Nous regrouperons périodiquement des livres écrits par des membres d’espritcors@ire ou des auteurs d’ESPRITSURCOUF.

Nous jugeons les thèmes abordés et les auteurs dignes d’intérêt pour enrichir votre connaissance des aspects géopolitiques, militaires, sécuritaires, économiques… de la Défense et de la Sécurité de la France et de l’ Europe dans le monde.

Mais les opinions émises dans ces ouvrages n’engagent que la responsabilité des auteurs.

Si un livre vous a particulièrement intéressé vous pouvez le faire savoir au Comité de rédaction qui pourra décider de le porter à la connaissance des lecteurs d’ESPRITSURCOUF, transmettez l’information à contact@espritsurcouf.fr

Merci

Le comité de rédaction

 

 

Durant la guerre froide, le bloc occidental, opposé au bloc communiste dont il craignait l’expansionnisme asservissant, était une entité géopolitique cohérente qui menait un combat justifié pour préserver sa liberté.

Mais aujourd’hui, le concept de monde occidental est-il encore pertinent ? Continuons-nous, avec ou sans Trump, à être guidés par les mêmes valeurs que les Etats-Unis ? L’OTAN a-t-elle pour objectif de nous préserver contre la menace russe ou de l’entretenir artificiellement, afin de maintenir l’Europe dans un état de dépendance à l’égard de Washington ? Par leur comportement hégémonique, les Etats-Unis ne sont-ils pas autant source d’insécurité que de sécurité ?

Cet ouvrage salutaire appelle à revisiter les liens transatlantiques, historiquement dépassés, mais savamment entretenus par suivisme et par aveuglement. L’élection de Donald Trump à la tête des Etats-Unis en est l’illustration actuelle la plus flagrante : va-t-on saisir cette occasion pour se réinventer ? Les outrances de Trump vont-elles réveiller les Européens ou ces derniers vont-ils demeurer dans un état de somnambulisme stratégique?

« L’ouvrage de Pascal Boniface est très honnête, rigoureux et intéressant. Ce qu’il dit est très juste. » Hubert VÉDRINE
« Je ne peux que recommander le livre de Pascal Boniface à qui s’intéresse aux questions de politique internationale, de relations internationales ou de sécurité internationale. » Francis WURTZ
« Le constat qu’il fait est un constat très lucide, très rigoureux et très courageux, aussi parce qu’il dit les choses telles qu’elles sont et non pas telles qu’on aimerait qu’elles soient. » Jean MUSITELLI
« L’ouvrage de Pascal Boniface est, à ma connaissance, la première synthèse de tous les événements qui font qu’un certain nombre de structures à la fois mentales et institutionnelles héritées de la guerre froide ne sont plus valides. » Jean DE GLINIASTY
« Nous sommes entraînés par la force de démonstration de Pascal Boniface. » Louis GAUTIER
« Le livre de Pascal Boniface ouvre un débat que l’on a trop longtemps occulté. » Jean-Jacques ROCHE
« Je pense que la critique de Pascal Boniface du ‘campisme’, c’est-à-dire cette vision d’un monde qui, irrémédiablement, serait formé de camps qui s’opposent, est une critique bienvenue. » Bertrand BADIE
« Le livre de Pascal Boniface présente un réel intérêt, celui de poser la question aux Européens, de la manière dont ils entendent être perçus dans le monde. » Jean-Dominique GIULIANI
« J’ai toujours eu beaucoup d’admiration pour l’intelligence de Pascal Boniface. Son dernier livre me confirme cette appréciation. » Jean-Pierre CHEVÈNEMENT
« Ce livre devrait être offert à tous les candidats aux européennes ! » Jean-François FIORINA
« Le livre de Pascal Boniface est une réflexion percutante et parfois très dure. » Nicole GNESOTTO
« Le livre de Pascal Boniface, comme tous ses livres, me passionne. Je pense qu’il va ouvrir une polémique parce qu’assez souvent, soit de bonne foi soit de mauvaise foi, ses prises de position sont combattues par des gens qui souvent ne comprennent rien au fond de l’affaire. » Pierre JOXE

En vente en librairie et sur le site internet de l’IRIS au prix de 16€ – Editions Eyrolles – 160 pages.

 

***

La violence n’est pas à nos portes, elle est chez nous. Les idéologies du XXe siècle sont mortes, mais les passions nationales et religieuses sont de retour. Et avec elles les guerres civiles et les guerres de religion dont la sauvagerie est sans limite. 

Au-delà des conflits armés, la violence se diffuse en empruntant tous les canaux de la mondialisation. Elle pénètre jusqu’au cœur des sociétés développées, notamment par les réseaux sociaux. Elle se libère de tout cadre et de toute règle. 

