LE JERRICAN OU LA LIBERTÉ

.
.
Jean-Dominique Giuliani (*)

Président de la fondation Robert Schuman
.

;
« En abandonnant l’Ukraine, avant même qu’elle soit attaquée, l’OTAN et ses alliés ont renoncé à dissuader Poutine d’agresser son voisin. Quelques troupes, même en exercice, auraient peut-être suffi…

Pour les démocraties, la question est toujours la même : comment s’opposer aux dictateurs, à leurs mensonges éhontés, à leur ivresse paranoïaque et à leur cynisme ? Ils nous servent toujours le même cocktail qui joue sur la peur de la guerre, la naïveté, l’innocence, c’est-à-dire l’honnêteté et la bonne foi des démocrates face aux autocrates. Cela conduit souvent au pire, la guerre, la misère, voire les génocides et toujours les souffrances des populations.

Comment les arrêter quand ils menacent l’ordre international et jusqu’à quand allons-nous accepter de voir des enfants ukrainiens succomber sous les bombes, des villes d’Europe s’effondrer sous les obus et violés les droits les plus élémentaires d’un pays du continent ?

Certes les Européens se sont mobilisés rapidement et fortement. Près d’un millier de personnes ou d’entités tombent désormais sous leurs sanctions, les plus sévères jamais décidées. Mais seules la force, la défaite ou la crainte de la subir peuvent faire reculer Poutine. A défaut, le rétablissement d’un véritable rapport de force avec l’agresseur peut l’obliger à accepter de vraies négociations et faire cesser les combats.

Or les Européens hésitent. Ils ne sont pas encore allés jusqu’à imaginer les mesures les plus fortes parce qu’elles porteraient atteinte au mode de vie de leurs citoyens. Puisqu’on refuse d’utiliser des moyens militaires, le plus efficace serait de stopper tout achat d’énergie à la Russie dont le budget et les armes sont financés par la rente gazière et pétrolière. Les obus qui tuent des Ukrainiens sont payés avec les recettes des importations européennes de pétrole et de gaz

En l’occurrence, le prix de notre liberté c’est le prix des privations. Et tant que les Européens n’auront pas le courage d’aller jusqu’à se priver de ces ressources, leurs grandes déclarations de soutien à l’Ukraine sont un peu suspectes, en tous cas pas assez efficaces face à la brutalité des armées russes.

On peut comprendre la prudence des autorités allemandes, italiennes, hongroises ou bulgares, que de mauvais choix mercantilistes ou politiques ont rendu dépendantes en presque totalité de leurs achats d’énergie en Russie. Mais la solidarité européenne pourrait trouver ici à s’exprimer. Le renforcement du marché et du commerce intérieur pourrait pallier ces défauts et ne ferait d’ailleurs qu’anticiper le recul des échanges internationaux qui s’annonce.

De toutes façons, l’Union européenne va vraisemblablement faire face à la nécessité de revoir dans l’urgence nombre de ses politiques, à commencer par ses relations commerciales avec les tiers, sa politique agricole qui ne pourra pas fermer les yeux sur la crise alimentaire qui vient, ou les nombreuses contraintes qu’elle s’est imposée pour être exemplaire, par exemple en matière d’environnement.

Et, cette fois-ci, ce seront plutôt les pays du nord et du centre de l’Europe qui auront besoin de la solidarité des autres ! Une bonne occasion de plus de démontrer la solidarité européenne.

Il va falloir choisir entre nos valeurs fondamentales et nos intérêts à court terme, entre le long terme et le confort du moment, entre le jerrycan et la Liberté ! »

Jean-Dominique Giuliani

Dans ce texte, Jean-Dominique Giuliani résume ainsi le désarroi de bon nombre d’observateurs et d’experts devant cette guerre effroyable, qui ne cesse de s’amplifier par son coût humain et l’étendue de destructions toujours plus importantes.

Après un mois de guerre hybride, le nombre de tués chez les militaires, ukrainiens et russes confondus, est sans doute supérieur à 15 000, sans compter des milliers de blessés. Les morts civils se comptent aussi par milliers, même si ces estimations sont sujettes à caution.

L’Ukraine occupe donc logiquement l’essentiel de notre nouveau numéro, comme en témoigne l’article du général Jean Cot, « j’ai fait un rêve » (rubrique Humeur), qui montre combien, pour bien des militaires, le fait d’assister passivement ou presque à un désastre humanitaire en Ukraine est difficilement supportable et acceptable.

La situation inspire Dominique Dubarry pour faire un point de situation sur «Une Ukraine occupée, une Europe en réunification » dans la rubrique Géopolitique.

