effet trois types de transition. Elles peuvent d’abord êtes violentes : c’est la forme la plus habituelle et la décennie noire a montré que cela ne fonctionnait pas bien. Elles peuvent être octroyées : les quatre mandats d’A. Bouteflika ont démontré que c’était en fait une impasse, sans cohérence ni pérennité. Elles peuvent être négociées ce qui est préférable mais il faut alors que le mouvement s’organise pour porter les vraies revendications collectives et soit ensuite capable de transiger lors des négociations inéluctables pour parvenir à un nouvel équilibre. Or, le Hirak ne donne pas l’impression d’avancer dans cette direction-là : c’est sa limite actuelle.
Au fond, la défiance et la suspicion sont devenues les sentiments les plus partagés. Mais on ne construit pas là-dessus une société de progrès qui exige la confiance. Cela entravera la reconstruction d’un nouvel équilibre que ce soit aux plans politique ou économique : tout le monde sera systématiquement suspecté, il y aura toujours un puriste pour déceler un complot, une corruption ou une manigance, et l’apaisement des esprits sera long à installer. C’est une trajectoire délétère.
Le système actuel a incontestablement affaibli l’Algérie, ce pays qui a des frontières fermées avec presque tous ses voisins, qui a une situation économique déplorable qui décourage l’initiative, qui ne survit que grâce à une manne pétrolière qui s’épuise et qui a une jeunesse nombreuse et sans perspectives… Or, la future transition sera longue et elle affaiblira tout le monde si on n’y prend garde : l’Algérie, bien sûr, mais aussi tout le Maghreb, toute la Méditerranée occidentale et donc la France également.

 Parlons de nos intérêts communs et construisons un projet ambitieux
Chacun des voisins de l’Algérie retient aujourd’hui son souffle et se tait. Or, il convient d’aborder les choses de façon dépassionnée et de parler des intérêts. Ceux de l’Algérie, bien sûr, mais aussi ceux de ses voisins. L’intérêt de tous, mais d’abord des Algériens, c’est maintenant de raisonner au niveau maghrébin. C’est aussi l’intérêt de la France que d’y contribuer.
La France doit aider le Maghreb à se constituer et donc l’Algérie à y voir sa priorité non pas à cause d’une histoire passée – elle compte certes mais au fond, elle n’est pas la raison essentielle – mais à cause de nos intérêts communs. Car la crise algérienne intervient à un moment clef, y compris en France, au moment d’élections européennes peu motivantes. Un bref retour à l’histoire s’impose. En effet, la France a fait le choix de l’Europe après avoir soldé son empire colonial, à la suite des indépendances successives de 1954, 1960 et 1962. Le traité de Rome fut signé en 1957, celui de l‘Elysée en 1963 pour ouvrir une ère de coopération régionale d’un mode nouveau conduisant à une véritable communauté de destin et d’intérêt. La France remplaçait un centre d’intérêt impérial par un autre régional et civilisationnel. Elle compensait une déception et une péremption par un espoir et une construction. Il se trouve que cet espoir européen est aujourd’hui à son tour déçu. Non qu’il faille envisager une rupture, mais l’Europe a atteint son plafond d’intégration communautaire et les peuples européens le manifestent les uns après les autres aux technostructures supranationales européennes.
La France en délicatesse avec son Est continental voudrait se rééquilibrer par son Sud maritime et, dans le cas présent, privilégier le voisinage méditerranéen et proposer de mieux intégrer une Méditerranée occidentale de trois cents millions d’habitants.
La France qui comme tous les riverains de la Méditerranée occidentale a besoin de stabilité et de développement, peut aider à corréler les passions et les intérêts. Il faut tous faire ensemble du Maghreb, et de l’Algérie en son centre, le moteur du développement euro-africain. C’est près d’un milliard d’Africains qui en bénéficiera ; le marché global de la modernité est immense.
La stabilité de l’Algérie ne pourra passer que par la stabilité du Maghreb, et celle-ci aura besoin de la prospérité de la Méditerranée Occidentale mais aussi du développement sécurisé du Sahel. Au cœur du Maghreb, l’Algérie constitue un objet neuf qui peut se projeter ainsi dans l’avenir de façon positive et ambitieuse. La France comme ses voisines latines ont un grand intérêt à l’y aider.
 À son rythme et à sa façon fière et méthodique, l’Algérie pourra accéder à un mode de gouvernance rénovée d’un État maghrébin modernisé, avec tous les outils de l’État de droit dans un pays arabo-musulman. Cela inclut notamment une sécurité juridique et financière qui fait encore défaut ; un code de la famille compatible avec ceux des sociétés européennes de culture latine avec lesquelles elle a des familles partagées ; un système fiscal transparent et universel ; des partis de plein exercice entrant dans un jeu démocratique apaisé ; des libertés économiques qui donnent de l’espoir à une population jeune qui veut construire son avenir. La France et ses voisins espagnols, portugais et italiens sera heureuse de proposer sa technologie, ses biens, ses ingénieurs, sens entrepreneurs, ses experts, ses solutions dans des échanges dynamiques et paritaires.
Il nous faut désormais parier sur la jeunesse algérienne et maghrébine qui se manifeste semaine après semaine. Elle est connectée et beaucoup plus homogène et unifiée que les systèmes politiques actuels ne le laissent voir. Elle a le goût des échanges et partage l’aspiration à un monde qui lui laisse toute sa place et utilise toute son énergie. Il faut répondre à cette attente en proposant un projet ambitieux et dynamique. Il ne s’agit pas seulement de défaire le monde ancien, mais désormais il faut construire un monde nouveau dans ce petit coin assez homogène de la Méditerranée. Et sans doute le constituer en un laboratoire régional de la mondialisation qui profite d’abord aux voisins régionaux.
Il est temps désormais pour tous de sortir du bois. Cette responsabilité est commune à toutes les parties en présence : les responsables en place qui doivent désormais ménager la transition ; les turbulents qui doivent désormais consolider leurs revendications ; les voisins qui doivent proposer et aider. C’est à un réajustement général de la région qu’il faut procéder grâce au Hirak algérien.