La violence est une arme de destruction massive contre la démocratie, qu’elle emprunte les traits du populisme, du fanatisme religieux, des menaces émanant des nouveaux empires ou des cyber-attaques. 

Il est plus que temps pour les nations libres de rompre avec le déni pour réagir. Ne laissons pas le dernier mot de l’histoire du XXIe siècle à la barbarie. Retrouvons la foi dans la liberté et le courage de la défendre !

Nicolas Baverez, éditorialiste au Point et au Figaro, fut le premier à lancer l’alerte sur le déclin de la France à travers des essais qui sont aujourd’hui des références, tels Les Trente Piteuses (Flammarion) ou La France qui tombe (Perrin). Il appelle aujourd’hui les citoyens des démocraties à une prise de conscience salutaire : la violence ou la liberté, il faut choisir !

En vente sur le site  Amazon.fr au prix de 10.99€ pour la version format Kindle et 15€  pour la version brochée.

Ce livre de Nicolas Baverez vient de recevoir le Prix Vauban :

L’Association des Auditeurs de l’Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale a créé, en 1973, le “Prix Vauban” destiné à récompenser une œuvre ayant contribué à la promotion, à l’illustration ou au développement de la Défense Nationale, notamment dans le domaine militaire, économique, scientifique, diplomatique ou politique.

Le nom de Vauban a été retenu en considération non seulement des hauts faits d’armes de ce grand soldat, mais aussi de l’universalité de son génie qui en font un modèle de civisme et d’intelligence des problèmes de Défense Nationale.

 

***

Le pouvoir face à la guerre. La métamorphose suprême, de chef d’Etat en chef des armées

En ce temps de trouble et d’incertitude, alors que l’illusion d’une paix universelle et définitive s’efface devant la persistance des fanatismes et des violences qui nourrissent d’interminables conflits, le rôle et la responsabilité des chefs d’État confrontés à la guerre méritent une attention nouvelle. Comment, au cours de l’histoire, ont-ils affronté ce fléau tragique pour le contenir ou l’encourager, pour protéger leurs peuples et promouvoir leurs desseins ou pour assouvir leurs rêves de grandeur ?
De 1850 à nos jours, dix parmi les plus célèbres ‒ dont quatre français ‒ ont été choisis pour illustrer les ressorts de la volonté politique dans ce domaine essentiel et paroxystique de leur charge. De façon inédite, cet ouvrage expose les décisions que sont appelés à prendre les responsables politiques – et qui conduisent parfois au sacrifice suprême – mais aussi la complexité de leurs relations avec les chefs militaires tenus de les mettre en œuvre. Le regard porté sur ces événements est celui d’un officier supérieur qui fut associé pendant près de dix ans aux décisions prises au plus haut niveau pour l’engagement de nos armées dans des missions de guerre.

Le général (2s) Henri Bentegeat, ancien chef d’Etat-major des Armées, est auditeur de la 45ème session nationale de l’IHEDN.

PUBLIÉ PAR LES ÉDITIONS PERRIN 

EN VENTE AU PRIX DE 25€ LE LIVRE BROCHÉ  ET 17,99€ POUR LE FORMAT KINDLE SUR LE SITE DE L’AMAZON.FR

 

***

Le Grand Livre de L’AFRIQUE : Chaos ou émergence au sud du Sahara ?” écrit par Nicolas NORMAND et préfacé par Érik Orsenna, de l’Académie française

« J’en ai lu des livres sur l’Afrique, depuis le temps que je l’aime et que je m’acharne à la comprendre. Peu d’entre eux m’ont autant éclairé. » Érik Orsenna

On ne peut plus négliger l’Afrique, car c’est là que se jouent la démographie et la croissance ou, sinon, les drames humanitaires et écologiques de demain. 
Histoire et société, politique et sécurité, culture et institutions, économie et développement : À rebours des idées reçues, Nicolas NORMAND dresse un panorama exhaustif de la réalité africaine.
Un outil unique de découverte, d’appréhension de l’actualité et d’étude.

Normalien, ingénieur agronome et énarque, ancien diplomate (ministre plénipotentiaire), Nicolas NORMAND a consacré l’essentiel de sa carrière à l’Afrique sub-saharienne.
Sur le terrain en Afrique du Sud et, en tant qu’ambassadeur, au Mali, au Congo, au Sénégal et en Gambie.
Au Quai d’Orsay en tant que rédacteur pour la Corne de l’Afrique, conseiller au cabinet du ministre des Affaires étrangères pour l’Afrique, sous-directeur des affaires politiques.
Nicolas NORMAND a par ailleurs enseigné à Sciences Po ainsi qu’à l’ENA, et servi au ministère de l’Économie et des Finances (DG du Trésor), comme conseiller diplomatique du ministre français de l’Intérieur, puis directeur-adjoint de l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN).

