Opinion, expression, presse : quelle(s) liberté(s)

;

André Dulou (*)
Directeur Média, Mémoire et Patrimoine d’ESPRITSURCOUF

 

A l’heure où s’examinent les possibilités de (re)donner à la presse un goût que l’on croyait égaré, celui de la liberté d’expression, et que les forums en tous genres veulent encadrer une liberté de la presse, à travers des « états généraux » de l’information, ne peut-on comprendre, dans l’intellectualité de cette expression, ce qu’Aristote nomme « intellection » ? Avicenne complète la notion, en évoquant « l’aperception de soi ».

Ni substance soumise à la corruption, ni contemplation de soi, la nature de l’intelligence permet de se soustraire à toute forme d’influence, pour émettre une opinion originale, qui est celle de l’auteur. L’auteur devient ainsi un centre qui peut exprimer son avis.

Au temps de l’intelligence artificielle, peut-on concevoir que l’esprit humain puisse émettre un avis, une opinion, voire…une imagination ?

Les mots que l’on prononce, que l’on écrit, suivent-ils encore les bonnes vieilles devises : « verba volent, scripta manent » ? La parole, dans ces temps, devient écrit, et la servitude qui s’y attache est bien celle qui détruit plus qu’elle ne construit, dans ces diffusions « d’opinions » qui voudraient dominer celle ou celui qui se trouve à écouter, à lire, à essayer de comprendre !

Certes, se démarquer de son interlocuteur est une marque de son libre arbitre, avancer des arguments, défendre sa pensée, sont des comportements parfaitement humains. La quête de la suprématie de ce que chacune et chacun pensent admet des limites. Ces limites, comme en mathématiques, obéissent à des théorèmes : aujourd’hui, on les nomme encore « lois ».

Il n’est pas souhaitable alors qu’un élargissement de ce que l’on nomme expression soit consacré par des imaginaires qui viendraient démolir ce qui engage simplement la démocratie, car la liberté, telle qu’elle se définit elle-même, s’arrête bien, là où commence celle des autres, et vice-versa. Bannissons donc tout ce qui est désinformation.

 La liberté d’opinion : n’est-ce pas là une des valeurs sociales immuables ? La raison ne peut engendrer la déraison.

Et, au-delà du contenu, ne faut-il pas permettre certains contenants ?

La raison qui en résulte ne saurait échapper à tant de critères !

N’est-ce pas également pour cette raison que « trop d’information tue l’information » ?

Bonne lecture !


A LA UNE

.Liberté d’expression : Est-il encore permis de débattre ?
(Hérodote, André Larané)

.

4 octobre 2023. À Paris s’ouvrent aujourd’hui des États généraux de l’information. Ils se proposent rien moins que de restaurer la liberté de la presse, menacée par les milliardaires comme par les États. À l’heure des réseaux sociaux et du naufrage de la gauche intellectuelle, on peut se demander à la suite de Pierre Nora et de Marcel Gauchet si l’on ne se trompe pas de combat…

L’historien Pierre Nora et le philosophe Marcel Gauchet se résignaient il y a trois ans à arrêter leur revue Le Débat faute de répondant dans le public cultivé. En fondant la revue l’année où mourait Jean-Paul Sartre, ils avaient eu l’espoir d’en finir avec les duels à distance, vains et stériles, comme celui qui opposait Jean-Paul Sartre à Raymond Aron. De fait, leur revue avait réussi à renouer avec la disputatio médiévale en faisant dialoguer des penseurs de camps opposés.

Mais la mécanique se grippe dès le début des années 2000. Après l’arrivée de Jean-Marie Le Pen au second tour des présidentielles, le 21 avril 2002, un vent de panique emporte les intellectuels classés à gauche. Éludant les sujets qui font le lit de l’extrême-droite (insécurité et immigration), les plus radicaux ne trouvent rien de mieux que de stigmatiser ceux qui seraient tentés d’aborder ces sujets de front. L’essayiste Daniel Lindenberg s’attire ainsi un beau succès de librairie avec un pamphlet, Le Rappel à l’ordre : Enquête sur les nouveaux réactionnaires (Seuil, 2002) dans lequel il dénonce comme réactionnaires, conservateurs, sexistes, racistes, etc. des penseurs et écrivains honorables et talentueux, parmi lesquels Pierre Nora, Marcel Gauchet, mais aussi Luc Ferry, Michel Houellebecq, etc.

