POLITIQUE DE LA VILLE :
ÉNIEME RAPPORT ACCABLANT

.
Xavier Raufer (*)
Criminologue

.
La publication du dernier rapport de la Cour des Comptes sur la politique de la ville a échauffé la bile de notre auteur. Il en passe les éléments au tamis de sa spécialité, la sécurité.
.

Régulièrement, avec une méritoire constance, la Cour des comptes épingle, dénonce, étrille, carbonise, le durable et criminogène monstre nommé “Politique de la ville” – en clair, la panoplie des ruineuses mesures servant à visser le couvercle de la marmite criminelle sur les zones hors-contrôle périurbaines. 2007… 2012…. 2016… 2019… 2020…. ajoutons-y les rapports des cours régionales des comptes : on en remplit une armoire.

Précisions :


Il y a 1 514 de ces quartiers en France, 4,5 millions d’habitants dans 859 communes. Et cette “Politique” coûte de longue date 10 milliards d’euros par an, plus les fonds de la rénovation urbaine et les dépenses des collectivités locales, qui sont, elles, “difficilement mesurables” dit poliment la Cour des comptes.

Tout ça pour rien : “empilement de dispositifs illisibles… manque de clarté… absence de stratégies communes et d’outils d’évaluation efficaces”. Ce rapport 2020 (2 ans d’enquête dans 8 secteurs et 4 régions affectées …, 25 analystes), complète les précédents : “attractivité en berne, recul économique et commercial, dispositifs d’aide inefficaces, activités illicites florissantes”. Encore : “paupérisation grandissante, insécurité…l’amélioration du bâti échoue à inverser la tendance”.

Sauf rares allusions, ce dernier rapport de la Cour des comptes glisse sur la criminalisation de ces quartiers, où les forces de l’ordre sont d’usage absentes et où des bandes armées, embryons de milices narco-islamistes, imposent leur loi à des habitants effrayés. Rien non plus sur ces émeutes désormais constantes en France métropolitaine et qui, 90 fois sur cent, secouent ces mêmes quartiers et leurs alentours.

Saisie d’armes dans un quartier « sensible ». Déjà, en mars 2010, un rapport parlementaire alertait sur la prolifération et la « mutualisation » des armes dans les bandes de banlieues. Photo PN

Plus grave : la métastase criminelle de ces quartiers hors-contrôle sur le reste du pays. Car, comme tout être humain, espèce invasive s’il en est, le bandit accroit son territoire dès qu’il le peut. On le laisse faire, par anarchisme mondain ou secrète sympathie pour la sœur Traoré & consorts ? Il prolifère vers de nouvelles « zones de virulence ».

Exemples :


Creil.
En matière sanitaire, la région de Creil est un désert criminalisé. Sur le Plateau Rouher, 15 000 habitants et fief régional du narcotrafic, subsistent 3 généralistes, sur 11 médecins en 2008. Vu l’âge des “survivants”, il n’en restera plus un seul en 2025. Pourquoi ces professionnels de la santé fuient-ils ? Médecins et secrétaires agressés… Pharmaciens braqués… locaux et bureaux cambriolés…  Au-delà dans le bassin de Creil, les braquages, cambriolages et attaques à la voiture-bélier se multiplient en 2020 : centre-ville, zone commerciale, zone industrielle, nul n’est épargné. Rodeurs, nomades ou « mineurs » : les raids nocturnes y sont « en pleine croissance ».

Nantes. Ensauvagement du centre-ville. Début 2020, 200 hôteliers, restaurateurs et cafetiers du centre-ville dénoncent la criminalisation ambiante : trafic de stupéfiants,  bagarres et agressions à l’arme blanche jusqu’à l’aube, vols de sacs et portables… En 2019, les vols avec violence dans la ville augmentent (22 %) pour la 3e année consécutive. La clientèle fuit. En une semaine de février 2020, 28 cambriolages de commerces à Nantes : boulangers, buralistes, débits de boissons, restaurants, etc.