PUBLIÉ PAR LES ÉDITIONS EYROLLES

EN VENTE AU PRIX DE 24.90€ LE LIVRE BROCHÉ SUR LE SITE DE LA FNAC

 

***

Résultat de recherche d'images pour "L’EUROPE UNE GRANDE PUISSANCE DESARMEE"

L’Europe d’aujourd’hui est mise à mal par des événements qu elle contrôle de plus en plus difficilement. Crise financière, crise identitaire et crise sécuritaire provoquent des réflexes de repli nationaliste qui pourraient nous renvoyer aux périodes les plus noires de notre histoire. Cet ouvrage, écrit après dix années passées au chevet de la politique de sécurité et de défense commune, a vocation à rappeler la raison d’être de l’Europe. Civilisation d une grande richesse et porteuse de valeurs intellectuelles et spirituelles incomparables, elle est désormais en paix depuis soixante-dix ans. La construction européenne, bien critiquable sous de nombreux aspects, est une réalité et un impératif. La nier serait une grave erreur. La soutenir nécessite de la doter de tous les attributs d une grande puissance, en particulier d’une capacité de sécurité et de défense autonome qui la crédibilise au sein d’un monde globalisé, cela dans le respect des spécificités des États qui la composent.

Le général de division (2S) Maurice de Langlois est Saint-Cyrien. Sa carrière opérationnelle l’a amené successivement en Allemagne, en Afrique puis en France. Après avoir occupé différents postes en état-major à Paris, il a rejoint en 2005, l’équipe de montée en puissance de l’Agence européenne de défense à Bruxelles puis occupé la fonction de général adjoint au chef de la représentation militaire de la France auprès du Comité militaire de l’Union européenne. Il a été directeur de recherche à l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire de 2012 à 2015. Il est membre d’Eurodéfense.

PUBLIÉ PAR LES ÉDITIONS ECONOMICA

EN VENTE AU PRIX DE 27€ LE LIVRE BROCHÉ SUR LE SITE DE L’AMAZON.FR

 

***

Face à une actualité chaque jour plus complexe et de plus en plus diffi cile à décrypter, la tentation est grande de considérer que Donald Trump est irrationnel, Kim Jong-un fou, qu’un complot dirige le monde ou encore que l’islam est la source du terrorisme. En interrogeant les idées reçues les plus répandues, Pascal Boniface nous invite à découvrir un monde fait de contrastes. Grâce à une vision globale et une large perspective, il déconstruit les jugements à l’emporte-pièce qui ne résistent pas à un examen scrupuleux des rivalités géopolitiques. Par un regard critique et expert, cet ouvrage rend accessible à tous les questions qui agitent le débat public !

PUBLIÉ PAR LES ÉDITIONS ARMAND COLIN

EN VENTE AU PRIX DE 09.90€ SUR LE SITE DE L’IRIS

 

 

 

 

***

La collection Folio Histoire, ouverte aux divers besoins, écritures et usages de l’Histoire, ne pouvait ignorer les réflexions que mènent en historiens, dans la revue Inflexions, des officiers d’active et des civils. Ils témoignent de l’intrication permanente, dans les quelques secondes de la prise de décision, de l’analyse d’une situation géographique immédiate, des enseignements théoriques tirés des conflits passés, de la mise en pratique circonstancielle. L’ouvrage est organisé en trois parties : “Du soldat” ou les valeurs qui l’animent, voire le définissent de nos jours – bravoure ou courage, commémoration du passé, exercice de l’autorité, légalité ou illégalité des ordres, entrée en dissidence ; “Au combat” ou les dimensions nouvelles du métier des armes, de la tentation de l’hubris à l’heure du soldat technologiquement augmenté, la plus ou moins grande proximité avec l’ennemi, le rôle des forces morales dans la conduite de la guerre ; “Le retour” ou l’épreuve faite par le combattant des blessures, voire des désordres psychiques suite à la mort infligée à l’ennemi ; un retour où le silence est imposé au soldat par une société qui n’a pas, loin s’en faut, toujours conscience qu’elle est, à travers les engagements de son armée de métier sur des théâtres lointains, déjà en guerre. Ne lui reste alors que la médaille, revers d’une société qui ne veut pas écouter, entendre, savoir. Le lecteur trouvera dans cet ouvrage une leçon d’Histoire immédiate.

