MANAGEMENT DE LA CRISE :
DEUX VISIONS


;
Une Française expatriée en Allemagne
.
..


Dans notre précédente publication le n°139, une française qui vit en Allemagne depuis dix ans s’interrogeait sur les nombres si différents de victimes du Covid19 en Allemagne et en France. Des éléments de réponse sont évidents, disait-elle, dans les habitudes culturelles et les manières de vivre des uns et des autres, de chaque côté du Rhin. Elle poursuit aujourd’hui en comparant les gouvernements allemands et français dans leur pilotage de la crise sanitaire.


Manager une crise, ça ne s’improvise pas. Il faut savoir diriger ses troupes, communiquer sur l’action en cours, et faire confiance à son staff. Cette crise nous montre 2 styles de management radicalement différents

Diriger


Diriger un pays, c’est comme diriger une entreprise. Il y a différents rôles à jouer, chacun doit savoir la place qu’il a dans l’équipe, et comment il se situe par rapport aux autres.

C’est Hofstede qui a théorisé cette idée avec le concept de la distance hiérarchique, qui mesure le degré d’inégalité de statut attendu et accepté par les individus. Autrement dit,  il s’agit de voir dans quelle mesure les gens acceptent ou trouvent bon qu’il y ait une hiérarchie dans la société. Il a remarqué que dans les pays nordiques les gens préfèrent les organisations aplaties où l’employeur agit comme l’égal des autres.             

Dans les pays à fortes distances hiérarchiques (pays latins, asiatiques, arabes) en revanche, les gens préfèrent une hiérarchie claire, respectée par tous. C’est l’exemple du “n+1” qui permet de se représenter virtuellement dans l’organigramme. Ce concept est valable dans les entreprises mais on le retrouve dans l’ensemble de la société. La concurrence pour accéder à une meilleure place dans le système fait partie du jeu, notamment avec un système d’enseignement supérieur élitiste.

En France on accepte facilement d’avoir un chef. Qui se fait respecter. Sans broncher. Et au niveau sociétal cela donne un système politique avec un exécutif qui commande seul. Le management de cette crise sanitaire est donc à l’image du management du pays et de ses entreprises: La preuve, s’il en fallait une, avec les allocutions d’Emmanuel Macron et d’Angela Merkel, à quelques jours d’intervalle:

Emmanuel Macron, « chef de guerre ».
Capture d’écran lors d’un journal télévisé

Emmanuel Macron se pose en “chef” de la nation: Vocabulaire martial, attitude régalienne, prise de décisions seul. Il utilise  la première personne du singulier. Le chef du camp parle, et si on ne l’écoute pas il y aura des sanctions. Après Napoléon, De Gaulle, l’homme providentiel est de retour en la personne d’Emmanuel Macron. La distance hiérarchique est à son apogée, comme pour parfaire la démonstration du concept de Hofstede.

A l’opposé, c’est une Angela Merkel maternante (ne la surnomme-t-on d’ailleurs pas “Mutti” outre Rhin?!) qu’on retrouve quelques jours plus tard. Elle parle du plus gros challenge auquel doit faire face l’Allemagne depuis la seconde guerre mondiale. Elle alerte en faisant appel à la responsabilité de chacun, en attirant l’attention sur la nécessité de faire le lien entre attitude individuelle et collective: “Si chacun se sent responsable, alors nous réussirons collectivement”.

Non seulement elle n’est pas seule dans le cockpit, puisqu’en matière de sécurité intérieure elle doit décider avec les 16 présidents de régions, mais elle a un discours pédagogique et scientifique qui met en confiance. Elle ne se place pas au dessus, mais bien d’égal à égal avec ces concitoyens. “Nous y arriverons” dit-elle à la première personne du pluriel. La différence en termes de distance hiérarchique est flagrante, doublée de la différenciation entre le “cadre” français qui veut tout gérer d’en haut, et la “Sachlichkeit” allemande, qui se veut objective, neutre, dans les faits. La rigueur scientifique en somme. N’oublions pas non plus l’histoire allemande récente : parler de “guerre” serait très délicat dans un pays où les traumatismes passés sont encore bien présents dans la population.

