LA MER
ET SES MULTIPLES ENJEUX

;
Alain Coldefy (*)
Amiral (2s)

;

Le blocage du canal de Suez et ses lourdes conséquences nous rappellent l’importance du trafic maritime. Quelques jours plus tôt, l’amiral Coldefy en avait opportunément souligné le rôle capital.


La puissance c’est la capacité de décider de son propre destin, d’être autonome dans sa décision et de savoir protéger ses terres. L’histoire est faite de puissances qui se combattent, autrefois pour des territoires, et depuis bien longtemps pour la mer. Or on ne possède pas la mer, on maîtrise la capacité d’y naviguer.

Par exemple, 100% de notre pétrole arrive par voie de mer tous les jours. La mer c’est le commerce, c’est une richesse en elle-même. Nous avons en France, par notre histoire, un domaine maritime de zone économique exclusive de plus de 11 millions de km2. Mais si vous dites à un Français que son pays est la 2e puissance maritime du monde en termes économiques, il sera le premier étonné. Pour lui, la mer c’est peut-être le port du Havre s’il a vu des photos de conteneurs, la Marine Nationale, on l’espère, et les plages.

Une puissance maritime c’est une économie, des institutions, des flux commerciaux, des capacités d’investir et d’innover, et in fine une marine de guerre pour protéger tout cela. Ce n’est pas uniquement une puissance navale. La France a souvent négligé la mer car elle a toujours été un pays autosuffisant, et le vrai danger est constamment venu de la terre. Nous n’avons ainsi jamais eu de véritable danger venant de la mer, ni cette ardente obligation de protéger nos frontières ultra-marines. On ne s’est pas doté de la capacité de contrôler nos 11 millions de km2, et il faut que nos concitoyens en prennent conscience. En ce moment, on produit à peu près 15% de notre pêche, alors que nous avons 11 millions km2 de zones poissonneuses, dans lesquels les autres pays viennent piocher !

On ne contrôle pas la mer

On ne contrôle pas la mer, on en a la maîtrise. Il faut avoir la capacité de savoir ce qui s’y passe par les satellites, les drones, les avions ou les navires, et celle d’intervenir militairement. On le fait de mieux en mieux, pas de façon exhaustive bien sûr, et pour des raisons purement commerciales à l’origine. C’est la conjonction de tous nos outils de renseignements qui nous permet de mieux contrôler la mer et de mieux défendre nos intérêts.

Quand on parle du transport maritime du pétrole, je ne sens pas dans le regard de nos politiques un grand intérêt. Il faut que nos dirigeants soient conscients de nos fragilités. 90% du trafic mondial en valeur et en volume se fait par bateau, 46% des échanges internes de l’Union européenne se font par voie maritime : c’est un flux sanguin qu’on ne peut pas se permettre d’ignorer. Et vous voyez bien que dès qu’il y a une menace sur le pétrole, le prix augmente aussitôt ! Les conséquences sont trop peu expliquées par les politiques.

Il faut débattre des enjeux liés au contrôle de nos espaces maritimes, et sans passion. On a tout dans la mer : les énergies renouvelables, les énergies fossiles, tout ce dont un pays a besoin pour se nourrir et se développer, mais on n’a pas encore trouvé le moyen d’y intéresser nos politiques.

On a beaucoup perdu avec la fin du service militaire embarqué ; cela permettait d’avoir de nombreux futurs dirigeants qui venaient faire un petit tour sur les bateaux et qui y apprenaient ce qu’était la mer et ses enjeux. Donc il faut toujours y croire, se battre et intéresser les jeunes à ces sujets.

La mer, une zone de danger

Les conflits en mer ne sont pas dissociés des conflits en général. Nous sommes dans une période dangereuse, peut-être la plus dangereuse qu’on ait connue depuis la fin de la Seconde guerre mondiale. Après 1945, nous avons traversé une période d’équilibre de la terreur, jusqu’à la chute du Mur. On a voulu que le libre-échange soit absolu. Et maintenant, dans un monde post-Guerre Froide, c’est le refus des institutions internationales, de la mondialisation, de la globalisation, du multilatéralisme qui prévaut. Les nationalismes reviennent en force, et dans ce monde les aspects maritimes sont importants. La Chine se dote, tous les 4 ans, de l’équivalent de la flotte française, la première d’Europe, afin de protéger ses intérêts commerciaux.

Au-dessus du porte-avions Charles de Gaulle, passage en formation de 2 Rafales français, 3 F18 américains, 1 EC2 Hawkeye français, 1 EC2 français. Photo Paul-David Cottais, marine nationale.