PUBLIÉ PAR LES ÉDITIONS FOLIO HISTOIRE

EN VENTE AU PRIX DE 08,40€ EN VERSION POCHE SUR Amazon.fr

Nos chefs d’état- major des armées écrivent, après le livre de Pierre de Villiers, voici celui de François Lecointre. Ce livre fait écho a l’article du Général Alain Bouquin paru dans ESPRITSURCOUF.fr : LA SPÉCIFICITÉ MILITAIRE

Le général d’armée François Lecointre chef d’état-major des armées est né le 6 février 1962 à Cherbourg. Il est marié et père de quatre enfants.

Saint-cyrien de la promotion « Général Monclar » (1984 -1987),  écrivent il choisit l’arme des troupes de marine, spécialité infanterie, et poursuit sa formation à l’École d’application de l’infanterie à Montpellier.

Il sert principalement au 3e régiment d’infanterie de marine à Vannes, comme chef de section de 1988 à 1991, officier adjoint puis commandant de compagnie entre 1993 et 1996, et enfin, en qualité de chef de corps de 2005 à 2007. Il sert également au 5e régiment interarmes d’outre-mer à Djibouti de 1991 à 1993.

Il a connu de nombreuses expériences opérationnelles, en République Centrafricaine en 1989, lors de la Guerre du Golfe en 1991, en Somalie en 1993, au Gabon puis au Rwanda en 1994, à Sarajevo en 1995. C’est lors de cette mission effectuée sous mandat de l’ONU qu’il monte à l’assaut le 27 mai 1995 avec le lieutenant Bruno Heluin et ses hommes pour reprendre le poste du pont de Vrbanja. Il sera projeté en Côte d’Ivoire en tant que chef de corps avec son régiment lors de l’opération Licorne à l’hiver 2006.

Breveté de l’école de guerre en 2001, il sert durant quatre ans à l’état-major de l’armée de Terre, comme rédacteur des interventions du chef d’état-major, puis au bureau de conception des systèmes de forces. Après son temps de commandement de chef de corps, il est stagiaire au centre des hautes études militaires et auditeur à l’institut des hautes études de la défense nationale de 2007 à 2008, puis il assure la direction de la formation de la 58e session du centre des hautes études militaires des études. De 2009 à 2011, il sert au cabinet militaire du ministre de la Défense.

Le 1er août 2011, promu officier général, il prend la tête de la 9e brigade d’infanterie de marine, à Poitiers, pendant deux années. Il est engagé au Mali à la tête de la première mission européenne de formation de l’armée malienne de janvier à juillet 2013.

Le 1er août 2013, il retrouve l’état-major de l’armée de Terre comme chargé de mission, puis aux fonctions de sous-chef d’état-major « performance-synthèse » de 2014 à 2016. Il est promu général de division le 1er janvier 2015.

Depuis le 1er août 2016, il occupe les fonctions de chef du cabinet militaire du Premier ministre. Il est élevé aux rang et appellation de général de corps d’armée le 1er mars 2017.

Le 19 juillet 2017, en Conseil des ministres, le général de corps d’armée Lecointre est élevé aux rang et appellation de général d’armée, et nommé chef d’état-major des armées à compter du 20 juillet 2017.

Breveté d’études militaires supérieures, titulaire de quatre citations, le général d’armée François Lecointre est grand officier de la Légion d’honneur et commandeur de l’ordre national du Mérite.

 

***

    

N’hésitez pas à lire l’analyse sur l’INCIDENT EN MER D’AZOV : guerre hybride entre la Russie et l’Ukraine publiée sur ce site le 03 décembre 2019.La lecture du livre de Dominique Dubarry permet de resituer le conflit dans la globalité de la situation russe aux marches de son empire entre Pays baltes et Ukraine.

L’auteur Dominique Dubarry, spécialiste en géopolitique de l’Ukraine et des Pays-Baltes, trace un portrait de cette “Europe du Milieu” en nous dévoilant les dessous des cartes politiques et géostratégiques d’une région dont le destin est lié au nôtre. 
La chute du mur de Berlin en 1989 et la réunification de l’Europe de l’est et de l’ouest nous ont peut-être masqué des conséquences encore mal maîtrisées.
La disparition de l’URSS en 1991 a entraîné un reflux historique de l’ère impériale russe.
Les anciennes républiques soviétiques devenant des pays à part entière (Estonie, Lettonie, Lituanie, Biélorussie, Ukraine, Moldavie) … Tous font revivre aujourd’hui le destin de l’autre grand isthme européen, celui d’une mer à l’autre, qui relie la mer Baltique à la mer Noire, une verticale d’Helsinki à la Crimée par Tallinn, Riga, Vilnius, Varsovie, Minsk, Kiev.