Enfin, laissez-moi vous préciser que le format de l’allocution est exceptionnel en Allemagne, là où en France on prend l’habitude de voir défiler les présidents, que ce soit après des attentats, lors de la crise des gilets jaunes ou pendant la réforme des retraites.

Communiquer


La communication est aussi un élément essentiel en management, et la crise actuelle ne déroge pas à la règle. Encore une fois, 2 styles s’affrontent.

Tout d’abord au niveau de la communication gouvernementale, ça semble pour l’instant être un sans-faute pour l’Allemagne. Selon le dernier baromètre politique de la ZDF, pas moins de 89% des sondés sont satisfaits de la gestion de crise par Angela Merkel. Comment a-t-elle réussi cela? En communiquant de manière transparente sur la situation, avec un discours toujours modéré, et en croyant à la responsabilité de chacun. Responsabiliser ses concitoyens plutôt que les infantiliser, une stratégie qui semble être payante.

Angela Merkel, alias « Mutti ».
Photo Pixy

En s’isolant elle-même après avoir été en contact avec un médecin contaminé, elle a montré l’exemple de la conduite à adopter. Elle est revenue à la charge avec un post Instagram sponsorisé reçu par les allemands, dans lequel elle remerciait ses concitoyens pour leur engagement solidaire auprès de leurs voisins, rappelant que “maintenant c’est le Nous qui compte”.

Elle décide donc de s’adresser directement aux allemands par un canal qui leur parle. Dans la même veine, le maire de Berlin Michael Müller a fait distribuer une lettre dans les 2 millions de foyers berlinois le 9 avril dernier, dans laquelle il parle de solidarité, de responsabilité individuelle et collective. Il s’invite dans nos boîtes aux lettres pour nous remercier et nous donner les numéros d’urgence dont nous pourrions avoir besoin. C’est tout.

Le président de la République fédérale Frank-Walter Steinmeier, lui, ne résiste pas au plaisir de réagir au vocabulaire martial d’Emmanuel Macron, en précisant le 11 avril dans une courte allocution télévisée que l’Allemagne “n’est pas en guerre”, mais parle d’une “épreuve de notre humanité”. A méditer.

En France, on est davantage dans le registre de la suspicion après “l’affaire des masques” et les informations contradictoires données par différents membres du gouvernement, sur la nécessité d’en porter, leur date de livraisons etc.

Dans les médias, on communique aussi différemment. Ceci est à rapprocher du contexte communicationnel distinct des Français et des Allemands, conceptualisé par Edward Hall. Les premiers sont dans ce qu’il appelle un “haut” contexte communicationnel, dans lequel le non verbal et l’émotionnel vont l’emporter sur les mots. Les seconds, dans leur culture à “bas” contexte communicationnel, vont avoir besoin d’une information verbale, objective et rationnelle, quitte à ce que celle-ci paraisse froide. Les médias français sont alors plus sensationnalistes et jouent sur les émotions du public, là où les médias allemands sont connus pour leur sobriété et leur ton neutre, presque monotone.

Les uns font des points d’étape objectifs sur les chiffres (devinez lesquels!), les autres refont l’histoire avant même qu’elle soit faite, cherchant des fautifs avant de réfléchir à des solutions. Et si les français sont aussi connus pour leur culture du débat ou le plaisir de s’écharper, on observe quelque chose qui va encore plus loin: Les journalistes allemands ont tendance à souligner le fait que, dans l’ensemble, les gens se tiennent aux règles et aux gestes barrières. Leurs collègues français, quant à eux, sont plus friands des exceptions qui confirment la règle, et filment volontiers des scènes d’incivilité ou d’amendes collectées. Ils se concentrent sur le négatif, sur ce qui ne marche pas. 

Faire confiance


Enfin manager une crise, c’est aussi une question de confiance, celle qui lie gouvernés et gouvernants.

Dans ce domaine, le confinement est le premier élément à observer. Emmanuel Macron l’a voulu centralisé, strict et contrôlé, là où l’Allemagne l’a décidé de manière décentralisé et souple. Pour masquer un manque de moyens de protection ou pour contrôler les incivilités potentielles des français, le président a décrété  8 semaines de confinement avec des sorties du domicile limitées à 1 km autour de chez soi, obligatoirement muni d’une attestation officielle, sous peine d’amende financière si cela n’était pas respecté. Une certaine idée de la confiance donc.