La conjoncture conduit aussi en Europe, et en France en particulier, à redynamiser les politiques de défense et leurs budgétisations. Le Club des Vingt saisit l’occasion de porter un regard à la fois analytique et critique sur la situation qui prévaut en matière de sécurité et défense pour la France d’aujourd’hui (rubrique Défense).

Alors que tout ce qui se rapporte à la Russie, à ses artistes et même à ses chats, est sciemment honni, cela rappelle un peu le rejet la culture française aux Etats-Unis lorsque Paris avait dit non à la Guerre en Irak en 2003, Yves Robins se penche sur les éventuelles répercussions dans les programmes de coopération spatiale : « Dérussifier l’espace occidental des vols habités  », dans la rubrique Sécurité.

En marge de ces articles, nous vous proposons de porter une attention particulière au livre de Gildas Lemarchand, jeune officier qui, aux éditions L’Harmattan,  publie : Désarmement démobilisation, réintégration, conflits sahéliens. Martine Cuttier, experte universitaire des questions de défense et de conflictualités, nous en propose la recension.

Enfin, comme de tradition, André Dulou, vous a préparé une nouvelle Revue d’actualité de belle qualité dont la Une porte sur « La nation de la paix à la guerre ». Regard sur la prochaine posture de Joe Biden quant à la dynamique occidentale face au conflit, « partenariat nucléaire » Pékin-Moscou, mais aussi sécurité alimentaire de l’Union européenne constituent quelques-uns des thèmes que vous y verrez abordés.

Bonne lecture.

Pascal Le Pautremat

(*) Jean-Dominique GIULIANI est Président de la Fondation Robert Schuman, centre de recherche de référence sur l’Union européenne et ses politiques. Conseiller spécial à la commission européenne (2008-2010, il a précédemment été Maître des Requêtes au Conseil d’Etat, directeur de cabinet du Président du Sénat (1992-1988) et directeur à la direction générale du groupe Taylor Nelson Sofres (1998-2001). Il a fondé J-DG.Com International Consultants, qu’il préside. Membre du Conseil de Surveillance d’ARTE France (depuis 2009) et administrateur d’ARTE GEIE (Société franco-allemande dont le siège est à Strasbourg)
Vous pouvez suivre Jean-Dominique Giuliani sur son site : https://www.jd-giuliani.eu/

(*) Pascal Le Pautremat est Docteur en Histoire Contemporaine, diplômé en Défense et Relations internationales. Conférencier et chargé de cours dans l’Enseignement Supérieur, il a enseigné à l’Ecole Spéciale militaire de Saint-Cyr, et au collège interarmées de Défense. Il intervient aussi dans les sociétés et les structures publiques en matière d’analyses géopolitiques et géo-économies. Auditeur de l’IHEDN (Institut des Hautes Études de Défense nationale), ancien membre du comité de rédaction de la revue Défense, il est le rédacteur en chef d’ESPRITSURCOUF..
Son dernier ouvrage « Géopolitique de l’eau : L’or Bleu” est présenté dans le numéro 152 d’ESPRITSURCOUF du 30 novembre 2020

NOUS AVONS BESOIN DE VOUS !

Soutenez-nous !

     

Nous ne recevons aucune subvention, nous ne sommes financés que par les lecteurs d’ESPRITSURCOUF. Adhérez ou faites un don défiscalisé à espritcors@ire , association reconnue d’intérêt général qui l’édite.

Ainsi vous serez informé en priorité et recevrez le SEMAPHORE Lettre d’actualité, réservée à nos membres.

 

ADHÉSION 2022 :

  • Cotisation: 50€ net fiscal 17€,
  • Bienfaiteur: 100€ net fiscal 34€,
  • Soutien: 150€ net fiscal 57€.

VERSEMENT :

  •  par chèque, à l'ordre d'espritcors@ire (7, rue Rosa Bonheur, 75015 Paris
  • par Paypal ou par Carte bancaire, cliquez sur"Cotisation, défiscalisation" ou sur "Don-IFI"
  • par virement demander notre RIB à contact@espritsurcouf.fr

ESPRITSURCOUF

« UN AUTRE REGARD SUR LE MONDE »

 

Vous appréciez cet article, transmettez-le à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou l’adresse du site ESPRITSURCOUF

Merci pour votre action au service du rayonnement de notre "Observatoire de Géopolitique, Économie, Défense et Sécurité"

Suivez-nous sur FacebookTwitter, LinkedIn, Instagram et YouTube

Sur les réseaux sociaux, donnez votre avis, indiquez  que vous aimez notre site, incitez vos amis à "liker" ESPRITSURCOUF

Si vous souhaitez intégrer les réseaux sociaux d’ESPRITSURCOUF, merci de nous indiquer le libellé exact du nom de chacun de vos comptes Facebook, LinkedIn, Twitter … à contact@espritsurcouf.fr