Vous pouvez acheter le livre à la Librairie Fontaine 50 rue Laborde 75008 Paris.

 

***

Ni tout à fait en Europe ni tout à fait en Asie, la Russie interroge : quelle est sa stratégie politique ? Quels développements économiques envisage-t-elle ? Comment se positionne-t-elle face aux États-Unis et face à cette nouvelle grande puissance qu’est la Chine ? Ces questions traversent l’histoire contemporaine et resurgissent au fil de l’actualité. Des clichés à la réalité, cet ouvrage nous parle de lieux, de faits et de chiffres pour nous aider à y voir plus clair. Spécialiste incontesté, l’auteur propose 40 fiches documentées pour cerner les enjeux et les défis de la région. L’ensemble est illustré de cartes, graphiques et tableaux.

Sommaire 

  • Qu’est-ce que la Russie ?
  • 10 enjeux stratégiques
  • 10 interrogations sur la société russe
  • 10 défis pour la Russie

Jean de Gliniasty, ancien diplomate, est directeur de recherche à l’IRIS et enseignant à l’IEP. Il a été ambassadeur en Russie, au Brésil, au Sénégal, consul général à Jérusalem et en poste à la Représentation permanente française auprès de l’Union européenne. Au ministère des Affaires étrangères, il a été, entre autres, adjoint au chef du Centre d’analyse et de prévision, directeur du développement, de la coopération scientifique, technique et éducative, directeur des Nations unies et des organisations internationales, directeur d’Afrique. Il est l’auteur de l’essai La diplomatie au péril des “valeurs”.

Issu de la collection Géopolitique, ce dernier est en vente dans la librairie Eyrolles (Paris-5ème) au prix de 16.90€ la version papier contre 11.99€ la version numérique sur le site de la librairie.

Retrouvez le billet de Richard Labévière à ce sujet.

 

***

En point final aux différents évènements organisés par la Société d’Histoire, d’Archéologie et des Arts du Pays Thouarsais dans le cadre du Centenaire de l’Armistice de 1918, un livre vient de paraitre aux éditions Geste. Il raconte le destin des thouarsais pendant la Première guerre mondiale.

On se souvient qu’à la mi-novembre, la SHAAPT avait proposé sur trois jours plusieurs manifestations commémorant la fin de la guerre 14/18. Dans le prolongement du colloque organisé alors, un livre est désormais disponible pour tout savoir sur la façon dont les habitants de notre territoire ont vécu ces années noires. Fruit d’un travail collectif de plusieurs mois réalisé par des historiens et des amateurs d’histoire membres de la SHAAPT, ce livre est signé par Damien Cocard, président de la SHAAPT, le colonel Yves Duval, Marie-Danielle Lenne, Philippe Michel-Courty, Nicole Cantet, Roselyne de Saint- Ours, Dominique Marquet et Baptiste Cesbron. Intitulé « La Grande guerre en pays Thouarsais, à hauteur d’homme », l’ouvrage de 300 pages évoque le destin des habitants de Thouars et des communes voisines, tant sur le front qu’à l’arrière. Il se prolonge par une partie dédiée aux conséquences de la guerre sur le territoire. Grâce aux archives locales, publiques et privées, les auteurs font revivre avec une grande précision et une forte humanité le quotidien de toute une population dans la tourmente de la guerre : les Poilus au front et leurs batailles, les familles à l’arrière et leur quotidien. Politique, éducation, économie, faits divers… toutes les thématiques sont abordées dans cet ouvrage incontournable pour la compréhension du pays Thouarsais. Richement illustré, avec de nombreux clichés inédits, ce livre a bénéficié des fonds photographiques du Musée Henri Barré et du Service de l’Architecture & des Patrimoines de la Ville de Thouars.

Publié par les éditions Geste, en vente au prix de 29€ dans les librairies thouarsaises et à la Maison du Thouarsais. Egalement commandable auprès de la SHAAPT (communication@shaapt.fr) et en vente sur le site de la FNAC  , du groupe Le Geste

 

***

Jean Varret débute sa carrière par une participation au putsch des généraux en Algérie. Il la termine, néanmoins, avec les 4 étoiles d’un général de corps d’armée. C’est au travers d’anecdotes que ce représentant de la grande muette décrit son parcours auquel il met fin prématurément à cause de l’intervention française au Rwanda.
Pas ou peu de commentaires à la description de faits vécus mais au lecteur d’en saisir le fil conducteur, celui du vrai sens du métier d’officier.

