.
Voir plus loin
.

;
Michèle Alliot-Marie (*)

Ancien ministre
;

Depuis le début de l’année, le tempo électoral était l’occasion de débats riches et porteurs d’avenir. Or, ce n’est pas le cas, déplore l’auteur. Elle vient de publier un livre « VOIR PLUS LOIN : Feuille de route pour le prochain président » où elle dénonce la médiocrité du personnel politique, le manque de vision, d’ambitions, de grandeur.
;

La géostratégie et la prospective auront été les grandes absentes du débat présidentiel. La campagne législative actuelle ne leur donne pas plus de place. C’est une aberration dans un pays comme la France, et plus encore une faute politique majeure de tous les acteurs de la vie publique.

Dans un contexte de guerre aux portes de l’Europe, de menaces d’utilisation d’armes nucléaires, de tensions croissantes au Moyen-Orient comme en Asie, de pandémie, de risque de crise économique et alimentaire mondiale, les citoyens attendent des dirigeants qu’ils donnent des analyses et des perspectives prouvant qu’ils voient plus loin que la seule échéance électorale.

Inscrire son action dans une dimension internationale, ce n’est pas seulement mettre en scène des attitudes. Dans un monde complexe, à fortes tensions et à haut risque, il faut se montrer capable de mettre les événements en perspective, être à même de mener une analyse prospective et de proposer une vision des relations futures entre les pays.

Que la géostratégie et la prospective soient les grandes absentes du débat présidentiel comme de la campagne législative n’est pas anodin non plus sur la scène nationale.

En pleine incertitude économique, face aux tensions sociales, à la mise en cause de l’unité de la nation, les citoyens attendent des projets qui leur donnent l’envie de vivre ensemble, de l’enthousiasme et des perspectives. Qu’avons-nous entendu qui réponde à cette attente ? Rien ou si peu.

Surfant sur des demandes catégorielles, ignorant les réalités du mal-être d’une part grandissante de la société, faisant silence sur l’existence d’un environnement international qui pourtant pèse de plus en plus sur les décisions nationales, les candidats ont proposé des programmes construits par les sondages plus que par une vision de la France, de sa place et de son rôle dans le monde du XXIe siècle.

C’est une faute politique.

Si un électeur sur trois s’abstient de départager une candidate d’extrême-droite d’un candidat plutôt centriste-libéral, c’est qu’il y a un vrai problème d’identification à la Nation, à une conception de notre société. Plus que jamais nous avons besoin de politique au sens noble du terme.

Garantir l’unité de la Nation par les arbitrages essentiels, et l’avenir du Pays par une vision de long terme, là est le rôle et l’essence même du politique.

Au vu des programmes et des discours lors de la campagne présidentielle, peu nombreux sont ceux qui se sont montrés à la hauteur des enjeux et des risques.

Qui, dans la campagne législative, porte un projet qui en soit digne ?

A force de vouloir gommer par souci de bienséance médiatique toutes les aspérités des convictions idéologiques, les politiques finissent par tous se ressembler. Ils ne proposent que des formules technocratiques qui ne permettent pas aux Français de voir où on veut les conduire.

Dès lors, pourquoi choisir l’un plutôt que l’autre ?

Passer sous silence le fait que les tensions du monde s’alimentent à la recherche des ressources naturelles, qu’elles soient alimentaires, aquacoles ou minérales, et à la volonté de peser démographiquement, technologiquement, économiquement, militairement et politiquement, c’est priver les français de la conscience de nos atouts.

Face aux défis des cinquante prochaines années, nos capacités en agro-alimentation, en ressources énergétiques, en créativité médicale, en recherche, nous placent aux premiers rangs mondiaux, à condition que nous gardions notre unité, notre souveraineté, notre capacité d’anticipation.

Qui l’a dit ? Qui en a tiré les bases d’une politique ambitieuse ? Qui agira pour préparer à la France un avenir digne de son passé et de sa place singulière ?

***

Cet article vous a intéressé ? Vous avez une remarque à nous faire ? Vous souhaitez nous le faire savoir ?
  Cliquer ICI


(*) Michèle ALLIOT-MARIE  fut la première femme à prendre la tête d’un grand parti politique français, le RPR, en 1999, après avoir été secrétaire d’État chargée de l’Enseignement (1986-1988) et ministre de la Jeunesse et des Sports (1993-1995). Elle sera également la première femme ministre de la Défense (2002-2007), la première ministre de l’Intérieur (2007-2009) et la première ministre des Affaires étrangères (2010-2011), après avoir été ministre de la Justice (2009-2010).


Bonne lecture et rendez-vous le vendredi 17 juin 2022
avec le n°192
D’ici là, pour une bonne santé, prenez soin de vous.
RESPECTEZ LES CONSIGNES :
Distanciation, port du masque  …

NOUS AVONS BESOIN DE VOUS !

Soutenez-nous !

     

Nous ne recevons aucune subvention, nous ne sommes financés que par les lecteurs d’ESPRITSURCOUF. Adhérez ou faites un don défiscalisé à espritcors@ire , association reconnue d’intérêt général qui l’édite.

Ainsi vous serez informé en priorité et recevrez le SEMAPHORE Lettre d’actualité, réservée à nos membres.

 

ADHÉSION 2022 :

  • Cotisation: 50€ net fiscal 17€,
  • Bienfaiteur: 100€ net fiscal 34€,
  • Soutien: 150€ net fiscal 57€.

VERSEMENT :

  •  par chèque, à l'ordre d'espritcors@ire (7, rue Rosa Bonheur, 75015 Paris
  • par Paypal ou par Carte bancaire, cliquez sur"Cotisation, défiscalisation" ou sur "Don-IFI"
  • par virement demander notre RIB à contact@espritsurcouf.fr

ESPRITSURCOUF

« UN AUTRE REGARD SUR LE MONDE »

 

Vous appréciez cet article, transmettez-le à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou l’adresse du site ESPRITSURCOUF

Merci pour votre action au service du rayonnement de notre "Observatoire de Géopolitique, Économie, Défense et Sécurité"

Suivez-nous sur FacebookTwitter, LinkedIn, Instagram et YouTube

Sur les réseaux sociaux, donnez votre avis, indiquez  que vous aimez notre site, incitez vos amis à "liker" ESPRITSURCOUF

Si vous souhaitez intégrer les réseaux sociaux d’ESPRITSURCOUF, merci de nous indiquer le libellé exact du nom de chacun de vos comptes Facebook, LinkedIn, Twitter … à contact@espritsurcouf.fr