Deux penseurs au chevet de la pensée

Le 4 septembre 2020,  Pierre Nora et Marcel Gauchet annoncent l’arrêt de leur revue Le Débat, lancée quarante ans plus tôt avec des signatures aussi prestigie

uses que les leurs : Claude Lévi-Strauss, Mona Ozouf, Milan Kundera, etc. Leur décision résulte du constat amer que les années 2000 sont devenues rétives au débat intellectuel. Sur France Culture, Pierre Nora constate ainsi la fin de la gauche d’idées au profit d’une gauche radicale. Ce rétrécissement du débat va de pair avec un dépérissement de nos démocraties, ajoute Marcel Gauchet. Trois ans plus tard, ce constat demeure d’actualité…

https://www.herodote.net/Est_il_encore_permis_de_debattre_-article-2915.php


REVUE DE PRESSE ESPRIT SURCOUF 

SOMMAIRE

.

HISTOIRE :

La Constitution de la Vème République a 65 ans

GEOPOLITIQUE :

  1. Lampedusa : quels enjeux de l’aide en Europe ?
  2. Guerre en Ukraine : après avoir fait pression sur la Corée du Sud, Washington dénonce le rapprochement entre Poutine et Kin Jong Un
  3. Ni paix, ni guerre : la difficile résolution des « conflits gelés »

ECONOMIE :

  1. Le ministre de l’Agriculture annonce un plan de souveraineté pour l’élevage français
  2. Comment la Chine risque d’exporter ses déboires économiques
  3. Télétravail : les Français toujours adeptes de la présence au bureau

DEFENSE ET SECURITE :

  1. La situation des équipements utilisés par les hôpitaux militaires est « préoccupante »
  2. 238 nouvelles brigades de gendarmerie, 2144 gendarmes
  3. L’après-LRU engagé dès l’an prochain

TOUR D’HORIZON DE MEDIAS SPECIALISES

ARTICLES EN LANGUE ETRANGERE

TEXTES PARUS AU JOURNAL OFFICIEL

 

(*) Colonel (ER) André Dulou, auditeur de l’IHEDN (156ème session régionale) est le président de la Gironde de la Société des membres de la Légion d’honneur et le président d’Aquitaine des membres de la Légion d’honneur décorés au péril de leur vie. Il est également le responsable de la revue de presse « Défense » de l’Union des associations d’auditeurs de l’IHEDN et rédacteur en chef de la revue « Floréal an X ». Auteur chez Edilivre, il est Directeur Média, Mémoire et Patrimoine d’ESPRITSURCOUF. Il est rédacteur de la revue d’actualité d’ESPRITSURCOUF et du Sémaphore d’Espritscors@ire

HISTOIRE

La Vème République a 65 ans : retour sur quelques réformes constitutionnelles phares
(The Conversation, Bryan Muller)

.

L’adresse du Président Emmanuel Macron aux Sages pour célébrer le 65e anniversaire de la Constitution de la Ve République pourrait être, selon plusieurs observateurs, l’occasion de proposer une nouvelle réforme constitutionnelle. Cette proposition n’aurait rien de surprenant, le chef de l’État ayant déjà annoncé son intention de la réformer l’an dernier.

L’histoire de la Ve République rend également l’exercice tout à fait envisageable. En effet, depuis sa promulgation le 4 octobre 1958, la Constitution actuelle a déjà été réformée 24 fois, le plus souvent sous la présidence Chirac (14). Certaines réformes ont néanmoins marqué durablement la société française.

L’élection du président de la République au suffrage universel direct

Élu le 21 décembre 1958 par un collège de grands électeurs, Charles de Gaulle avait pour objectif d’inscrire l’élection présidentielle au suffrage universel direct dans la constitution française bien avant de revenir au pouvoir. Il avait annoncé ce projet lors de son discours de Bayeux (16 juin 1946), considérant que cela permettrait à la fois d’établir un lien plus direct entre le chef de l’État et les citoyens et d’accorder une plus grande légitimité au président élu.