Fribourg  à la tombée de la nuit pendant le confinement.
Photo Pixabay.

En Allemagne au contraire, cela s’est fait au cas par cas selon les Länder, petit à petit. On parle d’ailleurs plus de “restrictions sociales” que de confinement. Ces annonces échelonnées ont eu pour effet de ne pas affoler la population et ont donné une impression de contrôle de la situation. Certains Länder n’ont pas été confinés, la population étant simplement et cordialement invitée à rester chez elle, à réduire ses déplacement au strict minimum et à ne pas faire de rencontres entre amis. Pas d’attestations ni de coercition, encore moins d’ambiance “fin du monde”. Peut-être aussi une manière détournée de faire “circuler” le virus doucement, puisqu’on sait aujourd’hui qu’il faut atteindre 60% de la population ayant contracté le virus pour que celui-ci devienne collectivement inoffensif. Le ministre fédéral de la santé Jens Spahn affirmait d’ailleurs lui-même le 31 mars dernier que 45% des lits en soins intensifs étaient encore libres. 

Il est aussi intéressant de constater que les allemands sont très attachés à leur liberté individuelle, ce n’est d’ailleurs pas pour rien que c’est un des derniers pays où on peut encore fumer partout (selon les Länder) et rouler sans limite sur les autoroutes. Encore une fois, l’Allemagne est persuadée que si chacun est responsable au niveau individuel, la responsabilité collective émerge automatiquement. Alors si la mise à demeure des français n’a effleuré personne, des voix se lèvent en Allemagne pour faire respecter ce principe fondamental pour la population.

Une chose est sûre en revanche, c’est qu’Allemands et Français sont, d’après de récentes études, d’accord pour organiser un déconfinement progressif en donnant un peu de leur liberté contre un semblant de sécurité, avec les fameuses applications de tracking. Sur ce point là ils font confiance à leur gouvernement respectif…

Comprendre la gestion de la crise sanitaire actuelle n’est pas une mince affaire. Il n’était pas question d’apporter ici une réponse définitive à un phénomène en mutation constante, mais de mettre en exergue la nécessité d’appréhender un pays dans sa globalité si l’on veut pouvoir comprendre ce qui s’y passe.

« Il faut se voir avec l’œil de son voisin », parce que tenter de comprendre l’autre, c’est aussi prendre un peu de recul sur soi-même.

Cet article vous a intéressé ? Vous avez une remarque à nous faire ? Vous souhaitez nous le faire savoir ? Cliquer ICI.


Bonne lecture et rendez-vous le 29 juin 2020
avec le n°141 d’ESPRITSURCOUF
D’ici là, pour une bonne santé, prenez soin de vous.
RESPECTEZ LES CONSIGNES:
Distanciation, port du masque le plus souvent …

ESPRITSURCOUF :
IN ENGLISH, AUF DEUTSCH, EN ESPAÑOL, EN PORTUGUÊS, IN ITALIANO, IN HET NEDERLANDS, PO POLSKU, ПО РУССКИ.
Click HERE

ESPRITSURCOUF ne reçoit aucune subvention, il n’est financé que par ses lecteurs. Si vous aimez notre site, adhérez ou faites un don à espritcors@ire l’association qui l’édite

ADHÉSION 2020 :

 Cotisation: 50€ net fiscal 17€,

 Bienfaiteur: 100€ net fiscal 34€,

 Soutien: 150€ net fiscal 57€.

DON : Pour tout autre montant ou pour IFI

VERSEMENT : 

 par chèque , à l'ordre d'espritcors@ire (7, rue Rosa Bonheur, 75015 Paris)

 par Paypal ou par Carte bancaire, cliquez sur "Cotisation, défiscalisation" ou sur "Don-IFI"

         

Chers lecteurs,

Vous avez apprécié cet article. Vous pouvez le retransmettre à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou du site ESPRITSURCOUF. Merci pour votre action au service du rayonnement de notre "Observatoire de Géopolitique, Économie, Défense et Sécurité"

Suivez-nous sur Facebook , Twitter et LinkedIn .

Sur les réseaux sociaux, donner votre avis, indiquer que vous aimez notre site, inciter vos amis à "liker" ESPRITSURCOUF