Sahel, Etat islamique et misère sociale

Pascal Le Pautremat (*)
Rédacteur en chef d’Espritsurcouf
/

;
Depuis la fin de l’opération Barkane (2014-2022), la situation au Sahel a plutôt tendance à se  dégrader, alors que le régime malien promettait d’inverser la donne. En dépit de ses efforts, au gré d’actions plus ou moins critiquées pour manquements à l’éthique, les tensions interethniques ont repris de plus belle, et les éléments de l’Etat islamique semblent se renforcer, sur fond d’exactions et de massacres sporadiques.

Dans cette longue période de troubles, l’Etat malien doit miser sur les négociations. Ainsi, a-t-libéré des prisonniers de l’Etat islamique, dont deux chefs notoires, Dadi Ould Cheghoub, dit Abou Dardar, et Oumeya Ould Albakaye, arrêtés par les Français respectivement en juin 2021 et juin 2022. Il les a remis en liberté en échange de la libération d’otages maliens, condition préalable à l’instauration d’une trêve.

Un statu quo donc, aussi provisoire que relatif, qui témoigne d’un rapport de force qui s’inscrit dans la durée. Certains estiment que les autorités maliennes n’excluraient pas une alliance de circonstance avec l’Etat islamique pour venir à bout de groupes djihadistes concurrents, tels que le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (Jamāʿat nuṣrat al-islām wal-muslimīn ou Jnim), affilié à Al Qaïda.

Conjointement, les trafics, armes, êtres humains, et surtout stupéfiants, progressent. Selon le rapport de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime publié le 26 juin 2023, le trafic de drogue au Sahel a connu un bond conséquent l’année passée, tant il est une source privilégiée d’autofinancement des groupes armés, des organisations criminelles transfrontalières et des réseaux djihadistes. A titre d’exemple, le volume de cocaïne saisie au Sahel depuis 2020 a été multiplié par 13. Les plus importantes saisies ont été enregistrées au Burkina Faso (488 kg), au Mali (160 kg) et au Niger (215 kg). Le cannabis est, lui aussi, l’objet de saisies record, avec plus de 36 tonnes en 2021. Mais c’est loin d’égaler le volume des saisies en Algérie seule, en 2022 : soit 58 tonnes de cannabis selon l’Office national de lutte contre la drogue et la toxicomanie.

Incontestablement, les forces régionales sont dépassées par l’ampleur du phénomène, d’autant que les flux transatlantiques en provenance d’Amérique centrale n’ont cessé d’augmenter, favorisés par la corruption dans les pays d’Afrique de l’ouest (exemples de la Guinée Bissau, de la Gambie ou de la Côte d’Ivoire). Si bien que les politiques répressives claironnées par les autorités nous laissent dubitatifs, tout comme la portée des multiples symposiums, colloques,   tables rondes, séminaires et stages de formation de cadres militaires et policiers, accomplis en partenariats avec des organismes occidentaux.

Josep Borrell, Haut Représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et vice-président de la Commission européenne, au Niger le 5 juillet, a été reçu par le président  Mohamed Bazoum. Il a ajouté une énième couche au mille-feuille de déclarations et d’accords, insistant sur l’importance des dynamiques bilatérales, régionales entre l’Union européenne et les pays de la région pansahélienne, pour assurer le développement socio-économique, gérer les questions humanitaires et migratoires, promouvoir la stabilité de la région et lutter contre le terrorisme et le crime organisé.

Combien de fois a-t-on entendu des propos similaires depuis des décennies ? Sans que rien ne change de manière tangible sur le terrain et dans le quotidien des citoyens…

Mais dans l’actualité, le Sahel est désormais occulté par la guerre qui touche l’Europe orientale.
Au lendemain du sommet de l’Otan qui s’est tenu en début de semaine, Vincent Gourvil nous livre une analyse particulièrement pertinente de ce conflit russo-ukrainien : « Dans le brouillard de la guerre » (rubrique Humeurs).

La politique de la Russie reste évidemment au cœur des réflexions. Claude Ascensi a ainsi interviewé Anne de Tinguy pour prendre de la hauteur :  « Une vision de la Russie » (rubrique Géopolitique).