Les circonstances tumultueuses de son retour au pouvoir en mai 1958 ainsi que la mémoire vivace du coup d’État de 1851 par Louis-Napoléon Bonaparte contraignent le général de Gaulle et son entourage à faire des concessions. Après avoir proposé initialement l’inscription de l’élection du président au suffrage universel direct dans la nouvelle constitution par l’entremise de Michel Debré, le comité consultatif constitutionnel décide de former un collège de grands électeurs. L’objectif est d’élargir la base électorale sans prêter le flanc aux accusations de tentation dictatoriale gaulliste que l’élection au suffrage universel direct permettrait.

https://theconversation.com/la-v-republique-a-65-ans-retour-sur-quelques-reformes-constitutionnelles-phares-214655


GEOPOLITIQUE
.

Cette semaine nous invite à réfléchir sur les questions stratégiques de l’aide à apporter aux immigrés, comme à ces conflits « gelés » que l’on semble oublier, en géopolitique, tant l’attention se fixe d’abord sur des actualités, lues comme si elles n’étaient que des faits divers. Or, les conflictualités demeurent, et au-delà du temps qui passe, resserrent les liens entre les cultures traditionnelles.

1- Lampedusa : quels enjeux de l’aide en Europe ?

(IRIS, le point de vue de Fatou Elise Ba)

.
Dans quel contexte s’inscrit le drame humanitaire de Lampedusa ?
Lampedusa, île italienne de 20km peuplée d’environ 6 300 habitants, est impliquée dans les enjeux migratoires en Europe, dans la mesure où elle se situe à proximité de la Tunisie et de la Libye, premiers ports de passages des populations migrantes venant d’Afrique subsaharienne, du Maghreb et du Moyen-Orient. Lampedusa est un « hotspot », c’est-à-dire un premier port d’accueil des migrants au large de l’Europe. Avant septembre 2023, l’afflux des migrants à Lampedusa avait été relativement ralenti courant 2022. Lors de la crise libyenne, l’île a accueilli 31 000 migrants sans papiers ayant traversé la Méditerranée. En 2011 spécifiquement, 11 000 personnes venaient de la Tunisie. Selon les Nations unies, le premier trimestre de 2023 a été l’un des plus meurtriers depuis 2017, avec 441 décès en mer Méditerranée, notamment pendant le week-end de Pâques où 3 000 migrants ont atteint l’Italie. Chaque année, pendant l’été, des dizaines de milliers de personnes tentent cette traversée. On compte ainsi près de 126 000 migrants arrivés sur les côtes italiennes depuis le début de l’année 2023 contre environ 65 000 à la même période l’année précédente. Selon le directeur de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), Antonio Vitorino, « la crise humanitaire qui persiste en Méditerranée centrale est intolérable, avec plus de 20 000 décès enregistrés sur ces routes depuis 2014. Je crains qu’il y ait une normalisation de ces décès. ».
Concernant les circonstances du drame humanitaire de Lampedusa, 6 000 migrants sont arrivés sur l’île italienne dans des embarcations de fortune entre le lundi 11 septembre et le mercredi 13 septembre 2023, 10 000 personnes environ en fin de semaine dernière. La réponse des autorités italiennes et des ONG est très insuffisante, le nombre d’habitants sur l’île étant inférieur au nombre de migrants et le centre d’accueil géré par la Croix rouge à Lampedusa était organisé à la base pour accueillir 400 personnes. Le Haut-Commissariat des Nations unies (HCR) pour les réfugiés s’est exprimé, déclarant qu’il s’agissait « du plus grand nombre de personnes arrivées sur un seul et même bateau depuis 2021, de tels chiffres pour une seule arrivée n’avaient pas été enregistrés depuis le moins d’août 2016 ». 

https://www.iris-france.org/178636-lampedusa-quels-enjeux-de-l-aide-en-europe/

2- Guerre en Ukraine : après avoir fait pression sur la Corée du Sud, Washington dénonce le rapprochement entre Poutine et Kin Jong Un  

(Les Crises, Anatol Lieven)

.

Dans toute guerre, même quand il s’agit d’une guerre par procuration, il est inévitable que des actions similaires soient présentées comme mauvaises dans un premier cas, morales et justifiées dans un autre, selon qu’elle sont menées par « l’ennemi » et par votre propre camp.

Cependant, pour une grande partie de l’establishment et des médias américains, la conviction du caractère intrinsèquement vertueux des actions américaines est si profondément enracinée qu’elle peut devenir un grave danger pour la bonne conduite de la politique de Washington. Pourquoi ? Parce qu’elle rend les décideurs américains aveugles aux conséquences probables de leurs propres actions.