L’auteur est né à Paris en 1935 dans une famille de longue lignée militaire. Saint-Cyr, Saumur, parachutiste en Algérie. Études de sciences humaines à la Sorbonne. 40 ans sous l’uniforme partagés entre l’Afrique, les unités parachutistes et les états-majors parisiens. Il démissionne en 1993 alors qu’il est Directeur de la Coopération Militaire. Depuis, il exerce diverses activités professionnelles en lien avec sa carrière antérieure.

En vente sur Amazon , Cultura, FNAC et sur le site de la maison d’édition SL (192 pages – 17,90€)

 

***

Les descendants du général Léon Zeller ont voulu sortir de l’oubli les Souvenirs inédits de leur grand-père relatifs aux maréchaux Foch et Pétain, qu’il avait côtoyés de très près, avant et pendant la Grande Guerre. Léon Zeller avait été stagiaire à l’École de guerre, quand Foch y était chef du cours de tactique générale ; au cours de la guerre, il a été sous-chef d’état-major de la 2e Armée à Verdun, puis chef du 3e Bureau du Grand quartier général au cours du second semestre 1917. C’est dire s’il a été proche de ces deux maréchaux ! Ces Souvenirs donnent lieu à des évocations de première main dénuées de tout conformisme, comme de toute polémique du fait de la retenue à laquelle Léon Zeller s’est astreint, et présentent toujours ces deux grands chefs in situ, ce qui leur donne encore plus de prix. 
Construits à partir d’images et d’anecdotes prises sur le vif, inédites, et de ce fait pas connues, ils nous livrent une véritable étude des caractères de ces grands chefs que la froideur et l’anonymat des archives ne peuvent rendre, et que les diverses biographies qui leur ont été consacrées n’ont pas toujours restituée. 
Le texte initial de Léon Zeller, amputé de tout ce qui demeurait personnel ou de nature trop familiale, a fait l’objet d’un appareil critique destiné autant à expliciter certaines situations qu’à les mettre en perspective. 
 
Léon Zeller (1868-1945), Général de division, alsacien, polytechnicien et artilleur, breveté de l’École supérieure de guerre, a alterné au cours de la Grande Guerre des commandements dans la troupe et des postes de responsabilité dans des états-majors de rang élevé, avant de poursuivre sa carrière, à l’issue de la guerre, jusqu’au commandement, envié, de la 14e Division d’infanterie à Mulhouse.
 
Claude Franc, Colonel en retraite, Saint-Cyrien de la promotion maréchal de Turenne, breveté de la 102e promotion de l’École supérieure de guerre, s’est spécialisé dans les aspects stratégiques et tactiques des conflits du XXe siècle, sujet sur lequel il a déjà publié plusieurs ouvrages.
k

En vente sur le site des éditions Economica (224 pages – 29€)

 

***

Michel Nazet et Alain Nonjon (dir), cartographie Jean-François Ségard, « Géopolitique. Atlas des 160 lieux stratégiques du monde ».

Toujours plus de mondialisation ? Toujours plus de fragmentations ! Le monde se globalise ? Il s’enlise dans des conflits régionaux de toutes natures : vieilles fractures rouvertes, interfaces sources de tensions, rivalités portées sur de nouveaux fronts (mer, espace…), nouvelles hiérarchies qu’on impose plus qu’elles ne s’imposent.

Le but de cet Atlas est, on l’aura compris, de proposer une lecture des enjeux de la mondialisation au travers de tous les conflits en cours ou larvés qui fracturent la planète : frontières bafouées, migrations provoquées, religions instrumentalisées, capitales dévoyées, zones d’influence contestées, hiérarchies régionales bousculées, mythes révoqués. En quelque 160 cartes, le lecteur identifi era ces pôles de tensions, comprendra par une fiche associée l’origine, la gradation de ces tensions, et leur mise en perspective grâce à une actualisation systématique. Tous les lieux retenus constituent la trame de la géopolitique actuelle, resituée dans l’épaisseur de l’histoire.

L’Atlas des lieux stratégiques permettra aux étudiants – khâgnes, préparations HEC, cycles universitaires (IFG, IEP) –, aux décideurs, de visualiser les rapports de force et leurs évolutions, première étape pour tenter de les gérer.

(Edition Ellipses – 35€)

 

***

GALULA David, Contre-insurrection : théorie et pratique.

Les armées occidentales actuellement engagées dans des conflits d’un type nouveau, face à un adversaire insaisissable, pourraient-elles s’inspirer de l’histoire des guerres révolutionnaires pour se sortir de l’impasse stratégique dans laquelle elles semblent installées ?

