POUR LES COMBATTANTS
D’AFGHANISTAN

;
Jean-Pierre Ferey (*)

Journaliste
;

e rideau tombe sur le théâtre afghan. Les troupes américaines s’en vont, les talibans reprennent le contrôle du pays. Vingt ans de combats, d’efforts diplomatiques, de volontés nobles et sincères pour aider une population défavorisée ! Vingt ans d’élans démocratiques et de désirs de paix, mais aussi vingt ans d’arrière-pensées, de reniements, de magouilles politiciennes et de coups tordus ! Pour quel résultat ? Pour rien ! Le pays se retrouve dans l’état où il était vingt ans plus tôt.

Ce constat amer ne doit pas être prétexte à jeter le voile de l‘oubli sur ces « aventures » afghanes. Des soldats y sont morts pour la France. Nous nous devons de garder en mémoire leurs souffrances et de les honorer.

C’était après les attentats sur New-York du 11 septembre 2001. Pour la première fois, les pays membres de l’Otan ont mis en œuvre l’article 5 du traité de l’Atlantique Nord. L’un des leurs était attaqué, tous ont pris les armes pour le défendre. La France de jacques Chirac, alors à la marge de l’Otan, n’était pas contrainte de s’engager. Mais elle a néanmoins décidé de mobiliser ses troupes. Ce fut pour les français l’opération Pamir

Dans le même mouvement,  l’Organisation des Nations-Unies, par ses résolutions 1386 et 1510 de décembre 2001 et d’octobre 2003, créait l’ISAF (Force Intérimaire d’Assistance et de Sécurité). C’est-à-dire qu’elle formait une coalition internationale armée pour intervenir en Afghanistan, avec pour mission « d’aider l’autorité intérimaire afghane à maintenir la sécurité…afin de permettre à l’Etat Afghan de se reconstruire, de permettre des opérations de développement et de permettre un déploiement des services de l’Etat Afghan ».

Les premiers soldats français, un PC tactique et une compagnie renforcée du 21° Régiment d’Infanterie de Marine,  sont arrivés dans le nord de l’Afghanistan, à Mazar-e-Sharif, le 15 novembre 2001. Puis un détachement du 1er RPIMA a investi Kaboul, la capitale, le 2 janvier 2002. Ensuite les missions et les effectifs ont évolué, on a compté jusqu’à 4 500 hommes sur le terrain. On est passé d’opérations de stabilisation à une stratégie de contre-insurrection, où l’on visait à couper la population des insurgés talibans. Les combats sont devenus de plus en plus importants.

Le Batfra (bataillon français) a d’abord été chargé de veiller sur la capitale, sur KIA (Kaboul International Airport) et sur la plaine de la Chamali. Puis on a rajouté à la zone le district et le barrage de Surobi. En 2009, les moyens militaires français sont regroupés dans la vallée de la Kapisa, on l’on met sur pieds la brigade La Fayette. Sous commandement américain, elle a une triple mission : conquérir la population en repoussant les talibans, assurer la formation de la 3eme brigade de l’armée nationale afghane, et surtout rouvrir « Vermont road », la « main road », la route principale qui relie d’ouest en est la base aérienne de Bagram à Surobi, en suivant la Kapisa et en passant par les postes fortifiés de Nijrab et de Tagab. Tous ces noms résonnent dans nos souvenirs. Ils sont revenus régulièrement à la une des journaux, dramatiquement parfois (l’embuscade d’Uzbin), ou plus glorieusement (la prise de la vallée d’Al-Asaï par le 27° BCA).

La zone d’opérations de la brigade La Fayette s’étalait sur quelques 200 kilomètres carrés, le long de Vermont Road.

Les dernières troupes françaises ont quitté la Kapisa le 20 novembre 2012. « Vermont road » n’a jamais été rouverte. Et la France est passée à une autre actualité, l’Afghanistan a glissé sous les radars.

Une anecdote : un ou deux ans plus tard, lors d’un point de presse du ministère de le Défense, un journaliste a posé une drôle de question. Est-ce que l’on avait des nouvelles de la 3eme brigade de l’ANA ? Est-ce qu’il y avait des échanges entre les formateurs et les formés, est-ce qu’on s’envoyait des cartes postales ? Le colonel représentant l’Etat-major s’est trouvé fort dépourvu, il n’avait à l’évidence aucun élément de réponse. Il a formulé avec embarras une phrase passe-partout. Mais il était clair que dans le haut commandement personne ne se souciait du sort de la Kapisa. Le colonel s’appelait Thierry Burkhard.