Le dernier exemple en date concerne la rencontre entre le président Vladimir Poutine et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un. La plupart des analyses occidentales se sont concentrées – probablement à juste titre – sur le fait que la Corée du Nord fournisse à la Russie des obus d’artillerie ; la Corée du Nord dispose d’énormes réserves et d’une capacité de production considérable.

Les combats en Ukraine semblent s’orienter vers une guerre d’usure à long terme, et dans une telle guerre, les niveaux de munitions joueront un rôle absolument central. Il ne s’agit pas de la méchanceté de l’invasion russe ni de la justesse du soutien à l’Ukraine. Il s’agit d’une question fondamentale de logistique militaire.

En retour, la Russie aidera au moins l’économie de Pyongyang, à court d’argent, en lui fournissant de l’énergie subventionnée. En fonction de l’ampleur des livraisons de munitions nord-coréennes à la Russie, il est toutefois très probable que la Russie accepte de fournir en retour une technologie de pointe en matière de missiles.

https://www.les-crises.fr/guerre-en-ukraine-apres-avoir-fait-pression-sur-la-coree-du-sud-washington-denonce-le-rapprochement-entre-poutine-et-kim-jong-un/

3- Ni paix, ni guerre : la difficile résolution des « conflits gelés »

(RFI, Anne Bernas)

.

Les derniers soubresauts de l’actualité au Haut-Karabakh ont remis sur le devant de la scène le terme de « conflits gelés ». Des conflits qui, par leur durée, leur alternance entre périodes de trêve et d’affrontements, sont bien souvent oubliés ou négligés alors que leur résolution est d’une importance cruciale pour les populations concernées.

Le conflit chypriote dure depuis cinquante ans, celui du Sahara occidental aussi. Et la liste des régions et pays où les guerres se poursuivent s’allonge au fil du temps. Cachemire, Ossétie du Sud, Transnistrie, Crimée, Donbass, Somaliland. Face à ces conflits, la communauté internationale semble être à la peine.  

Ce qui caractérise ces « conflits gelés » — terme apparu au début des années 1990 pour définir les rébellions séparatistes et les conflits figés de l’aire post-soviétique – est non seulement la durée du conflit, mais aussi la fin ou tout du moins la relative faiblesse des affrontements armés directs entre les parties. Un conflit qui ne cesse pas pour autant puisqu’aucun traité de paix ni aucun accord politique n’a été trouvé. À tout moment donc, les affrontements peuvent reprendre, comme c’est le cas en Syrie et au Yémen, créant un environnement d’insécurité et d’instabilité permanent.

« C’est un conflit qui se prolonge sans qu’on trouve une solution, mais qui peut resurgir, et le Haut-Karabakh l’a montré, la guerre en Ukraine l’a montré, analyse Alexandra Novosseloff, chercheur-associé au Centre Thucydide de l’Université de Paris Panthéon-Assas, docteur en Science politique spécialisée sur les Nations unies. Tout d’un coup, le conflit se réveille. C’est quelque chose qui est sous-jacent. Il y a un statu quo à un moment donné, une paix précaire, et puis soudainement, parce qu’il n’y a justement pas de solution à ce conflit et qu’il y a eu des traumatismes, un nationalisme exacerbé, tout d’un coup, il peut ressurgir. Le Haut-Karabakh en un exemple presque parfait. »

L’une des autres caractéristiques des « conflits gelés », c’est la notion de fait accompli. « C’est ce qui se passe en Palestine, notamment avec les colonies de peuplement, le mur, etc… Autant de faits accomplis pour éviter de faire bouger les lignes le jour où le gouvernement israélien voudra trouver une solution. Il faudra [alors] partir de ces faits accomplis sur le terrain », poursuit Alexandra Novosseloff.

https://www.rfi.fr/fr/monde/20231003-ni-paix-ni-guerre-la-difficile-r%C3%A9solution-des-conflits-gel%C3%A9s


ECONOMIE

.

L’économie, interne et externe, révèle souvent les faiblesses de la société qui la pratique : l’organisation économique est-elle encore à penser ?