Essonne. Venus par RER « du nord de Paris » ou de la Seine-Saint-Denis, des « individus itinérants », voyous des cités, nomades ou « Mineurs Non Accompagnés » (souvent majeurs et chassant en meutes) pillent un paisible secteur de l’Essonne, Sainte-Geneviève-des-Bois (50 cambriolages par mois début 2020…) et villes voisines. Un gang de Seine-Saint-Denis (Bobigny, La Courneuve, le Blanc-Mesnil) vole désormais des voitures et accessoires (banquettes, autoradios…), dans toute l’Île-de France, plus l’Oise.

Bordeaux. Partant des quartiers “sensibles”, les cambriolages se multiplient dans Bordeaux-centre et alentours : supermarchés, cafés-tabac, stations-service : vols avec armes par braqueurs violents ; employés et commerçants frappés, etc… Début janvier 2020, autant de braquages à Bordeaux que dans toute l’année 2019.

Reims. Pourquoi la « guerre » entre les quartiers Orgeval et Croix-Rouge, soudain déchaînée en 2016, perdure-t-elle depuis lors ? Pourquoi ces « coups de feu si fréquents ? Du fait du relogement dans cette périphérie rémoise « de gens d’Île-de-France… de populations de Seine-Saint-Denis qui n’ont aucune limite, que ce soit avec les armes ou avec la drogue ».

Faits divers, disent les médias, confrontés à ces indéniables exactions. Bien plutôt, les éléments épars d’une vague criminelle que la population ne supportera peut-être pas indéfiniment.

Cet article vous a intéressé ? Vous avez une remarque à nous faire ? Vous souhaitez nous le faire savoir ? Cliquer ICI.

Xavier Raufer(*) : Criminologue, directeur d’études, au pôle sécurité-défense du Conservatoire national des Arts et Métiers.
Professeur associé :
. Institut de recherche sur le terrorisme, Université Fu Dan, Shanghaï, Chine.
. Université George Mason (Washington DC), centre de lutte contre le terrorisme, la criminalité transnationale et la corruption
Directeur collection au CNRS-Éditions, coll. Arès ; et
«Directeur collection au CNRS-Éditions, coll. Arès et à  « SECURITE GLOBALE » sa nouvelle série aux éditions Eska.  VVous trouverez dans la rubrique LIVRE du numéro 142 du 13 juillet 2020 la présentation du dernier numéro de cette revue. Il est auteur de nombreux ouvrages consacrés à la criminalité et au terrorisme, dont le « Le crime mondialisé » présenté dans le n° 114 du 1er juillet 2019 d’ESPRITSURCOUF 

Bonne lecture et rendez-vous le 08 mars 2021
avec le n°159

D’ici là, pour une bonne santé, prenez soin de vous.
RESPECTEZ LES CONSIGNES:
Distanciation, port du masque, respect du couvre-feu et du télétravail …

ESPRITSURCOUF :
IN ENGLISH, AUF DEUTSCH, EN ESPAÑOL, EN PORTUGUÊS, IN ITALIANO, IN HET NEDERLANDS, PO POLSKU, ПО РУССКИ.
Click HERE

ESPRITSURCOUF ne reçoit aucune subvention, il n’est financé que par ses lecteurs. Si vous aimez notre site, adhérez ou faites un don à espritcors@ire l’association qui l’édite

ADHÉSION 2021 :

 Cotisation: 50€ net fiscal 17€,

 Bienfaiteur: 100€ net fiscal 34€,

 Soutien: 150€ net fiscal 57€.

DON : Pour tout autre montant ou pour IFI

VERSEMENT : 

 par chèque , à l'ordre d'espritcors@ire (7, rue Rosa Bonheur, 75015 Paris)

 par Paypal ou par Carte bancaire, cliquez sur "Cotisation, défiscalisation" ou sur "Don-IFI"

         

Chers lecteurs,

Vous avez apprécié cet article. Vous pouvez le retransmettre à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou du site ESPRITSURCOUF. Merci pour votre action au service du rayonnement de notre "Observatoire de Géopolitique, Économie, Défense et Sécurité"

Suivez-nous sur Facebook , Twitter et LinkedIn .

Sur les réseaux sociaux, donner votre avis, indiquer que vous aimez notre site, inciter vos amis à "liker" ESPRITSURCOUF