L’EUROPE SAURA-T-ELLE GARDER
SES FRONTIERES?

Jean-Dominique Giuliani (*)
Président de la Fondation Robert Schuman.

La libre circulation à l’intérieur de l’espace Schengen exige que les frontières extérieures soient bien gardées. 

Pour cela, sur proposition de la Commission Juncker, un Corps européen de garde-frontières et de garde-côtes a été créé. Composé d’effectifs venant des Etats membres, mais aussi de personnels recrutés directement par l’agence Frontex, travaillant sous uniforme européen, il va bientôt être armé. Sa mission est, en effet, d’aider les Etats responsables d’une frontière extérieure européenne à la protéger et la défendre. Les pays membres de l’Union se sont entendus en 2019 pour la renforcer et accroître ses moyens.

Garde-frontières et garde-côtes européens sont dotés depuis une quinzaine de jours d’un uniforme commun. Pantalon et chemise bleu sombre, cravate et calot de même couleur. Photo EU


Or, cette perspective ne fait pas l’affaire de certains de nos voisins, comme la Turquie, qui multiplie les incursions, les provocations et les violations de sa frontière avec la Grèce, où 800 agents de l’agence ont déjà été appelés en renfort.

Elle semble aussi en affoler certains, au Parlement européen ou au sein de la Commission européenne. D’aucuns auraient préféré une Société européenne de sauvetage en mer à une véritable force de police aux frontières. Pourtant celle-ci est nécessaire pour mieux combattre le terrorisme, maîtriser les trafics, lutter contre les ingérences, mais aussi contre l’immigration illégale, c’est-à-dire en fait protéger le vrai droit d’asile.

Aussi Frontex fait-elle l’objet depuis quelques semaines d’une campagne de mise en cause qui a tout l’air d’être concertée. Dénonciations, accusations non prouvées, suspicions sournoisement répandues, sont destinées à introduire le doute sur la capacité de l’Union à exister dans ce domaine.

Attaqué de fort mauvaise foi sur plusieurs fronts, le Corps européen de garde-frontières et de garde-côtes, une coopération intergouvernementale inespérée, est en fait la seule chance d’une politique migratoire commune. Pour être mise en œuvre, celle-ci doit d’abord être acceptée et cogérée par les Etats membres avant de connaître les développements que permettront ses succès. 

Une veste courte vient compléter l’uniforme, avec un reflet bleu ciel réfléchissant sur le haut de l’habit, ou autour des épaules selon le recrutement du gardien.
Photo EU.


Encadrée par des règles juridiques strictes quant au respect des droits de l’Homme, cette force de police peut crédibiliser la volonté européenne de sortir l’Union de la naïveté à laquelle l’incline sa générosité naturelle, en commençant à donner une existence concrète à ses frontières extérieures, qui déterminent largement son identité et le sentiment d’appartenance qui lui fait encore défaut. 


Elle lui offrira surtout ses premiers instruments quasi-étatiques pour agir efficacement dans son voisinage. Mettre à mal ce projet sans discernement, c’est, une fois encore, s’en remettre aux autres pour gérer la sécurité du continent, c’est refuser une Europe forte et respectée au nom de valeurs qu’ainsi on affaiblit. Ceux qui s’y prêtent au nom de bons sentiments feraient mieux d’y réfléchir à deux fois avant de porter atteinte à cette réelle avancée européenne.

Cet article vous a intéressé ? Vous avez une remarque à nous faire ? Vous souhaitez nous le faire savoir ? Cliquer ICI.

(*) Jean-Dominique GIULIANI  est Président de la Fondation Robert Schuman, centre de recherche de référence sur l’Union européenne et ses politiques. Conseiller spécial à la commission européenne (2008-2010, il a précédemment été Maître des Requêtes au Conseil d’Etat, directeur de cabinet du Président du Sénat (1992-1988) et directeur à la direction générale du groupe Taylor Nelson Sofres (1998-2001). Il a fondé J-DG.Com International Consultants, qu’il préside. Membre du Conseil de Surveillance d’ARTE France (depuis 2009) et Président de l’ILERI (Institut Libre d’Etude des Relations Internationales) depuis 2019.

Vous pouvez suivre Jean-Dominique Giuliani sur son site :
https://www.jd-giuliani.eu/

La Fondation Robert Schuman
, créée en 1991 et reconnue d’utilité publique, est le principal centre de recherches français sur l’Europe. Elle développe des études sur l’Union européenne et ses politiques et en promeut le contenu en France, en Europe et à l’étranger. Elle provoque, enrichit et stimule le débat européen par ses recherches, ses publications et l’organisation de conférences.

Elle est référencée dans la rubrique « THINK TANK » de la Communauté « Géopolitique, Économie, Défense et Sécurité » d’ESPRITSURCOUF.

Bonne lecture et rendez-vous le 22 février 2021
avec le n°15
8
D’ici là, pour une bonne santé, prenez soin de vous.
RESPECTEZ LES CONSIGNES:
Distanciation, port du masque, respect du couvre-feu et du télétravail …

ESPRITSURCOUF :
IN ENGLISH, AUF DEUTSCH, EN ESPAÑOL, EN PORTUGUÊS, IN ITALIANO, IN HET NEDERLANDS, PO POLSKU, ПО РУССКИ.
Click HERE

ESPRITSURCOUF ne reçoit aucune subvention, il n’est financé que par ses lecteurs. Si vous aimez notre site, adhérez ou faites un don à espritcors@ire l’association qui l’édite

ADHÉSION 2021 :

 Cotisation: 50€ net fiscal 17€,

 Bienfaiteur: 100€ net fiscal 34€,

 Soutien: 150€ net fiscal 57€.

DON : Pour tout autre montant ou pour IFI

VERSEMENT : 

 par chèque , à l'ordre d'espritcors@ire (7, rue Rosa Bonheur, 75015 Paris)

 par Paypal ou par Carte bancaire, cliquez sur "Cotisation, défiscalisation" ou sur "Don-IFI"

         

Chers lecteurs,

Vous avez apprécié cet article. Vous pouvez le retransmettre à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou du site ESPRITSURCOUF. Merci pour votre action au service du rayonnement de notre "Observatoire de Géopolitique, Économie, Défense et Sécurité"

Suivez-nous sur Facebook , Twitter et LinkedIn .

Sur les réseaux sociaux, donner votre avis, indiquer que vous aimez notre site, inciter vos amis à "liker" ESPRITSURCOUF