1- Le ministre de l’Agriculture annonce un plan de souveraineté pour l’élevage français

(Euractiv, Hugo Struna)

.

La France doit restaurer sa souveraineté en matière d’élevage, a martelé le ministre de l’Agriculture Marc Fesneau lors du Sommet de l’élevage, avant d’annoncer des mesures pour sauver le secteur.

En visite au Sommet de l’élevage près de Clermont-Ferrand, le plus grand d’Europe, mardi (3 septembre), le ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire a voulu témoigner son soutien aux éleveurs alors que le secteur décline depuis de nombreuses années.

« L’objectif est de reconquérir notre souveraineté alimentaire qu’on a perdue depuis des dizaines d’années », a affirmé le ministre devant la presse, avant de rappeler que « nous ne sommes plus souverains sur la quasi-totalité des filières animales ».

En 2022, les importations de viandes en France ont en effet augmenté de 11,7 % sur un an. Cela atteint près de 30 % pour le bœuf. Le pays importe aujourd’hui un tiers de sa consommation totale de viande.

Un problème que connaissent les autres pays membres. Entre 2005 et 2020, le nombre d’élevages européens spécialisé a également diminué de 45 %, et les exploitations en polyculture élevage de 60 %.

En prévision du déplacement du ministre, l’Interprofession de l’élevage bovin (Interbev) a appelé à un « plan souveraineté pour un élevage et une viande bovine durables ».

https://www.euractiv.fr/section/agriculture-alimentation/news/le-ministre-de-lagriculture-annonce-un-plan-de-souverainete-de-lelevage-francais/

2- Comment la Chine risque d’exporter ses déboires économiques

(France24,  Sébastien Seibt)

.

L’économie chinoise se fissure de plus en plus et chacun se demande si cette crise va affecter l’édifice économique mondial ou rester au sein de la maison Chine. La Banque mondiale a jugé, lundi 2 octobre, que la propagation était en marche : elle estime dorénavant que l’Asie va connaître une croissance de 4,5 % en 2024 alors qu’avant l’été, l’institution misait encore sur une hausse de 4,8 % du PIB de cette région.

La Banque mondiale soutient que cette révision à la baisse de ces prévisions résulte d’une Chine qui vacille de plus en plus.

Un problème sino-chinois ?

Les récents développements de la saga Evergrande, le deuxième promoteur immobilier chinois – mise sous surveillance policière de son PDG et suspension de la cotation de l’action –, illustrent l’accélération des soucis économiques chinois.

La chute de ce géant « révèle l’explosion d’une bulle immobilière qui était en gestation depuis des décennies, entraînant une sévère baisse de la demande intérieure et de l’investissement, ce qui pèse sur l’économie en général », résume Xin Sun, spécialiste de l’économie chinoise au King’s College de Londres. 

En théorie, cette détérioration de la conjoncture « n’a pas vocation à avoir le même impact sur le monde que la faillite de Lehman Brothers« , résume Shaun Breslin, spécialiste de la politique économique chinoise à l’université de Warwick.

En effet, en 2008, la chute de la banque américaine avait entraîné une réaction en chaîne à travers le monde parce que tout le monde avait massivement investi dans le système financier américain. Dans la situation actuelle, « les investissements étrangers en Chine sont certes importants, mais pas à ce point-là », note Carlotta Rinaudo, spécialiste de la Chine pour l’International Team for the Study of Security (ITSS) Verona.

https://www.france24.com/fr/%C3%A9co-tech/20231003-comment-la-chine-risque-d-exporter-ses-d%C3%A9boires-%C3%A9conomiques

3- Télétravail : les Français toujours adeptes de la présence au bureau

(Information fournie par Boursorama avec média services)

.

Depuis la crise du Covid en 2020, le télétravail est définitivement entré dans les mœurs en France. Les Français aiment toutefois se rendre sur leur lieu de travail : avec 3,5 jours par semaine en moyenne passés au bureau, ils sont même les champions d’Europe de la présence au bureau, selon une étude cabinet de conseil en immobilier JLL* mise en avant par Les Echos mercredi 4 octobre. Les Français se situent ainsi devant les Suisses (3 jours), les Britanniques (2,6 jours) ou encore les Espagnols (2,5).