C’est notre intérêt commun. Il est temps de le mettre en œuvre. Car au fond de la boîte, Pandore trouve l’espérance.

 ………………………………………….(*) Les auteurs

Kader A. Abderrahim
est historien de formation et Maître de conférences à l’IEP Paris. Il travaille sur les systèmes politiques dans le monde arabe ce qui constitue l’essentiel de son aire de recherche. L’islam politique est également un axe prioritaire de sa réflexion. Il prépare actuellement un livre sur cette thématique. Il est l’auteur de nombreux articles sur ces deux sujets et il intervient régulièrement dans les médias sur les soubresauts que vit le monde arabe. Kader A. Abderrahim a été Professeur invité à l’Université de Californie (UCLA) de 2010 à 2013.
Jean Dufourcq est contre-amiral (2S), docteur en science politique, ancien rédacteur en chef de la Revue Défense Nationale, membre de l’académie de marine. Analyste (ministère de la Défense et ministère des Affaires étrangères), il a enseigné pendant plus de 10 ans, dirigé plusieurs équipes de chercheurs et publié de nombreuses réflexions sur les questions européennes, méditerranéennes et africaines, ainsi que sur les stratégies navale et nucléaire.
Olivier Kempf est docteur en science politique, chercheur associé à l’IRIS, enseignant auprès de nombreuses institutions. Il dirige la collection « Cyber stratégie » chez Economica et a publié huit ouvrages de géopolitique et de stratégie ainsi que de nombreux articles et études. Ses travaux portent sur la cyber stratégie, la sécurité de l’espace euro-atlantique, la stratégie nucléaire, la stratégie des organisations, la géopolitique de la France.

L’étude complète est accessible 
https://www.lettrevigie.com/blog/2019/05/30/dossier-n-11-lalgerie-le-hirak-et-la-france-gratuit/

VOUS RETROUVEREZ CE DOSSIER ET D’AUTRES INFORMATIONS
SUR LE SITE « LA VIGIE »
 
https://www.lettrevigie.com/

Pour aider de jeunes corsaires et développer ESPRITSURCOUF.fr Votre contribution est indispensable : - ADHÉSION à « espritcorsaire » : Membre 50€ soit 17€ net fiscal - DONS pour réduire votre IFI

Contribution par chèque à l'ordre d'espritcors@ire, par Paypal ou carte bancaire Cliquez sur DON ou ADHESION

Chers lecteurs,

Vous avez apprécié cet article. Vous pouvez le retransmettre à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou du site ESPRITSURCOUF.fr Merci pour votre action au service du rayonnement de notre "Observatoire de la Défense et de la Sécurité"

Suivez-nous sur Facebook et Twitter