Il est vrai qu’entre temps s’était déclenchée l’opération Serval au Mali, et toutes les attentions se focalisaient désormais sur les islamistes du Sahel. Comme le dit un dicton populaire : « un clou chasse l’autre ».

Au bilan, il faut cependant retenir un point qui a son importance aujourd’hui, alors qu’on nous rebat les oreilles de possibles combats de haute intensité. Avec l’opération Pamir, l’armée française est retournée à la guerre dans un contexte interallié. Adieu les messages au PC et les récits des accrochages. On est entré dans le monde des TIC et des TOC (troops in contact, tactical operation’s center).

Soldats français, américains et afghans en Kapisa en février 2008. Photo  J.R.Aragon, USAFG

A part ça, « que reste-t-il de cet engagement qui a sans doute forgé une génération de soldats ? » se demande Arnaud Florac dans une récente publication. « Rien d’autre que le silence, à couper au couteau, qui suit les sonneries aux morts. Loin des polémiques stériles, tout en constatant l’échec sur le long terme de l’intervention otanienne, trouvons un moment, dans le silence précaire de l’hyperconnexion, pour rendre hommage en notre for intérieur aux soldats d’Afghanistan ».

Entre 2001 et 2014, 70 000 militaires français ont été envoyés là-bas. 89 y sont morts. Plus de 1 200 y ont été blessés dans leur chair. Et combien y ont laissé une partie de leur âme (on a soigné 461 cas de syndromes post-traumatiques) ?
;

***

Cet article vous a intéressé ? Vous avez une remarque à nous faire ? Vous souhaitez nous le faire savoir ? Cliquer ICI.
;

(*) Jean-Pierre Ferey a mené pendant quarante ans une carrière de journaliste de télévision, où il a longtemps été spécialisé sur les questions de géopolitique et les affaires militaires. Auditeur de l’IHEDN (42° session nationale), il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont « les héros anonymes de l’été 44 » aux éditions du Rocher. Il est secrétaire de la rédaction d’ESPRITSURCOUF.

Bonne lecture et rendez-vous le 09 août 2021
avec le n°170
D’ici là, pour une bonne santé, prenez soin de vous.

RESPECTEZ LES CONSIGNES :
Distanciation, port du masque  …

espritcors@ire ne reçoit aucune subvention, il n’est financé que par ses membres et les lecteurs d’ESPRITSURCOUF.

Si vous aimez notre site, si vous voulez l’aider à s’améliorer, adhérez ou faites un don à espritcors@ire, association reconnue d’intérêt général, qui l’édite.

Etre adhérent, vous permet d'être informé en premier et de recevoir la Lettre hebdomadaire d’actualité, réservée à nos membres.

 

ADHÉSION 2021 :

- Cotisation : 50€ net fiscal 17€,

- Bienfaiteur : 100€ net fiscal 34€,

- Soutien : 150€ net fiscal 57€.

 

DON : Pour tout autre montant ou pour IFI

 

VERSEMENT :

- par chèque, à l'ordre d'espritcors@ire (7, rue Rosa Bonheur, 75015 Paris)

- par Paypal ou par Carte bancaire, cliquez su"Cotisation, défiscalisation" ou sur "Don-IFI"

- par virement demander notre RIB à contact@espritsurcouf.fr

           

Chers lecteurs d’ESPRITSURCOUF,

Vous avez apprécié cet article Vous pouvez le retransmettre à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou l’adresse du site ESPRITSURCOUF (https://espritsurcouf.fr/).

Merci pour votre action au service du rayonnement de notre "Observatoire de Géopolitique, Économie, Défense et Sécurité".

Suivez-nous sur Facebook , Twitter , LinkedIn , Instagram , YouTube .

Sur les réseaux sociaux, donner votre avis, indiquer que vous aimez notre site, inciter vos amis à "liker" ESPRITSURCOUF.

Si vous souhaitez intégrer les réseaux sociaux d’ESPRITSURCOUF, merci de nous indiquer le libellé exact du nom de chacun de vos comptes Facebook, LinkedIn , Twitter … à contact@espritsurcouf.fr