« En France, on se montre davantage devant le chef, devant la direction. Mais nous avons aussi une culture plus forte de la socialisation. La pause déjeuner, par exemple, est chez nous un vrai moment de convivialité, alors que dans le monde anglo-saxon, elle est purement utilitaire », explique aux Echos Flore Pradère, directrice de recherche sur les nouveaux modes de travail chez JLL. Les Français « ont besoin d’être intégrés à un collectif, d’avoir des retours de leurs managers… » , souligne également Frédéric Goupil de Bouillé, le président de l’Association des directeurs immobiliers (ADI).

Dans ce contexte, le plus dur reste ainsi d’organiser les jours de présence au bureau. En effet, l’enjeu est désormais de convaincre les salariés de ne pas venir tous en même temps, à savoir essentiellement les mardis et les jeudis, quand les bureaux sont quasiment déserts le vendredi.

https://www.boursorama.com/actualite-economique/actualites/teletravail-les-francais-toujours-adeptes-de-la-presence-au-bureau-a3016536c182f286883af9a5789c32c0


DEFENSE ET SECURITE

.

Trois articles relatifs aux conditions de l’actualité de sécurité et de défense

1- La situation des équipements utilisés par les hôpitaux militaires est « préoccupante »

(Opex 360, Laurent Lagneau)

.

Avoir de bonnes conditions de travail et disposer de matériels à la pointe de la technologie sont sans doute des facteurs susceptibles de contribuer à l’attractivité du Service de santé des Armées [SSA], laquelle est en berne, comme l’a souligné la Cour des comptes, dans un rapport qu’elle vient de rendre public. Et cela, au point où ça en devient inquiétant…

Mais l’attractivité du SSA n’est pas le seul point de vigilance soulevé par les magistrats de la rue Cambon. Ainsi, dans leur rapport, ils décrivent une « situation des équipements des hôpitaux militaires préoccupante, malgré les solutions palliatives mises en place », en grande partie à cause des « contraintes financières auxquelles s’est heurté le service » au cours de ces derniers années. Et, visiblement, les équipements ont servi de variables d’ajustement budgétaire.

Ces contraintes [financières] se sont « fortement répercutées sur les plans d’équipement des hôpitaux, toujours inférieur aux besoins avérés », note en effet le rapport, qui prend le cas de l’hopital d’instruction des armées [HIA] Percy pour exemple.

Ainsi, pour cet hôpital, « où l’investissement nécessaire sur les matériels biomédicaux est de 4 millions d’euros par an », les crédits alloués à cet effet « n’ont guère dépassé 1 million d’euros entre 2015 et 2021 ». D’où un plan d’équipement validé en 2022 et doté de 3,93 millions d’euros pour remplacer les matériels les plus vétustes.

https://www.opex360.com/2023/10/02/la-situation-des-equipements-utilises-par-les-hopitaux-militaires-est-preoccupante/

https://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2023/10/02/ssa-24147.html

2- 238 nouvelles brigades de gendarmerie, 2144 gendarmes

(Lignes de défense, Philippe Chapleau)

.

Petit retour chiffré sur l’annonce présidentielle de lundi sur la création de nouvelles brigades de gendarmerie.

Il existe actuellement 3 049 brigades de gendarmerie ; on se souviendra que 500 brigades avaient été supprimées au début des années 2000. 

238 mini brigades vont voir le jour, avec 10 gendarmes pour les brigades fixes (145 brigades), 6 pour les brigades mobiles (93 brigades).

Cela représente 2 144 gendarmes dispersés sur 98 départements de métropole et des Dom-Tom d’ici 2027 (en fait 2030 pour les toutes dernières). La loi d’orientation et de programmation du ministère de l’intérieur (LOPMI) prévoit la création de 2 100 postes de gendarmes dédiés à ces nouvelles brigades.

Deux types de brigade.
Les brigades territoriales classiques (fixes avec 10 gendarmes à l’effectif en moyenne) : ces brigades  assureront l’intégralité des missions de la gendarmerie (prévenir, renseigner, intervenir, enquêter) sur une circonscription propre. Des unités équestres et des équipes cynophiles pourront également y être adossées. 

