Autant pour l’OTAN

,
 Pascal Le Pautremat (*)
Rédacteur en chef d’ESPRITSURCOUF
;

:
A Washington, au cours des derniers mois, on a pu assister à une frénésie, en multipliant les provocations à l’égard de la Russie, accusée des pires intentions vis-à-vis de l’Ukraine, de menacer d’une « guerre éclair » la capitale, Kiev.

Emmanuel Macron a entrepris de se comporter en sauveur de la diplomatie, européenne, en obtenant une rencontre avec Vladimir Poutine. L’histoire immédiate retiendra que contrairement à ce qu’annonce les jeunes macronistes, présentant leur Champion en sauveur de la Paix, de l’Europe…et du Monde, la Russie a finalement opté pour un procédé, qui dans un premier temps, a rappelé celui adopté en 2008 vis-à-vis de l’Abkhazie et de l’Ossétie du Sud, arrachées à l’Etat géorgien… Puis, dans la nuit du 23 au 24 février, l’Etat russe a lancé une série d’opérations militaires ciblant divers points stratégiques, sur le plan militaire, du territoire ukrainien.

Dans une certaine mesure, à force d’agiter l’OTAN comme garant de la sécurité pour toujours davantage de pays, et en oubliant les litiges territoriaux de certains d’entre eux avec la Russie, on a fini par clairement provoquer le Kremlin qui ne lâche rien. L’ancien ministre des Affaires étrangères, Hubert Védrine, regrette lui-même que, depuis le début des années 2000, l’Europe, l’Occident ait renoncé à favoriser le dialogue constructif avec la Russie, pour éviter la situation actuelle.

Bien devin celui qui peut, à la date de ce vendredi 25 février 2022, prédire ce qui va advenir avec le renforcement conséquent de la présence militaire russe dans le Donbass et la dynamique opérationnelle hors du Donbass…  … Est-ce que l’escalade est assurée sur le moyen et long terme, comme semble le répéter en boucle nombre de commentateurs, en écho aux déclarations du président américain Joe Biden ? Nous n’en sommes pas convaincus, du moins à court terme. Car, à l’évidence, c’est une nouvelle partie de bras de fer qui s’est engagée.

 

Photo DR

La situation récurrente d’une Amérique étatsunienne donneuse de leçons, avec son approche unilatérale de la démocratie, et son art de la diabolisation des Etats qui lui font de l’ombre, inspire Vincent Gourvil qui, dans la rubrique Humeur, s’interroge sur la notion de démocratie, en référence au sommet pour la démocratie de la fin 2021 : « Sommet pour la démocratie : un pschitt ! ».

La géopolitique est particulièrement à l’honneur dans notre nouveau numéro. Tout d’abord avec Christian Chesnot qui, avec Georges Malbrunot, vient de publier un nouvel ouvrage Le déclassement français. Fruit d’une longue enquête riche de plusieurs centaines d’entretiens et de témoignages, leur écrit montre combien le rayonnement de la France et sa crédibilité diplomatique se sont amoindris, sous le poids de la pensée unique et d’un centralisme élyséen contre-productif, qui s’est encore accentué sous l’actuelle présidence de la république (rubrique Géopolitique).

Ensuite, avec le témoignage d’un acteur de terrain, ancien membre de la Special Monitoring Mission to Ukraine (SMM) de l’OSCE (Organisation de la Sécurité et de la Coopération en Europe). Il offre un regard précieux sur la crise au Donbass (rubrique Défense). L’approche relatée se veut ici, à la fois historique et conceptuelle. La dimension évènementielle, en lien avec l’évolution de la situation depuis le 19 février, fera l’objet ultérieurement d’un autre article. Ceci afin d’assurer une certaine distanciation pour mieux analyser les faits.

Enfin, Ramona Bloj, de la Fondation Robert Schuman, porte son regard sur le jeu européen en Afrique, suite au 6ème sommet entre l’Union Européenne et l’Union Africaine qui s’est déroulé à Bruxelles les 17 et 18 février : « Europe-Afrique : un ’new deal’ ». Où l’auteure rappelle les besoins financiers de ce continent pour relever les défis multiples qui sont les siens, entre développements économiques, questions sanitaires et environnementales.