Depuis la nuit des temps, on se bat pour l’eau, la nourriture et les richesses. On a essayé de réguler tous ces différents aspects, et en particulier les richesses en mer. Les conflits en Méditerranée orientale, notamment entre la Turquie et la Grèce, concernent les zones riches en gaz. Certains pays considèrent qu’ils n’ont pas eu droit au chapitre dans le partage des territoires maritimes. Erdoğan est le seul qui ait refusé la convention de Montego Bay (1982) régissant le droit de la mer. En effet, la Turquie n’a pas de zone économique maritime, car les territoires frontaliers sont trop proches pour qu’il y ait deux fois 200 milles nautiques. Et les sujets de tension, même en Méditerranée occidentale, se multiplient lorsque l’on trouve des gisements de gaz et de pétrole.  Les menaces arrivent avec les pays qui ne reconnaissent pas la démocratie, indépendamment des Etats qui se réarment et seront prêts à s’affronter le cas échant.

Il faut intéresser nos concitoyens à la mer, et il existe aujourd’hui de bonnes initiatives, notamment au sein de l’Education Nationale. Depuis 3-4 ans, grâce à un Inspecteur Général de l’Education Nationale et à l’Académie de Marine, des sujets sur la mer ont été introduits aux concours du CAPES et de l’Agrégation de géographie. Des générations d’enseignants auront ainsi eu à réfléchir à un moment sur la mer. Je suis optimiste !  Il faut que toutes les élites soient intéressées à cela, aux enjeux qui s’attachent à la mer, car nous ne vivons pas en autarcie.

Ce texte est tiré d’une interview accordée à la newsletter du musée de la Marine datée de mars 2021. (musée-marine.fr)


***
Cet article vous a intéressé ?
Vous avez une remarque à nous faire ? Vous souhaitez nous le faire savoir ? 
Cliquer ICI
.

 


(*) Alain Coldefy, à sa sortie de l’école navale, effectue plusieurs embarquements en Polynésie, en Afrique puis en métropole. Affecté à deux reprises sur le porte-avions Foch, il prend en 1992 le commandement du porte-avions Clémenceau en pleine crise des Balkans, lors de la première opération de l’OTAN depuis sa création. Diplômé de l’école de guerre, auditeur du Centre des Hautes Etudes Militaires et de l’Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale, il occupe divers postes en état-major et au cabinet militaire des ministres de la Défense François Léotard puis de Charles Million. Il est nommé Major général des armées de 2002 à 2005, puis Inspecteur général des armées.
Il rejoint le groupe EADS en 2006, en qualité de vice-président chargé des affaires politiques et de conseiller « Défense » auprès du président Louis Gallois jusqu’au 1er juillet 2012. Précédemment Président de l’Académie de Marine, il est aujourd’hui à la tête de la Société des membres de la Légion d’honneur. Il est l’auteur du livre « le sel et les étoiles », paru chez FAVRE Pierre-Marcel Éditeur Ce livre a été présenté dans une LETTRE Hebdomadaire espritcors@ire, réservée aux adhérents d’espritcors@ire.




Pour accéder au livre sur le site de la Fnac, CLIQUEZ ICI





Bonne lecture et rendez-vous le 19 AVRIL 2021
avec le n°162
D’ici là, pour une bonne santé, prenez soin de vous.
RESPECTEZ LES CONSIGNES :
Distanciation, port du masque, respect du couvre-feu et du télétravail …

ESPRITSURCOUF ne reçoit aucune subvention, il n’est financé que par ses lecteurs. Si vous aimez notre site, adhérez ou faites un don à espritcors@ire l’association qui l’édite

ADHÉSION 2021 :

 Cotisation: 50€ net fiscal 17€,

 Bienfaiteur: 100€ net fiscal 34€,

 Soutien: 150€ net fiscal 57€.

DON : Pour tout autre montant ou pour IFI

VERSEMENT : 

 par chèque , à l'ordre d'espritcors@ire (7, rue Rosa Bonheur, 75015 Paris)

 par Paypal ou par Carte bancaire, cliquez sur "Cotisation, défiscalisation" ou sur "Don-IFI"

         

Chers lecteurs,

Vous avez apprécié cet article. Vous pouvez le retransmettre à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou du site ESPRITSURCOUF. Merci pour votre action au service du rayonnement de notre "Observatoire de Géopolitique, Économie, Défense et Sécurité"

Suivez-nous sur Facebook , Twitter et LinkedIn .

Sur les réseaux sociaux, donner votre avis, indiquer que vous aimez notre site, inciter vos amis à "liker" ESPRITSURCOUF