La grande nouveauté opérationnelle réside dans les brigades mobiles, dotées d’environ six gendarmes chacune. Les brigades mobiles seront constituées d’effectifs ayant pour vocation à prolonger l’action de la gendarmerie sur un territoire identifié. Elles seront mises en place dans des secteurs nécessitant une présence accrue, soit en assurant un accueil régulier dans un ou des tiers-lieux pouvant héberger d’autres services publics (les espaces France Service par exemple), soit en assurant une présence et un accueil temporaire depuis un « poste mobile avancé » au plus près des usagers.

https://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2023/10/03/du-bleu-mais-aussi-du-blues-24149.html

3- L’après-LRU engagé dès l’an prochain

(Home Fob, Nathan Gain)

.

La quête d’un successeur aux lance-roquettes unitaires (LRU) de l’armée de Terre sera lancée dès l’an prochain, révèlent les documents entourant le projet de loi de finances pour 2024. 

« Les LRU arriveront en fin de vie en 2027. Il est donc impératif de trouver une solution à court terme », rappelait le chef d’état-major de l’armée de Terre, le général Pierre Schill, en mai dernier. Cette solution, le ministère des Armées entend commencer à la matérialiser en 2024 au travers d’une nouvelle opération d’armement baptisée « frappe longue portée – terrestre » (FLP-T).

Ni cible finale, ni échéancier de commandes et de livraisons pour le sujet FLP-T, mais une première ligne budgétaire de 180 M€ dont les deux tiers seront engagés l’an prochain. S’il ne représente qu’une fraction des 600 M€ consentis dans la loi de programmation militaire 2024-2030 pour les feux longue portée, ce socle financier permettra d’entamer les travaux de préparation du premier incrément de FLP-T. Un incrément dont le lancement en réalisation, annonciateur d’une contractualisation, interviendrait un an plus tard. 

Entre l’objectif d’au moins 13 systèmes en service d’ici à 2030 et celui du doublement de ce parc à horizon 2035, il n’y a visiblement pas une minute à perdre.

https://www.forcesoperations.com/lapres-lru-engage-des-lan-prochain/


TOUR D’HORIZON DE MEDIAS SPECIALISES

.

ESPRIT SURCOUF vous offre un tour d’horizon des titres de fond propres à susciter la réflexion de défense et de sécurité

1- Le discernement est une antichambre de la décision. Entretien avec François Bert

(Revue Conflits, propos recueillis par Pétronille de Lestrade)
.

Pourriez-vous donner une définition du discernement ? En quoi est-ce une « antichambre de la décision » ?

Je vais même vous en donner deux : celle qui dit à quoi il sert et celle qui dit comment il marche. En termes d’effet produit, le discernement c’est « l’art de donner aux choses la portée qu’elles méritent » et donc la capacité à dire, au contact des circonstances, ce qui est grave et ce qui ne l’est pas, ce qui mérite de l’entêtement ou au contraire du lâcher-prise, ce qui doit être ralenti ou plutôt accéléré, etc. C’est en somme une présence à l’espace et au temps. Par conséquent, en termes de fonctionnement, il est une « écoute accumulée jusqu’à l’évidence ». En cela il « marche », sans abus de langage. Il n’est pas un raisonnement qui enferme (et court) dans la pensée, mais bien une disposition calme et continue d’absorption de l’environnement (antichambre) jusqu’à ce que l’évidence de la décision à prendre s’impose d’elle-même.

https://www.revueconflits.com/le-discernement-est-une-antichambre-de-la-decision-entretien-avec-francois-bert/

2- Chine : « l’affaire Qing Gang », dilemme insoluble pour Xi Jinping ?

(Asialyst, Alex Payette)

.

La disparition soudaine de Qin Gang, qui n’a pas encore été expliquée par le Parti, et son remplacement ultérieur par Wang Yi, ont créé une tempête au sein de l’appareil diplomatique chinois. Depuis lors, de nombreuses rumeurs relayées par les médias étrangers se sont concentrées sur la relation de Qin avec l’ancienne animatrice de Phoenix TV Fu Xiaotian, sur leur fils présumé et même sur le recours potentiel à une mère porteuse pour lui donner naissance sur le sol américain.