Enfin, André Dulou a soigneusement préparé une nouvelle revue de presse, qui porte notamment sur la crise du Donbass. Sont également abordés la question de l’Europe de la Défense, le dernier sommet de l’Union africaine ou le projet de gazoduc Maghreb-Europe ; Sans oublier divers sujets de Défense et de Sécurité.

Pour la rubrique Livre, nous vous proposons le dernier ouvrage que publient Marie-Catherine et Paul Villatoux : Guerres secrètes. Renseignement et opérations spéciales de la Grande Guerre à l’Afghanistan, aux éditions Mémorabilia. Tous deux sont docteurs en Histoire contemporaine, experts des questions de Défense, d’histoire militaire et notamment inhérente aux questions aériennes. Largement connus du milieu de la polémologie et du domaine de la recherche universitaire, en corrélation avec les Services historiques de la Défense, Paul et Marie-Catherine Villatoux offrent ici une belle vue d’ensemble servie par un texte toujours précis, riches en anecdotes, en vertu d’une solide documentation. Plusieurs cahiers photos agrémentent cet ouvrage qui ne pourra que ravir les néophytes comme ceux désireux de disposer d’une synthèse pertinente sur près d’un siècle d’opérations spéciales et de renseignement ; de leur genèse jusqu’à la période la plus récente. Au gré des deux guerres mondiales, des guerres de décolonisation (Indochine, Algérie) et des conflits d’Afghanistan et d’Irak via les psychological operations.

Bonne lecture.

***

Cet article vous a intéressé ? Vous avez une remarque à nous faire ? Vous souhaitez nous le faire savoir ? Cliquer ICI


(*) Pascal Le Pautremat est Docteur en Histoire Contemporaine, diplômé en Défense et Relations internationales. Conférencier et chargé de cours dans l’Enseignement Supérieur, il a enseigné à l’Ecole Spéciale militaire de Saint-Cyr, et au collège interarmées de Défense. Il intervient aussi dans les sociétés et les structures publiques en matière d’analyses géopolitiques et géo-économies. Auditeur de l’IHEDN (Institut des Hautes Études de Défense nationale), ancien membre du comité de rédaction de la revue Défense, il est le rédacteur en chef d’ESPRITSURCOUF.
Son dernier ouvrage  » Géopolitique de l’eau : L’or Bleu” est présenté dans le numéro 152 d’ESPRITSURCOUF du 30 novembre 2020

Bonne lecture et rendez-vous le vendredi 11 mars 2022
avec le n°185

D’ici là, pour une bonne santé, prenez soin de vous.
RESPECTEZ LES CONSIGNES :
Distanciation, port du masque  …

NOUS AVONS BESOIN DE VOUS !

Soutenez-nous !

     

Nous ne recevons aucune subvention, nous ne sommes financés que par les lecteurs d’ESPRITSURCOUF. Adhérez ou faites un don défiscalisé à Espritcors@ire , association reconnue d’intérêt général qui l’édite.

Ainsi vous serez informé en priorité et recevrez le SEMAPHORE Lettre d’actualité, réservée à nos membres.

 

ADHÉSION 2022 :

  • Cotisation: 50€ net fiscal 17€,
  • Bienfaiteur: 100€ net fiscal 34€,
  • Soutien: 150€ net fiscal 57€.

VERSEMENT :

  •  par chèque, à l'ordre d'Espritcors@ire (7, rue Rosa Bonheur, 75015 Paris
  • par Paypal ou par Carte bancaire, cliquez sur"Cotisation, défiscalisation" ou sur "Don-IFI"
  • par virement demander notre RIB à secretariat@espritscorsaire.fr

ESPRITSURCOUF

« UN AUTRE REGARD SUR LE MONDE »

 

Vous appréciez cet article, transmettez-le à vos amis et relations en donnant le lien de l'article ou l’adresse du site ESPRITSURCOUF

Merci pour votre action au service du rayonnement de notre "Observatoire de Géopolitique, Économie, Défense et Sécurité"

Suivez-nous sur FacebookTwitter, LinkedIn, Instagram et YouTube

Sur les réseaux sociaux, donnez votre avis, indiquez  que vous aimez notre site, incitez vos amis à "liker" ESPRITSURCOUF

Si vous souhaitez intégrer les réseaux sociaux d’ESPRITSURCOUF, merci de nous indiquer le libellé exact du nom de chacun de vos comptes Facebook, LinkedIn, Twitter … à contact@espritsurcouf.fr