Dans son Contre-insurrection, théorie et pratique, rédigé au début de son exil américain, le lieutenant-colonel David Galula livre les leçons qu’il a tirées de sa longue pratique de ce type de conflit, de la chute de Tchang Kaï Chek à la guerre d’Algérie. Pour lui, la victoire des insurgés n’est pas une fatalité : en s’adaptant à la situation, le gouvernement de contre-insurrection peut s’assurer du soutien de la population, qui est la clé du succès. Son approche de la question est donc avant tout politique, sans recours systématique à la violence.

Cette première parution en français du livre de Galula est l’occasion de relancer un débat dans lequel notre pays peut avoir toute sa place. Un ensemble de solutions pour conduire des opérations de contre-insurrection adaptées selon les situations. Des stratégies et des expériences de terrain.

(Edition Economica)

 

***

GALULA David, Pacification en Algérie, éd. Les Belles Lettres, Mémoires de Guerre, 2016

« Je quittai Hong Kong en février 1956 (…) J’étais fatigué du monde des renseignements, j’avais raté la guerre en Indochine, je pensais en savoir assez sur les insur-rections et je voulais tester certaines de mes théories. » Dans Pacification en Algérie, ouvrage inédit en France, le lieutenant-colonel David Galula, théoricien majeur élevé au rang de « Clausewitz de la contre-insurrection » par les stratèges américains, raconte sa conquête, par petites touches, des populations de Kabylie, préalable indispensable à la destruction des organisations politico-administratives du FLN. Un récit subtil et un témoignage indispensable sur ce conflit.

 

***

%
Esprit Surcouf vous fait découvrir des auteurs engagés dans notre défense, et qui grâce à leurs écrits, donnent leur éclairage sur notre monde d’hier qui explique souvent celui d’aujourd’hui.
Dans la ligne d’Esprit Surcouf, voici un roman qui commence en mer, et qui s’inscrit dans le contexte réaliste de ce que chaque lecteur découvre avec délices.
La guerre froide a consacré l’effroi que l’on éprouve, quand on évoque le terme de « missiles ». Par ailleurs, les menaces qui pèsent sur les océans voient réapparaître les pirates maritimes. Dans ce contexte, une frégate française se déplace par les mers du sud pour porter assistance aux bateaux du golfe de Guinée. Les circonstances forment autant de drames que l’on découvre au fur et à mesure de la progression du navire. Une fois à terre, notre héros retrouve les missiles, sous une autre condition, toute aussi dangereuse.  Et, pour donner au roman son intrigue, c’est un amour qui naît, sur fond d’opérations et de déroulements personnels, et qui va aller jusqu’au terme de son accomplissement, celui de la génération future.

En bref, un nouveau roman, au style enlevé, dans un contexte connu, avec cette circonstance singulière de la présence de deux personnages, héroïne et héros, campés de manière sobre et judicieuse, pour donner toute la saveur d’une aventure digne d’Esprit Surcouf !l

En vente sur la Fnac et sur le site Edilivre 
m

M

***

%

Atlas des relations internationales (100 cartes pour comprendre le monde de 1945 à nos jours) par Pascal Boniface

L’influence de l’Occident est-elle toujours dominante ?
Comment s’affirment les puissances émergentes que sont la Chine, l’Inde ou le Brésil ?
Quel enjeu représentent les matières premières dans les relations internationales ?
Ce qui se produit sur la scène internationale a de plus en plus de conséquences sur notre vie quotidienne. Pourtant, ces événements restent difficiles à appréhender. Pris dans le flux incessant de l’information, il n’est pas facile de distinguer l’essentiel de l’accessoire, de prendre le recul nécessaire pour maîtriser les codes d’une planète mondialisée et saisir ses enjeux.
D’une indéniable clarté pédagogique, Pascal Boniface livre une vision globale d’un monde complexe et en mutation, par un mélange de profondeur historique et de décryptage de l’actualité, afin de nous aider à en comprendre les multiples ressorts. Cet atlas propose 100 cartes, accessibles et élégantes, permettant de synthétiser les phénomènes majeurs des relations internationales.
En vente en librairie et sur le site de l’IRIS (Armand Colin – 168 pages – 25 €)

 