Après la publication de l’article du Financial Times sur « l’affaire Qin Gang », certains ont suggéré de la comprendre selon le fonctionnement du régime du temps de l’ancien président Jiang Zemin. Fu Xiaotian (傅晓田) aurait ainsi très bien pu être une « espionne » (女间谍, nü jiandie) ou un « honey trap », un piège de séduction organisé par les forces anti-Xi pour compromettre Qin Gang afin de déstabiliser l’actuel numéro un chinois. Cela pourrait expliquer pourquoi Fu a « pris l’initiative » de faire allusion à sa relation sur les réseaux sociaux chinois – avant de se taire le 11 avril – et pourquoi des parties de l’histoire ont été divulguées avant l’université d’été du Parti à Beidaihe en août et avant le prochain plénum d’automne.

D’autres ont dressé un portrait plus sinistre de Fu, plus proche de celui de Li Wei (李薇), une milliardaire également connue sous le nom de « maîtresse publique » (公共情妇, gonggong qingfu). Li a utilisé ses relations avec des hauts cadres du Parti pour extorquer des avantages, du pouvoir ou échapper à la justice. Par analogie, sentant que Qin Gang essayait de se distancier d’elle après sa nouvelle nomination en octobre, Fu Xiaotian se serait sentie trahie et aurait choisi la solution « nucléaire », celle de divulguer l’affaire.

Cependant, cette affaire reste secondaire. En effet, le Parti ne sanctionne généralement pas directement les problématiques extraconjugales. Le plus souvent, ce type d’allégations est utilisé soit pour couvrir quelque chose de plus grave – ce qui serait le cas de Qin Gang -, soit utilisé par d’autres pour forcer la direction du Parti à enquêter sur une personne ciblée.

https://asialyst.com/fr/2023/10/02/chine-affaire-qin-gang-dilemme-xi-jinping/


QUELQUES ARTICLES EN LANGUE ÉTRANGÈRE
.

POUR LIRE LA TRADUCTION 

Si vous souhaitez lire un article d’ESPRITSURCOUF dans une autre langue que celle de la publication ?
Suivez la méthodologie suivante pour le français, l’anglais, l’allemand, l’espagnol, le portugais, l’italien, le néerlandais, le polonais ou le russe. 
Cliquez ici.


PARUS AU JOURNAL OFFICIEL

.

Textes à ne pas négliger pour comprendre l’actualité de défense et de sécurité :

Arrêté du 22 septembre 2023 relatif aux normes médicales d’aptitude applicables au personnel militaire de l’armée de terre

https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000048110876

Décret n° 2023-910 du 29 septembre 2023 relatif à l’indemnité d’absence missionnelle des militaires de la gendarmerie nationale

https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000048132796

Arrêté du 22 septembre 2023 modifiant l’arrêté du 22 août 2019 relatif à l’organisation et au fonctionnement des lycées de la défense

https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000048119465

 

NOUS AVONS BESOIN DE VOUS !

Soutenez-nous !

Nous ne recevons aucune subvention, nous ne sommes financés que par les lecteurs d’ESPRITSURCOUF. Adhérez ou faites un don défiscalisé à Espritcors@ire , association reconnue d’intérêt général qui l’édite.

Ainsi vous serez informé en priorité et recevrez le SEMAPHORE Lettre d’actualité, réservée à nos membres.

 

ADHÉSION 2024 :

  • Cotisation: 50€ net fiscal 17€,
  • Bienfaiteur: 100€ net fiscal 34€,
  • Soutien: 150€ net fiscal 57€.

VERSEMENT :

  •  par chèque, à l'ordre d'Espritcors@ire (7, rue Rosa Bonheur, 75015 Paris
  • par Paypal ou par Carte bancaire, cliquez sur"Cotisation, défiscalisation" ou sur "Don-IFI"
  • par virement demander notre RIB à secretariat@espritscorsaire.fr

ESPRITSURCOUF

« UN AUTRE REGARD SUR LE MONDE »

Vous appréciez cet article, transmettez-le à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou l’adresse du site ESPRITSURCOUF

Merci pour votre action au service du rayonnement de notre "Observatoire de Géopolitique, Économie, Défense et Sécurité"

Suivez-nous sur FacebookTwitter, LinkedIn, Instagram et YouTube

Sur les réseaux sociaux, donnez votre avis, indiquez  que vous aimez notre site, incitez vos amis à "liker" ESPRITSURCOUF

Si vous souhaitez intégrer les réseaux sociaux d’ESPRITSURCOUF, merci de nous indiquer le libellé exact du nom de chacun de vos comptes Facebook, LinkedIn, Twitter … à contact@espritsurcouf.fr