En demeurant sur le champ international, Titouan Colongue Bourgeois porte son regard sur la situation en Amazonie, alors que le président Lula est à nouveau à la tête du Brésil : « Lula, entre promesses et réalité » (rubrique Géopolitique).

Loïc Le Floch-Prigent insiste sur le désert industriel que la France tarde à combler : « Urgence du renouveau industriel » (rubrique Économie).

André Dulou vient parachever ce numéro avec sa Revue d’actualité, en mettant à l’honneur l’aéronautique militaire et en insistant, dans le contexte de la Fête nationale, sur le lien Armée-Nation.

Quant à la rubrique LIVRES, elle met à l’honneur le dernier ouvrage de Michaël Bourlet, Verdun, paru aux éditions Perrin. Une étude complète, passionnante, qui offre une prise de hauteur sur l’une des batailles sans doute la plus connue de la Grande Guerre, mais très peu de manière pointue.
Dans la rubrique VIDEO, nous mettons l’accent , en ce 14 juillet, sur l’exercice ORION. La France et ses alliés s’entraînent dans un milieu multi lieux et multi champs. Ainsi les armées ajoutent aux 3 dimensions traditionnelles (mer, air, terre)  le cyber, le spatial ,les champs informationnels et, moins connus et plus original, l’ électromagnétique

 

La prochaine parution interviendra le vendredi 11 août, pause estivale oblige. D’ici là, il nous reste à vous souhaiter de belles vacances…et de bonnes lectures…

 

Bien à vous

 

(*) Pascal Le Pautremat est Docteur en Histoire Contemporaine, diplômé en Défense et Relations internationales. Conférencier et chargé de cours dans l’Enseignement Supérieur, il a enseigné à l’Ecole Spéciale militaire de Saint-Cyr et au collège interarmées de Défense. Il intervient aussi dans les sociétés et les structures publiques en matière d’analyses géopolitiques et géo-économies. Auditeur de l’IHEDN (Institut des Hautes Études de Défense nationale), ancien membre du comité de rédaction de la revue Défense, il est le rédacteur en chef d’ESPRITSURCOUF.
Son dernier ouvrage  « Géopolitique de l’eau : L’or Bleu” est présenté dans le numéro 152 d’ESPRITSURCOUF du 30 novembre 2020

NOUS AVONS BESOIN DE VOUS !

Soutenez-nous !

Nous ne recevons aucune subvention, nous ne sommes financés que par les lecteurs d’ESPRITSURCOUF. Adhérez ou faites un don défiscalisé à Espritcors@ire , association reconnue d’intérêt général qui l’édite.

Ainsi vous serez informé en priorité et recevrez le SEMAPHORE Lettre d’actualité, réservée à nos membres.

 

ADHÉSION 2023 :

  • Cotisation: 50€ net fiscal 17€,
  • Bienfaiteur: 100€ net fiscal 34€,
  • Soutien: 150€ net fiscal 57€.

VERSEMENT :

  •  par chèque, à l'ordre d'Espritcors@ire (7, rue Rosa Bonheur, 75015 Paris
  • par Paypal ou par Carte bancaire, cliquez sur"Cotisation, défiscalisation" ou sur "Don-IFI"
  • par virement demander notre RIB à secretariat@espritscorsaire.fr

ESPRITSURCOUF

« UN AUTRE REGARD SUR LE MONDE »

Vous appréciez cet article, transmettez-le à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou l’adresse du site ESPRITSURCOUF

Merci pour votre action au service du rayonnement de notre "Observatoire de Géopolitique, Économie, Défense et Sécurité"

Suivez-nous sur FacebookTwitter, LinkedIn, Instagram et YouTube

Sur les réseaux sociaux, donnez votre avis, indiquez  que vous aimez notre site, incitez vos amis à "liker" ESPRITSURCOUF

Si vous souhaitez intégrer les réseaux sociaux d’ESPRITSURCOUF, merci de nous indiquer le libellé exact du nom de chacun de vos comptes Facebook, LinkedIn, Twitter … à contact@espritsurcouf.fr