***

%
Omniprésent dans notre vie collective et dans le débat public, le terrorisme est aujourd’hui devenu un thème central pour les décideurs publics, les experts scientifiques et, plus largement, tous les citoyens. Dominées par l’horreur, l’indignation et l’urgence, les discussions sur le terrorisme buttent toujours sur les mêmes questions, qu’elles aient lieu au Parlement, dans les enceintes internationales, les médias ou les associations. C’est que le terrorisme soulève plusieurs défis de principe pour les démocraties contemporaines.Que répondre à ceux qui déclarent doctement que le « terrorisme » est une question de point de vue car « le terroriste de l’un est le résistant de l’autre » selon la maxime relativiste bien connue? Un résistant luttant pour la libération de son pays et la préservation de la République peut-il valoir un djihadiste  assassinant au nom du califat? Que dire à ceux qui soutiennent que le l’État est le premier terroriste et que les mouvements terroristes sont toujours des répliques à un terrorisme d’État? Quelles méthodes adopter en démocratie pour lutter efficacement contre le terrorisme sans se renier? Peut-on accepter les formules à l’emporte pièce selon lesquelles les “premiers terroristes seraient les Etats occidentaux”? 
M
Malgré l’effroi suscité par les attentats et en dépit de l’urgence de la lutte anti-terroriste, il faut prendre le temps de l’argumentation philosophique pour répondre au mieux à ces questions. Il en va de la solidité des sociétés que les tactiques terroristes essaient d’ébranler. 
L
Il convient donc, à froid, de relever ces défis en démontrant et en démontant ce qu’est le terrorisme.
M
Cyrille Bret, ancien élève de l’école normale supérieure et de l’école nationale d’administration, agrégé et docteur en philosophie, enseigne la philosophie à l’institut d’études politiques de Paris (sciences po). Il a été auditeur de la 49ème session AED de l’IHEDN.
lauréat de la fondation Rockefeller pour ses travaux sur le terrorisme.
M
En vente sur la Fnac et Amazon et sur le site Babelio
m

l

***

m
L’ouvrage indispensable pour comprendre l’Europe aussi disponible sur tablette !
Dans la perspective des prochaines élections européennes, la Fondation Robert Schuman met à la disposition de tous une nouvelle édition numérique de son Atlas permanent de l’Union européenne.
Citoyens, enseignants, étudiants, élèves ou simples curieux, cet ouvrage s’adresse à tous.
La quatrième édition de cet ouvrage, unique en son genre, élaboré par les experts de la Fondation Robert Schuman :
• Propose une vue complète et facile d’accès, de l’Union, de la zone €uro et de chacun de ses 28 Etats membres, 
• Synthétise l’essentiel de l’histoire et des réalités politiques et statistiques de l’Union, 
• Offre plus de 50 cartes physiques et géopolitiques de l’Europe.
l
Mis à jour à travers un site Internet en accès gratuit et illimité, l’ouvrage permet à chaque lecteur de disposer à tout moment de l’information politique et statistique la plus récente et la plus objective, sur l’Union européenne et ses Etats membres. Plus que jamais, l’Atlas à mettre entre toutes les mains !
k
Réalisé sous la direction de Jean-Dominique GIULIANI et Pascale JOANNIN, respectivement Président et Directrice Générale de la Fondation.
k
Disponible en librairie, en version numérique sur la Fnac et Amazon et sur le site de la Fondation Robert Schuman
M

m

***

Réflexion à l’usage de tous ceux qui exercent une responsabilité, si minime soit-elle, cet ouvrage est aussi un ambitieux essai sur l’ordre. Comme un officier le ferait pour ses hommes, le général de Villiers indique au lecteur la destination, le point à atteindre et l’itinéraire pour se diriger dans un monde complexe et pour agir utilement.
« Je ne suis ni philosophe, ni sociologue, ni capitaine d’industrie. Je suis un praticien de l’autorité qui s’est toujours efforcé de placer les relations humaines au cœur de son engagement au service de la France et de ses armées. Car l’autorité n’est pas spécifiquement militaire, c’est le lien fondamental de toute société humaine. Fort de ces convictions, je propose dans ce livre quelques jalons pragmatiques, simples et avérés pour sortir d’un mal-être sociétal croissant, diriger avec justesse et discernement. »
Le général Pierre de Villiers signe un essai ambitieux sur l’ordre, remettant l’Homme au centre du système. Comme le ferait un officier, il indique au lecteur le cap qu’il faut tenir dans un monde complexe et sa méthode pour y agir utilement.
Mêlant une réflexion puissante sur les problèmes profonds que traverse notre époque et des solutions efficaces, le général de Villiers met ici son expérience unique au service de tous.
Après quarante-trois années d’une carrière militaire qui l’a conduit à devenir chef d’état-major des armées, le général Pierre de Villiers est président d’une société de conseil en stratégie. Il a publié en 2017 Servir aux éditions Fayard.
L
En vente sur la Fnac et sur le site Fayard
M